Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    L'hôte et le client

    Partagez
    avatar
    Invité
    Invité

    L'hôte et le client

    Message par Invité le Sam 6 Déc 2008 - 18:21

    Je voudrais ici vous entretenir sur une pratique dont on parle assez peu dans le zen. Il s'agit de l'attention à "l'hôte" et au "client". En réalité, cette expression "hôte" et "client" est propre au Tch'an. On la rencontre pour la première fois, à ma connaissance, dans les entretiens de Lin Tsi. Il existe aussi un ouvrage, écrit par Hsu Yun, qui fut le dernier maître de Tch'an contemporain (il est mort en 1955) où ces expressions sont reprises et détaillées en pratique.

    Quand on est assis dans la posture correcte, la pratique essentielle est d'abord de "distinguer l'hôte du client". Dans le langage courant, un hôte est celui qui tient un hôtel. L'hôte ne bouge pas de l'hôtel. Il est le propriétaire. Le client, c'est celui qui arrive à l'hôtel pour y passer une nuit, parfois un peu plus, mais qui n'est pas destiné à y rester. Quand il s'en va, l'hôte ne le suit pas. Dans la pratique, l'hôte est "la véritable nature du Moi" (qui est immobile). Le client sont les pensées qui sont semblables à des poussières dans les rais du soleil, impermantes et mobiles. Apprendre à distinguer l'hôte du client consiste à rester attentif à ce qui se passe dans notre esprit durant zazen. Quand les pensées viennent, c'est comme un client qui arrive dans un hôtel. Quand elles repartent, l'hôte ne les suit pas (il n'est pas emporté par les pensées).

    C'est peut être enfoncer des portes ouvertes que de discuter de ça, mais il me semble que, durant zazen, peu savent exactement comment orienter l'attention. Il ne s'agit pas d'être attentif avec sa pensée (je pense à ma respiration, à mon corps, à mon kôan...), car la pensée est le "client". Il s'agit de trouver l'hôte et de s'en emparer. Et ainsi l'attention est portée dans le bon sens. Ainsi, on devient le "maître". Maître Eckart (mystique chrétien) disait que "l'homme ne devrait pas se contenter d'un Dieu qu'il pense, car ce serait impossible à la pensée de le garder indéfiniment, mais d'un Dieu qu'il vit". Pour exemple, il fait le rapprochement avec l'amoureux qui, bien que sa pensée puisse être tournée vers différentes occupations, sa bien aimée est toujours dans son coeur et elle lui revient quand il cesse de penser à autre chose. Ou bien il évoque celui qui a soif et qui, bien qu'il puisse être occupé à autre chose, ne peut oublier sa soif.

    Personnellement, je trouve cette pratique essentielle car elle permet d'appréhender les kôans avec le juste état d'esprit. Si on n'a pas de kôan, on peut alors, quand l'hôte est trouvé, s'appuyer ("le doute est la béquille du kôan") sur le "Qui ?" de qui perçoit les sons, les images, les pensées... De fait, quand on a mal aux jambes, par exemple, chercher "Qui" ressent la douleur devient un vrai problème pour le trouver. Et c'est un excellent moyen de comprendre "qu'il y a une douleur mais personne qui souffre". Essayez, si vous ne l'avez déjà fait. Very Happy

    Bon WE à tous.
    avatar
    Fa
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Masculin Nombre de messages : 1452
    Date d'inscription : 10/08/2008

    Re: L'hôte et le client

    Message par Fa le Sam 6 Déc 2008 - 20:14

    Sans client, il ne peut y avoir d' hôte.
    Sans hôte, pas de client non-plus.
    L'hôte apparaît en même temps que le client.
    Lorsque tu jettes ton caillou dans l'eau il produit des ondes.
    Lorsque tu jettes un koan dans ton esprit tu fais émerger ton esprit d'investigation.
    Hôte <----> Client
    Objet <---->Sujet
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: L'hôte et le client

    Message par Invité le Dim 7 Déc 2008 - 11:08

    Certes, mais ce n'est pas l'aspect que j'entendais développer Very Happy . Je ne voulais parler essentiellement que de "technique", c'est à dire d'apprendre à reconnaître l'un et l'autre pendant zazen (et même en dehors de zazen mais c'est nettement moins "évident"). J'en profite pour ajouter l'importance, dans la technique, pour porter l'attention sans être emporté par le courant des pensées, du "lâcher prise", laquelle consiste certes à tout lâcher mais sans qu'il ne soit pas toujours expliqué comment. La technique Tch'an (donc zen) consiste à considérer son corps comme un cadavre. Il faut se souvenir de la méditation sur le corps proposé dans l'Octuple Sentier pour trouver la pertinence de cette pratique. Ce corps qui, de toutes façons, est destiné à mourir, qui ne nous appartient pas (il fait partie du client le plus "fidèle", mais ce n'est qu'un client et non l'hôte).
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3288
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: L'hôte et le client

    Message par Fred le Dim 21 Déc 2008 - 19:03

    Le fleuve creuse la vallée
    Les montagnes marchent...



    Merci pour ce post.
    Amitiés
    Fred
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: L'hôte et le client

    Message par Invité le Ven 16 Jan 2009 - 14:29

    Je relance un peu ce sujet car j'ai eu à l'utiliser il y a peu. Je rappelle que l'hôte est ce qui se ramène à la nature profonde de soi, non affectée par les reflets alors que le client, aussi appelé "visiteur" (à la limite, je préfère ce terme, moins commercial Very Happy ), est associé aux pensées qui viennent troubler le zazen mais aussi à toutes les impressions, sensations, quelles soient agréables, désagréables ou neutres.

    Cette pratique est à distinguer de "vipassana". Elle n'est pas destinée à éveiller Prajna. Elle a simplement pour objet de développer la concentration ou "joriki". Le joriki, dans le zen, est ce pouvoir d'agir sur le champ, de façon efficace, face à toutes les situations imprévues. Il ne peut se développer qu'après une pratique intensive de la concentration. Quand on est perturbé par quelques pensées sournoises, qui viennent sans prévenir, et qui sont le reflet de peurs latentes, longtemps enfouies, et qui ne sortent que quand l'occasion se présente, souvent quand on s'y attend le moins, le joriki est ce qui nous permet d'y faire face sans difficulté. Encore faut-il l'avoir développé, sachant que son développement n'a rien à voir avec le sens de la pratique du zen, c'est à dire, l'éveil à la véritable nature de soi.

    On a tendance à dire que ce simple éveil suffit à libérer définitivement des peurs, de la souffrance... mais c'est un peu abuser de la nature de bouddha qui n'est pas totalement éveillée chez la plupart d'entre nous. En attendant, il faut faire face à nos démons. Alors, concrètement, comment pratiquer à partir de la notion d'hôte et de visiteur ?

    Dans la posture de zazen (mais si on le fait sans la posture, c'est bien aussi), on observe attentivement ce qui se passe dans le mental. On cherche à distinguer la nature immuable de l'hôte de la nature simiesque, mobile, traitre, imprévisible, du visiteur. La plupart du temps, le mental est "occupé" par le visiteur (c'est bien, c'est un hôtel qui marche. L'hôte doit avoir un chiffre d'affaires impressionnant !). Savoir reconnaître le visiteur est donc chose aisée. L'hôte est un peu plus difficile à trouver, mais on y arrive assez facilement quand on réalise que l'hôte est simplement celui qui fait attention. On se place donc du point de vue de l'hôte et quand on sent que quelque chose se passe dans le mental qui nous "éloigne" de l'hôte, l'hôte note "visiteur". Il faut s'efforcer d'être attentif. Une sensation qui tend à s'élever ? visiteur ! Une pensée se profile ? visiteur ! Le calme revient ? hôte ! Un trouble d'attention ? visiteur !... Une angoisse sourde ? visiteur !.... et ainsi durant toute la séance de zazen. Quand vous êtes perturbé par quoi que ce soit et que vous n'y pouvez pas grand chose, le plus simple est de se replacer dans la "peau" de l'hôte et observer. Alors, hôte ou visteur ?
    avatar
    unsui
    Débutant
    Débutant

    Masculin Nombre de messages : 3
    Age : 54
    Localisation : sud de la France
    Humeur : équanime dans la mesure du possible
    Date d'inscription : 23/01/2009

    l'hôte et le voyageur

    Message par unsui le Jeu 29 Jan 2009 - 18:56

    Bonsoir Khât et merci pour ce message qui me semble t-il, pointe directement au coeur du sujet. Voici donc une petite contribution qui apportera un peu d'eau au moulin, c'est une texte du Maître Hsu Yun qui donne quelques précision supplémentaires.

    Comment commencer l’entraînement : distinction entre hôte et voyageur.



    « Comment commencer l’entraînement Ch’an (Zen) ? Dans l’assemblée du Shûrangama, l’arya Ajnâtakaudinya prononçait les mots suivants : « Poussière étrangère ». C’est exactement là qu’il nous faut commencer notre entraînement.

    L’arya disait : « Par exemple, un voyageur s’arrête dans une auberge où il passe la nuit et prend un repas, après quoi il refait sa valise et continue son voyage, n’ayant pas le temps de rester plus longtemps. Quant à l’hôte de l’auberge, il n’a nulle part ou aller. J’en déduis que celui qui ne reste pas est le voyageur et que celui qui reste est l’hôte. Par conséquent, une chose est étrangère quand elle ne reste pas. Ou bien, figurons nous un ciel clair lorsque le soleil se lève et qu’un de ses rayons entre dans la maison par une fenêtre. On voit la poussière danser dans le rayon de lumière mais l’espace vide demeure immobile. Donc, ce qui est immobile est le vide et ce qui bouge est la poussière. »

    « Poussière étrangère » illustre la pensée erronée et le vide illustre la nature propre qui est l’hôte permanent qui ne suit pas le voyageur dans ses allées et venues. Ceci sert à illustrer la nature propre éternelle et immobile qui ne suit pas la pensée erronée dans ses apparitions et ses disparitions soudaines. Donc, on dit : « Si l’on oubli toutes choses, on ne sera pas embarrassé au milieu des choses. » Dire que la poussière bouge toute seule et n’embarrasse pas le vide qui est tout à fait immobile, c'est-à-dire que la pensée erronée paraît et disparaît d’elle-même et ne gêne pas la nature propre qui est immuable en sa condition de Bhûtatathtâ (ainsité, quiddité). C’est ce que veut dire la phrase : « Si le mental ne s’élève pas, toutes les choses sont irréprochables. »

    Le sens du mot étranger est grossier et celui de « poussière » est fin. Il faut que les débutants comprennent clairement la différence entre « hôte » et « voyageur ». Ainsi, ils ne seront pas égarés par la pensée erronée. En avançant ils comprendront mieux le « vide » et la « poussière » et ne seront donc pas embarrassés par la pensée erronée.

    Il a été dit : « Quand la pensée erronée est reconnue, il n’y a pas de mal. » Si vous considérez soigneusement tout cela et que vous le comprenez, plus de la moitié de ce qui constitue l’entraînement va s’éclairer pour vous. »

    "La doctrine du Ch'an et du Zen " Editions Dervy.
    avatar
    Fa
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Masculin Nombre de messages : 1452
    Date d'inscription : 10/08/2008

    Re: L'hôte et le client

    Message par Fa le Jeu 29 Jan 2009 - 21:49

    .



    Soyez passants !
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: L'hôte et le client

    Message par Invité le Ven 30 Jan 2009 - 10:09

    Bonjour unsui. Merci pour ce passage de l'entrainement Tch'an par Hsu Yun qui précise le cas. Je remarque, concernant la pratique zen (qui est, on ne le dira jamais assez, issue du Tch'an) que l'accent est rarement mis sur cette question "technique", en tout cas pas de façon formelle. C'est un peu regrettable car il est nécessaire, à mon avis, de développer un bon niveau de concentration durant zazen. Encore faut-il savoir exactement où porter l'attention. Reconnaître l'hôte du client (ou du voyageur, ou du visiteur) est chose essentielle car comme il est dit « Quand la pensée erronée est reconnue, il n’y a pas de mal. ». Il n'y a pas de mal car il n'y a pas attachement.

    Djee > Nous ne faisons tous que passer, n'est-ce pas ? Wink
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3288
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: L'hôte et le client

    Message par Fred le Lun 18 Juil 2011 - 14:35

    Djee > Nous ne faisons tous que passer, n'est-ce pas ? Wink


    "Hermès Trimégiste le trois fois grand, Apollonius de Tyane (contemporain de Jésus), Confucius, Lao-Tseu, Nostradamus, le Comte de Saint Germain, Cagliostro, Franz Bardon, c’est Lui, toujours Lui, bienheureusement Lui."


    Oui, Même LUI,

    Tous nous ne faisons que passer Very Happy
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5465
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: L'hôte et le client

    Message par Kaïkan le Lun 18 Juil 2011 - 17:26

    Bonjour,

    Il est couramment admis que la concentration consiste à amener, rassembler, toute la conscience en un point.
    Cela peut être un point sur le sol en face de soi, ou un point sur ou dans le corps, cela peut aussi être un point dans l’esprit : observer l’apparition et la disparition des pensées qui vont et viennent.

    Il y a donc souvent la recherche d’un point de concentration. On peut se débarrasser de cette habitude en pratiquant une concentration sur un non-point ce qui va nous amener à une non-concentration, c’est-à-dire un non-effort, un non-agir.

    On pourrait l’expliquer ainsi :

    • Au lieu de fixer un point sur le sol, on laisse le regard seulement posé sans fixer et on "regarde" le tout du champ visuel complet.
    • Au lieu de fixer un point sur ou dans le corps, on laisse sa conscience dans le creux de ses mains et on "sent " le corps tout entier et au-delà de la forme du corps comme un espace de perception illimité.
    • Au lieu d’observer l’hôte et l’invité, l’apparition et la disparition des pensées, on peut abandonner toute conscience particulière en étant seulement "assis" sans considérer quoi que ce soit…

    Evidemment on peut être accusé de quiétisme, de fainéantise ou de tout autre chose… Cela ne devrait pas perturber ce samâdhi…
    Il faut tenter de l’essayer pour voir, car ce n’est pas aussi facile qu’on pourrait le supposer ; par contre la détente et le rafraichissement du corps-esprit sont vraiment considérables…

    Bon Gyoji…



    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Fa
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Masculin Nombre de messages : 1452
    Date d'inscription : 10/08/2008

    Re: L'hôte et le client

    Message par Fa le Lun 18 Juil 2011 - 18:36


    Les vertus de Zazen sont sans nombre,
    Merci pour ces conseils Kaikan !

    Fa
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: L'hôte et le client

    Message par fonzie le Lun 18 Juil 2011 - 18:46

    Fred a écrit:
    "Hermès Trimégiste le trois fois grand, Apollonius de Tyane (contemporain de Jésus), Confucius, Lao-Tseu, Nostradamus, le Comte de Saint Germain, Cagliostro, Franz Bardon, c’est Lui, toujours Lui, bienheureusement Lui."
    y'a que des hommes ! Suspect
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3288
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: L'hôte et le client

    Message par Fred le Lun 18 Juil 2011 - 19:04

    Oui Fonzie, question d'identification...



    Mais le centre d'un cercle peut être aussi la périphérie d'un autre.

    Dõgen, lui, a expliqué: « En pratiquant Raihai Tokuzui, soyez anonymes. Les femmes pratiquent mieux que les hommes. Nous devons transcender le féminin et le masculin. Les femmes elles-mêmes peuvent devenir de grands Maîtres et ne sont pas des démons. Dans la vie sociale, dans les provinces, les femmes peuvent devenir impératrices, gouverneurs, ministres. Dans la religion, elles peuvent être encore plus grandes.
    Bouddha était un homme, certes, mais il était au-delà.» Puis Dõgen explique plus encore: « Pourquoi les femmes ne pourraient-elles entrer dans les dojos? Pourquoi serait-ce un lieu tabou ?». Il en était ainsi au temps de Dõgen, mais aujourd'hui, en France, ce n'est pas important.
    Dõgen ouvrit son dojo de Koshoji aux femmes.

    http://zen-et-nous.1fr1.net/t672p90-le-maitre-dans-le-zen-soto
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: L'hôte et le client

    Message par fonzie le Lun 18 Juil 2011 - 22:51

    Fred a écrit:Oui Fonzie, question d'identification...



    Mais le centre d'un cercle peut être aussi la périphérie d'un autre.

    Dõgen, lui, a expliqué: « En pratiquant Raihai Tokuzui, soyez anonymes. Les femmes pratiquent mieux que les hommes. Nous devons transcender le féminin et le masculin. Les femmes elles-mêmes peuvent devenir de grands Maîtres et ne sont pas des démons. Dans la vie sociale, dans les provinces, les femmes peuvent devenir impératrices, gouverneurs, ministres. Dans la religion, elles peuvent être encore plus grandes.
    Bouddha était un homme, certes, mais il était au-delà.» Puis Dõgen explique plus encore: « Pourquoi les femmes ne pourraient-elles entrer dans les dojos? Pourquoi serait-ce un lieu tabou ?». Il en était ainsi au temps de Dõgen, mais aujourd'hui, en France, ce n'est pas important.
    Dõgen ouvrit son dojo de Koshoji aux femmes.

    http://zen-et-nous.1fr1.net/t672p90-le-maitre-dans-le-zen-soto
    ha! ça marche dans les deux sens, ok Wink
    avatar
    lerouge
    Débutant
    Débutant

    Masculin Nombre de messages : 58
    Humeur : changeante parfois, paradoxale
    Date d'inscription : 05/08/2011

    Re: L'hôte et le client

    Message par lerouge le Lun 8 Aoû 2011 - 21:52

    Kaikan dit: Il est couramment admis que la concentration consiste à amener, rassembler, toute la conscience en un point.
    Cela peut être un point sur le sol en face de soi, ou un point sur ou dans le corps, cela peut aussi être un point dans l’esprit : observer l’apparition et la disparition des pensées qui vont et viennent.
    Il y a donc souvent la recherche d’un point de concentration. On peut se débarrasser de cette habitude en pratiquant une concentration sur un non-point ce qui va nous amener à une non-concentration, c’est-à-dire un non-effort, un non-agir.

    On pourrait l’expliquer ainsi :

    • Au lieu de fixer un point sur le sol, on laisse le regard seulement posé sans fixer et on "regarde" le tout du champ visuel complet.
    • Au lieu de fixer un point sur ou dans le corps, on laisse sa conscience dans le creux de ses mains et on "sent " le corps tout entier et au-delà de la forme du corps comme un espace de perception illimité.
    • Au lieu d’observer l’hôte et l’invité, l’apparition et la disparition des pensées, on peut abandonner toute conscience particulière en étant seulement "assis" sans considérer quoi que ce soit…

    Evidemment on peut être accusé de quiétisme, de fainéantise ou de tout autre chose… Cela ne devrait pas perturber ce samâdhi…
    Il faut tenter de l’essayer pour voir, car ce n’est pas aussi facile qu’on pourrait le supposer



    1)D'abord, les pensées que je suis en train de penser
    2)Puis des pensées qui défilent et dont je m'étonne. L'égo qui regarde pense ce qu'il regarde. "Tiens, ce souvenir, y a longtemps que je n'avais pas pensé à ce truc.
    3)Retour sur la posture, souvent c'est préférentiellement un fragment du corps
    4)Là commence les glissements vers une globalisation du corps: comme si c'est le corps en entier que je devenais, pieds chevilles, genoux cuisses, bassin mains bras colonne, nuque regard respiration
    5)Après çà n'est plus très clair, jusqu'à ce que ce "silence" cesse et que de fait je me rende compte que "quelquechose" vient de finir. A différencier de la somnolence qui intervient surtout au début (1 et 2)
    6)Là c'est soit la tranquilité, la fin de zazen arrive comme une surprise
    soit la question: combien de temps reste-il? en général la fin survient comme je suis en train de le penser.

    Dans la répétion je sais par expé que les nuances s'affinent très loin. Je me demande ce que cela deviendra dans zazen tel qu'on me l'a montré seulement s'assoir sans but ni esprit de profit, comme si j'entrais dans mon cercueil, concentré sur la seule posture, corps regard respiration. Zazen fini, je retrouve un monde dans lequel j'ai l'impression d'être autre. Pas tant "nouveau" que recentré sur des aspects de moi-mêmes, une partie de cet égo, partie étrange qui m'a poussé un jour vers zazen.
    sempaï.







    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5465
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: L'hôte et le client

    Message par Kaïkan le Lun 8 Aoû 2011 - 22:27

    lerouge a écrit:
    Kaikan dit: Il est couramment admis que la concentration consiste à amener, rassembler, toute la conscience en un point.
    Cela peut être un point sur le sol en face de soi, ou un point sur ou dans le corps, cela peut aussi être un point dans l’esprit : observer l’apparition et la disparition des pensées qui vont et viennent.
    Il y a donc souvent la recherche d’un point de concentration. On peut se débarrasser de cette habitude en pratiquant une concentration sur un non-point ce qui va nous amener à une non-concentration, c’est-à-dire un non-effort, un non-agir.

    On pourrait l’expliquer ainsi :

    • Au lieu de fixer un point sur le sol, on laisse le regard seulement posé sans fixer et on "regarde" le tout du champ visuel complet.
    • Au lieu de fixer un point sur ou dans le corps, on laisse sa conscience dans le creux de ses mains et on "sent " le corps tout entier et au-delà de la forme du corps comme un espace de perception illimité.
    • Au lieu d’observer l’hôte et l’invité, l’apparition et la disparition des pensées, on peut abandonner toute conscience particulière en étant seulement "assis" sans considérer quoi que ce soit…

    Evidemment on peut être accusé de quiétisme, de fainéantise ou de tout autre chose… Cela ne devrait pas perturber ce samâdhi…
    Il faut tenter de l’essayer pour voir, car ce n’est pas aussi facile qu’on pourrait le supposer



    1)D'abord, les pensées que je suis en train de penser
    2)Puis des pensées qui défilent et dont je m'étonne. L'égo qui regarde pense ce qu'il regarde. "Tiens, ce souvenir, y a longtemps que je n'avais pas pensé à ce truc.
    3)Retour sur la posture, souvent c'est préférentiellement un fragment du corps
    4)Là commence les glissements vers une globalisation du corps: comme si c'est le corps en entier que je devenais, pieds chevilles, genoux cuisses, bassin mains bras colonne, nuque regard respiration
    5)Après çà n'est plus très clair, jusqu'à ce que ce "silence" cesse et que de fait je me rende compte que "quelquechose" vient de finir. A différencier de la somnolence qui intervient surtout au début (1 et 2)
    6)Là c'est soit la tranquilité, la fin de zazen arrive comme une surprise
    soit la question: combien de temps reste-il? en général la fin survient comme je suis en train de le penser.

    Dans la répétion je sais par expé que les nuances s'affinent très loin. Je me demande ce que cela deviendra dans zazen tel qu'on me l'a montré seulement s'assoir sans but ni esprit de profit, comme si j'entrais dans mon cercueil, concentré sur la seule posture, corps regard respiration. Zazen fini, je retrouve un monde dans lequel j'ai l'impression d'être autre. Pas tant "nouveau" que recentré sur des aspects de moi-mêmes, une partie de cet égo, partie étrange qui m'a poussé un jour vers zazen.
    sempaï.

    Bonsoir lerouge,

    Disciple de Kosen ?




    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    lerouge
    Débutant
    Débutant

    Masculin Nombre de messages : 58
    Humeur : changeante parfois, paradoxale
    Date d'inscription : 05/08/2011

    Re: L'hôte et le client

    Message par lerouge le Lun 8 Aoû 2011 - 23:39

    bonsoir

    Deux variantes de la même réponse:

    Variante 1
    "Disciple? Non. Maître Kosen, je ne l'est jamais rencontré dans l'espace (au sens euclidien du terme) mais sur son site internet. Par son mondo en ligne et d'autres documents vidéo.Attachant et horripilant, il semble être un personnage qui se livre mais sans se montrer. Théatre de rire et d'austèrité. Par contre, j'ai rencontré la pratique au dojo zen de la Croix Rousse, "tenu" par Maître Christophe Ryu Rin Desmur qui a reçu la transmission de Maître Kosen."
    Variante2
    "Non."
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5465
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: L'hôte et le client

    Message par Kaïkan le Mar 9 Aoû 2011 - 7:09

    lerouge a écrit:bonsoir

    Deux variantes de la même réponse:

    Variante 1
    "Disciple? Non. Maître Kosen, je ne l'est jamais rencontré dans l'espace (au sens euclidien du terme) mais sur son site internet. Par son mondo en ligne et d'autres documents vidéo.Attachant et horripilant, il semble être un personnage qui se livre mais sans se montrer. Théatre de rire et d'austèrité. Par contre, j'ai rencontré la pratique au dojo zen de la Croix Rousse, "tenu" par Maître Christophe Ryu Rin Desmur qui a reçu la transmission de Maître Kosen."
    Variante2
    "Non."

    Bonjour lerouge,

    Sur la page d’accueil il y a une rubrique "présentation des membres".
    En ouvrant un fil, on peut se présenter et tous les membres actifs peuvent échanger quelques mots de bienvenue.
    C'est complètement facultatif, mais bien utile pour débuter sur le forum.

    Je te souhaite de fructueux échanges avec tous les membres... Very Happy
    Bienvenue... Smile


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: L'hôte et le client

    Message par fonzie le Mar 9 Aoû 2011 - 11:30

    Bonjour,

    si "l’hôte" est le forum
    et les "clients" (ou visiteurs) sont les membres qui pensent
    alors on voit comme une pensée peut en suggérer une autre:
    C'est complètement facultatif, mais bien utile pour débuter sur le forum.
    qui pourrait devenir déterminante dans un choix.

    lerouge a écrit: ... alors je peux me demander: le choix de qui?
    Je peux aussi me demander: comment vais-je pouvoir répondre à cette question? Pour qui est-ce que je dois me prendre pour être capable de m'imaginer être moi-même en train de faire ce choix? ...
    http://zen-et-nous.1fr1.net/t112p15-y-a-t-il-un-choix-avant-de-naitre#12823
    moi, j'ai vu sur des forums où c'est obligatoire de se présenter et en plus après la présentation du membre, l'admin décide ou pas d'activer le compte du membre, ces forums, j'y vais pas, parce que si ça commence comme ça, question liberté, je trouve que ça commence mal.

    j'ai aussi vu un forum, où après que je me sois présentée, j'ai été d'office modérée à 100 %, à cause de mes "vies antérieures" clown sur ce même forum, par expérience, je sais que là ça commence mal et ça finit mal.
    donc c'est pas la peine "d'incarner" nos pensées dans des forums qui sont pas adéquates à nos façons de penser. si par exemple, l'honnêteté des admins est facultative, ma politesse devient très vite facultative aussi et ça dégénère...

    je sais aussi qu'il y a la compensation...
    http://www.dictionnaire-juridique.com/definition/compensation.php
    et il m'arrive de faire de la compensation psy. qui est un "mécanisme d'auto-défense normal du Moi" de mes "vies antérieures" sur forums où que je me suis fait lynchée et exécutée sur la place publique, soit dans l'indifférence, soit dans la satisfaction d' autres membres.
    Certains appellent ça des "résidus émotionnels", moi j'appelle ça le déterminisme, qui devient un koan, quand on est déterminé à la liberté, peut-être un koan à résoudre pour se libérer, ch'ais pas.
    Quoiqu'il en soit, penser est un acte qui se concrétise plus ou moins.
    On peut penser et laisser s'envoler les pensées, on peut penser et les dire (concrétisation par la parole), on peut penser et agir (concrétisation par l'action).

    Yudo, maître zen a écrit:De toute façon, même si on pouvait remonter toutes les existences antérieures, et se les rappeler, en définitive, cela ne nous ramènerait jamais qu'à celle que nous vivons maintenant...
    http://zen-et-nous.1fr1.net/t112p15-y-a-t-il-un-choix-avant-de-naitre#12830
    hé oui ! Cool
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2861
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: L'hôte et le client

    Message par tangolinos le Mar 9 Aoû 2011 - 12:35

    Bonjour fonzie, bonjour à tous.
    fonzie a écrit:
    si "l’hôte" est le forum
    et les "clients" (ou visiteurs) sont les membres qui pensent
    alors on voit comme une pensée peut en suggérer une autre:
    Très intéressante intervention, tu nous fais regarder de plus haut pour voir le déploiement fractal.
    Le forum est un être immatériel à l'image de notre vraie nature.
    Ainsi le forum est un pur réceptacle de la condensation de nos pensées...

    Chacune de nos pensées crée une résonance plus ou moins tangible, qui par son inertie influence la consistance de nouvelles interventions...

    Certes la perfection d'une intervention ne génèrerait pas de réactions, aussi la perfection ne serait qu'imperfection pour la concrétisation de ce que serait le forum.

    Merci de trouver quelques sottises dans mes propos. albino
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5465
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: L'hôte et le client

    Message par Kaïkan le Mar 9 Aoû 2011 - 12:51

    tangolinos a écrit:Bonjour fonzie, bonjour à tous.
    fonzie a écrit:
    si "l’hôte" est le forum
    et les "clients" (ou visiteurs) sont les membres qui pensent
    alors on voit comme une pensée peut en suggérer une autre:
    Très intéressante intervention, tu nous fais regarder de plus haut pour voir le déploiement fractal.
    Le forum est un être immatériel à l'image de notre vraie nature.
    Ainsi le forum est un pur réceptacle de la condensation de nos pensées...

    Chacune de nos pensées crée une résonance plus ou moins tangible, qui par son inertie influence la consistance de nouvelles interventions...

    Certes la perfection d'une intervention ne génèrerait pas de réactions, aussi la perfection ne serait qu'imperfection pour la concrétisation de ce que serait le forum.

    Merci de trouver quelques sottises dans mes propos. albino

    Bonjour,

    Puisque tu le demandes j'aimerais être certain au sujet de la signification de :
    Certes la perfection d'une intervention ne génèrerait pas de réactions, aussi la perfection ne serait qu'imperfection pour la concrétisation de ce que serait le forum.
    Veux-tu dire : "Si une intervention était parfaite elle ne génèrerait pas de réactions, et de ce fait serait imparfaite pour mettre en valeur l'activité concrète que doit avoir un forum ?"... Question


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    lerouge
    Débutant
    Débutant

    Masculin Nombre de messages : 58
    Humeur : changeante parfois, paradoxale
    Date d'inscription : 05/08/2011

    Re: L'hôte et le client

    Message par lerouge le Mar 9 Aoû 2011 - 13:20

    Bonjour Kaïkan,
    Je crois que ce que Tangolinos me semble dire c'est que "ex perfecto nihil fit": de ce qui est parfait, rien ne peut surgir, advenir. Une demie vérité appelle sa moitié manquante, cet appel est un vide que la nature (qui a horreur du vide) va chercher à combler, et dont l'hôte contemple un instant le travail, rêve, s'endort, se reprend, se concentre à nouveau sur la posture. Les visiteurs quant à eux, les visiteurs, eh bien les visiteurs....
    Le forum, c'est lui, l'énigme. Pour satisfaire quel fantasme a-t-il été forgé? Fruit de quel karma, de quelle tendance à éteindre? Ce forum s'est créé lui-même pour en finir avec lui-même. Extinction de la bètise qui s'épuise à exprimer ce qui manque à être parfait.
    Quant à une intervention parfaite, je ne crois pas qu'elle soit trop à craindre. What a Face
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2861
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: L'hôte et le client

    Message par tangolinos le Mar 9 Aoû 2011 - 13:36

    Kaïkan a écrit:

    Bonjour,

    Puisque tu le demandes j'aimerais être certain au sujet de la signification de :
    Certes la perfection d'une intervention ne génèrerait pas de réactions, aussi la perfection ne serait qu'imperfection pour la concrétisation de ce que serait le forum.
    Veux-tu dire : "Si une intervention était parfaite elle ne génèrerait pas de réactions, et de ce fait serait imparfaite pour mettre en valeur l'activité concrète que doit avoir un forum ?"... Question
    C'est cela, la perfection se situe dans le non-manifesté... aussi si une intervention serait proche de la perfection elle passerait inaperçue.
    Analogiquement, sans galets le courant ne ferait pas de tourbillons.
    De même la lumière du soleil traverse l'espace incognito et nous devient visible par la coincidence avec les obstacles. Sans lumière ou sans obstacles rien ne serait visible.

    Pour le nouvel animateur de ce forum, se pose alors la question de trouver la juste mesure entre la perfection et l'imperfection des interventions.

    Oui Kaïkan c'est de la friction que jaillissent les étincelles, tâchons de montrer qu' il puisse y avoir dans ces fugacités la manifestation de la lumière éternelle.

    PS: excuses moi de me laisser encore influencer par cet Absolu, c'est plus fort que moi. albino
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: L'hôte et le client

    Message par Invité le Mer 10 Aoû 2011 - 10:37

    fonzie a écrit:Bonjour,

    si "l’hôte" est le forum
    et les "clients" (ou visiteurs) sont les membres qui pensent
    alors on voit comme une pensée peut en suggérer une autre:
    C'est complètement facultatif, mais bien utile pour débuter sur le forum.
    qui pourrait devenir déterminante dans un choix.

    lerouge a écrit: ... alors je peux me demander: le choix de qui?
    Je peux aussi me demander: comment vais-je pouvoir répondre à cette question? Pour qui est-ce que je dois me prendre pour être capable de m'imaginer être moi-même en train de faire ce choix? ...
    http://zen-et-nous.1fr1.net/t112p15-y-a-t-il-un-choix-avant-de-naitre#12823
    moi, j'ai vu sur des forums où c'est obligatoire de se présenter et en plus après la présentation du membre, l'admin décide ou pas d'activer le compte du membre, ces forums, j'y vais pas, parce que si ça commence comme ça, question liberté, je trouve que ça commence mal.

    j'ai aussi vu un forum, où après que je me sois présentée, j'ai été d'office modérée à 100 %, à cause de mes "vies antérieures" clown sur ce même forum, par expérience, je sais que là ça commence mal et ça finit mal.
    donc c'est pas la peine "d'incarner" nos pensées dans des forums qui sont pas adéquates à nos façons de penser. si par exemple, l'honnêteté des admins est facultative, ma politesse devient très vite facultative aussi et ça dégénère...

    je sais aussi qu'il y a la compensation...
    http://www.dictionnaire-juridique.com/definition/compensation.php
    et il m'arrive de faire de la compensation psy. qui est un "mécanisme d'auto-défense normal du Moi" de mes "vies antérieures" sur forums où que je me suis fait lynchée et exécutée sur la place publique, soit dans l'indifférence, soit dans la satisfaction d' autres membres.
    Certains appellent ça des "résidus émotionnels", moi j'appelle ça le déterminisme, qui devient un koan, quand on est déterminé à la liberté, peut-être un koan à résoudre pour se libérer, ch'ais pas.
    Quoiqu'il en soit, penser est un acte qui se concrétise plus ou moins.
    On peut penser et laisser s'envoler les pensées, on peut penser et les dire (concrétisation par la parole), on peut penser et agir (concrétisation par l'action).

    Yudo, maître zen a écrit:De toute façon, même si on pouvait remonter toutes les existences antérieures, et se les rappeler, en définitive, cela ne nous ramènerait jamais qu'à celle que nous vivons maintenant...
    http://zen-et-nous.1fr1.net/t112p15-y-a-t-il-un-choix-avant-de-naitre#12830
    hé oui ! Cool


    B'jour fonzie,

    Bonnes présentations... Hiroqua...
    Se fondre dans la foule... Rolling Eyes Suspect clown


      La date/heure actuelle est Ven 22 Sep 2017 - 15:29