Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    BUSSHÒ (ch3 du Shōbōgenzō 正法眼蔵, Jap.) de M° Dôgen

    Partagez
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5597
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: BUSSHÒ (ch3 du Shōbōgenzō 正法眼蔵, Jap.) de M° Dôgen

    Message par Kaïkan le Dim 3 Juil 2011 - 18:03

    Ho a écrit:Et que dit-il dans Ikka myôju ? Bon, je ne dis pas que l'érudition c'est inutile mais que j'ai du mal à suivre. Par contre quand je lis Ajahn Chah je comprend tout.

    Je vais le traduire sous peu... Very Happy (Faut bien qu'il y en ait un qui s'y colle...)


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: BUSSHÒ (ch3 du Shōbōgenzō 正法眼蔵, Jap.) de M° Dôgen

    Message par Invité le Dim 3 Juil 2011 - 18:22

    Ho a écrit:Je ne suis pas intelligent, n'ai pas fait d'études ; enfin j'ai quand même le Brevet des Collèges que de mon temps (je suis très vieux) on appelait le BEPC ; alors c'est difficile de lire tout ça. Il était trop intelligent ce Dogen.
    Si on parle de livres, je suis venu au zen par Han Shan, je suis allé chez les Kagyupa grâce aux Chants de Milarépa. Avec Sensei Deshimaru comme avec Bokar Rimpoché je n'ai jamais eu de problème pour comprendre que la nature de Bouddha est partout en chacun et avec chacun, dans tout être sensible, en tout le vivant et même dans le minéral. L'univers entier est une perle brillante, cette perle est la nature de Bouddha.

    Ho, j'ai même pas le C.A.P, mais bon, parfois j'ai peur de rien,( cat... Laughing )je dois être une grosse prétentieuse. Smile Est-cela l'intelligence ? il y a plusieurs intelligences et il y a pour toutes les intelligences humaines ( C'est ce que le Bouddha a appliqué dans son enseignements ) Mais c'est vrai que Taisen Deshimaru est facile à lire pour moi. Si c'est au dessus de ma capacité de compréhension, je ne m'acharne pas, ou je laisse de côté, le temps que ça marine, quelques jours, un mois, un an...
    Et qui sait si les petits oiseaux n'écoutent pas aussi des "enseignements"...
    avatar
    Ho
    Amateur
    Amateur

    Masculin Nombre de messages : 125
    Date d'inscription : 09/06/2011

    Re: BUSSHÒ (ch3 du Shōbōgenzō 正法眼蔵, Jap.) de M° Dôgen

    Message par Ho le Dim 3 Juil 2011 - 19:04

    "Enseignements" : un mot que je fuis. Dès que j'entend qu'il va y avoir des enseignements je cours en sens inverse.
    Par contre lire des exposés de Dogen traduits par Kaikan qui s'y colle compétent ça vaut le coup.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: BUSSHÒ (ch3 du Shōbōgenzō 正法眼蔵, Jap.) de M° Dôgen

    Message par Invité le Dim 3 Juil 2011 - 20:40

    Pourquoi ?
    Mais Ho, je n'ai pas dit en-saignements...Rolling Eyes Question

    C'est vrai que les chants de Milarepa coulent comme une source de montagne...
    Et Taisen Deshimaru avait les mots clairs, nets, simples comme un coup de pinceau ou une fleur déposée.

    Contenu sponsorisé

    Re: BUSSHÒ (ch3 du Shōbōgenzō 正法眼蔵, Jap.) de M° Dôgen

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 13 Déc 2017 - 19:52