Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Les passages les plus drôles du Canon Pali

    Partagez
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2823
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Les passages les plus drôles du Canon Pali

    Message par Yudo, maître zen le Jeu 18 Fév 2016 - 18:41

    Saccaka se fait rembarrer.

    Majjhima Nikaya 35, Culasaccaka Sutta

    Saccaka le vagabond se retrouve dans quelques suttas. Ici, il menace d'entraîner le Bouddha dans un débat sur les cinq agrégats et le non-soi, en proposant une série élaborée de métaphores sur la façon dont il va entraîner le Bouddha à la façon dont "un gros éléphant adorerait un jeu de lavage du chanvre'.

    Qu'est-ce qui est drôle?

    Ceendant que Saccaka se vante, il est forcé de se prendre un sacré coup à son amour-propre après une chute désastreuse. Il finit humilié, assis par terre et déprimé, mais comme dans le cadre de toutes les bonnes raclées dans un débat, il se trouve que c'était l'antidote nécessaire à son orgueil. Il finit arahant.

    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2823
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Les passages les plus drôles du Canon Pali

    Message par Yudo, maître zen le Ven 19 Fév 2016 - 8:39

    La fanfaronnade de Brahma

    Digha Nikaya 11, Kevaddha Sutta.


    Un moine cherche la réponse à la question, 'Où donc cessent sans reste les quatre grands éléments?' Il pose la question aux dieux, mais tous le renvoient toujours à l'échelon supérieur (ce qui en soi est une jolie satire de la nature bureaucratique des hiérarchies célestes) jusqu'à ce qu'il arrive au domaine de Brahma. Celui-ci apparaît et fanfaronne: "Je suis Brahma, le Grand Brahma, le Père de Tout...." (on croirait entendre Salvador Dali!) Cela dit, il continue à éluder la question. A la fin, face à la persistance du moine, il le prend par le coude, l'entraîne sur le côté et lui chuchote: "Ecoute, en fait, je n'ai aucune idée de la réponse à ta question. Tu aurais dû demander au Bouddha."

    Voilà un brillant démontage des prétentions religieuses. Le bruit et l'emphase se révèlent pour ce qu'ils sont. Evidemment, l'histoire est dirigée contre les brahmanes, mais d'autres textes montrent que le Bouddha respectait les bonnes pratiques des anciens brahmanes. Mais ce qui est montré ici, c'est que l'autorité religieuse s'appuie sur des signes et des effets de montre, et qu'avec un minimum de questionnements pertinents et persistants, n'importe qui peut en percer la surface.

      La date/heure actuelle est Lun 26 Juin 2017 - 3:57