Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    le zen et le détachement

    Partagez
    avatar
    fleurdecerisier
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 112
    Date d'inscription : 01/02/2012

    le zen et le détachement

    Message par fleurdecerisier le Jeu 2 Fév 2012 - 13:37

    bonjour a tous,

    je discutais avec une amie il y a peu de temps et nous parlions du fait de devenir nonne et de devoir "quitter" sa famille et se détacher d'elle.
    nous ne sommes ni l'une ni l'autre nonne cependant je me demandais si lorsqu'on est ordonné nonne ou moine et qu'on est mariés , qu'on a des enfants etc.. doit on vraiment renoncer a ceux que l'on aime?
    j'en avais discuté avec une autre amie qui me disait que c'etait surtout un geste symbolique pour ne pas "étouffer" les siens et etre jaloux et possessif , mais cette amie (l'autre) me disait que ce n'etait pas ça mais qu'on finissait par vivre en cohabitation avec sa famille lorsqu'on devient nonne ou moine.
    est ce vrai? cela veut il dire que l'amour qu'on porte aux siens on doit le porter a tout le monde et du coup ne plus etre attaché a qui que ce soit?
    j'avoue ne pas vraiment comprendre et trouver ça un peu rude.
    qu'en pensez vous?
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3288
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: le zen et le détachement

    Message par Fred le Jeu 2 Fév 2012 - 14:25

    Fleurdecerisier :
    cela veut il dire que l'amour qu'on porte aux siens on doit le porter a tout le monde et du coup ne plus etre attaché a qui que ce soit ?

    Bonjour,
    Je ne suis personnellement pas ordonné moine, mais il me semble que la question de l’amour inconditionnel ou du rapport inconditionnel que nous pouvons avoir avec tous les êtres, ne peut pas se résoudre par un « on doit ». Je pense que l’abandon de cette question, et par là, l’abandon de toute attitude idéale particulière qui chercherait à se formaliser, aura l’avantage de laisser s’exprimer une vue plus large, plus spontanée, qui s’accordera aux situations qui se présentent à nous dans leur unicité, ici et maintenant. C’est d’ailleurs ce qui se passe en zazen, on laisse les pensées passer sans s’y attacher, sans se sentir dans le devoir d’y apporter une réponse formelle qui serait sensée démêler les problématiques que nous imposent le mental dualiste, laissant ainsi ces problématiques que nous n’aurons pas cherché à solutionner consciemment, se résorber naturellement. Cette attitude de lâcher prise, nous permettra de constater le caractère illusoire de ces problématiques.
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5467
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: le zen et le détachement

    Message par Kaïkan le Jeu 2 Fév 2012 - 14:39


    Bonjour,

    Devenir moine ou nonne zen est d’abord une décision intérieure. C’est vouloir tourner toute sa volonté toute son énergie vers la pratique de la Voie : la pratique de zazen. C’est mettre toute sa foi dans une seule direction et y engager toute sa vie jusqu’au dernier souffle.

    Il est utile de suivre l’enseignement d’un maître au moins pendant un certain temps. Mais il n’est pas question de s’enterrer dans un monastère ou de changer en son cœur l’affection pour ses proches.

    Il faut comprendre qu’être un moine ou une nonne c’est être une personne ordinaire et connaître les difficultés et les souffrances d’une personne ordinaire.
    Ce qu’il faut abandonner c’est l’orgueil qui nous pousserait à penser devenir supérieur aux autres, à prendre l’ordination comme un grade et d’en faire une décoration.

    Tout en restant dans le monde ordinaire il faut ouvrir en soi cette lumière de l’enseignement bouddhiste, cette vocation qui va nous pousser à travailler sur nous-mêmes pour le bien de tous. Il faudra pratiquer zazen quotidiennement et résoudre les problèmes de la vie quotidienne sans se sentir spécial ou différent de tout un chacun. Mais grâce à la pratique et à l’enseignement du zen éclairer nos illusions au lieu de nous illusionner sur notre éveil ; et par conséquent, adoptant une attitude juste, influencer positivement tout notre environnement de façon inconsciente et spontanée.

    Ressentir ce désir d’être moine ou moniale pour participer harmonieusement au destin de tous les êtres n’est pas quelque chose qui se doit d’être proclamé de façon ostentatoire, mais plutôt devenir la certitude discrète d’une vie tournée vers l’attitude juste…





    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3288
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: le zen et le détachement

    Message par Fred le Jeu 2 Fév 2012 - 14:48

    Kaïkan :
    ...cette vocation qui va nous pousser à travailler sur nous-mêmes pour le bien de tous.

    Parenthèse :

    Merci Kaïkan pour ces paroles merveilleuses sunny



    avatar
    fleurdecerisier
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 112
    Date d'inscription : 01/02/2012

    Re: le zen et le détachement

    Message par fleurdecerisier le Jeu 2 Fév 2012 - 14:53

    Kaïkan a écrit:
    Bonjour,


    Ressentir ce désir d’être moine ou moniale pour participer harmonieusement au destin de tous les êtres n’est pas quelque chose qui se doit d’être proclamé de façon ostentatoire, mais plutôt devenir la certitude discrète d’une vie tournée vers l’attitude juste…




    merci kaikan pour ces paroles , je tiens cependant a préciser que je ne proclame rien du tout dans mon désir d'etre nonne , d'ailleurs pour l'instant je me contente de pratiquer zazen et d'étudier la voie sans penser a quoique ce soit d'autre, simplement je me posais cette question de "détachement" car j'ai peut etre effectivement mal compris ou mal interprété tout ceci et je souhaitais avoir un éclaircissement sur tout cela de la part de gens qui étaient aller plus loin dans la pratique et la rélféxion que moi. Smile
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2864
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: le zen et le détachement

    Message par Yudo, maître zen le Jeu 2 Fév 2012 - 15:30

    Le détachement, c'est un peu comme pour une personne gourmande qui aurait devant soi un gâteau, mettons un opéra.

    On l'attaque avec gourmandise, on le déguste bouchée par bouchée, mais arrive un moment où il n'y en a plus. Le détachement, c'est de ne pas regretter qu'il n'y en ait pas davantage, et se contenter de ce qui est.

    Pour une mère de famille, ce serait faire ce qu'il y a à faire pour que ses enfants aient ce dont ils ont besoin dans leur vie, mais ne pas se formaliser de ce qu'ils ne font pas ce dont elle avait rêvé pour eux, ne pas s'opposer à leurs amours parce que leur ami/e ne correspond pas à son idée, accepter qu'ils vivent leur vie.

    Le détachement, c'est accepter que les choses sont comme elles sont, et ne pas leur préférer le fantasme qu'on s'était mis en tête. Et, si on a un projet, entreprendre de le réaliser avec ce dont on dispose plutôt qu'avec ce qu'on voudrait avoir (ce qui, souvent, équivaut à ne pas agir tant que les conditions rêvées ne se sont pas réalisées, autrement dit, "demain", c'est-à-dire jamais).

    Facile à dire, bien moins facile à faire.
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3288
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: le zen et le détachement

    Message par Fred le Jeu 2 Fév 2012 - 15:34

    Quelle est la différence entre le détachement et l’indifférence ?
    avatar
    fleurdecerisier
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 112
    Date d'inscription : 01/02/2012

    Re: le zen et le détachement

    Message par fleurdecerisier le Jeu 2 Fév 2012 - 15:40

    selon moi l'indifférence a quelque chose de plus "péjoratif" que le détachement , se détacher ça peut etre "sain" etre indifférent , lorsqu'on parle des gens qu'on aime c'est assez étonnant, indifférents a ce qu'ils vont devenir , a leur bien etre...je ne sais pas c'est difficile a expliquer
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3288
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: le zen et le détachement

    Message par Fred le Jeu 2 Fév 2012 - 16:06

    Ainsi, comme le suggèrent les exemples de Yudo, on pourrait se soucier de l'autre mais sans vouloir que celui-ci corresponde à l'image idéale que nous nous en faisons. Ainsi serions nous détachés de cet idéal, ce qui nous permettrait à l'égard des autres, de réagir aux problèmes réels et non à ceux que nous fantasmerions, qui en définitive ne concerneraient que nous-même... Question
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5467
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: le zen et le détachement

    Message par Kaïkan le Jeu 2 Fév 2012 - 16:43

    fleurdecerisier a écrit:selon moi l'indifférence a quelque chose de plus "péjoratif" que le détachement , se détacher ça peut etre "sain" etre indifférent , lorsqu'on parle des gens qu'on aime c'est assez étonnant, indifférents a ce qu'ils vont devenir , a leur bien etre...je ne sais pas c'est difficile a expliquer

    Il y a aussi une indifférence positive : Lorsqu'on laisse passer les pensées comme des nuages dans le ciel par exemple... Cool
    Être indifférent ou rester indifférent aux propos agressifs d'un interlocuteur est la forme passive mais très habile du "détachement"... Wink
    De cette façon on reste concentré sur l'essentiel sans se laisser distraire.

    Quand à ceux qu'on aime ou qui nous sont proches on est souvent indifférents à leur côté négatif (sans être aveugle pour autant).

    Le détachement, aidé par une indifférence positive (et active), est nécessaire si on veut entretenir une certaine lucidité...





    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3288
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: le zen et le détachement

    Message par Fred le Jeu 2 Fév 2012 - 17:20

    Kaïkan a écrit:Il y a aussi une indifférence positive : Lorsqu'on laisse passer les pensées comme des nuages dans le ciel par exemple... Cool

    Il y'a certains nuages qui cachent le soleil plus longtemps que d'autres... Twisted Evil I love you
    avatar
    BU-SO
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 202
    Age : 55
    Localisation : Provence
    Date d'inscription : 23/08/2011

    Re: le zen et le détachement

    Message par BU-SO le Jeu 2 Fév 2012 - 19:48

    Les nuages passent devant le soleil et créent une ombre....

    Qui est le soleil ? Qui sont les nuages ?



    avatar
    Leela
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Féminin Nombre de messages : 1001
    Age : 66
    Localisation : Belgique
    Emploi/loisirs : arts, nature
    Humeur : printanière !
    Date d'inscription : 24/06/2011

    Re: le zen et le détachement

    Message par Leela le Jeu 2 Fév 2012 - 21:44

    Par rapport aux autres:
    Dans le détachement, il y a de l'amour. Dans l'indifférence: pas Wink

    Par rapport aux choses :
    Le détachement est de ne pas s'y identifier (donc: une indifférence), ne pas avoir d'émotion par rapport à elles.

    Par rapport aux émotions :
    Ne pas s'y identifier, ne pas les "tuer", mais les utiliser comme un bon cheval qu'on a dompté.
    Dans l'indifférence, il n'y a plus d'émotion, donc plus de force vitale.



    (Ce sont juste quelques idées en vrac... incomplètes...)
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2864
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: le zen et le détachement

    Message par Yudo, maître zen le Jeu 2 Fév 2012 - 22:06

    Leela a écrit:Par rapport aux autres:
    Dans le détachement, il y a de l'amour. Dans l'indifférence: pas Wink

    Par rapport aux choses :
    Le détachement est de ne pas s'y identifier (donc: une indifférence), ne pas avoir d'émotion par rapport à elles.

    Par rapport aux émotions :
    Ne pas s'y identifier, ne pas les "tuer", mais les utiliser comme un bon cheval qu'on a dompté.
    Dans l'indifférence, il n'y a plus d'émotion, donc plus de force vitale.



    (Ce sont juste quelques idées en vrac... incomplètes...)

    Mais je pense que c'est assez bien vu.
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5467
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: le zen et le détachement

    Message par Kaïkan le Jeu 2 Fév 2012 - 23:45

    Bonsoir,

    Bon je vous prie d'excuser ma franchise et mon enthousiasme pour la Voie avant de lire ces quelques lignes.

    Vous n’arriverez jamais à développer le détachement sans utiliser l’indifférence.
    L’erreur est de ne pas regarder là où il faut.


    Regarder par rapport aux autres, aux choses, aux émotions, tout cela est erroné.

    On doit regarder son propre esprit.
    On découvre alors qu’il faut beaucoup de compassion pour utiliser le détachement et l’indifférence à bon escient afin d’avoir la lucidité qui permet le "geste" (l'action) juste.

    Le détachement et l’indifférence sont des outils, il faut apprendre à s’en servir car ils sont indispensables.

    Je répète donc ce passage du message n°10 :
    Quand à ceux qu'on aime ou qui nous sont proches on est souvent indifférents à leur côté négatif (sans être aveugle pour autant).
    Le détachement, aidé par une indifférence positive (et active), est nécessaire si on veut entretenir une certaine lucidité.
    J’ajouterai également que sans détachement, sans une indifférence habilement dosée, on ne peut générer l’esprit qui n’a pas d’endroit où s’arrêter.
    Cet esprit qui surgit du plus profond du cœur, du tréfonds de nulle part, de rien et qui est sans demeure : « Le fils de l’homme n’a pas où reposer la tête ».


    Voir message n°2 ICI




    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: le zen et le détachement

    Message par fonzie le Ven 3 Fév 2012 - 12:28

    je suis attachée aux nombres Shocked
    merci Leela de plus envoyer tes messages à 22 heures 44 minutes 44 secondes Wink Smile

    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5467
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: le zen et le détachement

    Message par Kaïkan le Sam 4 Fév 2012 - 20:51


    Bonsoir,

    Le détachement peut impliquer de ne pas se sentir concerné, d’être froid et distant. Mais au sens bouddhiste, le non-attachement signifie avoir une attitude équilibrée, qui ne s’accroche pas.
    Quand nous sommes libres d’attachement, nous n’attendons pas des autres des choses irréalistes, et nous ne nous accrochons pas à eux de peur d’être malheureux quand ils ne sont pas là.
    Le non-attachement est une attitude calme, réaliste, ouverte, qui accepte. Elle n’est pas hostile, paranoïde ni asociale.
    Avoir une attitude équilibrée ne veut pas dire rejeter nos amis et notre famille. Cela signifie entretenir avec eux une relation différente. Quand nous ne sommes pas attachés, nos relations avec les autres sont harmonieuses et, en fait, notre affection pour eux s’accroît.



    B-brons


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "

      La date/heure actuelle est Dim 24 Sep 2017 - 3:15