Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Bonjour

    Partagez
    avatar
    chiku
    Débutant
    Débutant

    Nombre de messages : 2
    Date d'inscription : 19/12/2010

    Bonjour

    Message par chiku le Dim 19 Déc 2010 - 9:24

    Bonjour a vous

    Je m'appelle Cédric j'ai 39 ans.
    Je vient vers vous car depuis 2 ou 3 ans un comportement nouveau est arrivé chez moi
    la colère.

    avant ce sentiment mettait quasi inconnu

    Je me met en colère dans mon travail
    dans mon cadre familial.

    Ces colères sont après réflexion stériles et non justifiées.

    Je vient donc vers vous car je veut en finir avec ces colères.

    Bien a vous.

    Chiku



    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2880
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: Bonjour

    Message par tangolinos le Dim 19 Déc 2010 - 10:50

    Colère ?
    Wikepedia=En psychologie, la colère est considérée comme une émotion secondaire à une blessure, un manque, une frustration. Elle est affirmation de sa personne et sert au maintien de son intégrité physique et psychique ou alors elle est l'affirmation d'une volonté personnelle plus ou moins altruiste. Une colère saine est sans jugement sur autrui[1]. Parce qu'elle peut faire souffrir celui qui l'exprime, elle peut être considérée comme une passion.
    Si tu n'avais jamais connu la colère, peut-être l'auras-tu refoulée, jusqu'à ce que le vase soit plein.
    Peut-être retiens-tu trop longtemps ce que tu aurais à dire...
    Je ne pense pas qu'il faille vouloir en finir avec les colères, cela ne ferait que les empirer.
    Il me semble qu'il faudrait les accepter et les laisser jaillir le plus tôt possible...
    On peut avoir des émotions négatives, il ne faut pas les retenir...

    Tu as déjà une bonne attitude, celle de te regarder de l'extérieur...
    Continues à te regarder comme si ce n'était pas toi...
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3293
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: Bonjour

    Message par Fred le Dim 19 Déc 2010 - 14:27

    Dongshan et Shenshan étaient en pèlerinage lorsqu’ils virent des fanes de légumes emportés par un torrent de montagne.
    Dongshan dit : "Il y a sûrement quelqu'un qui pratique le bouddhisme par ici." Ils se mirent à le chercher quand ils virent un ermite.
    Celui-ci leur dit : "Il n’y a pas de chemin dans cette montagne, par où mes deux visiteurs sont-ils venus ?"
    Dongshan dit : "Laissons cela, mais vous, par où êtes-vous entré ?"
    L'ermite dit : "Je n'ai suivi ni les nuages ni le courant de l'eau."
    Dongshan dit : "Depuis combien de temps vivez-vous ici ?"
    L'ermite répondit : "Je ne me préoccupe pas des années qui passent."
    Dongshan dit : "Mais qui vivait là en premier, vous ou la montagne ?"
    L'ermite répondit : "Je ne sais pas."
    Dongshan dit : "Et pourquoi ne le savez-vous pas ?"
    L'ermite dit : "Je ne suis pas venu pour les hommes ou pour les dieux."
    Dongshan lui demanda encore : "Pourquoi êtes-vous venu alors ?"
    L'ermite dit : "J’ai vu deux bœufs de glaise combattre et entrer dans la mer. Depuis, je ne les ai plus entendu."

    (Shinji Shôbôgenzô, "Le trésor de l'œil de la vraie loi "

    En lisant ce koan, j'y vois l'esprit de dépassement que peut-être tu recherches par ici. Tu dis vouloir mettre fin à cette colère, mais cette dernière serait-elle inscrite en toi comme le supposé chemin qu'auraient due emprunter les deux acolytes pour arriver jusqu'à l'hermite, chemin qui nous le voyons bien est nié dans cette histoire. Cette absence de chemin ne pourrait elle être une base de méditation pour toi?

    A la question "et vous par où êtes vous entrés" l'hermite répond :

    "Je n'ai suivi ni les nuages ni le courant de l'eau"

    N'est-ce pas une réponse magnifique?! N'est-ce pas une réponse qui en dit long?

    Bien à toi et surtout bonne continuation car comme disait je ne sais plus quel maître : "Le chemin est le but, le but est le chemin".
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2880
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: Bonjour

    Message par tangolinos le Dim 19 Déc 2010 - 17:40

    Fred: "Le chemin est le but, le but est le chemin".
    Nous venons du plus subtile, et, nous y allons.
    Issue du plus subtile, notre intention originelle nous pousse comme nous aspire.
    Nous sommes la manifestation de cette intention.
    Simplement la reconnaître et la laisser se révéler.

    "Je n'ai suivi ni les nuages ni le courant de l'eau"
    Telle est la subtilité du cheminement de l'intention originelle.
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3293
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: Bonjour

    Message par Fred le Dim 19 Déc 2010 - 19:31

    Nous venons du plus subtile, et, nous y allons.
    Issue du plus subtile, notre intention originelle nous pousse comme nous aspire.
    Nous sommes la manifestation de cette intention.
    Simplement la reconnaître et la laisser se révéler.


    Avec quel oeil justement allons nous regarder cette colère...?

    Allons nous partir d'un refus inébranlable se saisissant d'une parole telle que le NON (non à la colère) comme point de départ et point d'arrivée de notre investigation, ou allons nous laisser résonner dans notre résolution, dans ce NON précisément, ce qui du plus grossier fait déjà écho au plus subtile...
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2880
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: Bonjour

    Message par tangolinos le Dim 19 Déc 2010 - 19:53

    Fred a écrit:
    Avec quel oeil précisément allons nous regarder cette colère...?

    Allons nous partir d'un refus inébranlable se saisissant d'une parole telle que le NON (non à la colère) comme point de départ et point d'arrivée de notre investigation, ou allons nous laisser résonner dans notre résolution ce qui du plus grossier fait déjà écho au plus subtile?
    Ni vouloir, ni ne pas vouloir...
    juste se laisser s' en détacher...
    le regard à adopter serait celui de la vache qui regarderait le train passer...
    ce train qui serait l'écoulement des manifestations les plus grossières...
    et qui laisserait place au silence permettant de contempler la subtilité d'une pâquerette...
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3293
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: Bonjour

    Message par Fred le Dim 19 Déc 2010 - 19:56


    Ni vouloir, ni ne pas vouloir...
    juste se laisser s' en détacher...
    le regard à adopter serait celui de la vache qui regarderait le train passer...
    ce train qui serait l'écoulement des manifestations les plus grossières...
    et qui laisserait place au silence permettant de contempler la subtilité d'une pâquerette...

    Non...non...non...non...on...on...on...o...o...o...ou...ou...ou...ou...oui...oui...oui...oui...
    Il y'a un oui dans le non
    un non dans le oui
    Pas besoin de pointer son regard sur le soleil pour en découvrir sa nature.
    Il illumine notre monde
    Il chauffe notre terre
    Et la colère fût!
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3293
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: Bonjour

    Message par Fred le Dim 19 Déc 2010 - 20:13

    Les 2 moines et la belle jeune femme

    Deux moines Zen s'apprêtaient à traverser une rivière. Ils rencontrèrent
    une très belle jeune femme qui désirait aussi traverser, mais elle avait
    peur. Aussi l'un des moines la prit sur ses épaules et la porta sur l'autre
    rive.
    Son camarade était furieux. Il ne dit rien, mais il bouillonnait à l'intérieur:
    c'était interdit ! Un moine bouddhiste ne devait pas toucher une femme.
    Et non seulement il l'avait touchée, mais il l'avait portée sur ses épaules.
    Les kilomètres passèrent. Lorsqu'ils atteignirent le monastère, en
    franchissant la porte, le moine en colère se retourna vers son compagnon
    et lui dit:
    - Eh bien, je vais devoir parler de cette affaire au Maître et tout lui
    raconter. Ce que tu as fait est interdit !
    Le premier moine s'étonna:
    - De quoi parles-tu, qu'est-ce qui est interdit ?
    - L'as-tu oublié ? demanda le second. Tu as porté cette belle jeune femme
    sur tes épaules !
    Le premier moine rit et dit :
    - Oui, je l'ai portée. Mais je l'ai laissée près de la rivière, à des
    kilomètres en arrière. Mais toi, es-tu encore en train de la porter ?
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2880
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: Bonjour

    Message par tangolinos le Dim 19 Déc 2010 - 21:04

    ........avant......après.......
    avatar
    chiku
    Débutant
    Débutant

    Nombre de messages : 2
    Date d'inscription : 19/12/2010

    Re: Bonjour

    Message par chiku le Lun 20 Déc 2010 - 13:21

    Merci a vous pour ces quelques pistes

    je suis issu d'une famille de colérique

    mon père l'était ainsi que sont père

    Bien longtemps je crois ,j'ai réussi à ne pas me mettre en colère d'ailleurs la colère des autres me surprenait.

    puis elle est arrivée ,en faite premier étonnement celle ci n'était pas voulu pas réfléchi finalement elle arrivée de nul par,comme une monté brusque et brutale.

    Y a t'il des techniques ?
    quant on sent la colère arriver peut on la faire retomber ?

    Merci a vous

    Wink
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3293
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: Bonjour

    Message par Fred le Lun 20 Déc 2010 - 14:23

    Joindre les mains et prier pour retrouver le calme et la bienveillance. Tout au moins dans sa tête si on ne se sent pas de le faire physiquement.
    Ce geste de joindre les mains possède une grande puissance.

    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2880
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: Bonjour

    Message par tangolinos le Lun 20 Déc 2010 - 14:58

    Il faut laisser circuler l'énergie...
    Trop la retenir, la déforme et son expression devient excessive...

    Chiku = quant on sent la colère arriver peut on la faire retomber ?
    Elle est le symptôme d'une rétention excessive...
    Il ne faut s'attacher, ni à la colère, ni à ce qui la provoque...Il faut aller au plus loin...il faut révéler ce qu'on a oublié de dire, ce qui de l'intention originelle aurait été voilé.
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2882
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Bonjour

    Message par Yudo, maître zen le Lun 20 Déc 2010 - 21:35

    Voici quelques extraits de ce qu'écrivait Brad Warner, il y a deux jours, à ce sujet:
    Voici une question que j'ai trouvée dans mon courrier:

    "En quoi est-ce mal que je sois en colère parce que le monde va de travers? The Clash m'avaient donné une ligne selon laquelle vivre dans leur chanson 'Clampdown,' 'let fury have the hour,anger can be power.'(Laissez la fureur à son cours, la colère peut être le pouvoir). Ce que je voudrais savoir, c'est pourquoi je devrais tuer ma colère envers des choses qui sont injustes? Exploitation des travailleurs, viol, sexisme, racisme, fascisme, conservatisme, militarisme, pratiques d'excision des femmes dans les pays islamiques, sécurité sociale et plus important encore, l'environnement telles sont mes préoccupations majeures. Et d'aussi loin que je me souvienne, l'absence totale de préoccupation pour ces problèmes m'a toujours fait caguer. Mais comme disaient The Clash la colère peut être un pouvoir et j'ai toujours cru que me mettre en colère, m'enflammer pour les problèmes du monde était la meilleure façon de les résoudre. Lorsque je me mets en colère, disons, par rapport aux déchets, cela me rappelle de recycler davantage et de consommer un peu moins.

    Vous voyez mon idée, non? La colère peut être utile pour régler des problèmes, pour traiter l'injustice. Faudrait-il que je laisse tomber ma colère envers l'injustice?"

    Ma réponse:

    Ma réponse, c'est qu'il n'y a rien de "mal" à votre colère. Les gens pensent toujours que je suis une personne "en colère" à cause de la façon dont j'écris. Je ne pense pas être aussi en colère que j'ai pu l'être, mais je le suis toujours autant. Ce qui est une façon "zen" typiquement contradictoire de dire que, même si je suis toujours en colère, je ne me mets pas en rogne après ma colère comme avant.
    Autrement dit, la composante émotionnelle de ce que j'appelle la "colère" est de toute évidence inutile. Elle n'aide rien. Et pourtant, quand j'entends les trucs que vous décrivez, cela me fait royalement caguer. Comme plein de choses, d'ailleurs.

    Je viens de voir une conférence intéressante d'Alan Senauke du Berkeley Zen Center. Alan a écrit un livre vraiment très cool appelé The Bodhisattva's Embrace: Dépêches du Front du Bouddhisme engagé. Il est dans ce trip de Bouddhisme engagé. Il travaille pour plein de causes. Il va dans des endroits, il fait des trucs.

    Mais quand on le questionne de la même façon sur la colère à propos des malheurs du monde après ses conférences, Alan répond quelque chose du genre: "J'essaie de limiter mon exposition au journal télévisé." J'aime bien ce conseil. Notre devoir est de s'occuper de la m.. qui est juste devant nous. Mais nous nous laissons dévier par les tonnes, les tonnes et les tonnes d'information que nous pouvons maintenant recevoir, à propos de choses dont nous ne pouvons absolument pas nous occuper parce qu'elles sont trop lointaines ou trop grosses, etc.

    Il est facile de péter les plombs à propos de tout dans le monde qui mérite qu'on se mette en rogne. Je ne doute pas une seconde que si/lorsque nous entrerons en communication avec des créatures d'autres planètes, il ne faudra pas longtemps pour que des Terriens se tordent les mains à propos du traitement injuste que les Krell subissent dans les champs gomulaires de Regizon IV. C'est juste la nature humaine qui veut ça.

    Mais la colère en tant qu'émotion est un obstacle à ce qu'il faudrait réellement faire pour s'occuper effectivement des problèmes qui vous mettent en rogne. Elle vous aveugle de rage et vous ne voyez pas les solutions réelles qui sont juste devant vous.

    Certes, en un certain sen, la colère peut être pouvoir. Mais l'émotion de la colère n'est pas très puissante, si vous voulez mon avis. Elle est juste débilitante.

    Donc ça dépend réellement de ce que vous entendez par "colère". Je suis en colère contre le sexisme. Mais cela ne me fait pas de bien de rester assis et de ruminer et fumer à cause de ça. Quand il y a des cas de sexisme et que je peux y faire quelque chose, je fais ce que je peux. Mon sentiment général de colère sur le problème demeure comme partie de ma personnalité, que j'agisse dessus ou pas. Mais cela n'a aucun sens de m'émouvoir pour des trucs pour lesquels je ne puis rien. Le problème d'ensemble du sexisme est bien trop grand pour qu'une seule personne puisse le régler.

    Ce qui ne veut pas dire que j'y sois indifférent. Toute l'idée de s'émouvoir aux larmes sur de gros problèmes est une sorte de brouillage de pistes. Quelque chose qui paraît pertinent mais qui ne l'est pas du tout.

    Lorsque vous parlez de vous "enflammer", je pense que vous faites en réalité référence au fait de s'accrocher à une partie de notre Soi personnel. Comme si, en ne s'accrochant pas à sa colère, on risquait de la voir disparaître et de devenir complaisant. Selon mon expérience, ce n'est pas du tout ce qui se passe. On ne devient pas complaisant. On devient juste plus détendu et réaliste par rapport à là où on peut aider et là où on ne peut pas.
    J'espère avoir été compris.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Bonjour

    Message par Invité le Mar 28 Déc 2010 - 18:27

    [quote="chiku"]Bonjour a vous

    Je m'appelle Cédric j'ai 39 ans.
    Je vient vers vous car depuis 2 ou 3 ans un comportement nouveau est arrivé chez moi
    la colère.

    avant ce sentiment mettait quasi inconnu

    Je me met en colère dans mon travail
    dans mon cadre familial.

    Ces colères sont après réflexion stériles et non justifiées.

    Je vient donc vers vous car je veut en finir avec ces colères.



    Essaie de faire Zazen quand tu es en colère (ou après ta colère).Au dessous du volcan comme l'a dit Malcom Lowry.Ne t'affole pas.



    avatar
    Sylvie
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 332
    Date d'inscription : 12/09/2010

    Re: Bonjour

    Message par Sylvie le Lun 10 Jan 2011 - 14:45

    http://nangpa2.free.fr/phpBB3//viewtopic.php?f=2&t=2557&start=465
    de khât ! » 09 Déc 2009, 16:33

    Il ne s'agit nullement de justifier la colère mais de montrer en quoi elle est un poison et en quoi elle ne l'est pas. Concernant ce deuxième aspect (en quoi elle n'est pas un poison), j'avais discuté un texte de Bankei que Subarys avait mis en lien. Par ailleurs, j'ai souvent fait état de la colère des maîtres zen. Il semble que nombreux cas de kensho (ou satori) soient la conséquence de mouvements d'humeur de maîtres zen. Rien que ça, ça justifie 1000 fois son usage. Il ne faut pas s'imaginer que les maîtres zen feignent de se mettre en colère. Crois-moi, ce n'est pas le cas.
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: Bonjour

    Message par fonzie le Mar 11 Jan 2011 - 12:03

    Au sujet de Fumogokai "ne pas mentir, ne pas critiquer", si vous respectez ce kai, vous pouvez être heureux et en bonne santé.
    Mais il est parfois possible de critiquer. Le Maître peut critiquer dans des cas d'exception, pour éduquer les disciples.
    Dans le bouddhisme, l'éducation est de deux sortes:
    1. La colère forte pour persuader
    2. La méthode compatissante qui utilise une attitude et des paroles de compassion.
    Parfois, le Maître se met en colère, critique, mais en réalité, il n'émet pas de critique bien que ses remontrances en aient l'apparence. Si le disciple enfreint les cinq kai, le Maître doit se mettre en colère; s'il ne se fâche pas, ce n'est pas un vrai Maître.
    Dans un sutra, il est rapporté une colère du Bouddha: Après la mort de leurs parents, sa famille, frères, soeurs, enfants se querellèrent pour recueillir l'héritage.
    Alors le Bouddha entra dans une grande colère. "Vous ne devez pas produire l'esprit de Sandaran!". (Sandaran, en Inde, c'est l'esclave, l'intouchable, la caste la plus basse).
    (...)
    Je parle en ce moment "de ne pas critiquer" mais, à l'encontre des gens qui sont dans l'erreur, c'est possible.
    (...)"
    http://zen-et-nous.1fr1.net/t391-indispensable
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2880
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: Bonjour

    Message par tangolinos le Mar 11 Jan 2011 - 13:03

    fonzie a écrit:
    Parfois, le Maître se met en colère, critique, mais en réalité, il n'émet pas de critique bien que ses remontrances en aient l'apparence. Si le disciple enfreint les cinq kai, le Maître doit se mettre en colère; s'il ne se fâche pas, ce n'est pas un vrai Maître.

    Ce n'est pas le maître qui se met en colère, ce sont ses disciples qui le mettent en colère.
    Le maître peut maîtriser ses émotions, et quand lui vient l' éventualité de laisser éclater ses émotions par la colère, il sait s'il doit le faire...s' il ne le faisait pas il dénigrerait ses disciples, en les laissant stagner dans leurs illusions...

      La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct 2017 - 0:17