Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Partagez
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2881
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Yudo, maître zen le Sam 19 Mar 2011 - 16:03

    Déconstruire Vador: Portrait du côté obscur


    Par Paul F. McDonald

    Croyez-vous pouvoir vous emparer du monde et l'améliorer ?
    Je ne crois pas que cela soit possible. Le monde est sacré.
    Si vous essayez de le changer, vous le détruirez.
    Si vous essayez de le saisir, vous le perdrez.

    - Lao Tzu
    Tao Te King


    Un des jours les plus importants de sa vie fatidique, le jeune Anakin Skywalker doit décider entre rester avec sa mère tant aimée sur Tatooine ou voyager de par les étoiles et mener une vie nouvelle parmi les Jedi. Même si elle doit rester esclave dans le Cercle extérieur, sa mère Shmi veut bien le laisser partir. Lorsqu'Anakin proteste de ne pas vouloir que les choses changent entre eux, elle lui réplique sagement qu'il ne peut empêcher le changement, pas plus qu'il ne peut « empêcher le soleil de se coucher ».
    Des années après, Anakin choisit pourtant une autre voie, dans laquelle il est transformé en Noir Seigneur des Siths. Cette le voie le consume alors qu'il se donne la tâche impossible d'empêcher le soleil de se coucher. Cet effort le ruine au dedans comme au dehors et sa rédemption ne survient que lorsqu'il accepte enfin les paroles de sa mère telles que révélées par les actes de son fils. Derrière toute cette tragédie mythologique, on retrouve le conflit fondamental qui se rejoue dans le coeur et l'esprit de tout être humain.
    Les promesses que lui chuchote le Côté obscur sont bien plus omniprésentes que l'on ne croit en général. Celui-ci se nourrit le mieux lorsque les haines négligées et les peurs qui nous hantent se lèvent en réaction à la vie, intensifiant nos anxiétés jusqu'à ce qu'il nous semble n'avoir plus d'autre choix que d'appeler à notre aide leur obscure source elle-même. Le Côté obscur nous promet le pouvoir sur la vie, mais n'admet jamais que plus on a de pouvoir pour contrôler la vie et plus on en a besoin. Ce qui crée un cercle vicieux si auto-destructeur et contre-productif qu'il est censé dominer à jamais notre destin.
    L'ascension et la chute, ainsi que la rédemption ultime d'Anakin Skywalker l'illustrent à la perfection : c'est une voie qu'on peut voir encore plus clairement et nettement à travers la lentille de la tradition philosophique bouddhique. La création de l'ego, les dangers de l'attachement et l'importance de la compassion, sont tous concentrés sur ce seul personnage et se déroulent sur un immense fond de scène galactique.
    Dans sa jeunesse sur Tatooine, Anakin est remarquable autant pour son bon caractère que pour son taux de midi-chlorelles, en particulier si l'on pense au Seigneur noir qu'il deviendra. Comme le remarque sa mère, « il ne connaît pas l'avidité », et comme l'observe le maître Jedi Qui-Gon Jinn, « il donne sans penser à la récompense ». Nous avons là un être qui est libre et ouvert et se meut dans la vie comme « une balle dans un ruisseau de montagne ». La disposition d'Anakin à aider les autres le conduit non seulement à gagner la course de podracers de la fête de la Boonta, mais aussi sa propre liberté.
    L'ironie du sort veut que ce soit une nouvelle sorte d'esclavage qui se referme sur lui, presque immédiatement. Quoique, à son départ, sa mère l'ait averti de ne pas « regarder en arrière » c'est pourtant ce qu'il fait, son esprit faisant là ses premières tentatives de saisir la vie et de s'y accrocher de trop près.


    Dernière édition par Yudo, maître zen le Dim 20 Mar 2011 - 19:45, édité 4 fois
    avatar
    Sylvie
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 332
    Date d'inscription : 12/09/2010

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Sylvie le Sam 19 Mar 2011 - 16:49

    Yudo, maître zen a écrit:... Cette le voie le consume alors qu'il se donne la tâche impossible d'empêcher le soleil de se coucher. Cet effort le ruine au dedans comme au dehors et sa rédemption ne survient que lorsqu'il accepte enfin les paroles de sa mère telles que révélées par les actes de son fils. ...
    Dark Sidious a manipulé les prémonitions d' Anakin et s'est servi de son incompréhension de la mort.

    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2881
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Yudo, maître zen le Sam 19 Mar 2011 - 21:47

    (suite du texte de Paul-F. MacDonald)

    L'Un et le Multiple

    L'ironie du sort veut que ce soit une nouvelle sorte d'esclavage qui se referme sur lui, presque immédiatement. Quoique, à son départ, sa mère l'ait averti de ne pas « regarder en arrière » c'est pourtant ce qu'il fait, son esprit faisant là ses premières tentatives de saisir la vie et de s'y accrocher de trop près.
    Sur Coruscant, Yoda et le Conseil Jedi s'en aperçoivent vite lors de leur évaluation initiale. Aussi ironique que ce soit, étant donné l'incapacité de leur Ordre à changer et s'adapter, les Jedis ont vu juste dans le dilemme qui hantera Anakin pour le restant de sa vie. C'est un dilemme qu'ils ne comprennent pas bien et auquel ils ne peuvent s'identifier. Aussi parfaitement innocent et naturel que puisse être la peur de perdre sa seule famille, ceux qui sont en proche harmonie avec le flux de la Force embrassent une autre perspective qui fait beaucoup pour calmer ce genre d'anxiétés.
    Ceux qui sont profondément immergés dans les énergies de la Force ressentent forcément la galaxie de façon très différente de celle de la plupart des êtres. Dès le début, la Force est clairement interprétée comme un champ d'énergie créé et maintenu par la vie elle-même. Divers individus ont la capacité de canaliser ce pouvoir et d'accomplir des faits étonnants. Plus important pourtant, la Force existe au dedans et au dehors, embrassant la galaxie tout en l'unifiant. De ce point de vue, toute existence est fondamentalement une, avec pour résultante une unité qui est tout aussi réelle que chacun des détails auxquels on peut finir par s'attacher.
    Pour utiliser une des métaphores préférées du Bouddhisme Zen, la mer peut produire des vagues individuelles qui vont constamment de crête en creux, mais l'eau dont elles sont composées est leur véritable et constant champ d'existence. Si on s'entiche d'une seule d'entre elles, au lieu de lui permettre de s'élever et de s'abattre naturellement, il s'ensuit inévitablement de la souffrance. Ignorer l'unité des choses en se fixant sur un point spécifique se dit avidya en sanscrit, ce qu'on traduit souvent par « illusion ».
    Il y a de considérables indices qui tendent à montrer que les Jedis fonctionnent beaucoup ainsi.
    Après des années d'entraînement par Obi-Wan Kenobi, Anakin devient un adolescent têtu et obstiné. Elevé en dehors de l'Ordre des Jedis, le jeune apprenti se trouve constamment à rebrousse-poil de ses dogmes et traditions. Quand il comprend que « l'attachement » et la « possession » sont « interdits », il semble que personne dans le Conseil ne prenne jamais le temps de lui expliquer pourquoi. A défaut de la formation que reçoit le Padawan moyen dans l'usage de la Force dès la naissance, Anakin lutte encore et encore avec ses attachements, surtout lorsqu'ils ont à voir avec sa mère et, plus tard, l'amour de sa vie, Padmé Amidala.
    Hanté par ses rêves de la mort de sa mère, Anakin finit par aller la rechercher sur Tatooine. Après l'avoir vengée des Pillards Tusken qui l'ont enlevée et tuée, il revient à la propriété où l'attend Padmé. Avant de s'effondrer complètement, il bricole un appareil en panne en disant : « La vie paraît tellement plus simple quand on répare les choses. J'ai le tour de réparer les choses... je l'ai toujours eu. » Ceci est l'une de ses phrases les plus révélatrices, car elle laisse transparaître une conception de la vie mécanique, comme si elle était une machine en panne à côté de laquelle on peut se tenir et la « réparer » de façon arbitraire, à sa guise.
    Comme le disait un jour Cheri Huber, maître zen américaine depuis plus de trente ans : « On nous apprend à croire que la vie devrait être d'une certaine manière. Lorsque ce n'est pas le cas, nous assumons que quelque chose ne va pas et qu'il faudrait régler le problème. La souffrance résulte de notre volonté de faire que la vie soit autre que ce qu'elle est ». Le dilemme d'Anakin Skywalker n'est pas vraiment plus compliqué que cela.
    En interprétant le décès de sa mère comme un échec personnel, Anakin se met à construire et renforcer son ego, en proclamant qu'il « apprendra un jour à empêcher les gens de mourir ». Dans le Bouddhisme, on voit la vie comme un schéma fluctuant, un flux d'éléments appelés agrégats. A la base, on comprend que ce schéma est impermanent et que toute souffrance surgit de notre refus d'accepter cette impermanence. Comme Anakin, nous développons un ego, une sorte de construction fictive, afin de nous protéger des changements que nous n'aimons pas – en particulier la mort. Cependant, cette fausse persona est un mouvement erroné, qui crée une autre source de tension en renforçant l'illusion que nous sommes séparés de la vie et pouvons en quelque sorte la contrôler.


    Dernière édition par Yudo, maître zen le Dim 20 Mar 2011 - 12:38, édité 1 fois
    avatar
    Sylvie
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 332
    Date d'inscription : 12/09/2010

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Sylvie le Sam 19 Mar 2011 - 23:03

    Yudo, maître zen a écrit:(suite)

    L'Un et le Multiple

    ... Dès le début, la Force est clairement interprétée comme un champ d'énergie créé et maintenu par la vie elle-même. Divers individus ont la capacité de canaliser ce pouvoir et d'accomplir des faits étonnants. Plus important pourtant, la Force existe au dedans et au dehors, embrassant la galaxie tout en l'unifiant. De ce point de vue, toute existence est fondamentalement une, avec pour résultante une unité qui est tout aussi réelle que chacun des détails auxquels on peut finir par s'attacher.
    Pour utiliser une des métaphores préférées du Bouddhisme Zen, la mer peut produire des vagues individuelles qui vont constamment de crête en creux, mais l'eau dont elles sont composées est leur véritable et constant champ d'existence.
    ...
    La compréhension d'une tempête devient une source inattendue de force.
    Sidious n'a pas compris, il est marron.

    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2881
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Yudo, maître zen le Dim 20 Mar 2011 - 10:06

    Sylvie a écrit:

    [Dark] Sidious n'a pas compris, il est marron.


    J'aime bien cette contraction du nom de scène "Sid Vicious". Alors qu'il ne chantait ni ne jouait de la musique, ce Sex Pistol aura laissé des traces. Mais cela nous donne aussi plein de possibilités:

    Dark Niczy
    Dark Moo Eddur
    Dark Djacrac
    Dark Mitran
    Dark Dobbouche
    Dark Ronsfeld
    Dark Dichney
    Dark Mouamfy

    entre autres...
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par fonzie le Dim 20 Mar 2011 - 10:42

    Dark Reich... Laughing
    il crée SEXPOL...
    selon Reich, Thanatos ("l'instinct de mort") n'est qu'une pulsion secondaire...
    il fuit l'Allemagne nazie. Il s'exile au Danemark...

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Wilhelm_Reich
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Bion_(organique)

    Bon ! et le mollusque ?
    c'est quand qu'il comprend qui faut pas gonfler la soeur d'un Jedi tongue
    http://zen-et-nous.1fr1.net/t389p165-se-dire-eveille#6611


    avatar
    Jabba the dégonflé !
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 253
    Emploi/loisirs : brasseur d'air
    Date d'inscription : 03/02/2009

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Jabba the dégonflé ! le Dim 20 Mar 2011 - 12:04

    Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2881
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Yudo, maître zen le Dim 20 Mar 2011 - 12:34

    (suite du texte de Paul-F. MacDonald)

    Toute sa vie, l'autre mentor d'Anakin, le chancellier Palpatine, joue un rôle clé dans le développement de son ego. Depuis l'enfance d'Anakin, Palpatine a formé et façonné l'attitude de son protégé, en lui sussurrant constamment à l'oreille comment la vie devrait effectivement se passer « d'une certaine façon ». Il lui fait remarquer que les Jedis ne lui font pas confiance, admoneste le Conseil lorsqu'ils ne le choisissent pas opur des missions spéciales, et lui assure qu'il sera le plus grand et le plus puissant d'entre eux tous. Il l'installe même au Conseil, sachant bien qu'ils tenteront de se servir de cela pour savoir ce que leur cache le chancellier. Tout en semant les graines de la paranoïa et de la crainte, le Seigneur Sith joue parfaitement le rôle de ce que dans le Zen on appelle « l'esprit conditionné ».
    Ce conditionnement mûrit lorsqu'Anakin fait de plus en plus de rêves d'un futur menaçant qui ondoie jusque dans la Force. Maintenant marié en secret avec Padmé, il apprend non seulement que sa vie est menacée, mais que celle de leur enfant à naître l'est aussi. A la manière de la mythologie classique, il fait voeu de la sauver « de ses (à lui ou à elle ?) cauchemars », ce qui ne fait que mettre en branle la chaîne karmique d'événements qui aboutira à sa mort à elle.
    Dans sa tentative finale de se réconcilier avec le Conseil Jedi, pourtant, Anakin demande son aide à Yoda. Mais le sage, quoique vieux de plusieurs siècles, ne comprend pas son étudiant, et se contente de l'instruire vaguement de ne pas « pleurer » ou « regretter » ceux qui meurent et « se transforment dans la Force ». La réalité d'un champ d'énergie unifié qui vit et respire dans un ensemble plus grand échappe à Anakin et l'Ordre perd la une importante occasion. Et pourtant, Yoda a philosophiquement raison lorsqu'il affirme que « la crainte de la perte est un chemin qui mène au Côté obscur ».
    Punk rocker, commercial pour films de monstres et moine zen Sôtô, Brad Warner réussit également une formidable imitation de Yoda. Il expose secourablement le paradoxe fondamental de l'attachement dans son ouvrage zen au titre coloré de Sit Down and Shut Up (Assieds-toi et ferme la). Nombreux sont ceux qui ont décrié le règlement Jedi qui interdit l'attachement, soutenant qu'on devrait être attaché aux gens qui nous sont chers. Mais du point de vue bouddhiste, cette impulsion conditionnée surgit pourtant d'une idée erronée de ce que sont la vie et l'Univers.
    Comme l'explique Warner, « L'amour, ou le désir, amène à vouloir prendre. On tente de faire « sien » ce qui est séparé de soi. Le problème avec cela, c'est que c'est basé sur l'idée dualiste où il y a « soi » et « autre », qui sont des réalités à jamais opposées et déconnectées sans aucune relation entre elles. Tout devient totalement confus, nous dit Warner, lorsque nous « faisons de ces choses que nous désirons nos possessions », parce que « ce qu'on désire incorporer à soi n'a jamais été séparé de soi, pour commencer ». Encore une fois, c'est comme une vague qui refuserait de reconnaître son unité avec le reste de l'eau et qui s'efforcerait de rester une crête à jamais.
    Lorsque Palpatine soutient que les Siths ont maîtrisé le pouvoir de la vie sur la mort, Anakin ne peut résister à la tentation, car il se voit à ce point comme quelque chose de séparé et de divorcé de la vie, et il n'a d'autre choix que de se tourner vers la galaxie et de tenter de la contrôler. Warner résume ceci en disant : « Je soupçonne que beaucoup, sinon la totalité, du “mal” qui est fait dans le monde est une sorte de tes, une façon pour le “malfaisant” de tenter de se prouver qu'il ou elle est réellement séparé(e) du reste de la création.
    C'est là la schizophrénie fondamentale du Côté obscur. Tous les Seigneurs Siths souffrent d'une psyché dédoublée, à tel point qu'il leur faut littéralement se créer une seconde persona du Côté obscur dont le nom commence par « Dark ». Rarement cette impossible dualité de l'esprit conditionné n'a été plus éloquemment exprimée que lorsqu'Anakin regarde à travers le paysage urbain de Coruscant en direction de Padmé et elle vers lui, pris au piège du choix infernal de la laisser mourir ou de se tourner vers le Côté obscur.


    Dernière édition par Yudo, maître zen le Dim 20 Mar 2011 - 14:23, édité 3 fois
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2881
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Yudo, maître zen le Dim 20 Mar 2011 - 12:36

    Yudo, maître zen a écrit:(suite du texte de Paul-F. MacDonald)
    (...) pris au piège du choix infernal de la laisser mourir ou de se tourner vers le Côté obscur.

    C'est qu'il n'avait pas lu le Cid de Corneille!
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par fonzie le Dim 20 Mar 2011 - 12:39

    Jabba the dégonflé ! a écrit: Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked
    Bien !
    J'ai appris sur planète nangpa qu'il parait que t'étais l'auteur de "ted2" sur planète boubou.xoiit (où mokta s'est fait traité d'"imbécile" Very Happy )
    Et c'est qui qui va régler le compte à darkshikitedious, complice de darkomyo et dharmadarkdhatu? ch'ais pas, mais faut pas compter sur alain(jedi)...
    http://www.buddhaline.net/annuairedubouddhisme/forum/viewtopic.php?t=1509&highlight=souvenir
    Yudo, maître zen a écrit: Quoique, à son départ, sa mère l'ait averti de ne pas « regarder en arrière » c'est pourtant ce qu'il fait...
    en même temps, on connait déjà la fin...

    avatar
    Sylvie
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 332
    Date d'inscription : 12/09/2010

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Sylvie le Dim 20 Mar 2011 - 13:29

    Yudo, maître zen a écrit:(suite du texte de Paul-F. MacDonald)
    Tout en semant les graines de la paranoïa et de la crainte, le Seigneur Sith joue parfaitement le rôle de ce que dans le Zen on appelle « l'esprit conditionné »...
    n'est-ce pas l'esprit que les tibétains nomment "sem"... ? enveloppé d'obscur, noir comme une corneille, autrement dit corbeau !

    La réalité d'un champ d'énergie unifié qui vit et respire dans un ensemble plus grand échappe à Anakin ...
    pour son plus grand malheur...

    C'est qu'il n'avait pas lu le Cid de Corneille!
    moi non plus ! et ni Dante et ni Trungpa...

    Jean
    3.6
    Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est Esprit.
    3.7
    Ne t'étonne pas que je t'aie dit: Il faut que vous naissiez de nouveau.

    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2881
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Yudo, maître zen le Dim 20 Mar 2011 - 14:22

    (suite du texte de Paul-F MacDonald)

    Cause et Effet

    Lorsqu'Anakin entre au pas de charge dans le bureau du Chancellier et se trouve forcé de (littéralement) désarmer le chef du Conseil Mace Windu afin de sauver Palpatine, il enclenche une horrible chaîne de causes-et-effets, son destin karmique mis en branle par les événements de cette nuit-là.Le Karma est souvent traduit par « action », plus particulièrement celles qu'entreprend l'ego afin de manipuler les gens et les événements à sa guise. Plus souvent qu'autrement, cette action de courir toujours plus vite tout en restant sur place soulève tant de confusion qu'on n'y voit plus rien.
    Dans son classique The Way of Zen, Alan Watts définit le karma comme une sorte d'action qui requiert toujours plus d'action, soulignant ainsi de façon éloquente le voie qu'Anakin se trace pour lui-même :
    L'homme tombe dans le karma lorsqu'il interfère avec le monde de telle sorte qu'il se trouve forcé de continuer à interférer, lorsque la solution d'un problème crée encore plus de problèmes à résoudre, lorsque le contrôle d'une chose entraîne le besoin d'en contrôler bien davantage. Le karma est donc le sort que tous ceux qui « tentent d'être Dieu ». Celui-là tend au monde un piège, dans lequel il finit par tomber lui-même.
    Anakin a désespérément besoin de contrôler le destin de Padmé, ce qu'il l'amène à interférer avec l'arrestation de Palpatine par Mace Windu. Ce qui entraîne la mise en route de l'Ordre 66, qui fait massacrer tous les Jedis à travers la galaxie. Dans sa tentative d'obtenir toujours plus de pouvoir, Anakin doit se rendre au Temple Jedi et tuer jusqu'aux jeunes, ce qui est pour lui symbolique de tuer les parties bonnes, innocentes, de lui-même. Ce qui requiert encore plus d'action lorsque Palpatine lui ordonne de se rendre sur la planète saturée de lave de Mustafar pour s'occuper du Conseil Séparatiste.
    Après le meurtre des chefs séparatistes, Anakin fait une pause sur la passerelle pour regarder le soleil noir, un unique larme coulant sur son visage, maintenant que son chemin est tracé. (Georges Lucas a lui-même observé dans un commentaire qu'après la mort de Mace Windu, Anakin n'a plus d'autre choix que de poursuivre son périple du côté obscur, qu'il le veuille ou non.) Christmas Humphries, fondateur de la Loge bouddhiste à Londres, a un jour noté que, dans le Bouddhisme, « On n'est pas puni pour ce que nous faisons, mais par ce que nous faisons ». La larme d'Anakin le montre clairement.
    Le temps que Padmé confronte Anakin avec ses actes, son ego s'est déjà cristalliné en Dark Vador, s'édifiant en la chose la pire et la plus grande de toute la galaxie, le tout dans sa tentative de masquer les peurs qui le rongent. Horrifiée, Padmé tente de l'amener à quitter l'Empire nouvellement formé mais il est désormais également entiché du pouvoir. Il va jusqu'à admettre vouloir renverser l'Empereur Palpatine, en disant : « Ensemble, toi et moi, nous pouvons diriger la galaxie. Transformer les choses en ce que nous voulons qu'elles soient ». Encore une fois, [pour lui] la galaxie est en panne et il veut la réparer.
    Et pourtant, tout cela est né de son désir de protéger Padmé d'un futur imaginaire. Sa tentative de devenir plus puissant que ne l'a jamais été aucun Jedi était pour elle, « pour la protéger ». Malheureusement il n'a jamais écouté Brad Warner qui écrit candidement : « A la fin, on ne peut jamais sauver personne d'autre que soi ».
    Anakin est incapable de voir le paradoxe fondamental, qui est ici que, plus on a de protections, et plus il en faut. Etre complètement protégé de la vie, c'est en être complètement isolé. La seule façon de s'assurer de la sécurité permanente de Padmé serait de la couler dans la carbonite et de l'enfermer dans un coffre-fort quelque part, ce qui irait évidemment à l'encontre de son but, qui est de la maintenir en vie. La vie est dans son essence même insécurité et impermanence, et c'est précisément ce qui lui donne son rythme, sa spontanéité et sa joie.
    Lorsqu'Obi-Wan arrive sur cette plateforme sur Mustafar, l'ego conditionné d'Anakin l'a totalement consumé. Craintif et paranoïaque, il crie à son ancien maître : « Vous ne me l'enlèverez pas » Son ego voit désormais Padmé comme un objet, ce qui est la seule façon pour un ego de voir les choses. Il va et vient furieux, en proclamant que Je ai un nouvel empire, et Je lui ai apporté la paix et la sécurité. Obi-Wan lui fait remarquer qu'il est devenu la chose même contre laquelle il combattait jadis, ce qui est également une thématique bouddhiste, tout autant que de la Guerre des Etoiles.
    Un des actes typiques des Siths est l'étouffement par la Force, ce qui est vraiment symbolique de leur besoin de saisir et de s'accrocher à la vie au lieu de la laisser s'écouler librement et naturellement. Au cours d'une conférence, Alan Watts avait un jour assimilé l'ego à « une main invisible qui saisirait de la fumée », et l'étouffement par la Force est une jolie métaphore visuelle pour ceux qui prennent au sérieux la permanence illusoire de l'Univers. Saisir une chose entraîne inévitablement d'en saisir une autre, et cela n'a jamais de fin, jusqu'à ce qu'on se retrouve sur une plateforme sur Mustafar, en train d'étouffer la vie de la personne même qu'on aime plus que tout dans la galaxie.
    Lorsqu'il réalise la menace que son ancien Padawan est devenu, Obi-Wan n'a plus d'autre choix que de s'engager dans un duel féroce au sabre laser contre lui. Les deux se battent sur une structure constuite pour miner le paysage de feu, alors même que les boucliers font défaut et que la structure se met à se désintégrer dans la lave. Evidemment, Obi-Wan remporte le duel en laissant son opposant mutilé brûler au bord d'un fleuve de feu. Enfin, le corps de Vador est ruiné, reflet de sa psyché torturée.


    Dernière édition par Yudo, maître zen le Dim 20 Mar 2011 - 14:50, édité 1 fois
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par fonzie le Dim 20 Mar 2011 - 14:48

    Yudo, maître zen a écrit:(suite du texte de Paul-F MacDonald)
    Cause et Effet

    Le Karma est souvent traduit par « action », plus particulièrement celles qu'entreprend l'ego afin de manipuler les gens et les événements à sa guise.
    ...
    Ce qui entraîne la mise en route de l'Ordre 66, qui fait massacrer tous les Jedis à travers la galaxie.
    ...]
    mais pas Yoda.

    pourquoi 66... scratch

    darksidious qui dit que: "sa détermination n'a jamais été aussi grande" dans l'extrait, c'est le cas de le dire ! lol!
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Déterminisme

    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5495
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Kaïkan le Dim 20 Mar 2011 - 14:58



    Trancher ou ne pas trancher (le karma) ?


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    m'enfin je suis qui?
    Amateur
    Amateur

    Féminin Nombre de messages : 176
    Date d'inscription : 16/11/2010

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par m'enfin je suis qui? le Dim 20 Mar 2011 - 15:02

    on a dit "pas de fouillis" dans les textes ! Wink
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5495
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Kaïkan le Dim 20 Mar 2011 - 15:12

    Dans le Bouddhisme, « On n'est pas puni pour ce que nous faisons, mais par ce que nous faisons ».
    Trancher ou ne pas trancher (le karma) ?


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2881
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Yudo, maître zen le Dim 20 Mar 2011 - 18:41

    (suite du texte de Paul-F MacDonald)

    Le Soi dans la forteresse

    Retapé par des machines, Vador endure une épouvantable résurrection aux mains de Palpatine. Maintenant enfermé dans un habit noir menaçant, il est littéralement devenu l'ego blindé fictif, la persona terrible, qu'il avait auparavant adoptée. Emprisonné dans cette auto-fabrication, il est protégé par ses systèmes de soutien de la vie, mais également mis au tombeau par elles.
    Le souffle est d'une grande importance dans la philosophie et la pratique bouddhiques, car il est notre unité la plus fondamentale avec le reste de la vie. Lorsque nous inspirons de l'oxygène et expirons du dioxyde de carbone, nous nous engageons dans une réciprocité avec le monde organique, une sorte de donner et recevoir qui forme le plus simple des cercles symbiotiques. Que la respiration de Vador soit mécanique et artificielle démontre à quel point il est devenu corrompu et déconnecté.
    C'est ainsi que commence son exil intérieur, extrait qu'il est de sa nature originelle. Jeune homme, son domicile avait été partout là où était sa mère, et plus tard, partout là où était son épouse. Celles-ci toutes deux mortes, Vador est sans domicile fixe, au propre et au figuré, passant des décennies sur des destroyers stellaires qui errent dans l'espace, imposant la loi impériale aux citoyens de la galaxie.
    Dans son premier livre, The Spirit of Zen (L'Esprit du Zen), Alan Watts décrit ce qu'est devenu Vador et pourquoi il l'est devenu, avec une précision presque inquiétante:
    En bref, la doctrine [du Bouddha] est que l'homme souffre à cause de son avidité à posséder et à garder à jamais des choses qui sont par essence impermanentes. Au premier rang de ces choses il y a sa propre personne, car c'est là son moyen de s'isoler du reste de la vie, sa forteresse où il peut se retirer et grâce à laquelle il peut s'affirmer contre les forces extérieures. Il croit que cette position fortifiée et isolée est la meilleure façon d'arriver au bonheur ; elle lui permet de combattre le changement, de s'efforcer de garder pour lui les choses agréables, de se préserver de la souffrance et de former les circonstances à sa guise.

    Dark Vador est la parfaite métaphore visuelle du « soi » dans la « forteresse ».
    Et pourtant, lorsqu'il transforme ce « soi » en forteresse, il en paie un prix énorme. Cela va au delà de ne jamais pouvoir voir le monde de ses propres yeux, de l'entendre de ses propres oreilles et de le toucher de sa propre peau. C'est un emmurement hors de lui, un refus d'être à nouveau blessé, qui résulte en une déconnexion totale d'avec la vie, la lumière et l'amour.
    On attache souvent beaucoup d'importance au fait d'affronter les faits tangibles, et, alors qu'il parcourt la galaxie dans sa coquille blindée, étouffant les officiers rebelles pendant le règne de terreur de l'Empire, Dark Vador pourrait être décrit comme le fait tangible suprême. Cette attitude endurcie peut fonctionner, mais chaque augmentation dans la dureté s'accompagne d'une perte conséquente de sensibilité. Celle-ci nous ouvre certes à la douleur, mais aussi à l'expérience en général. Aussi protégé qu'il soit dans son armure noire, il serait impossible pour Vador de profiter d'un simple baiser de Padmé ou de ressentir la chaleur du soleil ou la douceur de la brise au Pays des Lacs sur Naboo. Jeune homme, il se régalait de ce vert monde « doux » et « tendre », son dialogue guindé étant néanmoins révélateur et ironique.
    Le sage taoïste Lao Tseu résume ce paradoxe éloquemment, lorsqu'il dit : « A leur naissance, les gens sont souples et tendres. A leur mort, ils sont durs et raides. La souplesse et la tendresse sont donc les caractéristiques de la vie. La rigidité et la dureté celles de la mort. »
    La mort est bien ce que donne Vador, même à ses propres subordonnés. Pour lui, les officiers impériaux ne sont que des rouages d'une machine qu'est l'Empire. S'il en est qui fonctionnent mal, on les enlève et les remplace, tout comme une pièce cassée. L'ironie voulant qu'il s'en défasse souvent en les étouffant grâce à la Force, comme si son karma le condamnait continuellement à rejouer la fin de Padmé. De la même façon, on pourrait soutenir que lorsqu'il congèle Han Solo dans la carbonite, à la Cité des Nuages, il refait encore ce qu'il s'est fait à lui-même.
    Après tout, jusqu'à ce qu'il comprenne que Luke Skywalker est son fils, Vador est spirituellement et émotionnellement congelé, lui aussi. Quand Luke détruit l'Etoile de la Mort, il est obsédé par l'idée de le retrouver, sans doute anxieux de le transformer en une autre de ses possessions. Il y a de nombreux parallèles ici qui montrent que Vader est toujours lié par les chaînes karmiques qu'il s'est lui-même forgées. Il torture Han Solo et Leia Organa, envoyant ainsi à travers la Force des frémissements dans les attaches sentimentales de Luke. Il renouvelle aussi à son fils l'offre de renverser l'Empereur et de gouverner avec lui la galaxie.
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5495
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Kaïkan le Dim 20 Mar 2011 - 19:37



    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2881
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Yudo, maître zen le Dim 20 Mar 2011 - 19:40

    (suite du texte de Paul-F MacDonald)

    Lâcher prise

    Après leur premier duel au sabre laser, Luke aussi est meurtri et brisé. Lorsque Yoda lui apprend que Vador est son père, il fait rapidement écho à la dernière intuition de Padmé – qu'il « reste du bon en lui ». Armé de cette confiance, il se laisser capturer sur Endor. Lorsque Luke affronte Vador, il dit au Seigneur noir qu'il a accepté le fait que Dark Vador avait jadis été Anakin Skywalker, son père. Lorsque Vador rejette le nom, Luke lui dit : « C'est là le nom de votre être véritable. C'est juste que vous l'avez oublié ». Cet « être véritable » dont il parle n'est pas l'ego, évidemment, mais bien la conscience éveillée de bouddha dans laquelle tout un chacun est né dès l'origine.
    Alors même que Vador le présente à l'Empereur comme un trophée prêt à la conversion, Luke ne perd toujours pas espoir, sentant le « bien » en lui, le « conflit ». L'importance du karuna, ou compassion, est au centre de l'intuition bouddhique qui veut que toute vie soit interconnectée et interdépendante. Dans Puissance du Mythe, Joseph Campbell traduit compassion par « souffrir avec », citant le bodhisattva comme étant celui qui atteint l'éveil, mais revient quand même dans le monde de la souffrance pour sauver tous les êtres.
    Très semblable en cela à un bodhisattva, Luke comprend en quelque sorte que, même si son père est une entité mauvaise qui doit être détruite, il est aussi une personne qui souffre terriblement et qui a besoin de compassion. Grâce à son expérience dans la caverne sur Dagobah, il comprend aussi que son père est, à un certain niveau, lui-même. Campbell indique que la thématique mythique de « l'expiation avec le père » [atonement with the father] signifie aussi « ne faire qu'un avec le père » [at-one-ment with the father]. Au contraire de son père, cependant, Luke est si ouvert à la vie qu'il se rend compte qu'il doit aussi accepter la possibilité de la mort. Ce n'est qu'en s'abandonnant aux attaques vicelardes des éclairs de l'Empereur qu'il trouve justement la faille dans l'armure de son père depuis si longtemps perdu.
    En ouvrant enfin son coeur à quelqu'un d'autre, et en faisant sienne sa douleur, Vador soulève spectaculairement l'Empereur en l'air et le jette avec force dans les profondeurs du conduit d'un réacteur (le meilleur moment de tous). Cette action est un exemple totalement concentré d'une méditation centrée sur un seul objet, une compréhension de ce qui doit être fait et le fait de le faire.
    Comme le décrit Warner dans Sit Down and Shut Up, « Il n'est pas préoccupé d'un état d'éveil à venir. Il ne se préoccupe pas de redresser l'un quelconque des torts qu'il a pu commettre par le passé. Nous ne pouvons pas agir dans le passé ou dans l'avenir. Nous ne pouvons agir que juste maintenant ». Enfin libre du piège du passé et de ses tentatives de contrôler le futur, Vador s'ouvre à l'instant présent et débarrasse la galaxie de l'ego monstrueux qui voulait la gouverner à jamais.
    Après quoi, même dans le hangar de l'Etoile de la Mort sous le feu de l'ennemi, tout ce dont Vador se préoccupe, c'est de voir son fils « de [ses] propres yeux ». Lorsque Luke proteste en disant qu'il va mourir sans le soutien de son masque et de son armure, il répond calmement : « Rien ne peut plus empêcher ceci, désormais ». Finalement, Anakin a fait la paix avec l'impermanence. Il se rend compte que, de même qu'on ne peut vraiment respirer qu'en lâchant prise de son souffle et en expirant, par opposition à le retenir, il ne peut revivre qu'en mourant.
    Luke retire avec soin le masque d'Anakin, révélant un homme plus âgé, étonnamment frêle. Pâle comme la mort, Anakin réussit néanmoins à sourire doucement à son fils. Lorsque Luke lui dit qu'il doit sauver son père, Anakin lui assure que c'est déjà fait. Enfin libéré de sa coquille blindée, il abandonne son ego, laisse se coucher le soleil et meurt.
    Son corps brûlé sur un bûcher funéraire, Anakin réapparait à Luke une dernière fois pendant la célébration sur Endor. N'étant plus emprisonné en tant que Vador, il est de nouveau un jeune chevalier Jedi. Quand on voit son apparition d'un bleu scintillant qui se tient aux côtés de Yoda et d'Obi-Wan, il est difficile de ne pas se remémorer les paroles éternelles de William Blake :
    Qui se lie à une joie
    Détruit la vie ailée
    Mais qui l'embrasse en plein vol
    Vit dans l'aurore de l'éternité.

    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par fonzie le Dim 20 Mar 2011 - 22:23

    Yudo, maître zen a écrit:(suite du texte de Paul-F MacDonald)

    Lâcher prise

    Après leur premier duel au sabre laser, Luke aussi est meurtri et brisé. Lorsque Yoda lui apprend que Vador est son père, il fait rapidement écho à la dernière intuition de Padmé – qu'il « reste du bon en lui ». Armé de cette confiance, il se laisser capturer sur Endor. Lorsque Luke affronte Vador, il dit au Seigneur noir qu'il a accepté le fait que Dark Vador avait jadis été Anakin Skywalker, son père. Lorsque Vador rejette le nom, Luke lui dit : « C'est là le nom de votre être véritable. C'est juste que vous l'avez oublié ». Cet « être véritable » dont il parle n'est pas l'ego, évidemment, mais bien la conscience éveillée de bouddha dans laquelle tout un chacun est né dès l'origine.
    Alors même que Vador le présente à l'Empereur comme un trophée prêt à la conversion, Luke ne perd toujours pas espoir, sentant le « bien » en lui, le « conflit ». L'importance du karuna, ou compassion, est au centre de l'intuition bouddhique qui veut que toute vie soit interconnectée et interdépendante. Dans Puissance du Mythe, Joseph Campbell traduit compassion par « souffrir avec », citant le bodhisattva comme étant celui qui atteint l'éveil, mais revient quand même dans le monde de la souffrance pour sauver tous les êtres.
    Très semblable en cela à un bodhisattva, Luke comprend en quelque sorte que, même si son père est une entité mauvaise qui doit être détruite, il est aussi une personne qui souffre terriblement et qui a besoin de compassion. Grâce à son expérience dans la caverne sur Dagobah, il comprend aussi que son père est, à un certain niveau, lui-même. Campbell indique que la thématique mythique de « l'expiation avec le père » [atonement with the father] signifie aussi « ne faire qu'un avec le père » [at-one-ment with the father]. Au contraire de son père, cependant, Luke est si ouvert à la vie qu'il se rend compte qu'il doit aussi accepter la possibilité de la mort. Ce n'est qu'en s'abandonnant aux attaques vicelardes des éclairs de l'Empereur qu'il trouve justement la faille dans l'armure de son père depuis si longtemps perdu.
    En ouvrant enfin son coeur à quelqu'un d'autre, et en faisant sienne sa douleur, Vador soulève spectaculairement l'Empereur en l'air et le jette avec force dans les profondeurs du conduit d'un réacteur (le meilleur moment de tous). Cette action est un exemple totalement concentré d'une méditation centrée sur un seul objet, une compréhension de ce qui doit être fait et le fait de le faire.
    Comme le décrit Warner dans Sit Down and Shut Up, « Il n'est pas préoccupé d'un état d'éveil à venir. Il ne se préoccupe pas de redresser l'un quelconque des torts qu'il a pu commettre par le passé. Nous ne pouvons pas agir dans le passé ou dans l'avenir. Nous ne pouvons agir que juste maintenant ». Enfin libre du piège du passé et de ses tentatives de contrôler le futur, Vador s'ouvre à l'instant présent et débarrasse la galaxie de l'ego monstrueux qui voulait la gouverner à jamais.
    Après quoi, même dans le hangar de l'Etoile de la Mort sous le feu de l'ennemi, tout ce dont Vador se préoccupe, c'est de voir son fils « de [ses] propres yeux ». Lorsque Luke proteste en disant qu'il va mourir sans le soutien de son masque et de son armure, il répond calmement : « Rien ne peut plus empêcher ceci, désormais ». Finalement, Anakin a fait la paix avec l'impermanence. Il se rend compte que, de même qu'on ne peut vraiment respirer qu'en lâchant prise de son souffle et en expirant, par opposition à le retenir, il ne peut revivre qu'en mourant.
    Luke retire avec soin le masque d'Anakin, révélant un homme plus âgé, étonnamment frêle. Pâle comme la mort, Anakin réussit néanmoins à sourire doucement à son fils. Lorsque Luke lui dit qu'il doit sauver son père, Anakin lui assure que c'est déjà fait. Enfin libéré de sa coquille blindée, il abandonne son ego, laisse se coucher le soleil et meurt.
    Son corps brûlé sur un bûcher funéraire, Anakin réapparait à Luke une dernière fois pendant la célébration sur Endor. N'étant plus emprisonné en tant que Vador, il est de nouveau un jeune chevalier Jedi. Quand on voit son apparition d'un bleu scintillant qui se tient aux côtés de Yoda et d'Obi-Wan, il est difficile de ne pas se remémorer les paroles éternelles de William Blake :
    Qui se lie à une joie
    Détruit la vie ailée
    Mais qui l'embrasse en plein vol
    Vit dans l'aurore de l'éternité.

    "
    Il apparut à Gautama que la prison dans laquelle il avait été enfermé pendant des milliers de vies s'était brusquement ouverte. L'ignorance en avait été le geolier. Son esprit avait été voilé par l'ignorance, de même que la lune et les étoiles sont cachées par les nuages d'orage. Obscurci par des vagues incessantes de pensées trompeuses, l'esprit avait à tord divisé la réalité en sujet et objet, soi et autrui, existence et non-existence, naissance et mort, et de ces distinctions étaint nées des vues erronées.
    ...
    Une fois le geôlier éliminé, la prison disparaitrait pour ne plus jamais être reconstruite.

    "
    Thich Nhat Hanh
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5495
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Kaïkan le Dim 20 Mar 2011 - 22:26

    Thich Nhat Hanh



    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2880
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par tangolinos le Lun 21 Mar 2011 - 10:06

    kaïkan a écrit:
    Thich Nhat Hanh


    Notre vraie nature ne peut pas se voir elle-même.
    Par contre elle peut se reconnaître dans le "DING".
    Quand plus rien ne vient troubler cette reconnaissance, l' univers entier vient s'y manifester.
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2881
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Yudo, maître zen le Lun 21 Mar 2011 - 10:11

    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par fonzie le Lun 21 Mar 2011 - 10:59

    Yudo, maître zen a écrit:

    pour les observateurs Very Happy le "mangeur de grenouilles" est devenu "pétoman" Shocked

    avatar
    Jabba the dégonflé !
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 253
    Emploi/loisirs : brasseur d'air
    Date d'inscription : 03/02/2009

    Re: Mythologie de la Guerre des Etoiles: déconstruire Dark Vador

    Message par Jabba the dégonflé ! le Lun 21 Mar 2011 - 12:45

    fonzie a écrit:
    pour les observateurs Very Happy le "mangeur de grenouilles" est devenu "pétoman" Shocked
    Gardons la face devant le danger !

      La date/heure actuelle est Mer 18 Oct 2017 - 13:15