Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Partagez
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5493
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Kaïkan le Dim 15 Sep 2013 - 19:20

    Tertulien a écrit:Comme souvent face à des nouveauté de ce genre, je ne peux m'empêcher de me demander s'il s'agit d'une situation normale en zazen, possible, ou si elle provient plutôt d'une posture inadaptée, d'une mauvaise respiration...

    Pas d'inquiétudes Tertulien c'était une expérience tout à fait normale et connue. La prochaine fois évite seulement de paniquer et accepte tout simplement cette "non-sensation" du corps ou ces impressions de flotter ou bien d'être enveloppé etc. Zazen permet de rééquilibrer nos fonctions vitales internes et cela procure des sensations parfois étranges. Ce serait bizarre s'il ne se passait rien non ? ...Wink 

    En tout cas n'hésites pas à décrire ce que tu ressens cela est intéressant pour tous les pratiquants. D'abord de l'écrire cela remet les idées plus claires et puis on peut partager en se rendant compte qu'on n'est pas seul et que tout ça fait partie de la pratique du zen.

    Comme tu l'as remarqué c'est dans la deuxième partie de zazen que souvent la concentration s'intensifie. Pendant les sesshins on fait de nombreux zazen à la suite et il n'est pas rare d'avoir toutes sortes d'expériences psychiques. Cependant il ne faut pas s'y attacher et il est préférable de laisser passer tout ça comme des nuages dans le ciel...sunny
     




    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    lausm
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1472
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par lausm le Dim 15 Sep 2013 - 23:04

    Salut!
    Tertullien, peut-être peux-tu accepter que ton expérience était celle d'un samadhi profond, une forme de concentration-extase....et que tu peux l'accepter comme un cadeau, accepter d'en profiter à fond!
    Il y en a plein qui rèvent d'atteindre cet état d'extinction, et toi, quand ça arrive, tu rèves de retourner dans le tumulte du vivant samsarique!
    En fait on n'a pas l'habitude que ça puisse arriver, mais si!
    Après, comme dit Kaikan, pas besoin d'en faire un plat.

    Mais on peut accepter la réalité d'un résultat de la pratique.
    Ce truc de "quitter" ce corps, de l'oublier, plein de textes en parlent comme un signe positif de réalisation.
    avatar
    Tertulien
    Débutant
    Débutant

    Nombre de messages : 49
    Date d'inscription : 05/11/2012

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Tertulien le Mar 17 Sep 2013 - 15:07

    Merci à tous les deux pour vos éclaircissements bienveillants.
    En fait, ma pratique est assez récente (une petite année), et l'expérience que j'ai vécue il y a quelques jours était tellement radicalement nouvelle qu'elle m'a dérouté sur le moment.  Quand j'y repense, ce qui m'a déboussolé, c'est cette sorte de silence organique plein de résonance que j'ai ressenti. Je retire un enseignement autant de l'expérience que de ma réaction à l'expérience.
    Dès le lendemain, je me suis à nouveau assis en me disant " si ça se reproduit, ça se reproduit, si ça ne se reproduit pas, ça ne se reproduit pas". Je pense que c'est une des significations de l'idée pratiquer sans but : ne rien attendre au moment ù on s'assoit pour ne pas entraver la potentialité de chaque zazen.
    avatar
    lausm
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1472
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par lausm le Mar 17 Sep 2013 - 22:06

    Oui, c'est ça : silence organique, très belle formule!
    et effectivement, si ça advient, ok, et si non, et bien très bien aussi!

    Tenzin Wangyal, un enseignant tibétain de Dzogchen dans la lignée du Bön, enseigne de prendre refuge dans la tranquillité du corps, le silence dans la parole, et l'esprit spacieux......causes et conséquences de la pratique.
    C'est ce que m'évoque ta formule du "silence organique".
    avatar
    Leela
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Féminin Nombre de messages : 1001
    Age : 66
    Localisation : Belgique
    Emploi/loisirs : arts, nature
    Humeur : printanière !
    Date d'inscription : 24/06/2011

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Leela le Mer 18 Sep 2013 - 7:30

    bonjour à tous
    Si ce que décrit Tertullien est une "sortie de corps" partielle... -du moins c'est ainsi que je le comprends-, c'est "normal, OK, mais j'avais entendu que ce n'était pas le but de zazen, qui est plus de reste "là", ici et maintenant.

    Par contre dans d'autres types de méditation, on exploiterait ce phénomène à fond...

    confused 
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5493
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Kaïkan le Mer 18 Sep 2013 - 10:13


    Bonjour Leela,

    La pratique de zazen nous conduit au-delà  et par delà l'au-delà de toute limite en embrassant les contradictions.
    Ici et maintenant c'est partout et tout le temps; concentré sur le corps et l'esprit on s'oublie soi-même; en s'oubliant soi-même chaque phénomène de l'univers entier nous reconnait, fait "un" avec nous. Ce n'est plus la conscience étroite du petit égo. Lorsque l'esprit n'est plus fixé sur quoi que ce soit, le véritable esprit apparait.
    Tout cela semble contradictoire et pourtant tout ce qui nous semble paradoxal (parfois) n'est rien d'autre que l'équilibre d'un univers infini dont nous ne comprenons pas vraiment beaucoup malgré les efforts constants de nos grands scientifiques.




    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    lausm
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1472
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par lausm le Mer 18 Sep 2013 - 12:46

    Il n'est pas question de sortir du corps : il est question de ne plus s'y identifier.
    Il s'agit d'une expérience où intérieur et extérieur n'ont plus de raison d'être.
    Absolu et relatif s'interpénètrent : donc on fait l'expérience avec ce corps, de ne plus en avoir.
    C'est un paradoxe, mais dans le zen, si l'enseignement est souvent sous forme de paradoxe énoncé et assumé, ce n'est pas pour rien!
    avatar
    Leela
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Féminin Nombre de messages : 1001
    Age : 66
    Localisation : Belgique
    Emploi/loisirs : arts, nature
    Humeur : printanière !
    Date d'inscription : 24/06/2011

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Leela le Mer 18 Sep 2013 - 17:46

    merci pour vos réponses éclairantes japonais 
    avatar
    lausm
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1472
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par lausm le Mer 18 Sep 2013 - 22:01

    Dans le livre de Namkhai Norbu "dzogchen et tantra", il y a dans le chapitre "la Voie", un tableau explicatif des "trois séries".
    Dans la colonne de la série de l'espace, appelée Longdé, il y a ce qu'on appelle Dewa, la sensation de béatitude.
    Il est indiqué ceci : "le corps est gardé dans une position controlée jusqu'à ce que l'on soit plus avancé dans la pratique, et cependant, c'est presque comme si le corps n'était pas là, bien que l'on soit totalement présent."
    avatar
    Zenoob
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1101
    Date d'inscription : 08/09/2011

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Zenoob le Mer 10 Déc 2014 - 18:12

    Ok, un tout nouveau "problème" a surgi dans ma pratique.

    Il y a quelques jours, et je ne sais pour quelle raison, j'ai commencé durant ma pratique de zazen à me concentrer sur un bruit de fond dans mes oreilles (comme un très léger souffle ou sifflement, présent depuis toujours, en fait - je me souviens avoir fait la même bêtise quand j'étais petit ; je suppose que tout le monde, dans le silence le plus complet, entend ce type de bruit s'il se concentre - mais pas sûr). Depuis je n'arrive plus à m'asseoir sans me concentrer sur ce son, ça m'obsède, ça l'amplifie, je me mets à le chercher pendant la journée, je le trouve, ça me rend complètement tendu et flippé et me perturbe complètement. Pourtant ce n'est pas un son très fort, et il semble bien que seule l'attention que je lui porte et les émotions qui lui sont associées soient signifiantes (je suis passé chez le médecin qui m'a dit que j'avais une excellente audition et que tout était parfait vu de l'extérieur).

    Je n'arrive pas trop à gérer ça parce que ça envahit ma pratique ! Si je laisse aller, durant zazen, j'ai l'impression que le bruit s'amplifie et j'ai peur de renforcer l'attention que je lui porte et que du coup ça s'installe pour de bon ; si je le repousse, c'est pas bon non plus parce que ça me tend et j'essaie juste de l'évacuer, ce qui n'est pas la bonne attitude je pense ; vraiment je suis désemparé par ce truc. Je sens bien que c'est l'équivalent de choses que j'ai déjà vécues comme des obsessions tournant autour du corps, qu'en bon hypocondriaque j'active assez facilement dans des moments de ma vie. Evidemment, plus je suis tendu, plus je l'entends, plus je l'entends, plus je suis tendu, etc.

    Mais ma question est concrète : comment je m'asseois avec ça ? J'accepte que ça s'amplifie et que ça me rende fou éventuellement ? J'essaie de masquer par de la musique ou des bruits de fonds ? Je ne fais rien ?
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2880
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Yudo, maître zen le Mer 10 Déc 2014 - 18:46

    Essaie de faire osciller les yeux de droite à gauche et inversement? C'est la technique dite d'EMDR qui marche pour les traumatisés. Donc...
    avatar
    Fenrir
    Amateur
    Amateur

    Masculin Nombre de messages : 113
    Date d'inscription : 01/05/2014

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Fenrir le Jeu 11 Déc 2014 - 18:47

    Zenoob, j'ai le même problème que toi. J'ai des acouphènes assez importants. Au début, c'était très perturbant, pendant zazen mais aussi la nuit, lorsque j'essayais de dormir. Puis, je me suis dit, petit à petit que c'était le silence. Mon silence. Quand je n'écoute plus que mes acouphènes, je sais que c'est le silence et je le ressens comme tel.

    Une phrase d'un groupe de musique (CRASS) m'a aussi aidé à me dire que c'était "le silence" :

    "You've got to make such a noise to understand the silence,
    Screaming like a jackass, ringing ears so you can't hear the silence
    Even when it's there. Like the wind seen from the window,
    Seeing it but not being touched by it."

    Tu dois faire beaucoup de bruit pour comprendre le silence,
    Hurlant comme un fou, les oreilles sifflantes au point que tu ne puisses plus entendre le silence,
    Même s'il est là. Comme le vent derrière la vitre : tu peux le voir mais tu ne peux plus être touché par lui.

    (ma traduction est assez libre, je ne suis pas très bon en anglais)


    Je ne sais pas si cela peut t'aider, mais je l'espère.
    avatar
    Zenoob
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1101
    Date d'inscription : 08/09/2011

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Zenoob le Ven 12 Déc 2014 - 0:42

    Merci Fenrir, cela m'aide.

    Pour l'instant, tout ce que j'ai trouvé, c'est faire zazen et pas autre chose. Je reviens à la posture et à la respiration et je laisse le reste se débrouiller. Je n'écoute pas, je ne fais rien d'autre qu'être assis et m'occupe seulement de ça.

    Je pense que je vais tout simplement faire comme toi et essayer de transformer ce bruit de fond en "mon" silence, apprendre à l'aimer en quelque sorte.

    Ca me fait assez réfléchir aussi sur le sutra du coeur, sur le rapport entre forme et vacuité et entre son et silence. Si j'entends quelque chose, c'est que quelque part, je suis dans le silence ; sinon je ne pourrais pas entendre cette chose. Donc il ne sert à rien de s'identifier au bruit. Ce bruit est une réelle manifestation du silence, en même temps qu'il est un bruit. Sans silence, pas de bruit ; sans bruit, pas de silence. Le silence n'est pas autre chose que le bruit. C'est vraiment intéressant comme truc quand on y réfléchit, parce que dans le cas d'un bruit "continu" comme l'acouphène, on a l'impression de perdre le silence, alors qu'en fait on fait l'expérience totale du silence. On ne peut entendre un bruit constant que depuis un lieu constamment silencieux.

    Je pense que le groupe que tu as cité n'est vraiment pas à côté de la plaque.
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2880
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Yudo, maître zen le Ven 12 Déc 2014 - 8:36

    Un autre aspect de la pratique que j'ai parfois observé, c'est la rigidité.
    Selon les enseignements que j'ai reçu, je pose mon corps comme s'il était soutenu par un fil au sommet du crâne, donc en étirant constamment la colonne vertébrale et en maintenant la tête à la verticale des cervicales. J'ai observé que c'était dans cette situation que ma respiration était la plus libre.

    Mais il y a quelques années, je m'étais rendu compte, à partir d'une photo, que je penchais en avant. Depuis, je "penche" en arrière autant que le confort me le permette. C'est ainsi que j'ai pu trouver la verticale. Etrange, non?

    L'autre aspect, c'est la souplesse. Je me rends compte que cette démarche entraîne une souplesse qui fait que, si quelqu'un me poussait latéralement, je reviendrais à la verticale comme un poussah ("bidibul"). Au passage, même si le mot "poussah" est vieilli, son origine est remarquable: c'est le mot chinois (pu-sa) pour bodhisattva, en référence à Bodhidharma...

    Un pratiquant de Narbonne qui vient parfois ici me disait qu'il trouvait que l'on peut très bien avoir la bonne posture en apparence et se tromper complètement si on se pose dans la rigidité. Cela doit être ce qui concourt à l'ambiance d' "énergie" dont certains parlent parfois pour les sesshins: en effet, toute cette tension peut bien être confondue avec de l'énergie, et je me rappelle quand je pratiquais au dojo de l'AZI et qu'on m'avait confié la tâche du kyosaku, que les pratiquants de longue date opposaient une résistance lorsque j'essayais de corriger leur posture, et que l'un d'eux m'avait même amèrement reproché d'avoir voulu le faire.

    Encore une application du
    "La grande Voie est facile: il suffit de ni trier ni choisir.
    "Ecartez-vous en d'un poil, et vous vous en retrouvez éloignés comme de la terre au ciel."
    avatar
    Zenoob
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1101
    Date d'inscription : 08/09/2011

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Zenoob le Ven 12 Déc 2014 - 11:37

    En fait, les problèmes avec les acouphènes viennent, comme d'habitude, des pensées et émotions qui leur sont associés... Je le vois en zazen : les "ça va durer toute ma vie", les "je m'en sortirai pas", les "je vais devenir fou", provoquent des réactions émotionnelles fortes qui s'auto entretiennent. Par contre quand on arrive à être tranquille, on se rend compte qu'on peut très bien rester tout à fait calme avec ça et que ça ne pose pas d'autre problème que ceux qu'on se crée.

    Autre réflexion qui me vient à propos de ça, c'est ce que dit Suzuki à un moment dans Esprit Zen, Esprit Neuf : que les problèmes ne sont des problèmes que lorsqu'on se considère détachés d'eux. Pour l'acouphène, ce qui pose problème, c'est bien qu'on voit les choses comme ça : il y a d'un côté l'acouphène, et de l'autre un "je" qui le perçoit et qui en souffre. Je ne sais pas trop quoi faire de cette réflexion, mais j'ai l'impression qu'elle est juste.
    avatar
    Lumpinee
    petit fleuron
    petit fleuron

    Nombre de messages : 588
    Date d'inscription : 03/10/2010

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Lumpinee le Ven 12 Déc 2014 - 14:06

    Les acouphènes ne doivent pas etre combattus, c'est inutile. En effet, si on les écoute, ils deviennent plus forts (comme toutes choses, en fait, dès qu'on porte son attention).

    Il parait que la médécine chinoise a un remède, mais je ne sais s'il est efficace. C'est pas donné!!!

    Oui, ce qui se passe pendant la méditation.... Que se passe t il vraiment, d'un point de vue technique? Nos connexions sont sollicitées, oui, notre esprit est plus vif... Mais sinon? Quelles énergies se connectent à nous? Que font elles dans le corps?

    Je pense qu'il doit avoir un lien avec le corps éthérique. Personnellement, je sens des énergies qui viennent de très loin, comme d'un autre monde. Je me dis des fois que peut etre, une partie de nous meme ne se trouve pas sur notre plan terrestre....

    Mais sinon, je met un point d'honneur a toujours prendre du plaisir pendant zazen. Bien respirer se sentir bien, voila, je me contente de ça. Et parfois, comme tout un chacun, on y passe bien plus de temps qu'on l'a imaginé.

    Fermez vous les yeux? Je sais que dans le zen, il est courant de pratiquer les yeux mi clos.
    Pourtant, la vue demande énormément d'énergie au corps, et lorsqu'on les ferme, alors on a bien plus d'énergies à disposition. Il est plus difficile de rester centré, c'est vrai (le cerveau dispose de plus d'énergies, donc il pense plus), mais, passé ce désagrément, je trouve que c'est plus efficace.
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2880
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Yudo, maître zen le Ven 12 Déc 2014 - 15:02

    J'observe que, lorsque je n'arrive plus à garder les yeux entr(ouverts, je rêvasse bien plus facilement, et je me laisse emporter par ces rêveries bien plus aisément. Les yeux entr'ouverts, focalisés devant soi, on est comme sur une moto: on va là où on regarde.
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5493
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Kaïkan le Ven 12 Déc 2014 - 19:30



    Bonjour,

    • - Au sujet des sons dans les oreilles

      Je me garderais d'employer le mot acouphènes car on pourrait dériver rapidement vers un aspect pathologique et cette tendance revient de façon trop récurrente au sujet des effets de la méditation.
      Je me souviens que  Meiho - Missen Michel Bovay (décédé le 22 avril 2009 à 21.30 heures) m'en avait longuement parlé. Il m'avait confié qu'il était dérangé pendant zazen par de sortes de sifflements dans les oreilles et que c'était devenu tellement angoissant pour lui qu'il en avait parlé à sensei Deshimaru au cours d'un entretien. Ce dernier lui avait simplement répondu : " Ce que tu entends c'est le son cosmique, c'est mieux que d'écouter ses pensées ah ah ah ".    
      D'ailleurs si on écoute attentivement on s'aperçoit que le son varie régulièrement. En se concentrant encore on se rend compte que ce sont les battements de son propre cœur qui fait ces variations d'intensité régulières.

    • - Au sujet  des yeux entre-ouverts ou fermés

      Je me souviens que ETIENNE MOKUSHO ZEISLER (1946-1990) nous avait longuement parlé de l'importance de la focalisation des yeux devant soi-même comme le fait Yudo (le coup de la moto c'est vraiment excellent). J'ajouterais que c'est comme un triangle entre trois points : le contact des pouces, la racine du nez, le point de focalisation du regard.




    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    lausm
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1472
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par lausm le Sam 13 Déc 2014 - 18:01

    Ecouter le son du silence, ah ah!
    Oui, c'est bien ça.
    Et c'est une réalité physique : il existe réellement un bruit de fond de l'univers que les astrophysiciens ont isolés comme une forme de souffle, de bruit de fond (comme sur les vieilles cassettes audios, à la fin du morceau).
    Car c'est quoi cette prétention à isoler le silence? On est capable de vivre dans un bordel sonore absolu, et dès qu'on s'arrète, c'est la super angoisse car on entend des choses qu'on n'entendait pas, faute justement de vrai silence!
    Qu'en faire? Mais rien justement, le laisser vivre, l'observer, le voir vibrer, et surtout ne pas le considérer comme séparé de soi! Ce bruit est le silence, le silence est ce bruit!
    Deshimaru avait dit, c'est je ne sais plus dans quel bouquin, "écouter avec le yeux, voir avec les oreilles." Le Hannya Shingyo dit bien qu'il n'y a ni perception ni non perception, et qu'il n'y a ni oeil ni oreille etc etc......
    Il ne faut même pas chercher à se détacher de quoi que ce soit : ce serait encore un attachement à se détacher.
    Concernant l'énergie, en fait il n'y a pas d'ego séparé du cosmos. Donc considérer zazen avec une gestion de quantité d'énergie, ce n'est pas vraiment zazen. Zazen, c'est voir que les agrégats sont vides, donc que ce qu'on voit est vide, et en fait , comme disait Zatoichi à la fin du film de Kitano, "même les yeux grands ouverts, je ne vois rien!"
    On n'a aucune énergie à compter, car en fait, ce qui compte c'est entrer en relation avec l'univers.
    Le centre n'est plus ce moi. Le centre c'est la relation, et la relation c'est fluctuant. La relation, c'est cette énergie. Quand on investit "sa" conscience dans ce contact avec la réalité, ce qu'on perçoit, sent, alors l'énergie n'est plus un problème : une rivière qui coule n'arrète jamais, elle est illimitée, elle se donne sans limite. Le Ki, c'est ça : un flot sans limite.
    Donc on peut voir sans regarder, les yeux sont ouverts.
    Mais la vraie direction du regard, et ça je l'ai compris tout seul, et j'ai compris ce que disait Deshimaru, c'est tourner le regard vers l'intérieur! Et quand on regarde vers l'intérieur, il n'y a rien de limité, et c'est donc sans limite...
    La vue fait partie du corps, pourquoi lui prendait-elle de l'énergie? Non, il faut juste voir, sans regarder. Alors on voit ce qu'on ne voyait pas, et cela ne demande aucun effort. Il faut juste ouvrir les yeux sur ce qui est, mais comme c'est naturel, alors on voit ce qui est là. Mais si on cherche à voir des choses particulières, alors là c'est sûr qu'on risque de se fatiguer.
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2880
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Yudo, maître zen le Sam 13 Déc 2014 - 22:47

    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3292
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Fred le Dim 14 Déc 2014 - 14:35

    Bonjour,


    Le son du silence…Very Happy

    Si ce n’est la valeur de ce son, toujours en faisant des amalgames douteux, je pense à la valeur de l’énergie noire qui semble quasiment nulle et qui pourtant a des conséquences incroyables sur l’univers. 

    Les astrophysiciens auraient découvert à ce que j’ai compris qu'une forme d’énergie appelée énergie noire, dont la caractéristique serait de se comporter comme une force gravitationnelle répulsive, pourrait expliquer l’expansion de l’univers. 
    Avant la découverte de cette expansion, on croyait que l’univers devait nécessairement être freiné en raison de la force gravitationnelle (dont on pensait alors qu’elle ne pouvait être qu’attractive) que les galaxies exerçaient mutuellement les unes sur les autres. 


    Il y'a ce documentaire fort intéressant là dessus :




    avatar
    Fenrir
    Amateur
    Amateur

    Masculin Nombre de messages : 113
    Date d'inscription : 01/05/2014

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Fenrir le Mar 23 Déc 2014 - 11:37

    J'ai quelques questions par rapport à zazen :

    - Est-ce que vous changez de jambes d'un zazen à l'autre, ou mettez-vous toujours la même jambe sur la cuisse en premier ? C'est une question un peu stupide, mais je me demande s'il peut y avoir un intérêt à se familiariser avec une seule posture ou au contraire changer parfois de jambe.

    - Après 30 minutes de zazen, j'ai très souvent la circulation des jambes coupées ainsi que des fourmis / engourdissements. Ce n'est pas forcément très gênant en soi mais je me demandais si ce n'était pas le signe d'une mauvaise posture.
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5493
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Kaïkan le Mar 23 Déc 2014 - 12:15


    Bonjour,

    Il est tout à fait recommandé d'intervertir les jambes à chaque séance à l'occasion du kin-hin lorsqu'on pratique en dojo. Il le faudrait aussi pour ceux qui font le lotus complet (kekka fuza).
    Lorsqu'on est seul, même quand on ne fait pas kin-hin il est important de changer de jambe au bout d'une demi-heure (hanka fuza) c'est-à-dire au milieu de la séance.
    L'effet n'est pas seulement pour la circulation veineuse (jambe qui s'engourdit), bien que cela soit aussi d'une grande importance, mais aussi pour ne pas créer un déséquilibre au niveau du bassin (koshi).
    En intervertissant les jambes, particulièrement dans le hanka fuza on rétablit l'équilibre car ce qui est "tordu" dans un sens, on le retord dans l'autre sens. Laughing
    On prend vite l'habitude et ces deux postures finissent par être équivalente tout en permettant de rendre les douleurs éventuelles beaucoup plus supportables.


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Zenoob
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1101
    Date d'inscription : 08/09/2011

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Zenoob le Mar 23 Déc 2014 - 19:04

    Petit ajout : les plus cinglés intervertissent aussi les mains en fonction des jambes. En lotus complet, si tu places ta jambe droite en premier sur la cuisse gauche, alors la main gauche est en dessous ; si tu places la jambe gauche en premier, alors la main droite est en dessous. Cela permet de faire reposer au mieux les mains sur les talons. Sinon, cela déséquilibre (un peu) les épaules.

    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5493
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Le corps vécu pendant zazen – Impressions et sensations.

    Message par Kaïkan le Mar 23 Déc 2014 - 19:32


    Il faut aussi ajouter que les moines font zazen avec un kolomo qui a de longues et larges manches qu'on plie adroitement pour faire un petit coussin sur lequel repose les mains. Donc on peut garder la main droite sous la gauche. Lorsqu'on ne fait pas zazen en kolomo, la plupart fabriquent un petit coussin posé sur le giron il permet de mettre les mains comme on veut. On s'habitue à toujours à avoir les mains posées de la même manière et je crois que c'est important de changer de temps en temps, non pas pour un problème d'épaule mais surtout psychologiquement.
    Personnellement je n'ai jamais ressenti une difficulté dans les épaules par rapport à la main qui est en dessous que ce soit la gauche ou la droite. Par contre j'ai remarqué qu'il fallait mettre un peu de poids dans les mains pour aider à ce que les épaules tombent bien.
    De plus mon probème personnel est de pencher un peu à droite; je m'installe donc toujours un peu penché à gauche et comme ça je suis bien droit... Laughing



    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "

      La date/heure actuelle est Mer 18 Oct 2017 - 3:50