Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Zen, fiction et travail intellectuel

    Partagez
    avatar
    BU-SO
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 202
    Age : 55
    Localisation : Provence
    Date d'inscription : 23/08/2011

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par BU-SO le Ven 7 Sep 2012 - 21:47

    L'inspiration vient du KI ,pour moi le siège des émotions,je suis sculpteur et c'est un domaine que je connais bien,maintenant ce que je viens de lire me fait bien rire!!! cheers


    Est-ce qu'il faut voir la créativité comme quelque chose qui m'élève ou plutôt voir que c'est le fait que je sois élevé (on peut en définir les modalités de ce que ça veut dire "être élevé") qui m'ouvre à la créativité?
    Et quelle créativité? Créer une bombe atomique ce n'est pas pareil que créer une symphonie...
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par Invité le Ven 7 Sep 2012 - 21:52

    Leela a écrit:
    Doubidou a écrit:Comment pouvez-vous être dans un sujet (ou être le sujet) et avoir le mental et les émotions débranchés?...
    ça ne s'explique pas et est impossible à raconter. Ca se vit. J'ai découvert cela précisément en explorant le sumi-e, technique japonaise basée sur le zen.
    Un ami calligraphe chinois médite pendant des heures avant de faire une calligraphie. Il se débranche donc volontairement de ses émotions (pas facile !). Tout le matériel est prêt. Quand il "est devenu" ce qu'il veut représenter, il le peint en quelques secondes. Evidemment, avec 70 ans de pratique, ça vient plus facilement...
    Doubidou a écrit:C'est quoi un sujet pour vous?
    Vous ne savez pas ce qu'est le sujet d'une oeuvre ? Vous taquinez.
    Au moment même on ne le sait pas toujours, surtout si c'est de l'abstrait ou du dessin spontané. Si on ne trouve pas, alors on dira "composition n°...

    Doubidou a écrit:Est-ce qu'on peut concevoir une création artistique sans émotions?
    C'est même (pour moi) l'idéal. C'est ce que j'explique plus haut. Dans mon premier cas, on ne "conçoit" pas, on est porté, donc les émotions ne sont pas là. Quand on est sous l'emprise d'un émotion c'est elle qui nous guide. C'est très bien aussi, mais c'est autre chose.
    Est-ce que vous cherchez la beauté dans ce que vous faites?
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2877
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par Yudo, maître zen le Ven 7 Sep 2012 - 22:01

    "Le laid peut être beau. Le joli, jamais!"

    Paul Gauguin
    avatar
    BU-SO
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 202
    Age : 55
    Localisation : Provence
    Date d'inscription : 23/08/2011

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par BU-SO le Ven 7 Sep 2012 - 22:04


    Est-ce que vous cherchez la beauté dans ce que vous faites?

    L'équilibre!
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par Invité le Ven 7 Sep 2012 - 22:07

    BU-SO a écrit:
    Est-ce que vous cherchez la beauté dans ce que vous faites?

    L'équilibre!
    C'est beau pour vous l'équilibre?

    (J'ai noté que vous créez avec votre Ki siège des émotions. Bravo, pour moi il ne peut en être autrement car pas de créativité artistique sans émotion)


    Dernière édition par Doubidou le Ven 7 Sep 2012 - 22:11, édité 1 fois
    avatar
    BU-SO
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 202
    Age : 55
    Localisation : Provence
    Date d'inscription : 23/08/2011

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par BU-SO le Ven 7 Sep 2012 - 22:10

    Absoluement
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par Invité le Ven 7 Sep 2012 - 22:14

    BU-SO a écrit:Absoluement
    Je partage votre avis Idea cyclops


    J'ai ajouté ceci en dernière seconde à mon post juste avant mais la page à tourné...:
    (J'ai noté que vous créez avec votre Ki siège des émotions. Bravo, pour moi il ne peut en être autrement car pas de créativité artistique sans émotion)
    avatar
    BU-SO
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 202
    Age : 55
    Localisation : Provence
    Date d'inscription : 23/08/2011

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par BU-SO le Ven 7 Sep 2012 - 22:20

    Pour moi, créativité et émotion sont indissociable mais bon c’est ce que je ressent à partir de mon expérience de la pratique de la sculpture et de ma pratique de zazen .
    Gassho
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5492
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par Kaïkan le Ven 7 Sep 2012 - 22:25

    BU-SO a écrit:Pour moi, créativité et émotion sont indissociable mais bon c’est ce que je ressent à partir de mon expérience de la pratique de la sculpture et de ma pratique de zazen .
    Gassho
    Bonsoir,

    Je comprends très bien votre point de vue, mais ce n'est pas le même chez tout le monde.
    Certains artistes se sentent inspirés et créatifs à partir d'une absence, d'un vide qu'ils recherchent et trouvent en eux-mêmes.

    Comme quoi il y a diverses approches suivant les personnalités... Laughing


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Leela
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Féminin Nombre de messages : 1001
    Age : 66
    Localisation : Belgique
    Emploi/loisirs : arts, nature
    Humeur : printanière !
    Date d'inscription : 24/06/2011

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par Leela le Ven 7 Sep 2012 - 22:33

    Doubidou a écrit:Est-ce que vous cherchez la beauté dans ce que vous faites?
    Ca dépend. Quand c'est une commande, oui, bien sûr, mais alors je fonctionne dans le mode émotion/pensée/intellect...

    Quand c'est sous "l'inspiration", la beauté n'a aucune importance, je n'y pense même pas.
    Si le résultat ne me plaisait pas, je n'en fais pas un vitrail. Mais en général, le résultat est bien meilleur que ce que je fais en mode "commande".

    Un artiste qui exprime ses propres émotions, à mon avis, exprime son ego, et c'est très bien, mais cela se rapproche plus de la psychothérapie ou de l'auto-analyse. Ses oeuvres plairont à ceux qui sont sur la même longueur d'ondes.

    C'est pour cela que je préfère créer quelque chose qui n'est pas mon reflet: je trouve mes états d'âme sans intérêt.
    Donc quand je veux juste m'exprimer, j'écris, je relis, puis je jette. Pour dessiner, j'essaie de me "brancher" à la source d'inspiration, qui me semble extérieure à moi. C'est comme un acte "sacré".
    Un moine de rite orthodoxe, une chanteur extraordinaire, me conseillait de me mettre "en état de prière" pour dessiner. Chez les iconographes, cela fait partie de la démarche: ils jeunent et se mettent en état. C'est pourquoi, si la Nature est mon seul maître spirituel, l'Art est ma Voie.

    @ Kaïkan
    en effet, il y a de tout, et c'est très bien comme cela. Quel ennui si tous les artistes fonctionnaient selon le même schéma ! C'est d'ailleurs ce que je n'aime pas dans l'iconographie: une "standardisation".



    Dernière édition par Leela le Ven 7 Sep 2012 - 22:45, édité 1 fois
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par Invité le Ven 7 Sep 2012 - 22:36

    Je ne sais pas si tous les calligraphes japonais disent la même chose mais au moins le site de celle-ci dit:

    Un simple trait sur une feuille blanche. Cela représente tout l’univers du calligraphe. On ressent son énergie, son souffle, son émotion.

    http://www.calligraphie-japonaise.com/
    avatar
    BU-SO
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 202
    Age : 55
    Localisation : Provence
    Date d'inscription : 23/08/2011

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par BU-SO le Ven 7 Sep 2012 - 22:57

    Certains artistes se sentent inspirés et créatifs à partir d'une absence, d'un vide qu'ils recherchent et trouvent en eux-mêmes.

    Absoluement,mais on peut aussi se poser la question: est ce que la recherche de vide et d'absence n'est pas source d'émotions ? Wink
    avatar
    Leela
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Féminin Nombre de messages : 1001
    Age : 66
    Localisation : Belgique
    Emploi/loisirs : arts, nature
    Humeur : printanière !
    Date d'inscription : 24/06/2011

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par Leela le Ven 7 Sep 2012 - 23:01


    Tant qu'on "recherche", en effet, on est dans le but, la pensée ou, pourquoi pas: l'émotion.
    Mais une fois qu'on y est, l'émotion disparaît ainsi que l'activité mentale.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par Invité le Ven 7 Sep 2012 - 23:08

    Leela a écrit:
    Tant qu'on "recherche", en effet, on est dans le but, la pensée ou, pourquoi pas: l'émotion.
    Mais une fois qu'on y est, l'émotion disparaît ainsi que l'activité mentale.
    Pour moi, dans l'acte créatif ou artistique en effet on ne recherche pas (le mot recherche est mal choisi), on fait, on agit mais avec l'émotion, et c'est parce que il y a de l'émotion que le résultat est beau.

    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5492
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par Kaïkan le Ven 7 Sep 2012 - 23:36

    BU-SO a écrit:Certains artistes se sentent inspirés et créatifs à partir d'une absence, d'un vide qu'ils recherchent et trouvent en eux-mêmes.

    Absoluement,mais on peut aussi se poser la question: est ce que la recherche de vide et d'absence n'est pas source d'émotions ? Wink

    Oui il y a certainement une source dans ce vide, cette absence mais pas seulement vers quelque chose d^émotionnel. J'adopte sur le sujet une classification similaire à celle de sri Aurobindo : l'émotionnel est assez bas et du domaine des chakras inférieurs (rien de péjoratif), Plus haut et dans un registre plus fin il y a le domaine des sentiments (niveau cœur). Puis le sentiment disparait en s’atténuant progressivement pour laisser place à quelque chose d'indescriptible du domaine du mystique. Je vois cela comme la source pour beaucoup de poètes et de musiciens...


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    BU-SO
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 202
    Age : 55
    Localisation : Provence
    Date d'inscription : 23/08/2011

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par BU-SO le Ven 7 Sep 2012 - 23:46

    Puis le sentiment disparait en s’atténuant progressivement pour laisser place à quelque chose d'indescriptible du domaine du mystique. Je vois cela comme la source pour beaucoup de poètes et de musiciens...

    TRES JUSTE KAIKAN



    avatar
    Leela
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Féminin Nombre de messages : 1001
    Age : 66
    Localisation : Belgique
    Emploi/loisirs : arts, nature
    Humeur : printanière !
    Date d'inscription : 24/06/2011

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par Leela le Sam 8 Sep 2012 - 8:02

    exactement.
    On peut le voir en musique.
    Beethoven est tout à fait dans les émotions, et c'est magnifique, extraordinaire.

    Bach n'est (en général) pas dans les émotions, et c'est "divin", hors du temps et de la matière, universel

    Ce n'est pas pour rien qu'on jouera plus facilement du Bach dans les églises.

    En peinture: deux tableaux fort connus, à vous de ressentir ce qu'ils éveillent en vous, après un certain temps de "contemplation" (essayez de rester longtemps, en "réceptivité", sans le mental, pour constater l'évolution des impressions).
    Comme le signale Kaïkan, l'un n'est pas "supérieur" à l'autre, ce sont simplement des niveaux différents, chacun ayant sa beauté propre et universelle. Comme le bleu n'est pas "supérieur" au rouge, les deux sont des couleurs de l'arc-en-ciel.
    On voit que la " recherche de la beauté" est fort différente dans les deux cas. Il y a la beauté esthétique, mais aussi la beauté "intérieure". Elles ne sont bien sûr pas incompatibles, mais l'esthétique est fort question de culture, l'intérieure, pas.





    avatar
    Leela
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Féminin Nombre de messages : 1001
    Age : 66
    Localisation : Belgique
    Emploi/loisirs : arts, nature
    Humeur : printanière !
    Date d'inscription : 24/06/2011

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par Leela le Sam 8 Sep 2012 - 9:39

    Il est peut-être bon de préciser ici ce qu'on entend par "émotions". Voici ma compréhension: j'y perçois plusieurs niveaux. Il y a une progression continue entre eux, ce ne sont pas des "catégories".

    Le émotions primaires: attraction, répulsion.
    Les émotions "normales" (sentiments?): amour (avec un "a" minuscule), envie, colère, jalousie, émerveillement, enthousiasme...
    Les émotions "fines": esthétiques, Amour universel...

    Les dernières sont le seuil de la porte du "sacré". Le corps, ses sentiments et son énergie (corps "éthérique") interviennent de moins en moins, et on entre dans une autre "dimension", non matérielle, où la sensations est d'un autre ordre: c'est plutôt un "état", alors que les émotions sont des réactions et/ou des pulsions dictées par notre instinct de survie de l'espèce: elle sont très liées aux hormones, aux 5 sens. Elle font partie de ce que Eckart Tollé (entre autres!) décrit comme l'égo, alors que cet état non matériel n'en fait pas partie: il est indépendant, "ailleurs", et je suppose qu'il peut exister en l'absence de corps physique.

    Les poètes et les artistes qui peuvent nous mener dans cet état hors de la matière sont des "passeurs". Ils nous mènent à différents niveaux de conscience. Mais j'ai remarqué souvent que la qualité de l'oeuvre est parfois indépendante de l'état d'esprit de l'artiste: une artiste très "spirituel" peut produire des oeuvres agressives, "basses", et un artiste agité de sentiments négatifs peut produire des oeuvres "sacrées". J'ai deux amies artistes qui sont chacune dans un de ces extrêmes, c'est très étrange, comme si elles changeaient complètement de "niveau" quand elles créent: l'une vers les bas (elle exprime sa négativité refoulée?) l'autre vers le haut.

    NB pour BU-SO: à mon avis, le "ki" n'est pas émotionnel, mais plutôt énergétique/vital (ce n'est qu'une perception personnelle, je peux me tromper)


    Dernière édition par Leela le Sam 8 Sep 2012 - 10:10, édité 3 fois (Raison : correction d'une erreur (et: suppression des messages suivants s'y rapportant))

    early
    Amateur
    Amateur

    Masculin Nombre de messages : 107
    Date d'inscription : 27/05/2012

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par early le Sam 8 Sep 2012 - 10:14

    ,


    Dernière édition par early le Jeu 15 Nov 2012 - 23:59, édité 1 fois
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par Invité le Sam 8 Sep 2012 - 19:27

    Ne pensez-vous pas que ce que renvoient ou restituent ces poètes et ces musiciens dans leurs oeuvres c'est l'émotion qu'ils éprouvent au contact de ce quelque chose d'indescriptible du domaine du mystique?
    (mon petit doigt me dit que voir l'indicible, saisir la vérité ou le monde tel qu'il est, ça doit être -super- émouvant... Smile)


    Ne pensez-vous pas qu'un art sans émotion c'est un art désséché? (à proprement parlé ce n'est donc plus un art ou c'est un art raté)
    Le rôle de l'art n'est-il pas de nous émouvoir? Et pour émouvoir (dans une oeuvre humaine), ne faut-il pas avoir été ému?

    Dans l'eau que je puise
    scintille le début
    du printemps
    Ringaï

    Affalé au sol
    le cerf-volant
    était sans âme
    Kubonta

    avatar
    lausm
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1472
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par lausm le Lun 10 Sep 2012 - 16:22

    Doubidou a écrit:Je ne sais pas si tous les calligraphes japonais disent la même chose mais au moins le site de celle-ci dit:

    Un simple trait sur une feuille blanche. Cela représente tout l’univers du calligraphe. On ressent son énergie, son souffle, son émotion.

    http://www.calligraphie-japonaise.com/

    Oui, mais là tu as choisi la bonne personne.
    C'est elle qui m'a appris à calligraphier, et je peux dire que si il y en a une qui dégage du ki quand elle prend le pinceau, c'est bien elle.
    Si quelqu'un a l'occasion d'apprendre avec elle, je ne peux que chaudement recommander sa pratique, à la fois enracinée dans un apprentissage tout ce qu'il y a de plus traditionnel, mais pas conservateur.

    En fait, quoi de plus commun, entre le terme "ki", et émotion, que la notion de quelque chose qui se met en mouvement??
    Probablement à partir d'un centre...vide?
    Comme l'oeil d'un cyclone, manifestation de pure énergie, s'il en est?
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par Invité le Lun 10 Sep 2012 - 16:40

    Super d'avoir eu un tel enseignant!

    rendons lui hommage alors (c'est le bandeau de son site):

    avatar
    lausm
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1472
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Re: Zen, fiction et travail intellectuel

    Message par lausm le Lun 10 Sep 2012 - 17:33

    Oui, elle est très forte, et aussi très modeste et humble.
    Et j'ai appris bien des choses sur le bouddhisme avec elle, qui m'ont permis de faire la part de ce qui est culturellement japonais et de ce qui ne l'est pas concernant le zen.

      La date/heure actuelle est Mar 17 Oct 2017 - 0:14