Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Dōshin

    Partagez
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5407
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Dōshin

    Message par Kaïkan le Jeu 27 Nov 2014 - 18:05

    Traduction du moine zen Kaïkan Taïshin

    Shōbōgenzō (ch n° 94)


    Dōshin



    Dans notre poursuite de la Voie du Bouddha, en premier lieu, nous devrions considérer notre esprit de recherche de la Vérité comme étant la priorité. Ceux qui savent ce qu'est vraiment l'esprit de recherche de la Vérité sont rares bien sûr, donc nous devons demander ce qu'il en est auprès de ceux qui savent vraiment.

    Bien que l'on dise que les gens en général ont un esprit qui cherche la vérité, il y a ceux qui n'ont vraiment pas un esprit de recherche de la Vérité. Et il y en a certains qui ont vraiment un esprit de recherche, bien que cela soit ignoré par les autres. Donc, il est difficile de savoir qui a ou n'a pas cette sorte d'esprit. La plupart du temps nous n'écoutons pas ce que les gens idiots ou mauvais disent, d'autant moins que nous ne leur faisons pas confiance. Et nous ne devrions pas traiter notre propre esprit comme prioritaire, mais considérer seulement ce que Bouddha a exprimé comme étant essentiel. Constamment, jour et nuit, nous devrions garder à l'esprit notre recherche de la Vérité, désirant et priant pour réaliser quelle Vraie Sagesse est dans notre monde.

    Dans ces jours dégénérés du Dharma, ceux qui ont authentiquement un esprit qui cherche la Vérité ne sont pas nombreux. Et quand bien même, gardez en tête l'impermanence, et n'oubliez pas que le monde est transitoire et la vie humaine incertaine. Et nous n'avons pas besoin de garder consciemment à l'esprit la notion : "je pense à la rapidité du monde." Donnez juste l'accent au Dharma et ne prenez pas "mon corps" ou 'ma vie ' trop sérieusement. Et pour l'amour du Dharma, ne soyez pas plein de ressentiments envers votre corps ou votre vie.

    Ensuite, vous devriez profondément révérer les trois trésors : Bouddha Dharma et Sangha. Soyez désireux de faire des offres d'aumône aux Trois Trésors, même si cela signifie de changer votre vie ou de reformer votre propre soi. Que ce soit endormi ou éveillé, nous devrions avec respect garder à l'esprit les grands avantages spirituels des Trois Trésors, et, que l'on soit endormi ou éveillé, nous devrions avec respect faire appel aux Trois Trésors. Par exemple, pendant l'intervalle entre l'abandon de cette vie et sans être encore dans la prise de la vie suivante(prochaine), il y a ce que nous appelons "l'existence intermédiaire ". Cette existence dure pendant sept jours, pendant lesquels nous devrions garder à l'esprit de faire appel avec respect aux Trois Trésors, sans que notre voix ne cesse jamais. Quand les sept jours ont passé, on dit que nous mourons dans ce monde intermédiaire et recevons ensuite un autre corps pendant sept jours dans ce même monde. Aussi longue que cette existence suivante puisse être, elle ne surpasse pas sept autres jours. En ce moment, on voit et on entend absolument tout parfaitement, sans restrictions, comme il en est avec notre Œil spirituel. À un tel moment, nous devrions diligemment appliquer notre esprit et faire avec respect appel aux Trois Trésors, attentivement et sans cesse en récitant :

    Je me refugie dans Bouddha,
    Je me refugie dans le Dharma,
    Je me refugie dans le Sangha.

    Quand nous avons passé au-delà du monde intermédiaire, nous nous approchons d'un père et d' une mère, nous préparant "petit à petit" par la Connaissance Juste afin de nous confier à un utérus. Même quand nous sommes dans le Sein de la Maison Trésor, nous devrions respectueusement faire appel aux Trois Trésors.

    (Note : Le Sein de la Maison Trésor est la traduction du terme japonais : Nyoraizō (Skt. Tathāgata-garbha), qui pointe vers la Nature-de-Bouddha inhérente à tous les êtres vivants et par conséquent à leur potentiel de réaliser la bouddhéité.)

    Même tandis que nous sommes en train de naître, nous ne devrions pas négliger de respectueusement leur faire appel. Ce devrait être notre souhait le plus profond que, par nos six sens, nous puissions respectueusement faire des offres d'aumône aux Trois Trésors, leur faire appel et nous réfugier en Eux.

    Également, quand cette vie à nous se termine, nos deux yeux peuvent soudainement devenir sombres. À un tel moment, sachant que la fin de notre vie est venue, nous devrions nous efforcer de réciter les Refuges : "je me réfugie dans Bouddha …" et ainsi de suite. A ce moment, tous les Bouddhas dans les dix directions auront de la pitié pour nous afin que, en raison de la contribution de causes diverses, même les méfaits pour lesquels nous devrions envisager une renaissance dans un des trois mondes inférieurs d'existence sont renversés et nous sommes au lieu de cela renaissants dans un monde céleste ou réincarnés en la présence de Bouddha, là où nous pouvons respectueusement lui rendre hommage et l'entendre exprimer le Dharma.

    Après que l'obscurité soit venue devant nos yeux, nous devrions de suite nous efforcer de réciter les Trois Refuges, sans s'en soustraire, pas même pendant notre entrée le monde intermédiaire ou notre naissance prochaine. De cette façon, nous devrions à fond passer vie après vie, et d'âge en âge, à les réciter respectueusement. Nous ne devrions pas relâcher nos efforts même en arrivant à la Sagesse qui est la réalisation de la Bouddhéité. Ceci est le Chemin que tous les Bouddha et Bodhisattvas poursuivent. Nous appelons cela : "le profond éveil à la Loi" et "la Vérité de Bouddha inhérente en chaque être". De plus, vous devez prier que vous ne diluiez pas ceci avec des avis tenus par d'autres.

    Ainsi, dans votre durée de vie, vous devriez vous engager à devenir vous-même Bouddha et, en cultivant la Bouddhéité, vous devriez offrir à Bouddha trois sortes d'aumône. Ces trois sont un coussin de méditation, un récipient pour tenir l'eau douce et une lumière par lequel éclairer sa Nature Originelle. Ceux-ci sont ce que vous devriez faire comme votre offre d'aumône.

    Aussi, pendant votre durée de vie vous devriez faire une copie de l'Écriture du sutra du Lotus. Vous devriez respectueusement le noter et en faire une copie pour vous et la conserver. Vous devriez continuellement faire comme si une couronne était sur votre tête et vous incliner dans la révérence à Cela, faisant don d'adoration de fleurs, de l'encens, des bougies, de nourriture et des robes. Avec la couronne de notre tête toujours nettoyée, nous devrions offrir cette aumône sur la couronne de notre tête. (Ceci est fait en tenant l'offre des deux mains et levée au-dessus de la couronne de la tête, pas en le plaçant littéralement sur la tête).

    Aussi, mettez continuellement votre kesa* et asseyez-vous dans la méditation. Il y a des exemples du passé de quelqu'un réalisant la Vérité dans une troisième durée de vie comme le résultat de mettre un kesa. C'est déjà le costume de tous les Bouddhas dans les trois mondes temporels. Sa vertu méritoire est insondable. Faire de la méditation assise n'est pas la méthode de ceux qui errent dans les trois mondes du désir, de la forme et au-delà de la forme; c'est la méthode des Bouddhas et de tous les Patriarches.


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "

      La date/heure actuelle est Jeu 22 Juin 2017 - 18:40