Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Extrait d'un bouquin de Shundo Aoyama

    Partagez
    avatar
    lausm
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1472
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Extrait d'un bouquin de Shundo Aoyama

    Message par lausm le Mar 7 Jan 2014 - 0:11

    Tiens, nous parlions du Tenzo Kyokun, de l'art de voir, tout ça tout ça....j'ai trouvé ça dans le bouquin de Shundo Aoyama (dont le titre est : "Zen, graine de sagesse") qui parle de son expérience de Tenzo qui ne voit pas toujours très bien.


    "L'esprit parental.

    Afin de témoigner de ma gratitude pour les bienfaits de Bouddha, il m'est arrivé d'avoir à pratiquer la tâche de Tenzo, qui consiste à préparer les repas pendant les quelques jours que dure la retraite d'intense pratique de zazen que nous appelon sesshin.
    La cuisine m'occupait chaque jour depuis quatre heures du matin jusqu'à neuf heures du soir. Un jour, à la fin du repas, lorsque les plats vides retournèrent de la salle de méditation, je découvris avec consternation qu'un peu de nourriture était resté au fond de deux d'entre eux. Notre pratique religieuse ne nous permet pas de gaspiller ainsi la nourriture, je m'étonnai donc que cela ait pu arriver. Pour en avoir le coeur net, je scrutai attentivement les restes et j'aperçus dans les deux plats un cadavre d'insecte reposant sur un fragment de légume. Le pouvais facilement imaginer mes deux novices qui, à la vue de ces hôtes indésirables, avaient eu un haut-le coeur et perdu l'appétit. Affamées mais perplexes, elles avaient probablement dû se demander comment continuer leur repas et avaient souffert en silence.

    Dans son Tenzo Kyokun, Dogen s'était donné la peine d'écrire : « en tout premier lieu, contrôlez si dans le riz se trouvent quelque insecte, des pois, de la paille ou des cailloux et retirez-les avec soin. » Malgré toute mon attention, deux insectes avaient échappé à mon inspection.
    Après la sesshin, je saisis la première occasion pour faire mes excuses pour cette négligence. Je racontai en suite l'histoire suivante. Lorsque j'étais enfant, mon temple offrit l'hospitalité à un homme qui enseignait l'art d'élever des vers à soie. Notre invité me raconta un incident dont il avait été l'acteur peu de temps après qu'il eut été transféré dans notre contrée, la préfecture d'Aichi, dont il ignorait encore les coutumes. Bien que dans tout le Japon la cérémonie du thé soit très populaire, les gens de ma région en ont fait une habitude telle qu'ils servent le thé vert en poudre dans les règles de l'art comme ailleurs au Japon on sert du thé infusé.
    Un jour d'été, où il faisait une chaleur suffocante, cet homme eut très soif et d'arrèta dans une ferme pour demander à boire une tasse de thé. Dans notre préfecture d'Aichi, même une modeste ferme possède une petite salle pour la cérémonie du thé. En fait, le propriétaire de cette ferme était un vieux monsieur réputé pour être un expert dans la cérémonie du thé. Se méprenant sur la demande du professeur qui ne voulait que se désaltérer avec un peu de thé, le vieux fermier lui demanda de patienter quelques moments. Il alla aussitôt nettoyer la chambre pour la cérémonie du thé, puis endossa les vêtements appropriés à ce genre de réception. Le professeur fut très embarrassé, il ignorait tout de la cérémonie du thé et ne savait comment se comporter. Il se contenta d'avaler la tasse de thé que le vieil homme lui avait préparée avec tant de soins, et s'enfuit rapidement, très déconcerté.

    C'est maintenant que vient le plus important! Après le départ du professeur, le vieux fermier alla raconter l'incident à ses voisins : « j'ai servi du thé à un professeur qui est un tel connaisseur de la cérémonie du thé que j'aurais mieux fait de m'en abstenir plutôt que de lui être désagréable par mes manières imparfaites. » Quelqu'un d'ordinaire aurait fait savoir à tout le monde que ce digne professeur ignorait tout de la cérémonie du thé. Mais le vieux fermier pensait s'être mépris sur les désirs de son hôte et se faisait des reproches pour avoir créé une situation si pénible pour le professeur. Afin d'empêcher qu'une mésaventure de ce genre puisse de nouveau se répéter, le fermier s'était empressé d'avertir tous ses voisins.
    Sen no Rikyu, fameux maître de thé du XVIe siècle, enseignait ceci : « servez le thé en devenant le cour de votre invité. Buvez le thé en devenant le coeur de celui qui l'a préparé. La négligence de l'hôte devient négligence pour l'invité. La négligence de l'invité devient négligence pour l'hôte. »

    Il va sans dire que laisser un insecte flotter dans la nourriture est l'indice d'un cuisinier distrait. Mais un convive qui écarte de la nourriture avec ostentation parce qu'elle contient un insecte manque de considération pour le travail du cuisinier."



    Dernière édition par lausm le Mar 7 Jan 2014 - 15:18, édité 1 fois
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: Extrait d'un bouquin de Shundo Aoyama

    Message par fonzie le Mar 7 Jan 2014 - 11:11

    Bonjour,

    ce n'est peut-être pas trop dans le sujet de ce que tu veux dire, mais en tout cas merci, car ayant vécu il y a peu, une situation similaire, je ne peux m'empêcher de penser à l'interprétation quadripartite de M° Nishijima dont nous a souvent parlé Yudo, maître zen.
    http://zen-et-nous.1fr1.net/t914p2-la-vacuite-le-bien-et-le-mal-le-relatif-et-l-absolu#16543

    J'avais cuisiné du riz et à table, alors que mon fils avait déjà mangé du riz, il me dit soudain: "c'est quoi ce truc noir dans le plat du riz ?", comme j'avais fait aussi des champignons, je lui réponds: "sûrement un morceau de champignon qui est tombé dedans", il rapproche le plat vers lui, regarde attentivement et me dit: "Ha! ouais ! un morceau de champignon avec 2 ailes et des pattes !".
    Donc première partie, illusion dans l'idée qu'il n'y a que du riz dans le plat, par le sens de la vue; deuxième partie une observation précise et matérielle du truc noir par mon fils, c'est une mouche morte; et troisième partie, je fais l'action d'attraper mes lunettes pour avoir "un nouveau point de vue" que celui que je croyais pour que "le monde réel m'apparaisse". Et comme je n'avais pas encore mangé de riz, je n'en ai pas voulu parce qu'avec mes lunettes, j'ai vu le cadavre de la mouche dans le riz en gros plan et que j'aime pas les mouches. Mais cette troisième partie, "l'action", "synthèse des 2 premiers" points de vue, on peut voir comment le cause à effet a joué, car je n'avais pas encore mangé de riz quand mon fils a opposé sa vision matérialiste à ma vision idéaliste, alors que lui en avait déjà mangé, l'action dans le temps a été déterminante du choix et nous avons fait chacun le contraire de ce que nous aurions dû faire en fonction de nos visions respectives, dans ce cas précis.Tout ça pour dire que je pense que cette troisième partie, bien que "synthèse" des deux premières, est aussi double. Maintenant, la quatrième partie: "ineffable" et qui donc par définition ne peut se dire et que pour je ne sais quelle raison, j'essaie de dire,et bien cet ineffable, c'est toi qui le dis, tout ton texte le dit, car même si ma raison me dit que je suis encore dans l'illusion de projeter ton texte sur mon histoire personnelle, il y a le fait que ton texte me place (moi avec mon histoire) en même temps en tant que "hôte" et en tant qu'"invité" ou à la fois à la place du Tenzo et des novices. Et je pense que ce "en même temps" est important à la compréhension, même si je suis loin de comprendre.
    Mais, je peux aussi me planter complètement, car avec cette histoire de mouche, je doute de plus en plus de ma vue (au fait, zanshin! ça y est! j'ai un rdv chez l'ophtalmo.)
    avatar
    lausm
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1472
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Re: Extrait d'un bouquin de Shundo Aoyama

    Message par lausm le Mar 7 Jan 2014 - 15:24

    Douter de la vue, certes...mais ça n'empèche pas que tu exprimes-là une vision, d'ailleurs intéressante!
    Me rappelle la première fois que j'ai fait le tenzo : il y avait eu une mouche dans la gen mai! Argh!
    Mais je crois que lorsqu'on m'a fait annoncer la choucroute végétarienne avec des lardons, ça a fait oublier le truc!
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: Extrait d'un bouquin de Shundo Aoyama

    Message par fonzie le Mar 7 Jan 2014 - 19:46

    lausm a écrit:Me rappelle la première fois que j'ai fait le tenzo : il y avait eu une mouche dans la gen mai! Argh!
    Mais je crois que lorsqu'on m'a fait annoncer la choucroute végétarienne avec des lardons, ça a fait oublier le truc!
    pas si les "convives" l'avaient vu en gros plan avec des lunettes.




    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5492
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Extrait d'un bouquin de Shundo Aoyama

    Message par Kaïkan le Mer 8 Jan 2014 - 18:21


    Bonjour,

    C'est un très beau texte de Shundo Aoyama qui nous est proposé.
    Il a été judicieusement choisi et c'est très bien envoyé. Subtil et précis, ça touche bien et en douceur au cœur de la cible.
    J'ai bien apprécié... OK 






    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "

      La date/heure actuelle est Mar 17 Oct 2017 - 0:08