Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    La toute nouvelle version en français de la Prajnaparamita, avec la musique et le texte

    Partagez
    avatar
    AncestraL
    petit fleuron
    petit fleuron

    Masculin Nombre de messages : 637
    Localisation : Lille
    Emploi/loisirs : éducateur/agent de probation
    Humeur : Sat Chit Ananda
    Date d'inscription : 01/10/2012

    La toute nouvelle version en français de la Prajnaparamita, avec la musique et le texte

    Message par AncestraL le Lun 18 Sep 2017 - 15:43

    Voici le texte avec la musique de la toute nouvelle version du Soutra du Coeur, suivi de d’un texte de Thay expliquant les raisons de la nouvelle traduction.

    https://villagedespruniers.net/chant/la-toute-nouvelle-version-en-francais-de-la-prajnaparamita-avec-la-musique-et-le-texte/








    Les raisons de la retraduction du Soutra du Cœur de la Compréhension Parfaite (Prajnaparamita-Hridaya Sutra)

    Le message d’explication de Thay à ses étudiants, traduit du vietnamien. Thay a écrit ce texte le 22 août 2014 après avoir achevé le premier brouillon de traduction du soutra en vietnamien.

    Chère famille,

    Thay doit faire cette retraduction du Soutra du Cœur parce que le patriarche à l’origine de la compilation du Soutra du Cœur n’avait pas suffisamment d’habileté dans son usage des mots, ce qui a causé beaucoup d’erreurs de compréhension pendant près de 2000 ans.

    Thay voudrait partager deux histoires avec vous : tout d’abord celle d’un moine novice qui rendit visite à un maître Zen, puis celle d’un bhikkhu qui vint trouver l’éminent Maître Tue Trung avec une question.

    1)
    Dans la première histoire, le maître Zen demanda au novice :

    « Parle-moi un peu de ta compréhension du Soutra du Cœur. »

    Le novice joignit ses paumes et répondit :

    « J’ai appris que les cinq agrégats sont vides. Il n’y a ni œil, ni oreille, ni nez, ni langue, ni corps, ni mental ; il n’y a ni formes, ni sons, ni odeurs, ni goûts, ni sensations, ni objets de l’esprit ; les six consciences n’existent pas, les dix-huit domaines des phénomènes n’existent pas, les douze liens de la co-production interdépendante n’existent pas, même la sagesse et la réalisation n’existent pas. »

    « Crois-tu ce que dit le soutra ? »

    « Oui, je crois vraiment ce qu’il dit. »

    « Approche-toi un peu, » instruisit le maître Zen. Lorsque le jeune moine se déplaça, le maître prit immédiatement le nez de celui-ci entre son pouce et son index, le pinça et le tordit.

    A l’agonie, le novice s’écria « Maître, vous me faites mal ! » Le maître Zen regarda le novice. « Juste à l’instant, tu as dit que le nez n’existait pas. Mais si le nez n’existe pas, alors, qu’est-ce qui fait mal ? »

    2)
    L’éminent maître Tue Trung était un maître Zen laïque qui avait servi en tant que précepteur du jeune roi Tran Nhan Tong, dans le Vietnam du XIIIème siècle. Un jour un bhikkhu lui rendit visite pour l’interroger sur le Soutra du Cœur.

    « Respecté Maître, que signifie réellement la phrase ‘le corps lui-même est le vide, le vide lui-même est le corps’ ? »

    L’éminent maître demeura d’abord silencieux. Puis, après un moment, il demanda :

    « Bhikkhu, avez-vous un corps ? »

    « Oui, j’en ai un. »

    « Alors pourquoi dites-vous que le corps est vide ? »

    Le maître continua, « Voyez-vous que dans l’espace vide là-bas se trouve le corps ? »

    « Non, je ne le vois pas. »

    « Dans ce cas pourquoi dites-vous que le vide est le corps ? »

    Le bhikkhu se leva, s’inclina et sortit. Mais le maître Tue Trung le rappela et récita le gatha suivant :

    « La forme est vide, le vide est forme,

    C’est un moyen habile créé temporairement par les Bouddhas des trois temps.

    Le vide n’est pas forme, la forme n’est pas vide,

    Leur nature est toujours pure et irradiante, prisonnière ni de l’être ni du non-être. »

    Explication
    Dans cette histoire, l’éminent maître Tue Trung semble contredire le Soutra du Cœur et défier la formule sacrée « la forme est vide, le vide est forme », considérée comme inviolable dans la littérature de la Prajnaparamita.

    Thay pense que le Maître Tue Trung est allé trop loin. Le Maître n’a pas été en mesure de voir que l’erreur ne se trouve pas dans la formule « la forme est vide » mais plutôt qu’elle réside dans la maladresse de la ligne « Par conséquent dans le vide, il n’y a pas de forme ». Pour Thay, la façon d’utiliser les mots dans le Soutra du Cœur de la Compréhension Parfaite, dès la première ligne jusqu’à la phrase « ni naissance, ni mort, ni impur, ni pur, ni croissant, ni décroissant » est déjà parfaite. L’unique regret qu’a Thay est que le patriarche qui a gravé le Soutra du Cœur n’ait pas ajouté les quatre mots « ni être, ni non-être » tout de suite après les quatre mots « ni naissance ni mort », parce que ces quatre mots peuvent nous aider à transcender la notion d’être et de non-être, et nous n’aurons plus à être induits en erreur avec l’idée de « ni œil, ni oreille, ni nez, ni langue… » Le nez du novice est encore douloureux et rouge jusqu’à aujourd’hui, vous voyez ?

    Le problème commence avec la phrase du Soutra : « Ecoute, Shariputra, par conséquent dans le vide il n’y a pas de corps, pas de sensations, pas de perceptions, pas de formations mentales et pas de conscience » (en Sanskrit : tasmac Sariputra sunyatayam na rupam na vedana na samjna na samskarah na vijnanam). Comme c’est étrange ! Il vient d’être dit plus haut que le vide-même est le corps, et que le corps-même est le vide, mais à présent nous disons l’opposé, à savoir qu’il n’y a que le vide, qu’il n’y a pas de corps. Cette ligne du soutra peut mener à des incompréhensions désastreuses. Elle exclut tous les phénomènes de la catégorie ‘être’ et les place dans la catégorie ‘non-être’ (pas de corps, pas de sensations, de perceptions, de formations mentales ni de conscience…) Or la vraie nature des phénomènes n’est ni l’être ni le non-être, ni la naissance ni la mort. La vue de l’être est une vue extrême et la vue du non-être est une autre vue extrême. Si le nez du novice est encore douloureux jusqu’à maintenant, c’est à cause de cette maladresse. Même le gatha attribué au sixième patriarche Hue Nang (Hui-neng), dans lequel il présente sa vision profonde au cinquième patriarche Hoang Nhan (Hung-jen), est encore piégé dans cette notion de non-être :

    « L’arbre de la bodhi n’a jamais existé

    Il en est de même du clair miroir

    Depuis le temps immémorial, rien n’a jamais vraiment existé

    Ainsi où la poussière pourrait-elle donc se déposer ? »

    C’est-à-dire :

    « Un nuage passe et couvre l’entrée de la grotte

    Autant d’oiseaux qui perdent le chemin du retour chez eux. »

    La sagesse de la Prajnaparamita est la sorte de vision profonde transcendante qui nous aide à dépasser toutes les paires de notions opposées telles que naissance / mort, être / non-être, impureté / pureté, croissance / décroissance, sujet / objet, etc… elle nous aide à toucher la réalité de non-naissance / non-mort, de non-être / non-néant, etc… qui est la vraie nature de tous les dharmas, de tous les phénomènes. C’est l’état de fraîcheur, de calme, de paix, de non-peur dont il est possible de faire l’expérience dans notre vie présente même, avec notre corps et nos cinq agrégats. C’est le nirvana. « Les oiseaux aiment planer dans le ciel, les cerfs gambadent dans la campagne, et les éveillés se promènent au nirvana. » C’est une très belle phrase du chapitre sur le nirvana dans le Soutra Dharmapada du canon chinois.

    La sagesse de la Prajnaparamita est la vérité absolue, qui surpasse toutes les vérités conventionnelles. C’est la vision la plus élevée qu’a eue le Bouddha. Tous les paragraphes du Tripitaka, y compris extraits des collections de la Prajnaparamita les plus impressionnantes, qui ne parviennent pas à refléter cet esprit, sont encore seulement sur le plan de la vérité conventionnelle, relative ; ils ne sont pas encore la vérité absolue. Quel danger que dans le Soutra du Cœur lui-même nous trouvions un tel long paragraphe.

    C’est aussi pour cela que dans cette nouvelle traduction, Thay a changé la façon d’utiliser les mots tant dans la version sanskrite que dans la version chinoise classique de Maître Huyen Trang (Xuan-Zang). Thay traduit : « C’est pourquoi dans le vide, les cinq skandhas que sont le corps, les sensations, les perceptions, les formations mentales et la conscience n’existent pas comme entités séparées. » Tous les phénomènes se manifestent à partir de la co-production conditionnée ; ils n’ont pas de nature séparée ; ils ne peuvent exister par eux-mêmes : c’est cela avant tout que le Soutra de la Prajnaparamita cherche à nous enseigner. « Même la vision profonde et la réalisation n’existent pas comme des choses séparées, des entités dotées d’un soi séparé. » Cette phrase du soutra, par sa profondeur, n’a rien à envier à la phrase « la forme est vide. » Thay a inséré en plus les mots ni être, ni non-être après ni naissance, ni mort. « Ni être, ni non-être, » c’est la vision profonde transcendante du Bouddha dans le Soutra Katyayana, lorsqu’il donne une définition de la vue juste. Ces quatre mots aideront à ce que les futures générations de novices ne souffrent pas d’avoir mal au nez.

    L’intention du Soutra du Cœur de la Prajnaparamita est d’aider l’école Sarvastivada à abandonner sa vue de la non-existence d’un soi et de la seule existence des dharmas. L’objectif le plus profond de la Prajnaparamita, en réalité, est de présenter la vision profonde de la vacuité du soi (atma sunyata) et de la vacuité des dharmas (dharma sunyata), et non l’idée de non-existence du soi et de non-existence des dharmas. Le Bouddha a enseigné, dans le Soutra Katyayana, que la plupart des gens dans le monde sont pris au piège de la notion d’être ou de non-être (d’existence ou de néant). La phrase « C’est pourquoi dans le vide, il n’y a ni forme, ni sensation, ni perception, ni formation mentale, ni conscience » indique clairement qu’elle est prise dans la notion de non-être, de non-existence, et donc cette phrase ne correspond pas à la vérité ultime. Le vide du soi (atma sunyata) signifie seulement le fait que le soi est vide, et non l’absence d’un soi, tout comme le vide dans une bulle ne veut pas dire qu’il n’y a pas de bulle. Le vide des phénomènes (dharma sunyata) est pareil, il signifie uniquement la vacuité des phénomènes, et non pas l’absence des phénomènes ; tout comme une fleur n’est faite que d’éléments non-fleur – mais on ne peut pas dire que la fleur n’existe pas.

    Le Soutra du Cœur de la Prajnaparamita est apparu tard, alors que le bouddhisme tantrique commençait à prédominer. Le patriarche qui a compilé le Soutra du Cœur voulait que les partisans du bouddhisme tantrique le récitent, par conséquent dans la dernière partie il a présenté ce soutra comme un mantra. C’est aussi un moyen habile. Thay a utilisé l’expression « la sagesse qui nous mène à l’autre rive » parce que dans ce mantra, il y a le mot paragate qui signifie parvenir à l’autre rive, la rive de la sagesse. Parayana, ainsi que Paramita, sont traduits par passer sur l’autre rive. Dans le Sutta Nipata, il y a un chapitre intitulé Parayana, traduit aussi par passer sur l’autre rive.

    Chère famille spirituelle, j’espère que vous apprécierez de réciter la nouvelle version du soutra. Hier en la terminant, un rayon de lune est entré dans la chambre de Thay. Il était environ 3 heures du matin, le 21 août 2014.

    Avec amour et confiance,

    Votre maître

    (Institut Ashoka, EIAB, Waldbröl)
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5876
    Age : 71
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: La toute nouvelle version en français de la Prajnaparamita, avec la musique et le texte

    Message par Kaïkan le Lun 18 Sep 2017 - 22:47


    Je vois que notre ami Thich Nhat Hanh semble vouloir réécrire le Maka Hannya Haramita Shingyo.  Laughing

    Je comprends bien les doutes qu'il émet et ce qu'il veut clarifier. Néanmoins je n'ai pas la même lecture.
    Shiki soku ze ku. Ku soku ze shiki. C'est pour moi les phénomènes deviennent le vide et le vide devient les phénomènes. A partir de là je ne vois pas le problème lorsqu'on a connaissance des cinq propositions du go-i. C'est-à-dire, comme on peut lire ici → http://zen-et-nous.1fr1.net/t625-les-cinq-go-i-m-taisen-deshimaru#10728
    C'est comme dans le San Do Kai, nous retrouvons: ... mei an ono ono ...
    « L'obscurité existe dans la lumière. La lumière existe dans l'obscurité.»
    Le noir est la lumière.
    La lumière est le noir.
    Mais:
    Le noir est le noir.
    La lumière est la lumière.
    La cinquième proposition : Nous devons embrasser les contradictions de ces quatre principes.
    C'est ken chu toh.

    A ce moment on peut comprendre:


       菩提本無樹, Il n'y a aucun arbre dans l'Éveil,
       明鏡亦非臺。 Le miroir n'est pas dressé.
       本來無一物, Puisque fondamentalement rien n'existe par soi-même (indépendamment),
       何處惹塵埃。 Où de la poussière pourrait-elle se déposer ?

    En réponse ä :


       身是菩提樹, Le corps est l'arbre de l'Éveil,
       心如明鏡臺。 L'esprit est comme un brillant miroir dressé.
       時時勤拂拭, À chaque instant je l'époussette,
       勿使惹塵埃。 Et n'y laisse aucune poussière.

    Donc fu zenna (non impur) est l'enseignement fondamental et la véritable expérience de tous les Bouddhas et Patriarches. Voir ici
    Je comprends bien que ce n'est pas facile. C'est cette façon de formuler les points importants dans la tradition zen qu'on nomme : kōan (littéralement : arrêt faisant jurisprudence)


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5876
    Age : 71
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: La toute nouvelle version en français de la Prajnaparamita, avec la musique et le texte

    Message par Kaïkan le Mar 19 Sep 2017 - 16:43


    Ce qu'il faut bien savoir, c'est que le nez du disciple n'est pas resté rouge longtemps puisque dans l'affaire il eut le satori.
    C'est-à-dire que subitement il a compris complètement en-dehors de la réflexion intellectuelle que son corps, son esprit, sa question, le maître qui lui tord le nez, la douleur, son karma, la vacuité et l'univers entier n'étaient pas séparés, qu'ils étaient interdépendants.
    D'ailleurs on peut se poser la question : est-il raisonnable de nourrir la pensée des disciples en leur expliquant tout, mot à mot, décortiqué de telle façon, qu'ils n'aient plus d'effort à faire ? Ou bien est-il meilleur de les guider vers une compréhension au-delà de la raison intellectuelle ?

    J'ai personnellement appris par cœur l'Hannya Shingyo sans en comprendre le quart de la moitié. Je l'ai appris en le répétant sans cesse et sans en saisir le sens. C'est petit à petit que par moments des clartés inattendues ont surgi dans ma propre compréhension. Cela c'est passé sans qu'on me torde le nez et je ne pense pas qu'il soit nécessaire de tordre le nez de tous les disciples qui ne comprennent pas.
    Il faut aussi faire confiance à zazen qui ouvre des portes dans les esprits...





    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3633
    Localisation : Paris
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: La toute nouvelle version en français de la Prajnaparamita, avec la musique et le texte

    Message par Fred le Mar 19 Sep 2017 - 17:41

    Je me rappelle aussi avoir lu des livres sans les comprendre vraiment, mais leur lecture produisait un effet inexplicable sur moi.

    Contenu sponsorisé

    Re: La toute nouvelle version en français de la Prajnaparamita, avec la musique et le texte

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 19 Nov 2018 - 14:50