Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    l’origine et de l’histoire des nonnes dans le theravada

    Partagez
    avatar
    gigi
    Amateur
    Amateur

    Féminin Nombre de messages : 477
    Localisation : Quebec
    Humeur : metta
    Date d'inscription : 26/06/2010

    l’origine et de l’histoire des nonnes dans le theravada

    Message par gigi le Dim 7 Oct 2018 - 17:41

    Un rappel de l’origine et de l’histoire des nonnes par Martine Batchelor
    10 avril 2015



    nonnesTout a commencé quand le Bouddha a accueilli des nonnes et des femmes laïques dans sa communauté. La communauté bouddhiste s’est donc constitué de laïcs, hommes et femmes, et de nonnes et de moines. Tout de suite le Bouddha a été clair que les hommes et les femmes avaient le même potentiel d’éveil (2ème tome Theravadin Vinaya, Khandhaka, Cullavagga chapitre 10). Mahapajapati Gotami, la tante qui éleva le Bouddha (sa mère décéda 7 jours après sa naissance), est considérée comme la fondatrice de l’ordre des nonnes.

    Dans les Versets des Nonnes Anciennes qui contiennent 73 poèmes et 522 versets, les premières nonnes racontent leurs luttes et leurs réalisations.
    Uttara
    Je possédai pleinement
    Mon corps, ma parole et mon esprit.
    Avec les racines de la soif déracinées,
    Je suis devenue fraîche et rassasiée.

    Uttama
    Le Bouddha enseigna
    Sept facteurs d’éveil.
    Il y a différentes façons de trouver la paix
    Et je les ai toutes développées.
    J’ai trouvé ce qui est vaste et vide.
    Le non-né.
    C’est ce que je recherchais.
    Je suis une vraie fille du Bouddha.
    Trouvant toujours de la joie
    Dans la paix.

    Mittakali
    Et comme j’observais les éléments de l’esprit et du corps
    Apparaître et disparaître
    Je les ai vus comme ils sont.
    Je me suis levée.
    Mon esprit était complètement libre.
    L’enseignement du Bouddha était accompli.

    Ambapali
    Mes pieds étaient très beaux
    Délicats comme s’ils étaient remplis de coton.
    Maintenant à cause de la vieillesse
    Ils sont craquelés et pourris.
    Ceci est l’enseignement de la personne qui dit la vérité.

    Mon corps était comme cela.
    Maintenant il est dilapidé,
    Un endroit de souffrance,
    Une vieille maison
    Avec le plâtre qui tombe.

    Le Bouddha considéra la nonne Dhammadinna comme étant la meilleure enseignante parmi les nonnes. Dans le Cullavedalla sutra (MN 44) qui est une discussion entre cette nonne et un laïque disciple du Bouddha, elle montre sa maîtrise du dharma et de sa pratique. Par exemple elle explique:
    « Mon ami Visakha, une tonalité du ressenti plaisante reste plaisante tant qu’elle continue, et devient déplaisante quand elle change. Une tonalité du ressenti déplaisante reste déplaisante tant qu’elle continue, et devient plaisante quand elle change. Une tonalité du ressenti neutre est plaisante quand on la comprend et déplaisante quand on ne la comprend pas. »

    Les nonnes Theravadins perdurèrent jusqu’au 10ème siècle en Inde et peut-être 11ème siècle au Sri Lanka et puis, la disparition des dernières bhikkhunis srilankaises lors d’une guerre au XIe siècle a entraîné l’extinction de l’ordre.

    Dans le canon Chinois, il y a un texte remarquable écrit par Pao-ch’ang, une collection des biographies de 65 nonnes du 4ème au 6ème siècle qui montre la création et le développement de l’ordre des nonnes en Chine. La plupart de ces premières nonnes étaient des femmes éduquées à la maison, de familles nobles. Il y eut 8 grands monastères féminins dans la capitale à ce moment là. Les nonnes faisaient des études et de la méditation ; mais aussi s’occupaient des cérémonies, et de la conservation et transmission des textes. Elles étaient connues pour leur réalisation d’états méditatifs profonds. L’auteur nous dit que, quand la pureté des préceptes commence à être abandonnée par les moines, les nonnes tiennent bon, et donc deviennent un exemple pour les générations à venir. Une remarque de la nonne An Ling Shou qui fonda beaucoup de monastères féminins est intéressante. Ceci est la réponse qu’elle donna à son père qui suivait le confucianisme où la femme doit faire trois soumissions:

    “ Je suis seulement concernée par la religion et les affaires spirituelles: les reproches ou les louanges ne m’agitent pas, la pureté et la droiture sont suffisantes par elles-mêmes. Pourquoi devrais-je me soumettre 3 fois (père, mari, fils) pour être considérée comme une femme décente. Je m’engage dans la voie exactement parce que je veux libérer tous les êtres humains de la souffrance. Bien entendu je veux encore plus libérer mes parents.”

    bd5

    Pour en savoir plus, lire les dossiers que nous avons consacrés à la situation des nonnes dans les différentes traditions :

    La situation des nonnes dans le Théravada dans le numéro 3 du magazine
    la situation des nonnes dans le bouddhisme Zen dans le numéro 2 du magazine
    La situation des nonnes dans le bouddhisme Tibétain dans le numéro 1 du magazine.

    https://www.bouddhismeaufeminin.org/un-rappel-de-lorigine-et-de-lhistoire-des-nonnes-par-martine-batchelor/

    avec metta
    gigi

      La date/heure actuelle est Lun 17 Déc 2018 - 4:20