Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Partagez
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5883
    Age : 71
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Kaïkan le Mar 2 Oct 2018 - 8:35


    Gigi a raison de croire que là où on s’assoit pour faire zazen c'est le dojo de ici et maintenant.
    Le Dhamma est partout, mais encore faut-il l'actualiser...
    Donc pratiquer.  aurevoir


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5883
    Age : 71
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Kaïkan le Dim 7 Oct 2018 - 8:25

    Anshu a écrit:
    Pax a écrit:Bonjour,

    Y en a t il qui pratiquent le zazen seuls chez eux car ils ne peuvent pas aller dans un dojo ? Comme c est mon cas.
    Y arrivez vous ? Quelles sont vos difficultés ?
    Arrivez vous a vous motiver ? A garder la régularité ?
    Ca m intéresserait d échanger avec ceux dont c est le cas.

    Merci
    Pax

    Bonjour,

    J'ai passé plusieurs années complètement isolé à pratiquer zazen (moins régulièrement que maintenant), mais je me suis aperçu que je pouvais me perdre, m'égarer... et je n'arrivais pas à avoir une régularité dans mes méditations. Il m'est arrivé de dire " Bon pas pour aujourd'hui..."
    Depuis je fais zazen chaque jour chez moi seul, je rejoins le groupe http://www.zen-occidental.net/pour des retraites et j'accueille quelques personnes pour une pratique hebdomadaire à mon domicile.

    Nous avons besoin de soutien dans la pratique, nous avons besoin de "règles" pour méditer, et lorsque nous sommes seuls, le risque est de passer outre ces "règles" et d'accommoder notre méditation. Cela a été le cas en ce qui me concerne lorsque je suis resté isolé.

    La pratique en commun permet de prendre soin de la méditation, des autres pratiquants. C'est un équilibre subtil dans lequel il ne doit pas y avoir d'allégeance au Maître, ni de lutte de pouvoir, ni de manipulation... Mais d'accord avec Yudo : "Si on dévie de l'épaisseur d'un cheveu, on se retrouve éloigné comme du ciel à la terre".

    Pax a écrit:Je crois que j ai oublié de vous demander si en plus de l assise vous lisez étudiez es ouvrages sur le zen ?

    Merci de bien vouloir m aider
    Pax

    Il y a quelques années maintenant je me posais la même question cf : http://www.zen-occidental.net/faq3.html#Z3 depuis je lis les sutras, des livres sur le zen.
    Mais à mon sens toutes ces lectures doivent être digérer, insérer, méditer par le corps, par la pratique. Cela ne doit pas rester une lecture intellectuelle.
    En recommandation je peux citer :


    • d'Eric Rommeluère :
      "S'asseoir tout simplement  - L'art de la méditation zen" un très bon livre d'Eric Rommeluère. Il est accessible facilement.
      "Les Bouddhas naissent dans le feu" - Un livre qui incite à se jeter dans la voie de la Grandeur
      "Le Bouddhisme n'existe pas" - A lire après les 2 autres à mon sens.

      De Shunryu Suzuki :
      "Esprit Zen, Esprit neuf" et "Libre de soi, libre de tout"  2 classiques qu'il ne faut pas louper.

      De Bernie Glassmann :
      "L'art de la paix" et "Comment accommoder sa vie à la manière zen"  sont des livres enracinés dans notre société actuelle.

      Les soutras :
      Soutras de Vimalakirti - Soutras du filet de Brahmä - Soutras du Lotus - Soutra des 10 terres - Soutra de l'entrée à lanka. Tous les soutras sont à lire comme des épopées, il n'est pas nécessaire de tout comprendre, mais il faut se laisser porter et demander quelques clés à un enseignant.


    Les mains jointes - Anshu

    Je me souviens que T. Deshimaru recommandait de pratiquer régulièrement en groupe pendant les dix premières années au moins. C'est ce que j'ai fait de façon très assidue pendant une vingtaine d'années.
    Par la suite il est beaucoup plus facile d'installer une pratique régulière même si on est isolé, qu'elle qu'en soit la raison.
    Pratiquer seul n'empêche pas de fréquenter des dojos de temps en temps. L'important est de bien comprendre que le groupe est un avantage et un inconvénient. Le fait d'être seul aussi.
    Lorsqu'on a vraiment acquis une incontestable indépendance on peut être en groupe ou seul, ce sera zazen de toute façon. En groupe on a l'impression que c'est plus facile, c'est comme dans un âtre : plus il y a de bûches et plus le feu est conséquent.
    Si on a installé chez soi un lieu pour zazen et qu'on respecte le protocole des dojos, on peut aussi, parfois, inviter des relations pour faire zazen.  Wink


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    chifoumi
    Amateur
    Amateur

    Féminin Nombre de messages : 134
    Humeur : Fluctuante ...
    Date d'inscription : 01/05/2018

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par chifoumi le Dim 7 Oct 2018 - 8:45

    Bonjour,

    Merci pour les références littéraires... j'avais commencé à lire "esprit neuf, esprit zen", cela m'incite à le finir, parmi la pile de livres qui m'attend Wink .

    Je suis bien d'accord qu'une pratique en groupe est profitable, mais que faire lorsque le dojo le plus proche est à 30 minutes de son domicile, et qu'on ne connait personne qui pratique zazen autour de chez soi...
    Est-ce un prétexte ?!
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3648
    Localisation : Paris
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Fred le Dim 7 Oct 2018 - 13:37

    A mon avis, les véritables décisions, celles qui aboutissent sur un acte fondamental pour la Voie, c'est bodaïshin qui les prend en quelque sorte.
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5883
    Age : 71
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Kaïkan le Lun 8 Oct 2018 - 14:22

    chifoumi a écrit:Bonjour,

    Merci pour les références littéraires... j'avais commencé à lire "esprit neuf, esprit zen", cela m'incite à le finir, parmi la pile de livres qui m'attend  Wink .

    Je suis bien d'accord qu'une pratique en groupe est profitable, mais que faire lorsque le dojo le plus proche est à 30 minutes de son domicile, et qu'on ne connait personne qui pratique zazen autour de chez soi...
    Est-ce un prétexte  ?!

    Si le dojo est difficilement accessible on y va moins fréquemment c'est sûr.
    Mais de toute façon il faut installer une pratique de zazen chez soi. Pourquoi le faut-il ? Parce que chez soi on ne dépend de personne et on doit tirer sur l'anneau de son nez pour se mettre courageusement sur le zafu.  Laughing


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Yudo, maître zen
    Maître zen
    Maître zen

    Masculin Nombre de messages : 3134
    Age : 70
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Yudo, maître zen le Lun 8 Oct 2018 - 23:15

    Kaïkan a écrit:
    chifoumi a écrit:Bonjour,

    Merci pour les références littéraires... j'avais commencé à lire "esprit neuf, esprit zen", cela m'incite à le finir, parmi la pile de livres qui m'attend  Wink .

    Je suis bien d'accord qu'une pratique en groupe est profitable, mais que faire lorsque le dojo le plus proche est à 30 minutes de son domicile, et qu'on ne connait personne qui pratique zazen autour de chez soi...
    Est-ce un prétexte  ?!

    Si le dojo est difficilement accessible on y va moins fréquemment c'est sûr.
    Mais de toute façon il faut installer une pratique de zazen chez soi. Pourquoi le faut-il ? Parce que chez soi on ne dépend de personne et on doit tirer sur l'anneau de son nez pour se mettre courageusement sur le zafu.  Laughing

    Ce qui permet de s'inscrire de temps à autre à une sesshin qui va compléter la pratique quotidienne chez soi, et la nourrir.
    avatar
    chifoumi
    Amateur
    Amateur

    Féminin Nombre de messages : 134
    Humeur : Fluctuante ...
    Date d'inscription : 01/05/2018

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par chifoumi le Mar 9 Oct 2018 - 0:21

    Oui, une sesshin, j'y ai songé...
    Il faut peut-être juste se lancer ? !
    Et savoir... où aller...
    avatar
    zanshin
    Modératrice
    Modératrice

    Féminin Nombre de messages : 940
    Age : 69
    Localisation : Suisse
    Emploi/loisirs : retraitée du corps médical (ordonnée nonne zen en 1984)
    Humeur : attentive
    Date d'inscription : 01/06/2013

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par zanshin le Mar 9 Oct 2018 - 5:21

    C'est aussi bien pratique quand il y a des annonces de sesshins.
    Cela se passe normalement sur le forum "Évènements, sesshins" : http://zen-et-nous.1fr1.net/f29-evenements-sesshins
    Il faudrait beaucoup plus de ce genre de notations dans cette rubrique... Wink


    _________________
    «Il faut deux ans pour apprendre à parler et toute une vie pour apprendre à se taire...»
    avatar
    Yudo, maître zen
    Maître zen
    Maître zen

    Masculin Nombre de messages : 3134
    Age : 70
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Yudo, maître zen le Mar 9 Oct 2018 - 9:41

    Evidemment, considérant la quantité remarquable de charlots déguisés en moine qui organisent des sesshins, je pense qu'il faut quand même faire un peu attention.
    Mais il y a quand même des trucs. Le temple Gudoji de Lyon en organise très régulièrement. Le centre zen du Boulay en Normandie aussi (lignée de Shunryu Suzuki). Il y a évidemment la Demeure sans limites, en Ardèche, et aussi Shoju Mahler (lignée de Sawaki par Okumura) au Zendo de l'Eau vive, à Alès. Puis, en Belgique, celles de Nicole de Merkline, à Louvain-la-Neuve, et de Didier Airvault à Bruxelles.
    J'en suis arrivé à déconseiller les sesshins azédistes, non pas pour leur refus de reconnaître quoi que ce soit en dehors d'eux, mais parce que j'en suis arrivé à la conclusion que leur enseignement est carrément néfaste.
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3648
    Localisation : Paris
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Fred le Mar 9 Oct 2018 - 19:23

    Je me demande quand-même s'il ne faut pas faire la part des choses. L'AZI est une grande association avec plein de zendo différents si j'ai bien compris. Dans le tas, il doit bien y avoir des maîtres sains. Je dis ça parce que je connais et beaucoup ici connaissent un membre qui se trouvait autrefois sur zen et nous, son pseudo c'était stephzen je crois. Aujourd'hui il est l'administrateur de zen forum sous le pseudo de HöKö. Eh bien Stéphane, c'est son prénom, qui pratique à l'AZI, semble content là où il se trouve et on voit bien d'après ses vidéos qu'il n'a pas un discours paramilitaire et égotique. Et pour avoir échangé avec lui, c'est plutôt quelqu'un de très doux. Donc personnellement, je crois qu'il est bon d'avertir les gens, de leur dire que le qualificatif de maître doit être éprouvé et que la bonne disposition d'esprit consiste à ne pas gober tout ce qu'on nous dit sous prétexte que c'est un maître qui le dit. Le Bouddha lui-même nous a d'ailleurs mis en garde contre ce genre d'attitude :

    « Ne croyez pas en quelque chose simplement parce que vous l’avez entendu. Ne croyez pas en quelque chose tout simplement parce des gens le disent et que c’est répété par de nombreuses personnes. Ne croyez pas en quelque chose simplement parce c’est écrit dans vos livres religieux. Ne croyez pas en quelque chose sur la seule autorité de vos professeurs et des anciens. Ne croyez pas aux traditions parce qu’elles ont été prononcées pour de nombreuses générations. Mais après observation et analyse, lorsque vous trouverez que tout est en accord avec la raison et est propice au bien et au profit de tous et chacun, alors acceptez-le et vivez pour cela. »
    Bouddha
    avatar
    Yudo, maître zen
    Maître zen
    Maître zen

    Masculin Nombre de messages : 3134
    Age : 70
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Yudo, maître zen le Mar 9 Oct 2018 - 20:37

    Sans doute, mais l'attitude "catholique zombie" (pour reprendre l'expression d'Olivier Todd) qui consiste à exclure de façon absolue tout ce qui est "hors de l'Eglise" (point de salut) et à, de la part des "maîtres" azédiques, fonctionner de façon  dogmatique et sans jamais recourir aux mécanismes de règlement des conflits institués par le Bouddha, mais à exclure sans entendre, à calomnier ceux qui ne se conforment pas, finit toujours par déteindre volens nolens sur les personnes les mieux disposées.
    Ce qui m'a valu un jour de recevoir un lettre d'insulte déguisée de la part d'une personne que j'avais reçue pendant des années chez moi, et que j'avais encouragée à pratiquer au dojo AZI près de chez elle, me disant que je ne valais rien.
    Agréable...

    Pour clarifier, j'ajoute que même si j'en ai ressenti un minimum d'amertume, je ne lui en veux pas. Je trouve simplement dommageable que les gens à qui je l'avais envoyé n'aient rien trouvé de mieux que me dénigrer et le pousser à m'envoyer ce genre de lettre. Je suis surtout désolé pour eux.


    J'ajouterai que ce qui me décourage surtout, ce n'est pas mon sort personnel. Je suis trop bien tout seul, et trop réticent à me donner en pâture à l'admiration de personnes qui seraient susceptibles de me voir comme un maître, pour désirer qu'il en soit autrement, et mon parcours de vie m'a fait un cuir particulièrement épais. Non. C'est lorsque je vois ce qui arrive à tous ceux qui, pour une raison ou pour une autre tombent en défaveur dans cette organisation, et qui se retrouvent ostracisés, voire parfois persécutés (les calomnies dont je parle parfois touchaient une personne que je connais dans des circonstances où j'étais témoin que c'étaient vraiment des calomnies), et d'autres que j'ai croisées, ici ou là, et pour qui, parce qu'elles sont mal préparées à ces choses, le vivent toujours comme une déchirure, déchirure qui aurait été parfaitement évitable.

    Je ne nie pas qu'il puisse y avoir des personnes sincères, ce serait un comble. Mais des personnes sincères abusées par des escrocs cela peut faire énormément de mal, en toute sincérité...
    avatar
    chifoumi
    Amateur
    Amateur

    Féminin Nombre de messages : 134
    Humeur : Fluctuante ...
    Date d'inscription : 01/05/2018

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par chifoumi le Mer 10 Oct 2018 - 3:23

    Je confirme qu'Hökö est quelqu'un de simple et ouvert, qui laisse s'exprimer librement les intervenants sur son forum et qui met ses connaissances au service des autres et propose des vidéos bien expliquées qui personnellement m'ont beaucoup aidée à comprendre des notions du bouddhisme.
    avatar
    zanshin
    Modératrice
    Modératrice

    Féminin Nombre de messages : 940
    Age : 69
    Localisation : Suisse
    Emploi/loisirs : retraitée du corps médical (ordonnée nonne zen en 1984)
    Humeur : attentive
    Date d'inscription : 01/06/2013

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par zanshin le Mer 10 Oct 2018 - 5:22

    Il faut dire aussi que l'AZI est une très grande organisation.
    C'est devenu un peu ce qu'on appelle une "usine à gaz".  Laughing
    Au début d'ailleurs tout le monde faisait partie de l'AZI y compris Yudo. Alors dire que maintenant se sont des "dangers publics", c'est un tantinet exagéré quand même. Il y a vraiment de tout dans ce truc et il est possible de rencontrer des gens sincères et compétents. Le seul bémol c'est que ces gens sincères et compétents n'ont pas le pouvoir et que ceux qui le possèdent ont pris et continuent à prendre des directions parfois plutôt tendancieuses.
    D'un autre côté il y a aussi le fameux Stéphane Thibaut (Kosen) qui organise des sesshins  qui permettent de pratiquer dans une atmosphère agréable du moment qu'on ne prend pas tout son fanclub trop au sérieux.  Wink


    _________________
    «Il faut deux ans pour apprendre à parler et toute une vie pour apprendre à se taire...»
    avatar
    Yudo, maître zen
    Maître zen
    Maître zen

    Masculin Nombre de messages : 3134
    Age : 70
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Yudo, maître zen le Mer 10 Oct 2018 - 7:37

    Effectivement.

    Et dans le style, je vous donne ma version française d'un texte de Brad sur le Zen et ce qu'il croit qu'il est en train de devenir aux USA. La comparaison est intéressante.

    J'ajoute ici que la re-publication de ce texte suit un épisode où le dernier enseignant ayant connu Suzuki qui enseignait au SFZC vient d'être viré non pour un truc qu'il aurait dit, mais à cause d'une lettre d'une femme qui a CRU entendre autre chose que ce que l'enseignant a pu dire en conférence.
    Le politiquement correct sévit tellement, désormais aux USA que, plutôt que de perdre des subsides, on vire préventivement quiconque est accusé, même faussement, de quelque chose.
    (voir: http://hardcorezen.info/challenging-cherished-beliefs/6016)

    Comme vous pouvez le constater, nous ne sommes pas seuls à voir les choses se déglinguer à toute vitesse.


    Dernière édition par Yudo, maître zen le Mer 10 Oct 2018 - 21:12, édité 1 fois
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5883
    Age : 71
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Kaïkan le Mer 10 Oct 2018 - 21:00


    Yudo a écrit:Et dans le style, je vous donne ma version française d'un texte de Brad sur le Zen et ce qu'il croit qu'il est en train de devenir aux USA. La comparaison est intéressante.

    Shocked   ???  Shocked
    J'ai l'impression que dans son message précédent Yudo a omis de nous envoyer son texte de traduction.  Laughing


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Yudo, maître zen
    Maître zen
    Maître zen

    Masculin Nombre de messages : 3134
    Age : 70
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Viande séchée de bête sauvage

    Message par Yudo, maître zen le Mer 10 Oct 2018 - 21:08

    Brad Warner a écrit:Viande séchée de bête sauvage (Wild Beast Jerky) http://hardcorezen.info/wild-beast-jerky-2/6033

    Publié par Brad le 10 octobre 2018

    Voici une vieillerie qui est bonne et dont la re-publication semble appropriée aujourd'hui. Merci à Chris Burnham pour me l'avoir rappelée.


    Bodhidharma dans un bon jour

    J'ai aucune idée de ce qu'est le Zen ou de comment  ça doit être.
    Je ne sais pas ce qu'est un moine zen ou comment il faudrait les ordonner.
    Je ne sais pas ce que veut dire être un "maître zen" ou même un enseignant de Zen.
    Je ne saurais évaluer la valeur relative d'une manière de pratiquer par rapport à une autre, ou les résultats d'une forme de pratique sur ceux d'une autre. Je ne vois même pas l'intérêt d'essayer.
    Je ne sais même pas ce que veut dire être un étudiant du Zen. C'est pourquoi je suis si confus lorsqu'on me demande à compter parmi mes étudiants.
    Je n'essaie pas de me montrer difficile et "Zen" en disant tout ça. Je suis complètement à 100% sérieux et dépourvu d'ironie. Je suis sincère. Absolument.
    Je peux parler un peu de ce que le Zen veut dire pour moi, peut-être. Pour moi, le Zen est comme une sorte de bête sauvage affolée avec de grands crocs et des griffes tranchantes. La tâche que je me suis assignée est de tenter d'apprivoiser cette bête pour faire en sorte de pouvoir dormir à côté dans la chaleur de sa fourrure avec un certain degré de confiance qu'elle ne va probablement pas décider de me mettre en pièces, de m'étriper, et de me manger.
    Cette bête n'est pas un gentil minet ou un gentil chien-chien. Non seulement est-elle sauvage, mais elle est folle. Même si elle ne me tue pas cette nuit, elle pourrait le faire demain. Elle est totalement imprévisible.

    Le consensus qui est en train d'émerger dans le Zen américain, d'autre part, me paraît une tentative de capturer cette bête, de l'anesthésier, de lui arracher griffes et crocs, et de lui faire engendrer une descendance apprivoisée sans crocs et sans griffes. Cette progéniture pourra alors être abattue, et leurs corps pourront être séchés et salés, puis emballés dans des feuilles de plastique avec dessus une photo de la bête oroginelle et les mots "Viande séchée de bête sauvage" en rouge feu et un slogan dessous qui dirait, "Pourrez-vous dompter la bête sauvage?"

    Veuillez comprendre que je ne suis pas en train de tenter de décrire tous les maîtres, tous les centres et toutes les expériences zen qui se déroulent dans les cinquante états américains et leurs territoires et possessions. je décris ce que je vois émerger de l'agrégat de consensus qui est en train de prendre rapidement forme lors des rencontres ou des représentants auto-sélectionnés du Zen américain se rencontrent pour discuter de ce qu'ils croient que devraient être leur création. Et le fort consensus que j'observe en est un de "la standardisation est la bonne direction". Parce que la standardisation est plus sûre et plus cohérente. C'est ce qui a fait le succès de McDonald's. Ils offrent peut-être pas le meilleur hamburger du pays, mais partout où vous allez, ç'a exactement le même goût et c'est moins susceptible statistiquement de vous filer la courante.
    La façon dont je comprends les débuts de ce que nous connaissons maintenant comme les formes monastiques de la pratique du Zen est comme suit: D'abord il y a eu le premier petit groupe qui s'est formé autour du Bouddha en Inde. Une partie de ce que nous faisons aujourd'hui en dérive. Ils ont organisé leurs formes et pratiques monastiques au fur et à mesure.
    Le Bouddha n'avait pas été le premier à tenter de découvrir les vérités les plus profondes en s'asseyant tranquillement et en les observant oeuvrer en dedans de lui-même. Plein d'autres l'avaient fait. L'innovation majeure du Bouddha a été de créer une méthode pour enseigner aux autres comment faire ce que lui-même avait fait, et transformer ce qui avait été une pratique individuelle en une pratique qui pouvait être menée en communauté avec les autres.
    Il n'est pas parti pour organiser une religion, ni même un ordre monastique. Il s'est mis en route pour trouver la vérité pour lui-même. Une fois qu'il l'a eu découverte, il a commencé par penser qu'il serait inutile même d'essayer d'en parler à quiconque. Personne ne pourrait capter. La légende veut que le dieu Indra lui ait demandé d'enseigner aux autres ce qu'il avait appris. C'est pourquoi il a au moins essayé.
    Avance rapide d'un millier d'années ou quoi, et nous voici arrivés à Bodhidharma. Bodhidharma était ce type grincheux qui voulait juste rester assis tout seul et découvrir la vérité. Il avait voyagé ver le nord de sa patrie en Inde, et s'était trouvé une caverne quelque part dans ce que nous appelons aujourd'hui la Chine. Il s'est assis dans sa caverne pendant neuf ans à méditer seul.
    La rumeur s'est propagée qu'il y avait un bizarre qui restait assis dans sa grotte, et bientôt, quatre personnes — trois hommes et une femme — ont voulu se joindre à lui. J'aime à les imaginer se présenter timidement l'un après l'autre à la grotte et  demander s'ils pouvaient s'asseoir avec lui. Bodhidharma était probablement tout aussi grognon et grincheux que dans les dessins et les statues qui le représentent. Il était probablement du genre, "Grrrr. D'accord. Asseyez-vous là. Et me faites pas chier ou je vous sors d'ici à coups de pieds au train!" Il leur a probablement fait nettoyer la place et faire d'autres trucs en échange de l'autorisation à rester.
    C'est là la base d'absolument tout ce que nous faisons en pratique du Zen. C'est tout là, juste pour rendre possible de s'engager dans une pratique personnelle de la méditation dans un groupe. Rien d'autre. Tout ce qui ressemblerait à une tentative de standardiser les choses n'est là que pour s'assurer que la pratique de personne ne va gêner celle d'un autre. C'est tout. Nous sommes là pour nous soutenir mutuellement et rester à l'écart du chemin des autres. Les hiérarchies n'existent que pour faire en sorte que tout roule sans anicroche. Si c'est quoi que ce soit d'autre, ce n'est que des interférences inutiles.
    Personne ne peut mesure la pratique d'un autre. OK, ils peuvent s'ils le veulent, mais c'est une perte de temps et d'énergie stupide. Quiconque vous raconte que votre pratique est meilleure ou pire que celle d'un autre n'a aucune idée de ce dont il parle. Quiconque vous raconte que vous avez réussi quelque chose ou résolu quelque chose ou manqué à réussir ou résoudre quelque chose ne fait que vous embrouiller. Il n'existe aucune raison au monde pour écouter ce genre de sottises.
    Vos maîtres ne sont même pas des maîtres. C'est juste des personnes qui ont fait ce truc un peu plus longtemps. Ils travaillent sur le même sujet que vous. Vous pourrez parfois apprendre d'eux. Et parfois, vous feriez mieux de pas faire comme eux.
    Je n'essaie jamais de rien enseigner à personne. Toute ma démarche est d'essayer d'en apprendre le plus que je peux sur zazen, et le rôle que j'ai d'être le type qui donne des conférences et des entrevues particulières durant les retraites et qui écrit des livres, m'aide à faire ça. Si d'autres que moi bénéficient de voir ça se produire, génial. C'est super. Mais je n'ai aucun message pour personne. Je n'exagère pas. Je le pense vraiment.
    Un des aspects les plus brillants de la tradition zen, c'est que quiconque qui a été fait "maître" peut faire de quelqu'un d'autre un prêtre ou un "maître" de quelque manière qu'il le juge utile. Et personne n'a rien à y redire.
    L'ordination de personne n'a à être approuvée par aucun comité ou organisation. Personne n'a rien à dire sur la quantité d'expérience que la personne ordonnée devrait avoir ou à travers combien de cerceaux bureaucratiques elle devrait sauter, à part l'enseignant de cette personne.
    Pour moi, c'est absolument du pur génie. Certes, il y a quelques institutions religieuses et bureaucratiques qui se réclament du Zen, mais elles n'ont absolument pas plus de légitimité qu'un type quelconque qui déciderait par caprice que le type qu'il vient de croiser dans l'ascenseur mérite qu'on lui donne la transmission du Dharma.
    Il y a tout un tas de types en Amérique qui aimeraient que ça change. C'est trop chaotique! C'est hors contrôle!
    Mais selon moi, la nature chaotique et incontrôlable du système actuel, éprouvé par le temps, est précisément tout l'intérêt.
    Par le passé, l'aspect le plus sauvage du Zen a toujours été autorisé à co-exister avec l'aspect institutionnel. On le comprend très bien en Extrême-Orient, que les grosses boîtes bouddhistes doivent leur existence même aux pionniers qui étaient totalement incontrôlés et dés-institutionnalisés. Je crains fort qu'en Amérique nous ne soyons en train de nous acheminer vers la destruction totale de cet aspect sauvage du Zen. C'est la façon américaine de faire. Pareil que ce que nous avons fait de nos traditions domestiques qui ont évolué de la même manière. Pareil que ce que nous avons fait de nos centre-villes et de nos restaurants à hamburgers indépendants.
    Il me semble certain que ceux qui, en Amérique, veulent transformer tout ce chaos en Viande séchée de bête sauvage réussiront à terme. Et j'en suis très triste.Leurs descendants dans le Dharma se poseront en juges de ce qui ne peut être jugé, et le Zen américain tournera en rien d'autre que juste une autre religion institutionnelle de merde en belles robes et jolies cérémonies autour d'une coquille morte et vide de quelque chose qui jadis aurait pu être important.
    Même là, j'entends continuer à me battre à mort jusqu'à la fin. Si vous voulez vous joindre aux perdants, vous avez mon soutien. Offrons leur au moins une bagarre dont ils se souviendront.
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3648
    Localisation : Paris
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Fred le Ven 12 Oct 2018 - 14:43

    On n’amène personne à la sauvagerie. Ceux qui sont amenés ce sont les suiveurs, Brad veut-il créer un troupeau de lion ?
    Si tu dis à un lion, « viens, je vais faire de toi un lion », il va à l’instant essayer de te dévorer.
    Celui qui n’essaye pas de te dévorer n’a rien en lui-même du lion, c’est à dire de la sauvagerie d’un Bodhidharma. On ne crée pas un Bodhidharma à partir d’un mouton qui voudrait être ami.
    Le Bodhidharma se crée lui-même par sa volonté de tuer le Bouddha.
    Tout le monde n’a pas vocation à être lion, peu l’ont en réalité, et c’est pourquoi les rares qui le sont, sont dit sauvages ; et Ils vivent à l’écart des troupeaux, y compris des troupeaux qui se forment pour combattre une soit disant perte de l’esprit sauvage, car un tel esprit n’hésiterait pas à faire d’un tel troupeau qui se voudrait son ami, son dîné. Que celui qui prétend défendre la sauvagerie du zen, commence par ne pas essayer de convaincre des soldats dans le but de créer une armée. Qu’il agisse seul sans attendre qu’on se rallie à sa cause, tel un esprit sauvage précisément.

    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3648
    Localisation : Paris
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Fred le Ven 12 Oct 2018 - 16:59

    Tout ça pour dire, qu'il y-a encore du zen sauvage. clown  Laughing
    Mais personne ne vous y forme. king
    avatar
    zanshin
    Modératrice
    Modératrice

    Féminin Nombre de messages : 940
    Age : 69
    Localisation : Suisse
    Emploi/loisirs : retraitée du corps médical (ordonnée nonne zen en 1984)
    Humeur : attentive
    Date d'inscription : 01/06/2013

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par zanshin le Mar 16 Oct 2018 - 5:21

    Tout dépend ce qui est entendu par esprit sauvage.
    Si c'est compris comme un qualificatif impliquant la liberté par rapport à des esprits enfermés dans leurs habitudes conceptuelles, on peut tout à fait trouver cela justifié. Surtout lorsqu'il est question de moines solitaires recherchant avant tout un lieu paisible pour méditer toute la journée.
    Par contre voir une sorte d'attitude barbare avec l'incapacité de s'adapter aux contraintes sociales, ce n'est certainement pas dans l'orientation des pratiquants de zazen.
    C'est mon avis en tout cas.  flower  queen  flower


    _________________
    «Il faut deux ans pour apprendre à parler et toute une vie pour apprendre à se taire...»
    avatar
    Yudo, maître zen
    Maître zen
    Maître zen

    Masculin Nombre de messages : 3134
    Age : 70
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Yudo, maître zen le Mar 16 Oct 2018 - 13:50

    Je donne tout à fait raison à Zenshin.
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3648
    Localisation : Paris
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Fred le Mar 16 Oct 2018 - 14:51

    Moi aussi, et je prends son intervention comme le lien qui manquait.
    avatar
    esprit du débutant
    Amateur
    Amateur

    Masculin Nombre de messages : 227
    Age : 44
    Localisation : BdR 13
    Emploi/loisirs : educateur guitariste
    Date d'inscription : 12/02/2013

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par esprit du débutant le Mer 17 Oct 2018 - 0:19

    "viande séchée de bête sauvage"
    L'expression est forte quand même, et semble être à la hauteur de sa préoccupation. En tout cas Brad Warner nous apporte sa vision simple et compatissante de la pratique en groupe.

    Brad a écrit: "…C'est là la base d'absolument tout ce que nous faisons en pratique du Zen. C'est tout là, juste pour rendre possible de s'engager dans une pratique personnelle de la méditation dans un groupe. Rien d'autre. Tout ce qui ressemblerait à une tentative de standardiser les choses n'est là que pour s'assurer que la pratique de personne ne va gêner celle d'un autre. C'est tout. Nous sommes là pour nous soutenir mutuellement et rester à l'écart du chemin des autres. »

    J'en retiendrai qu'il est important, lorsque je me réveille au petit matin, de rester attentif à ce que je ne me retrouve pas enfermé dans le nid douillet des attachements aux habitudes conceptuelles à mâchouiller un bout de viande séchée, mais bien contre le poil dru et chaud de la bête sauvage. Car cette critique qu'il fait sur la standardisation de l'institution, je pense qu'on peut l'appliquer à soi-même car effectivement, sûreté et cohérence nous éloignent de la bête sauvage.
    avatar
    Rémi
    Débutant
    Débutant

    Masculin Nombre de messages : 83
    Age : 29
    Localisation : Nord Est de la France
    Emploi/loisirs : musique, peinture, littérature ...
    Humeur : changeante, évidemment.
    Date d'inscription : 12/12/2017

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Rémi le Jeu 18 Oct 2018 - 14:41

    Ce texte de Brad est vraiment très bien. Merci Yudo de nous en avoir fait une traduction.

    Je ne serai pas aussi pessimiste que Brad sur la bataille perdue d'avance. A un moment donné, quelque chose finit toujours pas être déformé, institutionnalisé, récupéré. On en trouve un exemple vraiment frappant avec le mouvement punk (que Brad connait bien et qui explique une bonne partie de son rapport au zen sauvage), où des tas de jeunes (ou moins jeunes) révoltés contre un système plutôt capitaliste finissent par devenir des produits de ce capitalisme (quelques exemples en vrac pour ceux à qui ça parle : Nirvana, les Sex Pistols, ou même en dehors du punk, les légendaires T-shirts à l'effigie de Che Guevara). C'est caractéristique d'un processus de récupération vraiment vieux. C'est par exemple Baudelaire qui se tape des procès pour ses poèmes, mais qui, quelques siècles plus tard, mal compris, avec son venin en moins, devient un auteur scolaire. On ne lit plus sa subversion, on admire ses figures de style.

    Ca arrive, ça arrivera, peut-être avec le Zen américain. Ok. Mais il y a toujours et il y aura toujours, à la marge, des gamins qui feront du bruit "sauvagement" dans le garage d'un pote, échappant à tout contrôle (et je crois que c'est aussi du zen), il y aura des adolescents qui comprendront en lisant Baudelaire autre chose que la recherche formelle.

    On vend déjà beaucoup de zen. Déjà ça ne veut parfois plus rien dire. Il y a quand même des gens qui, ça et là, auront le "vrai" truc. Même si on ne le sait pas.

    En tout cas je l'espère !
    avatar
    Lumpinee
    petit fleuron
    petit fleuron

    Nombre de messages : 607
    Date d'inscription : 03/10/2010

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Lumpinee le Mer 24 Oct 2018 - 10:06

    Je suis souvent surpris de constater que pour beaucoup, zazen est un effort. Ca l'était peut etre au tout début pour moi, mais c'est vite devenu un plaisir. Bon, je médite 2 fois 20 min, c'est pas non plus digne du stoicisme... Very Happy
    avatar
    Rémi
    Débutant
    Débutant

    Masculin Nombre de messages : 83
    Age : 29
    Localisation : Nord Est de la France
    Emploi/loisirs : musique, peinture, littérature ...
    Humeur : changeante, évidemment.
    Date d'inscription : 12/12/2017

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Rémi le Lun 29 Oct 2018 - 12:41

    Une bonne part de l'effort lié au Zazen est toujours "de circonstance" quand on mène une vie mondaine.

    Il est évident que la tendance d'une société est plutôt orientée vers des formes de luttes, des tentatives d'appropriations, de productions. Guerre, guerre économique, aspiration à une élévation sociale, injonction parfois vicieuse à la consommation... Accélération de l'invasion du collectif dans la sphère privée avec internet, le téléphone. Réduction du temps de parcours des distances qui fait qu'il y a plus d'endroits où l'on pourrait être plutôt que sur son zafu.

    Plus basiquement : si vous essayez de faire zazen en vivant en société, famille ou amis, il n'est pas facile de vous faire comprendre. Trouver 30 minutes pour aller s'assoir sur son zafu, voilà où se situe l'effort. Il faut faire comprendre à votre femme, à votre chat, à votre nièce, que vous allez passer 30 minutes à "ne rien faire". Alors qu'il faut passer l'aspirateur, chercher du travail, alors que votre chat veut jouer. Il y a toujours quelque chose à faire. Les gens se vexent. "Tu préfères rester seul 30 minutes au lieu d'être avec moi ? Tu es donc bien égoïste, j'ai donc si peu d'importance pour toi..."

    Vous avez aussi une voix dans votre tête qui vous dit "Tu ne peux pas faire zazen, il y a des choses plus importantes à faire. Est-ce que tu as été lire tes mails ? Chercher ton courrier ? Et cette tante que tu dois appeler depuis deux semaines, si tu lui téléphonais au lieu de méditer ? Et ton rendez-vous médical pour te faire enlever les dents de sagesse, que tu aurais du prendre depuis trois mois déjà ? Et ton affiliation à une mutuelle ? Etc."

    C'est aussi pour ça que le dojo a une importance fondamentale. Vous y aller : personne ne vient vous y chercher. Socialement, ça passe. Vous allez faire un truc, un peu bizarre pour les autres, certes, mais "vous aller faire un truc" quand même. C'est pas comme "ne rien faire chez soi". Les gens comprennent un peu mieux, c'est comme aller au yoga ou au foot. Et votre voix accusatrice et mondaine aussi vous embête moins, elle aussi comprend un peu mieux.

    Faire zazen chez soi, d'un point de vue logistique, c'est plus simple. Si on veut pratiquer tous les jours, c'est obligé. Mais l'effort c'est de créer les conditions où la réalisation d'une bonne médiation est possible. En fait, si vous réussissez à réunir les conditions, la méditation est forcément bonne, même si elle est mauvaise. Ces conditions de réalisation, pour les réunir, il faut un peu de préparation pour soi et pour les autres, si on vit avec d'autres. Si on arrive à les réunir, à s'assoir plus ou moins seul, alors le reste est déjà plus facile. C'est l'aspect mondain du zazen, l'intégration du zazen dans sa vie, qui demande un effort. Lui donner une place, une vraie place. Sinon, zazen en soi est sans effort.

    Contenu sponsorisé

    Re: Qui pratique seul zazen sans aller dans un dojo ?

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 17 Déc 2018 - 4:18