Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    De la nécessité des cérémonies.

    Partagez
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5428
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: De la nécessité des cérémonies.

    Message par Kaïkan le Dim 15 Avr 2012 - 10:54

    Leela a écrit:Quant à ce que raconte Alexandra DN, c'est autre chose, si j'ai bon souvenir.

    Bonjour Leela,

    J'ai aussi lu avec délectation les ouvrages de A.D.N.
    Il me semble qu' elle a parlé de la création d'images mentales d'une divinité qui pouvaient devenir si fortes que la visualisation tournait à l'hallucination. Tout cela pour comprendre la force de l’imagination poussée à l'extrême.
    Se débarrasser ensuite de ses propres créations mentales permet probablement de comprendre le fonctionnement de son propre esprit et comment nous créons nous-mêmes les liens d'asservissement constituant notre attachement aux vues erronées.

    Affronter ses peurs dans la solitude des ermitages s'est parfois transformé en cauchemar pour certains ascètes tibétains. Mais Alexandra DN semble avoir passé toutes ses épreuves avec une dextérité qui a étonné de grands maîtres tibétains...




    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Leela
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Féminin Nombre de messages : 1001
    Age : 66
    Localisation : Belgique
    Emploi/loisirs : arts, nature
    Humeur : printanière !
    Date d'inscription : 24/06/2011

    Re: De la nécessité des cérémonies.

    Message par Leela le Dim 15 Avr 2012 - 10:55

    Peaceful a écrit:En disant que la méditation n’est pas utile pour pacifier un esprit agité ou pour sortir de la confusion, vous allez à l’encontre du discours commun. Mais je vous suis. Dans ce cas que proposez-vous d’autre ?
    Je pense avoir franchi une étape à ce sujet, alors je me permets de partager ma modeste expérience.

    J'ai un esprit tellement agité que la méditation se résumait surtout à le constater, à en devenir spectateur, sans pouvoir ralentir le flot de mes pensées, ce qui, Kaïkan le confirme, est déjà un résultat, mais qui commence à devenir frustrant, après 25 ans de pratique en pointillé.
    Le seul moyen de le calmer était de me plonger dans une activité manuelle qui demande de l'attention.

    Cela fait plus de 20 ans que je médite épisodiquement. Ma plus longue expérience étant 6 mois de méditation quotidienne (entre 10 et 30 minutes par jour). Pendant des années j'ai médité une ou deux fois par semaine pendant 1h ou 1h30.

    Je me suis donc penchée sur ce problème de moulinage mental qui est tel que j'en arrive à parler tout haut quand je suis seule. Je sais que ce n'est pas bon, mais impossible d'arrêter la machine ! C'est comme retenir un cours d'eau avec une planche: on ne fait que créer encore plus de tourbillons...

    Et c'est l'écoute d'un exposé de Eckart Tolle qui m'a fourni la clef.

    Voici le résultat de mes réflexions suivant cet exposé, ainsi qu'un article de Lama Denys.
    Vidéo de Eckart Tolle sur "le pouvoir du moment présent"
    Texte de Lama Denys sur l'ego

    Ils m'ont renforcé dans cette idée que l'ego n'était pas "un ennemi à abattre", mais plutôt un "cheval à dompter", qui nous est utile pour nous aider à "aller loin" dans la vie. Ce qui rejoint d'ailleurs le leitmotiv de Akong Rimpoché:
    "dompter le tigre".
    J'ai écrit ce texte il y a une semaine, et je peux vous dire que la technique un peu puérile que j'ai adoptée a des effets spectaculaires chez moi. Je peux affirmer que d'ici quelques jours ou semaines, je serai débarrassée de ce "moulinage" excessif, et je vais donc reprendre la méditation avec une approche neuve.
    Il est évident que je ne risque pas de glisser vers la schizophrénie parce que je suis consciente que tous ces "personnages" ne sont que différentes facettes de la même entité.


    Brigitte, Jules, Claire. (Brigitte n'est pas mon vrai prénom, mais j'évite de donner trop de détails perso sur internet)
    Ce sont les 3 noms inscrits sur ma carte d'identité.
    Avant ma naissance, mes parents avaient opté pour le classique nom+ Marie+ les noms féminisés de mes parrains et marraines, mais papa était le seul à aider maman lors de mon accouchement express (j'étais déjà speedée) et en a été tellement ému qu'il s'est mélangé les pinceaux lors de ma déclaration à la commune. "Brigitte" est le prénom choisi, Jules celui de mon parrain et Claire celui de ma maman.

    Ces derniers jours, une écoute d'un exposé de Eckart Tolle m'a fait mieux comprendre la notion d'ego.
    Inconsciemment, j'ai toujours rejeté cette image de l'ego qui serait le concentré de toute notre négativité et dont il faut se débarrasser.
    Je me disais que si on l'avait reçu, c'est qu'il avait une utilité. Je pratique la non-violence même à ce niveau là !

    J'ai donc été émerveillée et soulagée d'en avoir une vision plus positive.

    En résumé: l'ego forge notre identité "terrestre", à partir de nos gènes, notre expérience de vie, nos bons et mauvais conditionnements: il est un "corps des émotions et pensées" qui n'existe que par rapport au passé et au futur. Il essaie de nous empêcher de fonctionner au présent, parce que dans cette conscience, il est dissout. Il "jutte" donc constamment pour sa survie, en essayant de nous extraire du moment présent en ressassant le passé et en nous projetant dans le futur, toujours avec des pensées négatives ( rancunes, craintes...)

    A force d'en parler avec "il", j'ai décidé de lui donner un nom.

    Alors :
    - Brigitte est la petite fille gaie, farceuse, passionnée, artiste, impulsive: elle est mon moteur dans la vie et mon personnage en ce bas monde. Elle est formée par mon patrimoine génétique, détermine mon tempérament, mes goûts...
    - Jules est le majordome qui essaie de ramener mes pieds sur terre (pour le moment, il me harcèle pour que je fasse mes comptes) mais il peut aussi être chiant quand il me coince dans un moulinage mental négatif.
    - Claire est ... ben.. on va dire mon "vrai moi", tel que décrit dans la vidéo, celle qui est présente dans le moment présent, en l'absence de Jules et de Brigitte.

    Ces dernières années, suite à burnout, j'ai décidé de ne plus me laisser stresser, mais à force de supprimer les causes de stress, je ne "fonctionnais" plus. C'est comme si Brigitte, lassée du harcèlement de Jules qui me poussait à l'hyper activité, faisait la grève.
    Je suis devenue d'une passivité inquiétante, qui me tracassait beaucoup, n'ayant même plus l'énergie d'assumer mes tâches quotidiennes de base.
    Je me suis fait coacher par des amies, et cela va mieux. Je suis passée de 10% d'activité par jour (en temps), à... disons... 50 ou 60%. Encore insuffisant, donc. Je précise que je considère que me promener, faire la sieste ou visiter des amis fait partie des "activités".
    Pendant mon temps perdu, je ne fais rien d'autre que de mouliner mentalement et me disperser, du style "je vais encore prendre une petite tasse de café avant de m'y mettre". Procrastination maximale !
    C'est donc arrivé à un niveau réellement pathologique.
    Il me reste surtout une grande difficulté à me concentrer, et cette dispersion en est le résultat et pas la cause, ça, c'est clair ! Mon esprit part dans tous les sens, et ce n'est que quand j'écris ou que je fais un travail (donne cours, ou travail manuel absorbant) que j'arrive à me concentrer.

    Il est donc temps de réorganiser mes "personnages": utiliser les conseils pratiques de Jules pour me dicter les actions indispensables (oui, oui, je vais faire les compte, promis), Brigitte décide de faire ce qu'il lui plaît (arts, jardin, vie sociale). Mais une fois la décision prise, je les envoie tous les deux bouler et je reste dans le présent, en empêchant Jules de bavarder, et Brigitte de me pousser vers d'autres activités.

    Ca marche. Wink




    Dernière édition par Leela le Dim 15 Avr 2012 - 11:15, édité 2 fois
    avatar
    Leela
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Féminin Nombre de messages : 1001
    Age : 66
    Localisation : Belgique
    Emploi/loisirs : arts, nature
    Humeur : printanière !
    Date d'inscription : 24/06/2011

    Re: De la nécessité des cérémonies.

    Message par Leela le Dim 15 Avr 2012 - 10:58

    Kaïkan a écrit:Bonjour Leela,

    J'ai aussi lu avec délectation les ouvrages de A.D.N.
    tu as sûrement raison, mais l'un n'exclut pas l'autre. Il y a longtemps que j'ai lu ce livre, je devrais le relire.
    J'avais retenu la description de ces "entité serviteur" parce que cela correspondait à mes recherche du moment, mais j'ai dû oublier le reste. J'étais dans ma phase "géobiologie", qui inclut la lutte contre la magie.
    Ce livre m'avait fait grande impression, et m'a permis de comprendre beaucoup de pratiques magiques. Wink

    Bonne journée, Kaïkan et tous les autres sunny
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5428
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: De la nécessité des cérémonies.

    Message par Kaïkan le Dim 15 Avr 2012 - 11:27

    Leela a écrit:J'ai un esprit tellement agité que la méditation se résumait surtout à le constater, à en devenir spectateur, sans pouvoir ralentir le flot de mes pensées, ce qui, Kaïkan le confirme, est déjà un résultat, mais qui commence à devenir frustrant, après 25 ans de pratique (en pointillé).
    Le seul moyen de le calmer était de me plonger dans une activité manuelle qui demande de l'attention.

    Ce passage est de mon point de vue une mine d'or... Very Happy

    D'abord, comme l'a souligné de nombreuses fois Sri Aurobindo, tout le monde n'est pas forcément capable de rester de longues heures assis en méditation et certaines personnes se concentrent mieux à travers le travail manuel :

    Dans le Siddha yoga (Shivaïsme du Kashmir), il y a dans le même ordre d’idée le Séva :


    SÉVA (seva)
    (littéralement : service) Service désintéressé ; travail offert à Dieu, accompli sans s'attacher au résultat et sans se considérer comme l'auteur de l'action. Dans les ashrams du Siddha Yoga, la seva est une pratique spirituelle, et les étudiants s'efforcent d'accomplir chacun de leurs actes dans cet esprit d'offrande désintéressée.
    Voir message n°3 ICI

    Pendant zazen le mental ne doit pas rester inactif (Aurobindo donne le même conseil pour dhyãna).
    On se concentre sur les points importants de la posture :
    Les épaules relâchées, le menton rentré, la nuque étirée souplement, le bassin basculé au niveau de la cinquième lombaire, les genoux qui pressent le sol et par conséquent l'étirement souple de la colonne vertébrale en poussant vers le ciel avec le sommet de la tête.
    La position des mains : les pouces se touchent délicatement ne formant ni montagne ni vallée (horizontaux)...
    La respiration lente et profonde en allongeant l'expiration.
    Finalement la tension juste ou tension-détente... Very Happy
    On est tellement occupé que les pensées qui passent on ne s'en souvient même plus quand zazen est terminé. C'est comme si il y avait eut quelques mouches par ci par là...
    Laughing




    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Leela
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Féminin Nombre de messages : 1001
    Age : 66
    Localisation : Belgique
    Emploi/loisirs : arts, nature
    Humeur : printanière !
    Date d'inscription : 24/06/2011

    Re: De la nécessité des cérémonies.

    Message par Leela le Dim 15 Avr 2012 - 11:34

    Merci Kaïkan !

    En effet cette attention à la posture est déjà un fameux boulot qui peut occuper l'esprit, ou le ramener fréquemment dans le présent. Mais ce n'est pour moi pas un centre d'intérêt suffisant pour m'y maintenir: la dispersion et plus forte. J'espère après ma "thérapie" que cela ira mieux, je vous le dirai. Wink

    Le fait que j'ai reçu lors de ma prise de refuge le nom de "Samtem Lahmo" (=méditation patiente) n'est sans doute pas un hasard...

    Au fait, si je continuais à faire mes comptes ? lol!

    avatar
    Invité
    Invité

    RE

    Message par Invité le Dim 15 Avr 2012 - 12:03

    Bonjour

    Zazen c’est s’asseoir un point c’est tout, je suis entièrement d’accord.


    Peaceful, je ne peux rien proposer, Kaikan à entièrement raison, je dirais simplement d’essayer de se détendre un peu avant, expérimenter par vous-même.
    avatar
    jerome8
    Débutant
    Débutant

    Masculin Nombre de messages : 25
    Age : 39
    Localisation : La Louvière (Belgique)
    Emploi/loisirs : La marche ,l'art ,lecture
    Humeur : L'altruisme et toujours aider mon prochain
    Date d'inscription : 05/04/2012

    Re: De la nécessité des cérémonies.

    Message par jerome8 le Dim 15 Avr 2012 - 17:49

    Merci,mais je crois que tu ne nous appren rien Very Happy
    avatar
    Invité
    Invité

    re

    Message par Invité le Dim 15 Avr 2012 - 18:52

    Je n’ai également pas cette prétention.
    avatar
    Peaceful
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 123
    Date d'inscription : 25/09/2011

    Re: De la nécessité des cérémonies.

    Message par Peaceful le Dim 15 Avr 2012 - 19:33

    Bonjour Leela.

    Il est donc temps de réorganiser mes "personnages": utiliser les conseils pratiques de Jules pour me dicter les actions indispensables (oui, oui, je vais faire les compte, promis), Brigitte décide de faire ce qu'il lui plaît (arts, jardin, vie sociale). Mais une fois la décision prise, je les envoie tous les deux bouler et je reste dans le présent, en empêchant Jules de bavarder, et Brigitte de me pousser vers d'autres activités.
    Ca marche.

    Oui, vous avez donné un peu plus de force ou de place à « Claire » et qui représente la conscience qui observe le conflit entre deux désirs contradictoires. Et c’est à partir de cette conscience « Claire » que vous décidez s’il est bon pour vous de satisfaire les désirs ou les tendances de « Brigitte » ou plutôt ceux de « Jules ». C’est que l’on appelle faire des choix en conscience. Mais, à vrai dire, on peut avoir la satisfaction de boire un coup entre amis, tout comme il y en a une d’accomplir et se débarrasser d’une « corvée » indispensable. Et à ce propos, il s’avère souvent que si on rechigne à l’exécuter, c’est parce qu’on s’en fait à l’avance toute une montagne. En général, une fois qu’on s’y met, on s’aperçoit que ça va.


    Ichiro

    Peaceful, je ne peux rien proposer, Kaikan à entièrement raison, je dirais simplement d’essayer de se détendre un peu avant, expérimenter par vous-même.

    Oui, vous avez raison, la relaxation c’est très utile pour se détendre et calmer l’esprit. En revanche, la méditation, il ne faut rien en attendre. Allez donc y comprendre quelque chose ! Laughing
    avatar
    lausm
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1461
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Re: De la nécessité des cérémonies.

    Message par lausm le Dim 15 Avr 2012 - 22:52

    Un jour, celui qui m'a appris zazen a dit : "zazen, ce n'est pas une technique de relaxation. C'est une technique d'éveil."
    En fait, je me demande même si c'est une technique d'éveil. Zazen c'est être éveillé.
    Qu'on pense, qu'on ne pense pas, qu'il vente qu'il pleuve, neige, ou fasse beau.

    revenant au discours de Leela sur le rapport à l'activité mentale, et à la méditation, ça me fait penser à ce que nous racontait Tokuda l'autre jour : il disait que pour aller faire l'aumône, les moines marchaient plus d'une dizaine de kilomètres par jour.
    Si on regarde la vie des temples, il y a un équilibre entre le temps sur le coussin immobile, et l'activité, travail souvent manuel, marche pour la mendicité. On ne force pas sur le travail intellectuel.
    A mon avis ça crée un équilibre, une vie bien plus vécue corporellement, que notre mode de vie urbain sédentaire, qui favorise le fait de penser tout le temps : on vit très peu dans son corps.
    Regardez les gens de la terre : ils étaient en constante activité. j'en vois des agés, je pense que c'est leur jardin qui souvent les fait vivre plus longtemps en bon état, même si souvent ils se sont bousillés au boulot. Mais il ont une énergie physique forte.
    Quand on fait zazen sans marcher assez, on pense on pense.
    Le fait d'avoir un corps qui fonctionne mieux, fait circuler l'énergie mieux, et les pensées ça va avec tout ça.
    avatar
    Leela
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Féminin Nombre de messages : 1001
    Age : 66
    Localisation : Belgique
    Emploi/loisirs : arts, nature
    Humeur : printanière !
    Date d'inscription : 24/06/2011

    Re: De la nécessité des cérémonies.

    Message par Leela le Dim 15 Avr 2012 - 23:25

    lausm, tu parles d'or.
    L'exercice physique est en effet indispensable, je dirais même: un minimum d'effort physique.
    La vie "moderne" nous prive de tout, des machines nous remplacent même pour des gestes aussi simples que pour râper des carottes.
    Le contact direct avec la nature aussi, comme tu dis, permet de se décharger de ses tensions, et de se recharger en énergie.
    Une harmonie entre toutes ces activités, le calme dans l'action, le respect de son corps... tout cela fait partie de l'équilibre.
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5428
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: De la nécessité des cérémonies.

    Message par Kaïkan le Dim 15 Avr 2012 - 23:41


    Bonsoir,

    Le système le plus simple de cérémonie est celui qui consiste à mettre un vêtement adapté à chaque activité.

    S’il est nécessaire d’aller courir : d’abord le survêtement et les chaussures de sport.
    S’il faut faire la cuisine : le tablier et se laver les mains.
    S’il faut faire zazen : le kolomo et le kesa.
    S’il faut aller au lit : le pyjama.

    Par conséquent il doit y avoir très certainement une "nécessité des cérémonies" puisque tout le monde pratique des gestes particuliers tout à fait inconsciemment et naturellement avant toute activité…
    Very Happy


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Leela
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Féminin Nombre de messages : 1001
    Age : 66
    Localisation : Belgique
    Emploi/loisirs : arts, nature
    Humeur : printanière !
    Date d'inscription : 24/06/2011

    Re: De la nécessité des cérémonies.

    Message par Leela le Lun 16 Avr 2012 - 0:04

    S'il ne faut pas être "attaché" aux cérémonies et rituels, il faut reconnaître leur utilité: il est beaucoup plus facile de démarrer une activité quand on la fait régulièrement, en suivant un rituel: on se conditionne.

    Exemple: une fois le pyjama enfilé, on n'a pas envie d'aller faire du jogging ou de nettoyer le poulailler...

    D'ailleurs j'en connais une qui va mettre sa plus belle robe de nuit, et pas pour faire la cuisine ! Sleep


    avatar
    lausm
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1461
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Re: De la nécessité des cérémonies.

    Message par lausm le Lun 16 Avr 2012 - 0:45

    de toutes façons, le rituel a sûrement précédé l'écriture.
    C'est la forme sublime, qui se manifeste pathologiquement par les troubles obsessionnels compulsifs.
    La cérémonie, si on ne la pratique plus faute de monde, ne m'a jamais gèné.
    je trouve ça non nécessaire, et justement c'est une très bonne raison de le faire, car on n'en a pas besoin.
    Alors c'est comme un don de soi au monde.
    avatar
    Leela
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Féminin Nombre de messages : 1001
    Age : 66
    Localisation : Belgique
    Emploi/loisirs : arts, nature
    Humeur : printanière !
    Date d'inscription : 24/06/2011

    Re: De la nécessité des cérémonies.

    Message par Leela le Mar 11 Sep 2012 - 13:33

    J'ai relu ce fil suite à un lien posté sur un autre sujet.
    Je suis contente de l'avoir fait, cela m'a rappelé cette prise de conscience très positive que j'ai eue il y a quelques mois, mais que j'ai rapidement perdu de vue suite à une série événements perturbants, dont la pénible maladie et le décès de ma maman.

    Je vais donc relire tout cela, ainsi que les excellents conseils donnés par les autres intervenants.

    "100 fois sur le métier remet ton ouvrage..."

      La date/heure actuelle est Ven 21 Juil 2017 - 4:42