Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Zen, honte et fierté

    Partagez
    avatar
    Zenoob
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1084
    Date d'inscription : 08/09/2011

    Zen, honte et fierté

    Message par Zenoob le Lun 8 Oct 2012 - 13:00

    Bonjour à tous !

    Une question me taraude en ce moment, c'est ce qu'on fait du zen dans notre vie, c'est à dire comment on assume, ou pas, le fait par exemple de s'assoir tous les jours.

    Je me rends de plus en plus compte que de mon côté se développent parfois deux tendances apparemment opposées et certainement inadéquates et en tout cas inutiles :

    D'une part, la fierté : des fois je ne peux pas m'empêcher de me trouver bien courageux de faire ça tous les jours, des fois je me rends compte qu'insidieusement je peux croire avoir des réponses à certaines questions juste parce que je pratique et que je me sens "capable" de répondre. Bon, la fierté, ça va, c'est pas trop douloureux, même si c'est certainement un "obstacle" à la pratique.

    D'autre part, la honte : là c'est plus difficile pour moi. Je ressens parfois une honte pas possible (d'ailleurs la discussion sur les rituels m'a fait prendre conscience de ça) à pratiquer ce truc là, se mettre assis et ne pas bouger pendant quelques dizaines de minutes. Sans parler des rituels où là c'est vraiment la honte absolue pour moi. Ca me fait marrer parce que Brad Warner décrit dans un de ses bouquins la même honte au tout début de sa pratique. J'ai l'impression d'être un jeune (enfin, plus si jeune) débile "new age", j'ai aussi l'impression (et c'est plus douloureux) de trahir un peu mon éducation, qui a été quasiment "anti-religieuse", même si le zen pour moi n'est pas vraiment une religion ; mon père surtout, était un marxiste convaincu et je ne sais vraiment pas comment il aurait pris tout ça.
    Je précise que tout ça ne relève pas de la pratique elle même mais plutôt de la façon dont j'essaie de l'insérer dans ma vie. J'ai aussi conscience du fait que cela indique que je distingue ma pratique et la vie, et que c'est peut être de là que vient le problème, mais pour l'instant c'est comme ça !

    Du coup parfois je me demande si ces sentiments de honte et de fierté ne sont pas d'une part la honte que je ressentirais à faire ça devant mon père (c'est vrai que des fois je me dis "si mon père me voyait!"), d'autre part la fierté justement de faire ça "contre lui" et de m'affirmer par rapport à lui.

    Je voulais juste savoir si quelques autres avaient pu ressentir ces choses là, et s'ils pouvaient peut être relater leur expérience. Je sais bien que les réponses viendront de moi seul, mais ça m'intéresserait d'en savoir plus.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Zen, honte et fierté

    Message par Invité le Lun 8 Oct 2012 - 13:34

    Zenoob a écrit:Je voulais juste savoir si quelques autres avaient pu ressentir ces choses là, et s'ils pouvaient peut être relater leur expérience.
    Bonjour Zeenob,
    j'avais des parents communistes et franchement militant du côté de mon père. J'en suis devenu militant moi-même au jeunesses communistes puis troskiste puis anarchiste puis de la contre culture hippie où c'est là que j'ai rencontré les spiritualités orientales. Mes parents ont suivi ce parcours un peu il me semble dans le même tourbillon que moi de l'époque (70s) et quand je suis passé à faire une psy je les ai mis au courant et quand je suis concrêtement entré dans un dojo zen je les ai mis au courant également. ça n'a pas posé de problème, je pense que ça vient de l'état d'esprit des parents. Mon père a plus tiqué à propos de la psy quand il s'est rendu compte que j'y réglé mes comptes avec lui... Mais beaucoup plus tard on s'est reconnu l'un l'autre avec grande affection.
    (quand je me suis converti au christainisme je les mis au courant aussi. Là il y a eu étonnement aussi de leur part mais c'est il n'y apas si longtemps que ça et ils avaient évolué -d'ailleurs devenu socialo plus que coco- et moi aussi j'avais évolué pour leur faire comprendre ce que je vivais)
    Dans l'ensemble j'ai toujours été plutôt fier de mener ma barque montrer et de le leur montrer... Et je pense que cela suffisait à les satisfaire même si ce n'était pas en phase avec leurs convictions.
    avatar
    Zenoob
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1084
    Date d'inscription : 08/09/2011

    Re: Zen, honte et fierté

    Message par Zenoob le Lun 8 Oct 2012 - 13:45

    Merci pour ton témoignage !

    Mon père n'est malheureusement plus là pour que je puisse discuter de tout ça avec lui, aussi, je dois faire avec mes propres représentations (forcément faussées) de ce qu'il dirait ou pas, c'est là une partie de ma difficulté, en fait, je crois...
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Zen, honte et fierté

    Message par Invité le Lun 8 Oct 2012 - 13:47

    Zenoob a écrit:Merci pour ton témoignage !

    Mon père n'est malheureusement plus là pour que je puisse discuter de tout ça avec lui, aussi, je dois faire avec mes propres représentations (forcément faussées) de ce qu'il dirait ou pas, c'est là une partie de ma difficulté, en fait, je crois...
    Je pense que tu vois tout à fait juste là. Il te faut faire sans lui et lui pouvoir en parler. Et je comprends ce que tu peux en ressentir.

    Je pense aussi que tu peux penser qu'avec une bonne explication de ta part il t'aurait compris et approuvé. Wink
    Ce qui fait qu'en delà du temps, il t'approuve Smile Elle est pas belle la vie?
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2823
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Zen, honte et fierté

    Message par Yudo, maître zen le Lun 8 Oct 2012 - 14:17

    Zenoob a écrit:Bonjour à tous !

    Une question me taraude en ce moment, c'est ce qu'on fait du zen dans notre vie, c'est à dire comment on assume, ou pas, le fait par exemple de s'assoir tous les jours.

    Je me rends de plus en plus compte que de mon côté se développent parfois deux tendances apparemment opposées et certainement inadéquates et en tout cas inutiles :

    D'une part, la fierté : (...)

    D'autre part, la honte : (...)
    La honte et la fierté sont à mettre en relation avec l'avidité et l'aversion, qui, avec l'ignorance, forment les trois poisons.

    L'avidité (ou l'envie de posséder) nous pousse à nous vanter, afin d'obtenir des louanges.
    L'aversion nous pousse à nous taire, pour éviter les moqueries.

    Dans tous les cas, il convient d'observer l'attitude la plus difficile: l'équanimité. On ne parle pas de ce qu'on fait, on répond aux questions qu'on nous fait.

    ce ) quoi je voudrais ajouter que la majorité de la population se répartit en deux catégories:
    ceux qui ont un complexe d'infériorité, et
    ceux qui ont un complexe... d'infériorité.
    Je m'explique: les gens qui ont manifestement un complexe d'infériorité, il n'est guère besoin de gloser sur leur compte. Mais ceux qui manifestent un complexe dit "de supériorité", ne font, en fait, que cacher un complexe d'infériorité.

    L'infime minorité qui reste ne ressent jamais le besoin ni de s'écraser, ni de s'affirmer, parce qu'ils savent tout bonnement ce qu'ils sont.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Zen, honte et fierté

    Message par Invité le Lun 8 Oct 2012 - 14:33

    Je comprends ce que vous voulez dire yudo mais je pense, c'est une question de vocabulaire, que la fierté est légitime et bonne (contre la dévalorisation de soi notamment). C'est l'orgueuil ou la vanité qui ne sont pas justes. Quant à la honte je suis bien d'accord avec vous, c'est la culpabilté en un autre terme et ça c'est complètement destructeur (mais ça peut être aussi un bon avertisseur qu'on est sur une mauvaise voie et qu'il faut en sortir... comme quoi...)
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2823
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Zen, honte et fierté

    Message par Yudo, maître zen le Lun 8 Oct 2012 - 17:02

    Doubidou a écrit:Je comprends ce que vous voulez dire yudo mais je pense, c'est une question de vocabulaire, que la fierté est légitime et bonne (contre la dévalorisation de soi notamment). C'est l'orgueuil ou la vanité qui ne sont pas justes. Quant à la honte je suis bien d'accord avec vous, c'est la culpabilté en un autre terme et ça c'est complètement destructeur (mais ça peut être aussi un bon avertisseur qu'on est sur une mauvaise voie et qu'il faut en sortir... comme quoi...)
    Macché fierté?!! Il faut avoir confiance en ce qu'on fait, point barre.
    De nos jours, on nous tanne avec la fierté de ci, et la fierté de mi. Mais que ne pas avoir honte de quelque chose doive absolument se traduire en fierté (avec tant de bannières au vent, d'insignes, de fanfares etc., bof.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Zen, honte et fierté

    Message par Invité le Lun 8 Oct 2012 - 17:28

    Est-ce que l'enfant n'est pas fier de son beau dessin? Et qu'il faudrait lui retirer ce sentiment?
    Et le travailleur de son bel ouvrage?
    La fierté c'est simplement être content de soi pour quelque chose qu'on à fait. Pas pour ce qu'on est, ça c'est l'orgueil ou la vanité.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fiert%C3%A9
    avatar
    Leela
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Féminin Nombre de messages : 1001
    Age : 66
    Localisation : Belgique
    Emploi/loisirs : arts, nature
    Humeur : printanière !
    Date d'inscription : 24/06/2011

    Re: Zen, honte et fierté

    Message par Leela le Lun 8 Oct 2012 - 17:29

    Merci pour le sujet de ce fil, il est intéressant.

    Ma première réaction est d'aller dans le sens que ce que tu ressens toi-même, zenoob: ces sentiments se développent surtout par rapport au regard des autres.

    Une petite histoire populaire en pays arabes.

    Djeha dit un jour à son fils, alors qu’il atteignait sa douzième année :
    - « Demain, tu viendras avec moi au marché. »
    Tôt le matin, ils quittèrent la maison. Djeha s’installa sur le dos de l’âne, son fils marchant à côté de lui. A l’entrée de la place du marché, Djeha et son fils furent l’objet de railleries acerbes:
    - « Regardez-moi cet homme, il n’a aucune pitié ! Il est confortablement assis sur le dos de son âne et il laisse son jeune fils marcher à pied. »
    Djeha dit à son fils:
    - « As-tu bien entendu? Demain tu viendras encore avec moi au marché! »
    Le deuxième jour, Djeha et son fils firent le contraire de la veille: le fils monta sur le dos de l’âne et Djeha marcha à côté de lui. A l’entrée de la place, les mêmes hommes étaient là, qui s’écrièrent
    - « Regardez cet enfant, il n’a aucune éducation, aucun respect envers ses parents. Il est assis tranquillement sur le dos de l’âne, alors que son père, le pauvre vieux, est obligé de marcher à pied! »
    Djeha dit à son fils :
    - « As-tu bien entendu ? Demain tu viendras de nouveau avec moi au marché! »
    Le troisième jour, Djeha et son fils sortirent de la maison à pied en tirant l’âne derrière eux, et c’est ainsi qu’ils arrivèrent sur la place. Les hommes se moquèrent d’eux :
    - « Regardez ces deux idiots, ils ont un âne et ils n’en profitent même pas. Ils marchent à pied sans savoir que l’âne est fait pour porter des hommes. »
    Djeha dit à son fils :
    - « As-tu bien entendu? Demain tu viendras avec moi au marché! »
    Le quatrième jour, lorsque Djeha et son fils quittèrent la maison, ils étaient tous les deux juchés sur le dos de l’âne. A l’entrée de la place, les hommes laissèrent éclater leur indignation :
    - « Regardez ces deux-là, ils n’ont aucune pitié pour cette pauvre bête! »
    Djeha dit à son fils :
    - « As-tu bien entendu? Demain tu viendras avec moi au marché! »
    Le cinquième jour, Djeha et son fils arrivèrent au marché portant l’âne sur leurs épaules. Les hommes éclatèrent de rire :
    - « Regardez ces deux fous, il faut les enfermer. Ce sont eux qui portent l’âne au lieu de monter sur son dos. »
    Et Djeha-Hoja dit à son fils:
    - « As-tu bien entendu ? Quoi que tu fasses dans ta vie, les gens trouveront toujours à redire et à critiquer. »


    Photo d'une broderie égyptienne qui illustre ce conte


    early
    Amateur
    Amateur

    Masculin Nombre de messages : 107
    Date d'inscription : 27/05/2012

    Re: Zen, honte et fierté

    Message par early le Lun 8 Oct 2012 - 18:05

    ,


    Dernière édition par early le Ven 16 Nov 2012 - 0:11, édité 1 fois
    avatar
    astor
    Débutant
    Débutant

    Nombre de messages : 21
    Date d'inscription : 27/09/2012

    Re: Zen, honte et fierté

    Message par astor le Mer 10 Oct 2012 - 21:15

    J'ai l'impression d'être un jeune (enfin, plus si jeune) débile "new age"

    J'en suis là aussi, Zenoob!! Et quand bien même nou le sommes, ce n'est pas si grave!!

      La date/heure actuelle est Ven 23 Juin 2017 - 5:27