Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Lettre à l'enfant

    Partagez
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3628
    Localisation : Paris
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Lettre à l'enfant

    Message par Fred le Ven 10 Aoû 2018 - 16:14

    Bonjour,
    J’ouvre ce sujet pour permettre à chacun de parler directement à l’enfant qu’il était, de le conseiller, de le rassurer éventuellement, de faire état de son expérience d’adulte et en tant que tel de lui adresser les paroles qu’il aurait peut-être voulu entendre.
    J’aimerais aussi que cette forme consistant à parler directement à cet enfant soit respectée dans ce sujet ce qui d’une part lui confèrerait l’intérêt d’une chose inhabituelle au sein du forum et qui d’autre part donnerait à ce sujet un aspect dont je crois qu'il pourrait par là révéler quelque chose de vraiment personnel à chacun.

    Pour celles et ceux qui voudraient une référence d’auteur ayant adopté cette forme de réflexion, il y-a ce fameux ouvrage de Marc Aurèle, « Pensées pour moi-même ».

    ----------------------

    Le Miroir en paix.


    Tu es stupide, égoïste et orgueilleux, bref tu es ce qu’il y-a de pire.
    Reconnais-le et plonge dans tes vices ; plonge-y au plus profond.
    Le monstre le plus terrifiant est celui dont on ne fait pas la rencontre, mais dont on ne fait que deviner vaguement la présence.
    Plonge donc jusqu’à cette douloureuse interdiction d’être cette monstruosité dont les saints t’ont privé ;
    Ta respiration commencera alors à se faire plus profonde, ton coeur ralentira et ton esprit aura cessé de s’échauffer. Ce qui en découlera sera un état naturel dont la vertu ne t’apparaîtra même pas.
    La grande Vertu, qui pourrait prétendre la qualifier ? Personne ne la voit ou ne l’entend.
    Mais si toutefois tu choisissais d’en discourir, que ce discours soit le reflet de la paix en ton âme, qu’il prenne naissance, qu’il vive et qu’il meurt dans cette paix.
    Si ton coeur s’agite au contact de ton discours, abandonne ce dernier et revient à cette paix ; demeure immobile au sein de tes innombrables virtualités. Car si ton coeur et ton esprit s’échauffent alors ton discours n’aboutira pas et tu auras d’autant plus de raisons de te sentir frustré.
    Mais si toutefois l’acuité de ton oreille ne te permettait pas d’entendre l’accélération de ton coeur et que tu passais outre ses avertissements, sache que ton oreille aussi devra se former, et que c’est pour apprendre à l'entendre que tu bouscules ainsi ton coeur ; au plus loin tu te trouveras de lui, au plus ses cris seront puissants et douloureusement indispensables.

    Au moment où ta douleur sera la plus vive, n'oublie pas de trouver le courage de remercier, car c’est cela la foi.
    avatar
    chifoumi
    Amateur
    Amateur

    Féminin Nombre de messages : 118
    Humeur : Fluctuante ...
    Date d'inscription : 01/05/2018

    Re: Lettre à l'enfant

    Message par chifoumi le Dim 12 Aoû 2018 - 1:55

    Lettre à l'enfant. Dans le tumulte des émotions ...

    Tu es encore bien ignorante, tu doutes, tu ne parviens pas à faire des choix, tu n'as pas confiance en toi.
    Tu as peur de te tromper et cette incertitude t'épuise, alors laisse toi glisser dans les profondeurs de ton être, là où se débattent les querelles entre les émotions et les mots, là où la peur de te tromper aimerait que tu chasses cet épais brouillard dont tu essaies de t'échapper alors que c'est cette volonté de t'en défaire qui renforce sa présence. Il faudra te rapprocher de ta peur car elle est aussi une part de toi-même qui par l'inconfort qu'elle occasionne n'attend que ton attention et ta bienveillance pour se laisser apprivoiser et s'unifier à la part de confiance à laquelle elle est inextricablement liée.

    Consciente de ce paradoxe, laisse toi immerger dans cette poignante confusion que tu ressens lorsque les émotions s'entremêlent, cesse de t'entêter à vouloir les démêler et éloigne de tes pensées cette volonté et cet acharnement à les définir car les mots sont réducteurs et ne sauraient en exprimer toute l'intensité et la finesse.

    Oublie ces innombrables questions dont l'absence de réponses plonge dans un tumulte intérieur et ne crée que ressassements. Sans crainte, assieds-toi et respire lentement profondément, régulièrement, et apprends à expérimenter l'impalpable tissage de tes émotions telles qu'elles sont en réalité sans chercher à les catégoriser, ni à les juger et ni à rejeter celles qui ne correspondent pas à ce que tu voudrais être, car c'est en cherchant à les nommer et à les choisir que tu croiras mieux te définir en temps qu'individu mais que tu t'éloigneras de ta véritable nature.
    Essaie d'oublier quelque instant les discours et les pensées, et ressens simplement les mélanges de rire et de larmes, d'amour et de haine, de joie et de colère tels qu'ils sont: indistinct, fluctuant et indéfinissable et en perpétuel mouvement et unifie tes émotions en une seule émotion qui les réunit toutes.
    C'est là que tu trouveras le lieu primordial au delà des mots, des pensées et de la dualité.
    Et tu comprendras qu'il n'y a tout simplement pas de choix à faire.

    Quoi qu'il en soit, même si les émotions réclamaient à nouveau que tu leur donnes un nom, sache que tu peux choisir les mots que tu utiliseras de façon à ne pas trop t'y identifier et en restant consciente de leur aspect trompeur. Et dans la bienveillance, que le trouble que tu pourrais ressentir à l'envahissement de ton coeur par les émotions soit comme une "petite cloche magique", le témoin qui te rappellerait de t'asseoir, de respirer et d'apaiser à nouveau ce tumulte dans le calme intérieur...

      La date/heure actuelle est Lun 22 Oct 2018 - 15:03