Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    L'anxiété

    Partagez
    avatar
    Fa
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Masculin Nombre de messages : 1450
    Date d'inscription : 10/08/2008

    L'anxiété

    Message par Fa le Sam 27 Mar 2010 - 13:49

    L'anxiété est toujours un intervalle entre ce que les choses sont et ce que l'on voudrait qu'elles soient. L'anxiété est un espace qui s'étend entre le réel et l'iréel.
    Notre désir d'être humain nous pousse à éviter ce qui est réel pour y mettre, à la place, nos idées sur le monde."Je suis terrible", "Tu es terrible", "Vous êtes extraordinaire". L'idée est séparée de la réalité et l'anxiété se loge dans l'intervalle entre l'idée et la réalité des choses telles qu'elles sont. Quand nous cessons de croire en l'objet que nous avons créé, qui est, si l'on peut dire, en dehors de la réalité, les choses se replacent au centre. C'est ce que signifie : être centré. L'anxiété alors disparaît. ( Charlotte Joko Beck. ).

    Bon Week-End !

    avatar
    shikantaza
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 323
    Date d'inscription : 19/10/2009

    Re: L'anxiété

    Message par shikantaza le Mar 8 Juin 2010 - 17:12

    Oui tout à fait, nous nous coupons sans cesse du réel.

    S'interposent les mots, les croyances, les imaginations, bref tout un univers mental que nous entretenons avec soin et auquel nous sommes attachés.

    Cela conduit à la confusion et à la méconnaissance du réel.

    Ainsi, toute une existence peut se passer sans aucun contact avec la réalité.

    Les messages de nos sens ne parviennent que difficilement à notre conscience qui est obstruée, fermée et préoccupée par les pensées, les mots et les images.


    Il existe même un mécanisme de défense vis à vis de la réalité lorsque nous disons "tu es terrible", parce qu'ainsi une conclusion confortable se met en place, et il n'y plus de contact avec la personne telle qu'elle est.
    On remarque un banc de couleur verte, alors on conclu : "voici un banc de couleur verte". On ne va pas au delà, et on ne va pas au contact de ce banc.

    Dans un restaurant il est possible n'est-ce pas de passer une soirée à discourir sur l'éveil, d'émettre de grandes théories, sans avoir un seul instant pris connaissance du contact de la main contre le manche de la fourchette, de n'avoir aucune conscience des messages que notre sens du toucher nous transmet.
    Ainsi nous voici coupés du monde et la vie ne devient plus qu'un étrange rêve.

      La date/heure actuelle est Jeu 17 Aoû 2017 - 9:47