Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    L'éveil de Mazu

    Partagez
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5465
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    L'éveil de Mazu

    Message par Kaïkan le Ven 21 Nov 2014 - 21:57


    Nányuè Huáiràng (南嶽懐譲, Japan: Nangaku Ejõ) (677–744)
    Mǎzŭ Dàoyī 馬祖道 (709–788) Jap: Baso Dö-itsu

    L'éveil de Mazu



    Pendant l'ère Kaiyuan (717-742) de la dynastie des Tang, il (Mazu) s'exerce à la méditation au monastère de la transmission de la loi (chuanfa yuan) du pic Heng. Il y rencontra l'abbé Rang qui vit tout de suite qu'il était un bon ustensile pour la doctrine.
    Huairang lui demanda un jour : « Révérend, dans quel but êtes-vous assis en méditation ? »
    Le maître (Mazu) répondit : « Pour devenir Bouddha. »
    Huairang prit alors un morceau de brique et se mit à le polir devant l'ermitage de Mazu.
    Le maître (Mazu) demanda : « Que voulez-vous faire en polissant ce morceau de brique ? »

    Huairang répondit : « Je la polis pour en faire un miroir. »

    Le maître (Mazu) dit : « Comment peut-on obtenir un miroir en polissant une brique ? »
    Huairang répondit : « Si l'on ne peut obtenir un miroir en polissant une brique, comment peut-on devenir Bouddha en restant assis en méditation ? »
    Le maître (Mazu) demanda : « Alors, que dois-je faire ? »
    Huairang lui répondit : « Il en est comme d'un buffle attelé à une charrette. Si la charrette n'avance pas, doit-on fouetter le buffle ou la charrette ? »
    Le maître (Mazu) resta sans réponse.
    (Huai)rang poursuivit : « Désires-tu apprendre à être assis en dhyâna ou à être assis en Bouddha ? Si tu veux apprendre à être assis en dhyâna, sache que le dhyâna ne relève ni de la position assise ni de la position couchée. Si tu veux apprendre à être assis en Bouddha, sache que le Bouddha n'a pas de caractéristiques déterminées. Au sein du dharma de l'absence de résidence, ne fais écho ni à l'obtention, ni au détachement. Tu es assis en Bouddha, tu tues le Bouddha. Si tu t'attaches à la notion de position assise, tu n'atteindras pas la vérité absolue. »

    Après avoir reçu cet enseignement, le maître (Mazu) eut l'esprit ravi comme s'il eut bu le nectar le plus exquis. Il se prosterna et demanda : « Comment utiliser le Cœur afin qu'il reste uni au samâdhi  sans caractéristiques ? »
    Huairang dit :
    « La méthode bouddhique de la terre du Cœur que tu étudies est le grain que l'on sème.
    Les principes bouddhiques fondamentaux que je t'expose sont les ondées du ciel.
    Les conditions karmiques sont réunies.
    Et tu peux voir la Voie. »

    Mazu demanda : « La Voie n'a pas de caractéristique formelle, comment peut-on la voir ? »
    Rang répondit : « On peut voir la Voie avec l'Œil de la Loi  de la terre du Cœur : on peut voir de même le samâdhi sans caractéristiques. »
    Le maître (Mazu) demanda : « Y a-t-il ou non production et destruction ? »
    Rang répondit : « Celui qui considère la Voie en termes de production et de destruction, d'accumulation et de dispersion, ne voit pas vraiment la Voie. Écoute ma stance :

    La terre du Cœur contient toutes les semences,
    Qui bourgeonnent au contact de l'humidité.
    La fleur du samâdhi est dénuée de caractéristiques,
    Comment y aurait-il destruction et accomplissement ? »


    Le maître connut alors l'éveil, son cœur et sa pensée furent ravis. Il servit son maître durant dix automnes, pénétrant chaque jour davantage le sens merveilleux et mystérieux (de la réalité).

    Sourceici


    Mazu - (Baso)


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "

      La date/heure actuelle est Mer 20 Sep 2017 - 22:01