Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Partagez
    avatar
    zanshin
    Modérateur
    Modérateur

    Féminin Nombre de messages : 806
    Age : 68
    Localisation : Suisse
    Emploi/loisirs : retraitée du corps médical (ordonnée nonne zen en 1984)
    Humeur : attentive
    Date d'inscription : 01/06/2013

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par zanshin le Dim 21 Fév 2016 - 9:26

    Frédérique a écrit:Merci Kaikan, lien intéressant notamment avec le Qi Gong :-)

    Zazen c'est aussi un peu du Qi Gong immobile. Very Happy
    Dans les deux il y a une circulation de l'énergie interne très importante. Le kin-hin (la marche zen) en tout cas devrait être facilement pratiqué par les adeptes Qi Gong.


    _________________
    «Il faut deux ans pour apprendre à parler et toute une vie pour apprendre à se taire...»
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5493
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Kaïkan le Jeu 8 Déc 2016 - 14:24


    Dans un autre sujet Zenoob nous décrit un problème personnel pendant zazen et je crois qu'il trouverait sa place dans ce fil.

    Zenoob a écrit:Je donne un exemple personnel : depuis quelques temps, j'ai une sensation de boule dans la gorge (que je crois être un cancer mais bon ça c'est mon problème habituel). En zazen, ça m'obsède, ça me fait paniquer, j'ai l'impression d'étouffer, je me dis que je ne suis pas normal, j'essaie de me forcer à relâcher, à laisser aller, je n'y arrive pas, etc. Bref, les zazen sont difficiles.

    Comme tu as pu le constater tu n'es pas le seul à avoir ce genre de problème puisque, si ma mémoire est bonne, tu as entendu quelqu'un/une parler d'un phénomène similaire qui la contrariait également. Ceci étant déjà clarifié, la plupart du temps il s'agit d'angoisses qui nouent la gorge et on ne sait pas pourquoi. J'ai entendu plusieurs personnes se plaindre de ce genre de phénomène qui semble être plus répandu qu'on ne pourrait penser.
    Pour ceux qui pratiquent la respiration style traditionnel c'est-à-dire le meuglement de la vache, c'est moins fréquent.
    Je suggère avant tout de ne plus se concentrer sur la gorge et de ne rien essayer de détendre dans cette zone. Par contre il faudrait mettre sa concentration dans le bas du corps et particulièrement dans le bas-ventre sur le point situé trois travers de doigts sous le nombril. A partir de ce point on respire, on pense, on met toute sa conscience , on y établit son QG en quelque sorte.
    Essayer de ne plus entretenir de soucis en se situant ailleurs qu'à l'endroit concerné puisque la méthode de se forcer à relâcher a manifestement échoué.
    C'est toujours possible d'essayer, non ?  Smile


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Zenoob
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1101
    Date d'inscription : 08/09/2011

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Zenoob le Jeu 8 Déc 2016 - 15:09

    Merci pour les conseils, Kaïkan !

    La difficulté est que l'attention revient toujours vers cette zone, puisque de la peur y est associée presque automatiquement... J'ai beau voir que toutes mes pensées autour de ça sont irrationnelles, je ne peux pas contrôler ma réaction de peur, peur qui, évidemment, rend la sensation encore plus forte, puisqu'elle elle est manifestement émotionnelle, cette sensation...

    En gros, je sens cette contraction, et j'élabore des scénarios catastrophes sans pouvoir m'en empêcher : je ne vais plus pouvoir respirer, je ne vais plus pouvoir déglutir, et plus j'ai peur, plus ça se contracte. Cela fait quelques semaines que j'ai ça, et en même temps, je vois bien qu'il ne m'est rien arrivé du tout, ni arrêt respiratoire, ni problème "réel" pour déglutir, bien que ça me gêne et que j'angoisse un peu de ne pas réussir à manger...

    Bref, comme tu le dis, c'est de l'angoisse ; je reste avec, je fais zazen avec, mais c'est pas très agréable, ça devient une épreuve alors que c'était un plaisir - on dit que zazen est la voie de la non peur, pour moi en ce moment c'est plutôt le contraire...
    La seule petite solution que j'ai trouvée, pour l'instant, c'est de me dire : bon ben vas y, meurs sur place, laisse tomber, si tu veux angoisser angoisse à fond, ne te prive pas. Et là, les choses parfois se détendent. Il y a aussi des moments où tout ça passe à l'arrière plan, comme si quelque chose disait "oh mais en fait tout ça n'a aucune importance, on n'a pas besoin de s'en préoccuper du tout".

    Ce qui m'afflige un peu c'est que je pensais être sorti de ce genre de bêtises. Mais non, j'y ai replongé comme à la belle époque.

    Enfin, c'est paraît il un problème assez répandu, qui relève de l'anxiété : on a une sensation lors d'un moment difficile, et puis l'esprit s'en empare et se met à en avoir peur, ce qui entretient la sensation qui n'est en fait qu'une réaction de défense face à un danger perçu, ce qui entretient la peur, etc, c'est un cercle vicieux. Le seul moyen d'en sortir c'est de ne plus avoir peur de la sensation, pour qu'elle ne déclenche plus de réaction de défense du corps. C'est une bataille contre soi même qu'il faut réussir à abandonner, je crois : le corps cherche en fait à se protéger, mais si on commence à avoir peur de cette protection, alors il ne cesse pas de tenter de se protéger... D'où, peut être, le fait que de dire à son corps "vas y à fond, angoisse, fais tout ce que tu veux" permette de désamorcer le cycle : on autorise son corps à se défendre, et on désamorce la peur. Mais bon, facile à dire, difficile à faire.

    Bref. La fin de la souffrance, comme ils disent, me paraît bien lointaine, hahah !
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5493
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Kaïkan le Jeu 8 Déc 2016 - 15:40


    J'ai un autre remède dans ma sacoche médicale :
    Normalement l'angoisse est opposée à l'euphorie. Donc créer un peu plus d'euphorie va à l'encontre de l'angoisse. Comme tu as pu le remarquer au aïkido, après un quart d'heure on commence à euphoriser un tantinet  Wink . C'est dû à l’oxygénation obtenue par les mouvements et donc une accélération du rythme respiratoire ainsi que sa plus grande amplitude.
    Pendant zazen certains ne respirent pour ainsi dire pas. Je suggère de se concentrer sur une respiration profonde, régulière et pas trop lente : deux temps inspirer et expirer sur quatre. Donc sans faire d'hyper-ventilation on obtiendra une oxygénation importante puisqu'il n'y a pas de mouvements et donc peu de dispersion d'énergie. Il faut bien sûr manier avec précaution et ne pas dépasser quelques minutes de temps en temps jusqu'à ce qu'on sente la même chose que ce que tu as dû ressentir au aïkido.
    Attention de ne pas trop exagérer.  Wink  Essayer avec mesure et pondération.


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Zenoob
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1101
    Date d'inscription : 08/09/2011

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Zenoob le Jeu 8 Déc 2016 - 15:59

    On m'a fait remarquer au dojo que ma respiration était peut être trop profonde. J'inspire sur 4 ou 5 secondes, j'expire sur 10 ou 12 (plutôt 8 quand je suis tendu). Mais je ne sais pas dire si je le fais exprès ou pas ! En tout cas depuis, j'essaie de laisser aller la respiration sans rien toucher, et je me retrouve automatiquement à expirer très long...

    Tu proposes de raccourcir ? Effectivement ce que tu décris (deux temps d'inspir et quatre d'expir) me semble correspondre aux respirations que j'entends autour de moi dans le dojo.
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5493
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Kaïkan le Jeu 8 Déc 2016 - 16:07


    C'est juste par moment pour la thérapie. pas pendant tout le zazen.
    Autrement c'est ta respiration qui est la bonne, qui plus est lorsqu'elle s'établit naturellement.
    Dans le dojo ils ont la respiration courte si c'est ce que tu entends autour de toi, et de ce fait c'est plus bruyant et plus agité.
    Donc tu retourneras inconsciemment vers ton habitude qui est d'ailleurs très bonne et tu les laisses s'étouffer dans ce qu'ils pensent être juste Laughing , ils vont allonger l'expiration avec le temps de toute façon.  
    4 et 12 c'est vraiment excellent. OK


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2880
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par tangolinos le Jeu 8 Déc 2016 - 17:11

    Kaïkan a écrit:
    Par contre il faudrait mettre sa concentration dans le bas du corps et particulièrement dans le bas-ventre sur le point situé trois travers de doigts sous le nombril. A partir de ce point on respire, on pense, on met toute sa conscience , on y établit son QG en quelque sorte.
    Essayer de ne plus entretenir de soucis en se situant ailleurs qu'à l'endroit concerné puisque la méthode de se forcer à relâcher a manifestement échoué.
    C'est toujours possible d'essayer, non ?  Smile

    Curieuse synchronicité...j' ai reçu un mail/pub ce matin qui parle de 200 000 000 de neurones qui seraient résidants dans les intestins.

    IL n'y a pas la source. En absence de source pas de vérification possible. De plus ne pas publier de publicité sur ce forum. Le message publicitaire a été effacé
    La modération : zanshin


    C'était un mail publicitaire... il y avait un lien pour vendre un bouquin... mais on ne parle pas plus du 2eme cerveau...alors j' ai recherché sur google et il y a plusieurs sites qui en parlent...voici l' un d'entre eux:
    Lien ICI


    Dernière édition par tangolinos le Ven 9 Déc 2016 - 9:40, édité 1 fois
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2880
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Yudo, maître zen le Jeu 8 Déc 2016 - 22:27

    Je préconiserais aussi un peu d'ironie (auto-ironie) par rapport à ces angoisses. Rationnellement, tu sais très bien qu'elles ne sont guère justifiées, mais, justement, il ne s'agit pas ici de raison. Donc, le petit sourire ironique intérieur lorsque tu vois se profiler ces lubies peut être assez utile.
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5493
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Kaïkan le Ven 9 Déc 2016 - 18:14


    Non seulement pour le problème particulier de Zenoob, mais aussi pour tout le monde d'une façon générale.
    Je pense sincèrement que l'auto-dérision est une pratique à établir et à laquelle il ne faut pas hésiter à recourir, par exemple chaque fois qu'on fait des gaffes, ou bien qu'on se prend trop au sérieux. C'est un aide précieuse et ça permet d'avoir en toute occasion une ouverture sur la dimension de l'humour, ce qui est particulièrement nécessaire de nos jours.  Very Happy


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Zenoob
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1101
    Date d'inscription : 08/09/2011

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Zenoob le Ven 9 Déc 2016 - 18:47

    C'est sûr. Ca aide beaucoup. Lorsqu'on fait des crises d'angoisse, on a l'impression qu'on va mourir. Ca m'est déjà arrivé en zazen. Et parfois, en fait, on peut en rire ! Et même se dire : mais quelle importance, tu te prends pour le centre du monde ? Ca n'est pas si grave, de mourir, tout le monde le fait, la terre ne s'arrête pas de tourner pour autant - et surtout, tu ne peux en avoir aucune idée, ni comprendre intellectuellement ce que ça veut dire ! Paradoxalement, je trouve que parfois zazen permet de se décentrer de ses "problèmes", parce que ces problèmes viennent juste du mental, qui en fait n'a aucune idée de ce dont il parle...
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5493
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Kaïkan le Lun 14 Aoû 2017 - 9:12


    Après le zazen de ce matin, quelques mots.

    Pendant zazen il est souvent plus facile de glisser en bordure de l'assoupissement (kontin en jap.), car on y trouve un divertissement avec des images hypnagogiques et toutes sortes de souvenirs. C'est en tout cas beaucoup plus facile à assumer que l'agitation (sanran en jap.) qui est en quelque sorte son contraire.
    Cependant, pour vraiment actualiser le zazen le plus exact, il est nécessaire d'être au-delà de kontin et sanran.
    Pour cela il faut utiliser habilement le ki, et donc maîtriser la respiration. Cette respiration se doit d'être lente, imperceptible et douce, car il ne faut jamais forcer. On expire donc en se concentrant sur le bas-ventre, et ainsi on stimule le ki, c'est-à-dire l'énergie du prāṇa dans la tradition yogique déjà bien connue en occident.
    Cette énergie n'a pas vocation à stagner dans le bas-ventre, mais à rayonner dans le corps tout entier et particulièrement dans les cuisses.
    C'est en effet la pression des genoux sur le sol qui va être alimentée par le ki, afin de remplacer tout effort physique, musculaire, volontaire, car le corps doit rester complètement détendu, relaxé comme on dit, bien qu'on dise plutôt "lâché" dans le zen.
    La pression des genoux étant alimentée par la respiration qui bien que très douce soit d'une grande efficacité, la cambrure lombaire permet un redressement vertical de la colonne vertébrale avec une poussée naturelle vers le haut, produisant une sensation de légère pression sur le sommet du crâne. On ressent d'ailleurs particulièrement cet "envol" vers le ciel pendant l'inspiration.
    Il y a donc l'établissement d'une énergie maintenant la posture dans sa meilleure condition sans effort particulier, juste une surveillance (l'observation) et une continuité dans une respiration lente, douce et régulière.
    Quand ceci est installé, il n'y a ni kontin ni sanran et très peu de pensées.
    Bien sûr c'est plutôt des pratiquants très accoutumés qui seront sans doute intéressés par ma façon de concevoir le zazen le plus pur, le plus cristallin, sans oublier que lorsqu'on est dans un train, qu'on dorme ou qu'on soit éveillé on arrive de toute façon à destination. Il est quand même très utile, pendant le voyage, de contempler le paysage...



    Throma Nagmo


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    zanshin
    Modérateur
    Modérateur

    Féminin Nombre de messages : 806
    Age : 68
    Localisation : Suisse
    Emploi/loisirs : retraitée du corps médical (ordonnée nonne zen en 1984)
    Humeur : attentive
    Date d'inscription : 01/06/2013

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par zanshin le Mar 15 Aoû 2017 - 5:52

    Bonjour,

    Il parait que Throma Nagmo , la "Dakini courroucée" , représente l'aspect secret le plus intime de la dakini , l' incarnation féminine de la sagesse . La pratique de Chod de Throma Nagmo offrirait un moyen extrêmement puissant de réduire l' entrainement dualiste de l' esprit , la racine de la souffrance , révélant ainsi notre nature de sagesse inhérente. Elle pourrait prévoir les difficultés des temps futurs...
    C'est une Dakini d'origine plus ou moins chinoise qui est connue dans le vajrayana.   Wink
    C'est marrant de voir cette image dans un message sur le zen. Laughing


    _________________
    «Il faut deux ans pour apprendre à parler et toute une vie pour apprendre à se taire...»
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3292
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Fred le Mar 15 Aoû 2017 - 14:19

    La "Dakini courroucée", c'est sans doute elle qui manie le bâton d'éveil je suppose. Embarassed

      La date/heure actuelle est Mer 18 Oct 2017 - 3:50