Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    LA SOLUTION DES DIFFICULTÉS...

    Partagez
    avatar
    gigi
    Amateur
    Amateur

    Féminin Nombre de messages : 476
    Localisation : Quebec
    Humeur : metta
    Date d'inscription : 26/06/2010

    LA SOLUTION DES DIFFICULTÉS...

    Message par gigi le Lun 15 Sep 2014 - 4:58

    INTRODUCTION
    de Louis Finot


     
  • LIVRE I
    Les antécédents

  •  
  • LIVRE II
    Les caractéristiques

  •  
  • LIVRE III
    La solution des difficultés







  • LA SOLUTION DES DIFFICULTÉS



    NB : La division en paragraphes a été ajoutée par le traducteur pour faciliter les références


    1. Chaque organe résulte d'un kamma spécial.

    Le roi dit :

    — Nâgasena, les cinq organes des sens procèdent-ils de kamma distincts ou d'un seul kamma ?

    — De kamma distincts.

    — Donne-moi une comparaison.

    — Si dans un même champ on sème cinq espèces de graines, ces graines différentes produisent-elles des fruits différents ?

    — Oui.

    — De même les cinq organes des sens sont produits par des kamma différents.


    2. Origine de l'inégalité des hommes.

    — Nâgasena, pourquoi tous les hommes ne sont-ils pas semblables ? Pourquoi ont-ils une vie longue ou brève ? Pourquoi sont-ils vigoureux ou maladifs, beaux ou laids, influents ou impuissants, riches ou pauvres, de haute naissance ou de basse extraction, intelligents ou sots ?

    — Et pourquoi, mahârâja, toutes les plantes ne sont-elles pas semblables ? Pourquoi sont-elles, suivant leur espèce, aigres, salées, amères, acides, astringentes ou douces ?

    — En raison de la différence des graines, je suppose.

    — De même les hommes diffèrent en raison de la différence des actes. Le Bienheureux a dit (72) : « Les êtres ont pour patrimoine leur kamma ; ils sont les héritiers, les descendants, les parents, les vassaux de leur kamma : c'est le kamma qui partage les hommes en supérieurs et en inférieurs. »

    (72) Majjhima-nikâya, III, 206.

    3. L'effort actuel ne produit ses résultats que dans la vie suivante.

    — Nâgasena, vous dites que le but de votre sortie du monde, c'est de faire cesser la douleur présente et d'empêcher qu'une autre ne prenne naissance. Ce résultat est-il dû à un effort antérieur ou à l'effort présent ?

    — L'effort présent, mahârâja, est inopérant [pour cette vie] : c'est l'effort passé qui est efficace.

    — Donne-moi une comparaison.

    — Si tu avais soif, est-ce alors seulement que tu ferais creuser une citerne ou un bassin pour boire ? Si tu avais faim, est-ce alors seulement que tu ferais labourer un champ, semer du riz, récolter le grain ? Si tu étais attaqué, est-ce alors seulement que tu ferais creuser des fossés, élever un mur, des tours de garde, des forts, amasser des vivres ? Est-ce alors seulement que tu apprendrais la manoeuvre des éléphants, des chevaux, des chars, le manie-ment de l'arc et de l'épée ?

    — Non, Vénérable.

    — De même l'effort présent est inopérant : c'est celui du passé qui est efficace.

    Le Bienheureux a dit (73) :

    Que l'homme fasse immédiatement ce qu'il sait lui être salutaire.
    Qu'il marche ferme dans la sagesse et non à la manière du charretier.
    Comme le charretier qui, ayant quitté la grande route unie
    et pénétré dans un sentier raboteux, se désole devant son essieu brisé,
    ainsi le sot, qui s'écarte de la bonne voie pour suivre la mauvaise,
    tombé dans la gueule de la mort,
    se désole comme le charretier devant son essieu brisé!

    (73) Samyutta-nikâya, I, 57.

    *
    4. Le feu de l'enfer.

    Message trop long raccourci par la modération.
    Suite en suivant ce lien : ici
    avec metta
    gigi

      La date/heure actuelle est Jeu 13 Déc 2018 - 22:12