Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Partagez
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2842
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Yudo, maître zen le Lun 19 Déc 2011 - 18:59

    Bonjour

    Suite à une série de posts échangés, comme souvent en tournant un peu en rond, je me suis dit que j'allais exposer ce que j'en pense. Et pour cela, je vais commencer par citer Thanissaro Bikkhu:

    La vacuité est un mode de perception, une façon de considérer l'expérience. Elle n'ajoute rien et n'enlève rien aux données brutes des événements physiques et mentaux. On considère ce qui se passe dans l'esprit et dans les sens sans se demander s'il y a quelque chose en embuscade derrière eux. On appelle ce mode "vacuité" parce qu'il est vide (ou exempt) des présupposés que nous ajoutons généralement à l'expérience afin de lui donner un sens: les histoires et les conceptions que nous formons pour expliquer qui nous sommes et dans quel monde nous vivons. Quoique ces histoires et ces conceptions aient leur utilité, le Bouddha avait trouvé que les questions qu'elles soulèvent -- sur notre identité véritable et sur la réalité du monde extérieur -- distraient notre attention d'une expérience directe de la façon dont les événements s'influencent les uns les autres dans le présent immédiat. Ils deviennent donc des obstacles lorsque nous tentons de comprendre et de résoudre le problème de la souffrance.

    - Thanissaro Bhikkhu, "What do Buddhists mean when they talk about emptiness?"
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5428
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Kaïkan le Lun 19 Déc 2011 - 19:04


    Bonsoir,

    Je me permet (pour les mêmes raisons que Yudo) d'intercaler le début du Shin jin Meï :


    Pénétrer la Voie n'est pas difficile.
    Mais il ne faut ni amour ni haine, ni choix ni rejet.
    Il suffit qu'il n'y ait ni amour ni haine,
    Pour que la compréhension apparaisse, spontanément claire,
    Comme la lumière du jour dans une caverne.
    S'il se crée dans l'esprit
    Une singularité aussi infime qu'une poussière, aussitôt,
    Une distance illimitée sépare le ciel et la terre.
    Si nous réalisons l'Unité ici et maintenant,
    Les idées de juste et de faux ne doivent plus pénétrer notre Esprit.
    Ne cherchez pas la vérité,
    Seulement, n'ayez pas de préférences (attraction/répulsion).
    Ne demeurez pas dans les deux préjugés (désir et peur),
    Ne recherchez pas le dualisme.
    S'il nous reste un tant soit peu de notion de juste et de faux,
    Notre esprit sombre dans la confusion.
    Le deux dépend de l'un,
    Ne vous attachez pas à l'un.
    Dans la Loi Naturelle, pas de différenciation,
    Mais l'homme crée lui-même des oppositions.
    Dans notre conscience, la lutte entre le juste et le faux débouche sur la maladie de l'esprit.




    Fleurs de prunier


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2842
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Yudo, maître zen le Lun 19 Déc 2011 - 19:18

    Mon deuxième post portera (contrairement à ce que laisse entendre l'énoncé du titre) sur le relatif et l'absolu.

    On fait un grand plat de ce relatif et de cet absolu. Mais j'apprécie pour ma part beaucoup l'interprétation quadripartite de M° Nishijima, car elle me paraît résoudre en grande partie cette énigme. L'absolu, à partir du moment où on en parle, n'est plus l'Absolu. C'est juste un concept dans nos têtes. Lorsque Dôgen écrit (Genjôkôan) "Lorsque les myriades de dharmas sont chacun sans soi (sans existence propre), il n'y a ni illusion, ni réalisation, ni bouddhas, ni gens ordinaires, ni vie, ni mort".

    Dans un véritable point de vue matérialiste (non pas "marxiste dialectique", mais le simple point de vue de la matière), un point de vue dont on pourrait dire qu'il est réellement "objectif", toutes ces choses ne sont que différentes permutations d'éléments matériels, dont aucun n'a plus de valeur que l'autre.

    A partir de là, le "relatif" n'est que sa contrepartie, le point de vue idéaliste ou intellectuel, car ce n'est que dans nos têtes, dans un contexte intellectuel que le point de vue 'relatif' ou 'subjectif' peut apparaître. Parce que ce n'est qu'alors que nous donnons des valeurs différentes aux choses, que nous les classons selon ces valeurs. Ce processus n'a lieu que dans ce contexte. Une colombe mâle qui tue un autre mâle de son espèce dans un combat pour le sexe, la nourriture ou le logis ne donne pas de points à son action. Il n'y voit ni bien ni mal (vous voyez, j'y arrive) dans son acte.

    Cette opposition entre le relatif et l'absolu n'est donc, en grande partie, qu'une opposition matière/pensée. Mais je me réserve là-dessus, pour le moment.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Invité le Lun 19 Déc 2011 - 19:32

    Yudo, maître zen a écrit:
    Ce processus n'a lieu que dans ce contexte. Une colombe mâle qui tue un autre mâle de son espèce dans un combat pour le sexe, la nourriture ou le logis ne donne pas de points à son action. Il n'y voit ni bien ni mal (vous voyez, j'y arrive) dans son acte.
    (intermède)
    Moi non plus je n'y vois ni bien ni mal là-dedans (le pigeon qui tue son rival). Mais si mon voisin tue sa femme en la battant parce qu'elle n'est pas de son avis, là j'y vois que c'est mal.
    (vous pouvez poursuivre)

    Bien à vous
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5428
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Kaïkan le Lun 19 Déc 2011 - 19:41


    Interlude :



    Si on a besoin d’un concept pour le vide, l’absolu, le non-né j’ai ceci à proposer :

    Tout l’univers (l’univers entier) est le relatif et le conditionné, contenu dans le vide, l’absolu le non-né…
    Cela est semblable au point « α » qui serait la source, le lieu de naissance de l’univers (big-bang)

    Nous avons donc deux points :

    -L’un est minuscule (sans dimensions = intersection de deux lignes).
    -L’autre est immense (sans dimensions car incommensurable).



    Ces deux aspects antithétiques représentent exactement la même chose le même absolu insaisissable vu sous deux angles de vision différents.


    NB: Ultimement le contenant et le contenu ne font qu'UN






    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Fa
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Masculin Nombre de messages : 1450
    Date d'inscription : 10/08/2008

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Fa le Lun 19 Déc 2011 - 22:18

    Bonjour,

    Excellent sujet ouvert par Yudo,
    J'apprécie beaucoup sa formulation,
    Je sors juste de la douche,me voilà en pyjamas...
    La phrase suivante m'est venue, comme un écho,
    Entre la parfaite objectivité, et la totale subjectivité,
    Entre le bien et le mal, il y a la voie du milieu,
    Et ce milieu se trouve exactement, précisément,
    ...à l'endroit où vous vous tenez en ce moment,
    Respirez un bon coup,
    Appréciez l'air qui entre et sort paisiblement,
    ça y est, vous y êtes !

    Merci pour ce bon sujet ! Idea

    Fa
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2842
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Yudo, maître zen le Mar 20 Déc 2011 - 12:01

    Enfin, parler de bien et de mal est exclusivement quelque chose qui se produit dans le cerveau, un produit de la pensée. Il s'agit donc ici du niveau exclusivement intellectuel ou idéaliste. On peut donc disserter éternellement sur le bien et le mal.

    Pour un nazi, exterminer les Juifs était un bien, puisqu'il était convaincu qu'ils étaient la cause originelle de tous les maux de la terre. Les détruire était donc un bien, au même titre que pour les croisés, faire brûler vif les habitants de Montségur au Prat das Cramats. L'Eglise Catholique a également fait brûler vif Piazza dei Fiori le dominicain Giordano Bruno pour hérésie, naturellement parce que le laisser raconter ses élucubrations était porteur de mal et demandait le châtiment le plus sévère.

    Je veux dire par ces exemples qu'il reste toujours possible, si l'on définit à l'avance le bien et le mal, de faire des choses atroces en se convaincant qu'elles sont bonnes.

    Mais lorsqu'on est dans la Voie, il s'agit d'action. On avance sur le chemin, attentif, et s'il y a des crottes de chien, on ne met pas le pied dedans. S'il y a une marche, on ne se prend pas les pieds dedans. Si quelqu'un arrive en face, on lui cède le passage ou du moins, on le lui laisse dans la mesure du possible, en tenant compte de qui se trouve face à la circulation (si l'une des personnes doit descendre du trottoir, il vaut mieux qu'elle voie ce qui arrive), etc. Elle ne réfléchit pas à chaque pas qu'elle pose. Elle marche, naturellement, sans se poser la question de savoir si l'on va poser le pied droit de telle ou telle manière, et ainsi de suite. Elle marche, point. Et, marchant, elle adapte automatiquement sa marche à l'état du chemin.

    A un niveau plus élevé, on n'assassine pas son voisin parce que cela entraînerait des conséquences désagréables. Le cadavre qui sent, et tout ça, quoi. Lorsqu'on marche sur la Voie, on SAIT que tous nos actes entraînent des conséquences, comme, par exemple, si on marche sur une crotte de chien, la possibilité de glisser et de tomber, sans compter le parfum qu'on traîne derrière soi. Ce n'est pas très consciemment ni délibérément qu'on l'évite, mais en l'évitant, on sait ce qu'on fait.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Invité le Mar 20 Déc 2011 - 12:20

    Yudo, maître zen a écrit:A un niveau plus élevé, on n'assassine pas son voisin parce que cela entraînerait des conséquences désagréables. Le cadavre qui sent, et tout ça, quoi.
    Laughing Laughing
    Achetez du désodorisant, vous pourrez tuer votre voisin l'esprit tranquille! cyclops
    avatar
    altavista
    Débutant
    Débutant

    Nombre de messages : 19
    Date d'inscription : 13/05/2011

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par altavista le Mar 20 Déc 2011 - 12:41

    Yudo, maître zen a écrit:A un niveau plus élevé, on n'assassine pas son voisin parce que cela entraînerait des conséquences désagréables.

    Votre vision me glace d'effroi et me laisse sans voix.

    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5428
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Kaïkan le Mar 20 Déc 2011 - 13:05



    C'est vrai Yudo s'est surpassé...



    Ce n'est pas ce qu'il a voulu dire (tout le monde l'a compris) mais on peut l'interpréter ainsi... clown
    Il faut donc faire très attention, lorsqu'on écrit, aux quiproquos éventuels... bounce

    -- Petite histoire --

    Un jour un maître d'école d'autrefois est inspecté par le Maire.
    En plein cours il entend le Maire dire : "Ce maître est un âne".

    Il dit alors à la classe : "Je vais vous faire comprendre l'importance de la ponctuation !"
    Il écrit ces deux phrases au tableau noir :

    1. Le Maire dit : "Le maître est un âne !"
    2. Le Maire, dit le maître, est un âne !

    Vous voyez maintenant comment la ponctuation a une importance primordiale...
    Very Happy


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2842
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Yudo, maître zen le Mar 20 Déc 2011 - 13:10

    jacquess a écrit:
    Yudo, maître zen a écrit:A un niveau plus élevé, on n'assassine pas son voisin parce que cela entraînerait des conséquences désagréables.

    Votre vision me glace d'effroi et me laisse sans voix.


    Cum grano salis...

    Se pourrait-il que certains lecteurs de ce forum manquent légèrement du sens de l'ironie?
    avatar
    altavista
    Débutant
    Débutant

    Nombre de messages : 19
    Date d'inscription : 13/05/2011

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par altavista le Mar 20 Déc 2011 - 13:38

    Yudo, maître zen a écrit:A un niveau plus élevé, on n'assassine pas son voisin parce que cela entraînerait des conséquences désagréables.

    Je persiste et signe. je faisais allusion à votre vision générale, non à une formulation particulière.

    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2842
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Yudo, maître zen le Mar 20 Déc 2011 - 13:50

    Tiens? Ma vision générale, c'est qu'on n'assassine pas les gens, point. On ne les frappe pas non plus, et on en raconte pas de conneries sur eux; on évite de faire du tort aux autres et on cherche à créer un monde dans lequel on aimerait vivre.

    Mais si on doit chercher des raisons (débiles) pour ce que je viens d'énoncer, on arrive à ce que j'écrivais. On n'assassine pas son voisin parce qu'on n'aimerait pas être assassiné par son voisin, on ne frappe pas sa femme parce qu'on n'aimerait pas être frappé par sa femme (un rouleau à pâtes napolitain, d'un mètre de long et de 5 cm de diamètre, en buis, ça fait mal!). On évite de faire du tort aux autres parce qu'on n'aimerait pas qu'on nous fasse du tort, et on ne chie pas partout, parce qu'on n'aimerait pas devoir sans cesse marcher dans la deum.
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2806
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par tangolinos le Mar 20 Déc 2011 - 16:07

    Une ptite question=

    Est-ce qu'on peut considérer qu'un moustique est un voisin ?

    Si c'est oui, je trouve "très bien" d'écraser mon voisin lorsqu'il est en train d'introduire son dard dans ma peau... même que la gifle qui va avec, me semble tout à fait bénéfique.

    Je suis d'accord avec Yudo... en chacun de nous sommeille un monstre... il suffit d'un concours de circonstances pour le réveiller.
    C'est pourquoi la pratique de zazen est salutaire pour éteindre les circonstances. clown
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5428
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Kaïkan le Mar 20 Déc 2011 - 23:46

    tangolinos a écrit:Une ptite question=

    Est-ce qu'on peut considérer qu'un moustique est un voisin ?

    Si c'est oui, je trouve "très bien" d'écraser mon voisin lorsqu'il est en train d'introduire son dard dans ma peau... même que la gifle qui va avec, me semble tout à fait bénéfique.

    Je suis d'accord avec Yudo... en chacun de nous sommeille un monstre... il suffit d'un concours de circonstances pour le réveiller.
    C'est pourquoi la pratique de zazen est salutaire pour éteindre les circonstances. clown
    Quelques renseignements sur "cousins" et anophèles ICI


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2842
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Yudo, maître zen le Mer 21 Déc 2011 - 9:30

    En parlant de monstre, depuis quelque temps, je soutiens l'ex d'un type (que je connais pourtant depuis trente ans) qui m'a appelé au secours. C'est ainsi que j'ai su que la raison pour laquelle elle avait quitté leur domicile était qu'il la battait. On pourra dire qu'elle a été sotte de ne pas faire constater les coups et porter plainte, mais je sais par un ami qui a travaillé en PMI que c'est chose courante.
    Mais bon, ils se séparent, fin des coups. Malheureusement, l'orgueil blessé du macho pervers ne peut supporter de voir sa proie lui échapper, ce qui fait qu'il la harcèle en accompagnant ce harcèlement de procédures judiciaires destinées à la blesser par l'intermédiaire du fils qu'ils ont eu en commun.

    Je ne puis m'empêcher de ressentir de la colère, voire de la rage, face à un comportement aussi monstrueux, car en plus, très habile. Il évite soigneusement de laisser des traces qui pourraient l'incriminer et fait tout pour convaincre tout le monde dans la ville où ils habitent qu'elle est folle. Cela avec la complicité de services sociaux indignes et d'une pédopsychiatre!

    Je pourrais (et je l'ai fait) m'interroger sur la vérité de leurs allégations à l'une comme à l'autre, mais les preuves indirectes s'accumulent contre lui.

    _______
    Je donne ceci en exemple d'une observation du "mal" à l'oeuvre. De ce fait, je suis obligé de le considérer comme un démon (au sens des six états d'être bouddhiques). Or, quelle est la caractéristique d'un démon? C'est un être qui ne peut admettre que la souffrance des autres soit inférieure à la sienne et qui, par conséquent, met toute son énergie à entraîner les autres dans son enfer. On voit donc que ce qui l'entraîne à ce comportement, c'est la souffrance, le mal-être, l'insatisfaction (etc.). Lorsque je formule ceci, lorsque je le constate chez cet homme, puis-je me permettre de le classer une fois pour toute dans la catégorie des "méchants"?

    Vous voyez bien que la réponse ne peut pas être univoque. Il est méchant, certes. Mais dire cela, le dépeindre comme un démon cornu et fourchu sentant le souffre ne rendrait pas compte de la réalité de ce qu'il est: parfois quelqu'un de gentil, d'attentionné et de sensible. Son fils lui-même dit de lui qu'il a deux visages. Même si ces marques d'attention et de sensibilité ne devaient être que de façade (et elles lui sont utiles pour se poser en victime de sa cruelle ex-compagne, dominatrice et voulant tout contrôler), elles font quand même partie de lui.

    Pouvoir ranger quelque chose, quelqu'un, un événement, de façon univoque et irrévocable dans la catégorie "mal" n'est possible que dans nos cerveaux, dans nos perceptions mentales et nos préjugés. Dans la réalité de l'action à chaque instant présent, il y a des actes qui sont bénéfiques et d'autres qui sont mauvais, voire malsains. Dans certains cas, il s'agit d'une maladresse, d'une erreur d'appréciation, d'une faute d'inattention ou du résultat d'un compréhension erronée. Dans d'autres cas, il s'agit d'une malveillance délibérée. Et j'ai eu parfois, dans ma vie la honte de m'être laissé aller à ce genre de choses, parce que notre part animale tend à réagir comme les bêtes: un chat blessé que vous tentez d'aider n'aura d'autre réaction que de vous griffer. Et il nous arrive de griffer (au propre ou au figuré) des personnes qui parfois n'ont même rien à voir avec les malheurs qui nous frappent, mais qui ont juste eu le tort d'être là.
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2806
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par tangolinos le Mer 21 Déc 2011 - 12:12

    Bonjour Yudo
    on voit bien dans ton témoignage, comment un acteur trouve son action bénéfique, et comment les observateurs extérieurs peuvent hésiter entre ce bien et ce mal.

    Je ne doute pas que le monstre puisse se justifier de ses actions, et que même il puisse persuader certains de ses auditeurs.

    Ne voit-on pas dans l' Histoire de nombreux dictateurs qui ont séduit leurs auditeurs jusqu'à les mener à faire des atrocités ?... cette "euphorie de groupe" peut devenir terrible, tant l'individu perd son discernement.

    Ainsi il me semble bien que le monstre ne puisse agir que dans un aveuglement.
    Je dirais que c'est le plus faible qui peut produire le pire... le plus souffrant et qui n'en est même pas conscient.
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5428
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Kaïkan le Mer 21 Déc 2011 - 12:36


    Bonjour tango & Yudo,

    L'aveuglement est certainement de ne voir que d'un seul côté.
    Les réserves de Yudo a cataloguer et ranger de façon définitive le "vilain" dans une catégorie est tout à fait juste et salutaire. Non pas pour excuser le mal, mais pour nous préserver des jugements arbitraires, pour garder notre lucidité et finalement ne pas nous laisser entraîner dans le même aveuglement que celui que nous critiquons...
    Wink


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2806
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par tangolinos le Mer 21 Déc 2011 - 17:15

    Kaïkan a écrit:
    Bonjour tango & Yudo,

    L'aveuglement est certainement de ne voir que d'un seul côté.
    Les réserves de Yudo a cataloguer et ranger de façon définitive le "vilain" dans une catégorie est tout à fait juste et salutaire. Non pas pour excuser le mal, mais pour nous préserver des jugements arbitraires, pour garder notre lucidité et finalement ne pas nous laisser entraîner dans le même aveuglement que celui que nous critiquons...
    Wink

    Bonjour Kaïkan.
    Il est exact qu'il faut se méfier de notre "bonne" conscience... celle de l'observateur comme celle de l'acteur... l' observation n'est-elle pas déjà un acte ?... acte qui pourrait bien être prédéterminé par une précipitation aveugle, qui serait le reflet de notre ignorance.

    Mais bon, dans l'histoire de Yudo, il y a quand même des actes de violence, et quelque soit la solution adoptée, ce sont ces actes qui doivent disparaître.

    Finalement pour revenir au titre du sujet, le "bien" et le "mal" sont dans le "relatif", et si nous devons faire quelque chose c'est de faire disparaître le "mal" dans la "vacuité" de l' "Absolu". clown
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2842
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Yudo, maître zen le Mer 21 Déc 2011 - 18:56

    tangolinos a écrit:
    Ainsi il me semble bien que le monstre ne puisse agir que dans un aveuglement.
    Je dirais que c'est le plus faible qui peut produire le pire... le plus souffrant et qui n'en est même pas conscient.
    Je pense qu'effectivement c'est tout à fait cela. De même que seule une personnalité forte peut arriver à admettre que son moi est une aimable fiction, il faille être un faible pour vouloir écraser l'autre.

    Mais pour revenir à nos histoires d'absolu et de relatif, on aurait tort, je pense, d'imaginer qu'il faille abandonner l'un au bénéfice de l'autre. L'absolu nous indique que rien ne nous est étranger parce que nous ne sommes étranger à rien. Le relatif nous permet d'établir des distinctions, de voir que l'assassin n'est pas la victime et réciproquement, de manger dormir et vivre de façon raisonnable. Mais la personne de la Voie rejoint ces deux aspects en sachant que ses facultés de discrimination ne sont qu'un outil dont il faut faire cas, mais pas trop, et en sachant que n'étant séparé de rien ni de personne, tous ses actes, s'ils ne sont pas justes, entraîneront des répercussions.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Invité le Mer 21 Déc 2011 - 19:21

    Yudo, maître zen a écrit: L'absolu nous indique que rien ne nous est étranger parce que nous ne sommes étranger à rien.
    Donc dans l'absolu nous ne sommes pas étrangers au juste et au pas juste (au bien et au mal), non? (et vice versa)
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2806
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par tangolinos le Mer 21 Déc 2011 - 19:36

    Doubidou a écrit:
    Yudo, maître zen a écrit: L'absolu nous indique que rien ne nous est étranger parce que nous ne sommes étranger à rien.
    Donc dans l'absolu nous ne sommes pas étrangers au juste et au pas juste (au bien et au mal), non? (et vice versa)
    Oui et Non... l' Absolu est Un.
    Le "juste" et le "pas juste", comme le "bien" et le "mal" sont des considérations relatives.

    L'acte juste est celui qui révèlera la non-dualité de Absolu, et l'acte injuste est celui qui révèlera la dualité du relatif.
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5428
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Kaïkan le Mer 21 Déc 2011 - 19:42

    Yudo, maître zen a écrit:
    tangolinos a écrit:
    Ainsi il me semble bien que le monstre ne puisse agir que dans un aveuglement.
    Je dirais que c'est le plus faible qui peut produire le pire... le plus souffrant et qui n'en est même pas conscient.
    Je pense qu'effectivement c'est tout à fait cela. De même que seule une personnalité forte peut arriver à admettre que son moi est une aimable fiction, il faille être un faible pour vouloir écraser l'autre.

    Mais pour revenir à nos histoires d'absolu et de relatif, on aurait tort, je pense, d'imaginer qu'il faille abandonner l'un au bénéfice de l'autre. L'absolu nous indique que rien ne nous est étranger parce que nous ne sommes étranger à rien. Le relatif nous permet d'établir des distinctions, de voir que l'assassin n'est pas la victime et réciproquement, de manger dormir et vivre de façon raisonnable. Mais la personne de la Voie rejoint ces deux aspects en sachant que ses facultés de discrimination ne sont qu'un outil dont il faut faire cas, mais pas trop, et en sachant que n'étant séparé de rien ni de personne, tous ses actes, s'ils ne sont pas justes, entraîneront des répercussions.


    Tous ceux qui ont pratiqué zazen, que ce soit dans l’AZI ou dans toute autre école de Zen, connaissent obligatoirement le sûtra :
    MAKA HANNYA HARAMITA SHINGYO: http://zen-et-nous.1fr1.net/t7-sutra-de-l-essence-de-la-perfection-de-grande-sagesse
    Tous les bouddhistes pratiquants connaissent Mâha-Prajñâ-Pâramitâ Hridaya Soûtra.

    Cependant s'il y a des débutants qui ne comprennent rien il faudra que Yudo leur donne son enseignement à ce sujet...Wink

    Bonne soirée...



    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par fonzie le Mer 21 Déc 2011 - 20:12

    Bonsoir,

    L'Art de la nuance, antidote spécifique de l'"aveuglement" a très bien été décrit.
    J'entends donc la catégorie "débutants" au sens indiqué cad avec ses "deux visages"... Wink

    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5428
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: La vacuité, le bien et le mal, le relatif et l'absolu

    Message par Kaïkan le Mer 21 Déc 2011 - 20:27



    - L’infini ne peut se décrire dans la langue du fini -


    Râmakrishna



    Il y avait une fois une poupée de sel qui voulut mesurer les abimes de l’océan.
    Elle emporta pour cela une ligne de sonde et un plomb. Elle arriva au bord de l’eau et contempla le puissant océan qui s’étendait devant elle. Jusqu’à ce moment, elle restait toujours la même poupée de sel, et conservait son individualité propre. Mais à peine eut-elle fait un pas de plus, à peine eut-elle posé le pied dans l’eau, qu’elle ne fit plus qu’un avec l’océan.
    Elle était perdue, il était impossible de la voir!

    Toutes les particules de sel qui la composait s’étaient dissoutes dans l’eau de mer. Le sel dont elle était faite provenait de l’océan, et voila qu’il avait fait retour à l’océan pour s’unir de nouveau à lui.
    Le « différencié » était redevenu un avec l’ « indifférencié ».
    L’âme humaine est comme cette poupée de sel, l’ego est le différencié. L’absolu, le non-conditionné est l’océan salé infini, l’indifférencié.
    La poupée de sel ne pouvait pas revenir expliquer la profondeur du grand océan.
    Tel est le cas de celui qui a le bonheur de réaliser le Dieu absolu dans les profondeurs de l’océan qui efface toute individualité. Indifférencié comme il est, il ne peut pas ressortir des abimes pour expliquer au monde la nature du Dieu absolu et non-conditionné.

    Et si jamais, par la volonté de ma Mère, il était possible à la poupée de sel de redevenir à l’état différencié, elle devrait s’exprimer en fonction du limité, dans le langage de la différenciation ; elle devrait se comporter comme un habitant du monde relatif et phénoménal. C’est pourquoi le grand mystère défie toutes les tentatives faites pour l’expliquer. L’absolu, le non-conditionné, ne peut pas être exprimé en fonction du relatif et du conditionné. L’infini ne peut se décrire dans la langue du fini.

    ligne arc en ciel

    La Voie est simple, très simple puisqu'elle nous parle de l'INDIFFÉRENCIÉ. Qu’y a-t-il de plus simple que l'Indifférencié? Nous ne comprenons pas ce qu'est l'Indifférencié: c'est normal, il n'y a rien à comprendre! Nous pouvons comprendre seulement les choses différenciées, et les rapports entre les choses, les êtres et les rapports entre les êtres. L'INDIFFÉRENCIÉ EST INCONNAISSABLE. Mais si nous ne pouvons pas le connaître, nous pouvons l'être. (NOUS) SOMMES CET INCONNAISSABLE, CE NON-DIFFÉRENCIÉ, CETTE UNITÉ. (Tout en rappelant qu’il n’y a jamais eu de « nous »...) L’indifférencié gisant dans notre inconscient, ne cherchons donc pas une manifestation consciente pour constater que le Soi est là; il est bien là, mais en-deçà de notre conscient. La distinction conscient/ inconscient n’a plus cours ici. L’indifférencié semble inconscient, alors qu’en fait, il est conscience de l’indifférencié... Il est conscience sans objet. Autant dire non-conscience... Êtes-vous encore là? Si vraiment vibre en nous la flamme transparente, l'ardeur de la découverte fondamentale, si cette recherche est vitale pour nous, bénis sommes-nous! Il ne faut rien d'autre pour « ne plus jamais partir hors de Soi... »





    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "

      La date/heure actuelle est Ven 21 Juil 2017 - 6:45