Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    HokyoZanmaï traduit par Pierre Taïgu Turlur

    Partagez
    avatar
    AncestraL
    petit fleuron
    petit fleuron

    Masculin Nombre de messages : 623
    Localisation : Lille
    Emploi/loisirs : éducateur/agent de probation
    Humeur : Sat Chit Ananda
    Date d'inscription : 01/10/2012

    HokyoZanmaï traduit par Pierre Taïgu Turlur

    Message par AncestraL le Mar 24 Avr 2018 - 9:39

    Posté hier sur Facebook :

    Voici l'Hokkyo zanmaï, le poème du Patriarche Chinois Tozan. Un texte souvent malmené et trahi. Le voici dans une langue qui s'efforce de l'honorer et lui rendre son inépuisable richesse. Je proposerai des commentaires et des enseignements à son sujet cet été durant la sesshin de Paris.

    Chant de la précieuse conscience-miroir

    L'ineffable vérité de ce qui est tel quel vous a été intimement confiée par les Bouddhas et Patriarches
    Puisqu'elle est vôtre désormais, il vous incombe de la protéger et préserver
    neige amoncelée dans un bol d'argent, blanc héron dérobé par la claire lune
    Semblables en apparence, ils diffèrent pourtant, indistincts ils se reconnaissent
    Les mots ne sauraient l'exprimer, pourtant il suffit d'un instant pour la manifester
    Agissez et vous êtes piégé, manquez et vous hésitez et doutez
    Il est erroné de vous détourner ou de vous approcher, c'est comme une grande sphère de feu
    Peignez-la de mots choisis et immédiatement elle s'en trouve souillée
    Elle resplendit dans la nuit la plus noire et disparaît à l'aube
    Principe qui régit toutes choses, elle soulage et ôte toute souffrance
    Bien que dénuée de toute fabrication, elle n'est pas inexprimable
    Comme lorsque l'on se tient face un précieux miroir, forme et reflet se contemplent
    Vous ne pouvez vous reconnaître en elle, mais à la vérité elle n'est autre que vous-même
    À l’image d’un nouveau né, elle est dotée des cinq sens
    Elle ne va ni ne vient, ne s'élève ni ne demeure
    « Baba wawa » ces paroles font-elles sens ou pas?
    Finalement rien n’est ici exprimé la justesse manquant encore aux mots Dans l’hexagramme de l’illumination, l'absolu et le relatif s'interpénètrent
    Les lignes empilées font trois, une fois transmutées elles font cinq
    Ainsi des cinq saveurs de la plante Chih, ainsi des cinq branches du sceptre Vajra
    Merveilleusement enlacés dans le réel, question et réponse s'avancent ensemble
    Intime avec l'essence et le chemin, embrassez le territoire et conformez-vous à la Voie,
    Vous devriez vous y appliquer et ne la pas négliger
    Naturellement pure et d'une subtile profondeur, elle ne relève ni de l'illusion ni de l'éveil
    Dépourvue de causes et de conditions, libérée du temps et des saisons, cette sérénité illumine
    Si fin que cela s'immisce même sans qu'il y ait d'espace , si inconcevablement vaste
    Une différence aussi tenue qu'un cheveu et l'harmonie s'en trouve brisée
    Maintenant la voie graduelle et la voie soudaine se distinguent
    Et les chemins vers la source, pratiques et doctrines apparaissent
    Que les enseignements soient compris ou non, la réalité continue de couler
    Paisible au dehors, troublé au dedans, tel le poulain entravé ou le rat en sa cachette
    Les sages du passé éprouvèrent de la bienveillance et leur offrirent le Dharma
    Égarés par les vues fausses, ils prennent le noir pour blanc
    Il suffit que l'illusion s'évanouisse pour que de lui-même le coeur se réalise
    Si vous voulez mettre vos pas dans les traces anciennes, suivez les sages du passé
    Pour réaliser voie des Bouddhas il vous faut contempler l'arbre dix kalpas durant
    Tel un tigre blessé ou un cheval boiteux
    Aux plus malhabiles des tables de Jade et des robes décorées
    À ceux dotés de la merveilleuse vision panoramique, ils sont tels le simple chat ou le buffle blanc
    L'archer légendaire Yi atteint la cible à cent mètres
    Mais quand deux flèches se touchent en plein vol, est-il encore question d'une quelconque habileté?
    L'homme de bois chante et la femme de pierre se lève et danse
    Ni la discrimination ni l'émotion ne sauraient l'atteindre, encore moins la pensée
    Le ministre sert son seigneur, l'enfant obéit à ses parents
    La désobéissance n'honore en rien le lien filial, le refus de servir bafoue la loyauté
    Gardez votre pratique secrète, usez-en discrètement, ressemblant au fou ou à l'idiot
    Continuez à vivre de cette manière c'est être appelé maître parmi les maîtres.


    traduction du moine Taïgu, avril 2018.
    avatar
    bulleOcéan
    petit fleuron
    petit fleuron

    Masculin Nombre de messages : 675
    Localisation : Demeurer nulle part
    Emploi/loisirs : zazen
    Humeur : Amour
    Date d'inscription : 15/12/2012

    Re: HokyoZanmaï traduit par Pierre Taïgu Turlur

    Message par bulleOcéan le Mar 24 Avr 2018 - 18:41

    J'ai vu passé effectivement cette traduction de M. Turlur sur le facebook Smile
    Il y a également ces autres traductions:
    http://zen-et-nous.1fr1.net/t503-hokyo-zanmai-le-samadhi-du-miroir-precieux
    Toujours intéressant de voir les nuances d'un traducteur à l'autre Wink

      La date/heure actuelle est Ven 25 Mai 2018 - 5:20