Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    LA MOUSSE VERTE …

    Partagez
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5567
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    LA MOUSSE VERTE …

    Message par Kaïkan le Mer 6 Avr 2011 - 17:05

    LA MOUSSE VERTE …

    Zazen des moines


    Les points importants sur lesquels toujours nous revenons : la posture, hishiryo, mushotoku.

    Il y a beaucoup de traductions pour hishiryo: penser du tréfonds de la non-pensée, penser mais ne pas penser, ne pas penser mais penser. De toute façon, aucune traduction ne peut nous satisfaire complètement. Ainsi, hishiryo ne peut et ne doit pas devenir une catégorie de plus pour notre cerveau.
    Qu’est ce que hishiryo ? c’est toujours la question essentielle, pour chacun.
    Par exemple lorsque nous crions au feu! Notre bouche ne brûle pas. Lorsque nous faisons des conférences et parlons de hishiryo, c’est comme crier au feu!
    Ce n’est pas "penser" avec le sens commun.
    Par exemple, on dit parfois: dans le zen il n’y a pas de règles. Mais cela ne veut pas dire que tout est permis. Pas de règles, ne doit pas être compris avec le sens commun, c’est hishiryo.
    Quand la conscience personnelle crée des concepts, on ne peut pas comprendre.
    Ceux qui ont connu Maître Deshimaru se rappellent que son langage et son vocabulaire étaient très succincts; son anglais, un peu particulier (le zenglish), était tout à fait simple. Cependant avec quelques mots, il a pu enraciner pour ses disciples ce qui était tout à fait essentiel.

    Voici un poème de Kyôgen que je voudrais vous recommander de lire:

    Des années durant j’ai cherché en vain...
    Etudiant les paroles du passé avec mes opinions du moment,
    Poursuivant le savoir, j’ai franchi mille montagnes, traversé mille fleuves,
    N’épargnant aucun effort pour trouver la vérité.
    Au bout du chemin mon maître m’a montré l’ancien miroir
    Où j’ai vu mon visage d’avant mes parents.
    Maintenant que je sais, qu’ai-je appris?
    Libérez le merle à minuit et il s’évanouira
    Les plumes couvertes de flocons
    Dans le blanc pur de la neige.
    Maintenant que sais-je ? Qu’ai-je appris? Est-ce que je sais ce qu’est hishiryo?
    Lorsque les gens commencent zazen, rapidement, au bout de quelques années, ils ont l’impression d’avoir appris plein de choses. Ils peuvent parler de hishiryo, de mushotoku.
    Quand on pense comprendre quelque chose, le merle est toujours là, il ne s’est pas évanoui. Il y a toujours une obscurité qui apparaît, l’ego qui se manifeste. Il ne doit pas rester de traces du satori.

    Libérez le merle à minuit et il s’évanouira,
    Les plumes couvertes de flocons
    Dans le blanc pur de la neige
    Les plumes, lorsqu’elles sont couvertes de neige, on ne les voit pas et cependant elles sont là.
    Ne pas expliquer hishiryo ne signifie pas que nous sommes ignorants.

    Jin issai iko.

    La Réalité absolue de la Vie. La chose véritable. L’instant tel qu’il est.
    Comprendre que chaque phénomène de notre vie n’est ni favorable, ni en désaccord. Cet instant là, si on l’accepte, on peut comprendre le sens des attitudes des moines : accepter, remercier.

    Certainement vous connaissez le poète japonais Bashô, très fameux au Japon mais aussi en occident. Célèbre pour ses haiku.
    Vous connaissez certainement celui qui est le plus connu:

    Un vieil étang
    Une grenouille saute dedans
    Plouf !
    L’histoire de ce haiku est très intéressante.
    C’était au printemps. Bashô était dans la forêt. Il était resté seul enfermé dans son ermitage durant tout l’hiver. Son maître Butcho vint lui rendre visite. Bashô était très heureux de le recevoir et l’accueillit chaleureusement. Le vieux maître se dit, certainement Bashô a réalisé quelque chose de profond pendant tous ces mois. Alors il lui demanda : "Qu’avez-vous compris récemment ?"
    Bashô lui dit: "Après la pluie, la mousse verte paraît encore plus propre."
    C’était la manière ancienne, traditionnelle, de parler. Exprimer l’esprit, l’esprit de hishiryo est très difficile à exprimer. Chez nous en occident, on veut toujours tout expliquer. Comment, pourquoi, on veut tout comprendre. Mais les gens ne comprennent pas, de plus ils ne veulent pas pratiquer.
    Comment exprimer au-delà des sensations personnelles ?
    Le vieux maître insista, lui demanda: "A quel point cette mousse est-t-elle verte ?"
    Bashô répondit: "Après la pluie elle est si rare et délicate, qu’on a l’impression de se teindre les doigts dès qu’on la touche."
    Certainement, à la fin d’une sesshin, on peut être sensible à la beauté de ce mondo.
    Le maître demanda à nouveau: "Comment était-elle avant qu’elle ne pousse, avant qu’elle ne naisse?"
    Comme le poème de Kyôgen. Le visage d’avant mes parents, notre visage originel, avant la naissance. Avant de dépendre d’un père, d’une mère. Avant la division, avant la dualité.
    Comment était mon esprit avant qu’il ne soit compliqué, avant qu’il ne tranche entre le bien et le mal, le passé, le présent.
    Si nous discutons ensemble de ça, il peut y avoir beaucoup de réponses. Réponses de philosophes, de psychologues… Mais toutes ces réponses sont comme des maladies.
    Comment était la mousse avant qu’elle ne naisse?
    A l’instant où Bashô ouvrit la bouche pour répondre, à cet instant là, une grenouille a plongé dans le petit étang à côté, plouf.
    Et il a ajouté: "Avez-vous entendu ?"
    Dans le silence, une grenouille saute dans l’étang. Les phénomènes de notre vie apparaissent dans ce silence. C’est ce qu’on appelle le présent.
    Plouf, ici et maintenant.
    Ce plouf c’est la véritable intimité avec ce présent.
    Par la suite, Bashô a raconté cette histoire à ses disciples. Il leur a demandé un poème afin d’expliquer cet esprit.
    L’un a dit: Un vieil étang/ Une grenouille plonge/ Solitude
    Un autre a conclu par la rose fleurit.
    Un autre encore: Un vieil étang/ Une grenouille plonge/ Poussière.
    A la fin, seul Bashô a expliqué.
    Pour ses disciples, la pluie n’était pas tombée, le doigt de leur esprit s’était glissé entre la grenouille et l’étang. Ils ne pouvaient rendre compte de jin issai iko, la réalité telle qu’elle est.
    A la fin d’une sesshin, chacun peut comprendre ce qu’est cette pluie qui rend la mousse plus verte.
    Mais cela ne veut pas dire qu’auparavant elle était sale.
    Notre pratique c’est cela, laver ce qui ne peut être sali.



    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2924
    Age : 69
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par Yudo, maître zen le Mer 6 Avr 2011 - 17:59

    Voici ce qu'en dit Brad Warner (dans "Sit Down and Shut Up", New World Library, Novato, Californie, 2007).
    Mes réponses sont toujours courtes, parce que ce que vous pensez en zazen n'a vraiment aucune importance. Les seules instructions spécifiques que donne Dôgen dans le « Zazengi » sur ce qu'il faut penser en zazen sont « On ne considère pas le bien. On ne considère pas le mal. C'est au-delà de l'esprit, de la volonté, de la conscience et au-delà de l'attention, de la pensée ou de la réflexion ». Mais la plupart des gens ne sont pas satisfaits si on s'arrête là. Ils veulent savoir ce qu'ils doivent faire dans leurs têtes pendant zazen. Les contemporains de Dôgen n'étaient en rien différents, il a donc traité ce point à travers tout son Shôbôgenzô.

    Comme on l'a vu plus tôt, la stratégie de Dôgen a toujours été de considérer les choses à partir de quatre points de vue: le point de vue mental, le point de vue physique, celui de l'action dans lequel le corps et l'esprit sont combinés, et la réalité, qui est inclusive de tout. Ses quatre points fondamentaux pour zazen, apparentés à ces quatre points de vue, sont :

    1.非思量 prononcé hi-shi-ryo, qui signifie « non-pensée ».
    2.正心端坐 prononcé sho-shin-tan-za, qui signifie « s'asseoir droit en redressant le corps ».
    3.心身脱落prononcé shin-jin-datsu-raku, qui signifie « tomber le corps et l'esprit ».
    4.只管打坐 prononcé shi-kan-ta-za, qui signifie « juste s'asseoir ».

    Le mot hishiryo — tout comme ses synonymes fushiryo (不思量) et mushiryo (無思量) — signifie « non-pensée ». C'est tiré d'une vieille histoire zen que voici : un type va voir un maître zen et lui demande, « A quoi pensez-vous dans l'état de zazen immobile comme une montagne? »

    Le maître ne se vexe pas d'avoir été grossièrement interrompu pendant sa séance, mais répond au type : « Je pense à l'état concret de ne pas penser ».(1)

    Le type lui dit: « Comment diable pouvez-vous penser ce qui n'est pas penser? »

    Le maître zen répond : « C'est différent de la pensée » (非思量prononcé hishiryo).(2)

    Donc, qu'est-ce que l'état concret de non-pensée? Il y a un épisode de Star Trek, l'original et plus sympa, avec le capitaine Kirk, dans lequel un certain docteur Van Gelder de la Colonie pénitentiaire de Tantale a inventé cette machine appelé Neutralisateur neuronal, qui vide l'esprit de toute pensée. Ils te mettent un type dedans et il se transforme immédiatement en légume avec une grimace affreuse sur la tronche. Ce que voyant, le capitaine Kirk prononce un discours passionné sur l'horreur que ce doit être que d'avoir l'esprit aussi totalement vide. Affreux!

    Les novices dans la pratique ont toutes sortes d'idées folles sur l'état de non-pensée. Certains le voient comme une sorte de trip délirant. J'ai même entendu quelqu'un jeter en l'air l'expression conscience mushiryo comme s'il s'agissait d'un état altéré mystérieux et super-cool. D'autres, comme la mère de cette copine dont j'ai parlé, et qui craignait que je sois la proie des démons, sont même terrifiés par l'idée.

    Mais c'est pas comme ça que ça se passe, cher public. En fait, c'est reposant de cesser de penser. Et ce n'est pas aussi difficile que ce qu'on veut bien croire.

    C'est juste qu'on pense sans penser, en quelque sorte.

    Voici comment : si on se met à faire vraiment attention à ses propres processus de pensée — je parle ici du processus lui-même et pas seulement du contenu des pensées individuelles qui le constituent — on peut voir que les pensées ne se poursuivent pas en continu. Il y a de petits espaces entre elles. Nous tendons pour la plupart à tenter de remplir ces espaces avec plus de pensées aussi vite que possible, mais même les meilleurs d'entre nous n'y arrivent pas complètement, et il reste donc de petits trous.
    Vous voyez, on pourrait dire qu'il y a deux sortes fondamentales de pensées : celles qui se pointent dans notre cerveau sans s'annoncer ni être invitées et sans que nous puissions en discerner une raison. Elles ne sont que le résultat de pensées et d'expériences qui ont laissé leurs traces dans le réseau de nos neurones. Il n'y a pas grand-chose à faire pour y mettre un terme, et il ne faut pas essayer non plus. L'autre sorte de pensée, c'est quand on s'empare d'un de ces flux d'énergie et qu'on se met à jouer avec à la façon dont votre mère vous a toujours dit de ne pas jouer avec votre kiki devant les voisins. Nous creusons profondément ces pensées, nous nous roulons dedans comme de petits cochons, en nous régalant de leur aspect si génial et humant longuement leur sublime puanteur.

    Pour pratiquer la « pensée sans penser », tout ce dont on a besoin, c'est d'ignorer la première sorte et d'apprendre comment ne pas susciter les secondes. Plus aisément dit que fait, certes. Mais si on arrive à en prendre l'habitude, cela finit par venir naturellement.

    Quand on se met à faire comme cela, on peut remarquer que les pensées n'apparaissent jamais déjà verbalisées d'un seul coup. Elle débutent de façon bien plus nébuleuse, et on finit par les modeler, en quelque sorte, en une forme qu'on puisse répéter aux copains, écrire dans un livre ou ce que vous voudrez. Si vous ne comprenez pas ce que je vous dis, posez ce livre une seconde, prenez un papier et un crayon et essayez de mettre par écrit ce qui est en train de vous passer par la tête en ce moment.
    Avez-vous essayé? Même si vous ne pensiez rien de plus que : « le type qui a écrit ce livre ne sait fichtrement pas de quoi il parle », il est intéressant de voir à quel point c'est difficile de transformer une vague idée en quelque chose d'aussi solide que cela.
    Maintenant, essayez de considérer les espaces naturels entre les pensées. Apprenez à sentir comment c'est quand on cesse de donner au cerveau toujours plus de trucs à mâchouiller. Voyez ensuite si vous pouvez le faire un peu plus longtemps. Deux ou trois secondes suffisent. Et voilà!3 Pensée sans penser!

    Une des choses auxquelles peu de personnes réfléchissent jamais, c'est que le fait de penser requière un certain effort. On entend souvent le mot ruminer en rapport avec ce qu'on a en tête. Le mot renvoie pourtant littéralement à ce que font les vaches lorsqu'elles régurgitent de la nourriture à moitié digérée pour la remâcher avant de l'avaler à nouveau. L'analogie est assez juste si on pense à ce que nous faisons dans nos têtes. A part que, pour les vaches, cette activité est utile pour la digestion. Pour les humains, son utilité demeure quelque peu douteuse.

    Le truc pour ne pas penser, ce n'est pas d'ajouter de l'énergie à l'équation en un effort pour cesser de force à penser. Il s'agit bien plus de soustraire de l'énergie à l'équation afin de ne pas régurgiter les pensées et de ne pas les re-mastiquer. C'est plus facile à dire qu'à faire, certes, comme la plupart des choses qui méritent qu'on les fasse. Mais travaillez-y pendant un certain temps et vous finirez par en prendre le tour.

    Et si vous trouvez impossible de le faire certains jours, pas de problème. Tout le monde a des jours comme ça. Tout le monde. Vous, moi, Dôgen, le Dalaï-Lama, tout le monde. L'effort est bien plus important que le soi-disant succès, car l'effort est une chose vraie. Ce que nous appelons « succès » n'est que la manifestation de la capacité de notre esprit à mettre des étiquettes. Ceci un « succès ». Cela est un « échec ». Qui le dit? C'est vous. C'est tout. La réalité est ce qu'elle est, au-delà de tout concept de succès ou d'échec.

    [Notes:
    1- 思量箇不思量底, prononcé shi-ryo-ko fu-shi-ryo-tei, pour ceux d'entre vous qui suivent quand même.
    2- Pour vous, les linguistes qui se régalent à ce genre de choses, le maître zen dit d'abord fushiryo (不思量), puis hishiryo (非思量). Shiryo (思量) veut dire « pensée » ou « considération ». Le préfixe fu (不) est généralement traduit par « in » comme dans hitsyo (必要) « nécessaire » et fu-hitsyo (不必要) « in-utile ». Le préfixe hi (非) est une négation bien plus forte et apparaît souvent dans des mots qui indiquent une activité délictueuse ou criminelle, comme higôhô (非合法) « illégal » et hikokumin (非国民) « traître (à la patrie) ». Ne dites pas que vous n'avez jamais rien appris dans un de mes livres...
    3- NdT: En français dans le texte.]
    avatar
    Franck Barron
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 103
    Date d'inscription : 11/12/2008

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par Franck Barron le Mer 6 Avr 2011 - 18:23


    Vous voyez, on pourrait dire qu'il y a deux sortes fondamentales de pensées : celles qui se pointent dans notre cerveau sans s'annoncer ni être invitées et sans que nous puissions en discerner une raison. Elles ne sont que le résultat de pensées et d'expériences qui ont laissé leurs traces dans le réseau de nos neurones. Il n'y a pas grand-chose à faire pour y mettre un terme, et il ne faut pas essayer non plus.

    La raison que ces pensées apparaissent c'est qu'elles sont attachés à notre moi (nous croyons qu'il existe c'est pour cela que nous avons ces pensées), dés que l'on a réalisé l'éveil ces pensées n'apparaissent plus et de manière permanente. Rien n'existe de manière individuel, c'est le secret de l'éveil, c'est l'anatta.
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5567
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par Kaïkan le Mer 6 Avr 2011 - 18:50

    Bonsoir Yudo, excellente explication!

    Entièrement d’accord avec Yudo, je voudrais ajouter que, comme il le dit si bien, lorsqu’on observe le « processus » et non pas les pensées, on s’aperçoit qu’il y a des vides, des instants sans pensées (fushiryo), Il ne faut pas les remplir c’est juste, mais il ne faut pas non plus essayer de les conserver. Il faut attendre le retour de la pensée qui ne provient de rien. Si on a loupé le moment exact, alors on s’aperçoit que l’on s’est remis à penser depuis un certain temps. Deux possibilités : soit on abandonne en se concentrant de nouveau sur la posture et l’expiration, en lâchant l’observation et on attend le prochain vide, soit on peut (méthode tibétaine) revenir en recule-pédalo jusqu'à la pensée de départ.

    Résultat : on peut voir ce qui surgit du subconscient et comment on s’en empare et le transforme. Donc connaissance de soi, et décompression de tous les paquets refoulés depuis perpète dans le subconscient surchargé…


    Le processus d’alternance de pensée, non-pensée qui fait que le pratiquant voit tout ça passer comme des nuages dans le ciel, C’est ce qui est désigné par Hishyrio (penser au-delà de penser et non-penser)
    C’est le cœur, le secret de zazen…


    PS: Le plus difficile c'est que l'observation doit être impartiale : ne pas saisir, ne pas rejeter...


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    shikantaza
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 323
    Date d'inscription : 19/10/2009

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par shikantaza le Jeu 7 Avr 2011 - 8:16

    Cette histoire de la pensée a occupé justement ma pensée pendant plus de vingt années et ce fut un sujet d'étude bien éprouvant.

    Je suis tombé dans l'idéologie qui consiste à croire qu'il faut chasser les pensées, essayer de ne pas en avoir etc... force est de constater que c'est impossible. A mes yeux c'est un mythe.

    Le foie sécrète de la bile et le cerveau des pensées; c'est son boulot.

    La pensée ne peut diminuer la pensée, et vouloir laisser passer les pensées est encore du domaine de la pensée.
    La meilleure façon de la stimuler est de vouloir l'arrêter car elle se nourrira de la dualité penseur/pensées.

    Aujourd'hui je pense (justement) le contraire. Il n'y a rien a arrêter du tout. Ne plus en faire une ennemie, ne plus entrer en conflit avec elle.
    Sourire lorsqu'elle devient envahissante, lui accorder un espace d'expression, et subtilement la laisser s'épuiser d'elle même, naturellement.

    Ce n'est pas la pensée qui est problème, mais la croyance en nos pensées. On croit ce qu'on pense. On est attaché à cette croyance. On croit que nos pensées sont réelles et on tombe dans le filet.

    Aujourd'hui c'est comme une sorte de murmure auquel je n'accorde pas trop d'importance ( sauf pour écrire un texte ) et je la laisse tranquillement faire ses bavardages. Ça ne me gêne pas. Elle est devenue moins envahissante depuis que je cherche plus à lui régler son compte.
    Ça fait la même chose quand on vit avec un perroquet.
    avatar
    Franck Barron
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 103
    Date d'inscription : 11/12/2008

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par Franck Barron le Jeu 7 Avr 2011 - 8:53

    Il n'y a plus d'arahant aujourd'hui c'est un fait.
    avatar
    shikantaza
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 323
    Date d'inscription : 19/10/2009

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par shikantaza le Jeu 7 Avr 2011 - 9:36

    J'aimerai ajouter une petite touche à ce tableau de la pensée.

    On confond souvent ne pas avoir de pensées et le refoulement.

    Utiliser le mécanisme du refoulement sous prétexte de ne pas avoir de pensées est dangereux.
    Le processus continue mais à notre insu, tapi dans l'ombre.

    Un phénomène de décompensation peut alors survenir tout d'un coup lorsque la cocotte est pleine et là bonjour les dégâts.
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5567
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par Kaïkan le Jeu 7 Avr 2011 - 17:02

    shikantaza a écrit:J'aimerai ajouter une petite touche à ce tableau de la pensée.

    On confond souvent ne pas avoir de pensées et le refoulement.

    Utiliser le mécanisme du refoulement sous prétexte de ne pas avoir de pensées est dangereux.
    Le processus continue mais à notre insu, tapi dans l'ombre.

    Un phénomène de décompensation peut alors survenir tout d'un coup lorsque la cocotte est pleine et là bonjour les dégâts.

    Oui shikantaza, il ne faut pas rechercher la non-pensée (fushiryo) comme état de référence, car si on repousse toute pensée, on ne fait que refouler dans le subconscient qui s’alourdit et se gonfle jusqu’à la saturation et là : « bonjour le retour de manivelle… »

    Faire zazen c’est au contraire entrebâiller la porte du subconscient, qui peut évacuer ainsi ce qui est refoulé (très progressivement).
    Pour avoir des "méditations" avec peu de nuages, de longues années sont nécessaires. Mais même quand le ciel est complètement clair, il y a contemplation de ce ciel éclairci et cela est aussi une forme de pensée, une façon de penser. Par conséquent ce n’est pas nécessaire de chercher un état sans pensées, mais plutôt d’être indifférent aux pensées, les laisser passer, et ne pas s’attacher non plus au vide apparent de pensées qui alterne et sépare les bouffées qui remontent du subconscient.

    Ce qui est le plus intéressant à observer c’est l’instant où la pensée survient, surgissant de rien et de nulle part, retournant nulle part pour peu qu’on ne l’ait pas saisie…

    C’est un peu difficile à parler de ça, mais je fais des efforts car je suis sûr que certains comprendront.
    Et puis je ne me lasse pas de décrire les processus car je crois que c’est une aide qui doit être partagée.



    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par Invité le Jeu 7 Avr 2011 - 20:38

    Franck Barron a écrit:Il n'y a plus d'arahant aujourd'hui c'est un fait.

    scratch ça veut dire quoi?
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2924
    Age : 69
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par Yudo, maître zen le Ven 8 Avr 2011 - 11:03

    Que Frank Barron (qui, de son propre aveu, habite tout près du dojo de maître Kosen) est, lui, un véritable éveillé qui tente, tant bien que mal, de veiller à notre pureté doctrinale. Hélas, il ne croise que des mécréants qui ne sont en rien à sa hauteur...
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2923
    Localisation : en bas à gauche
    Humeur : quantique
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par tangolinos le Ven 8 Avr 2011 - 11:12

    Yudo, maître zen a écrit:Que Frank Barron (qui, de son propre aveu, habite tout près du dojo de maître Kosen) est, lui, un véritable éveillé qui tente, tant bien que mal, de veiller à notre pureté doctrinale. Hélas, il ne croise que des mécréants qui ne sont en rien à sa hauteur...
    Et peut-être pourra-t-il reconnaître que tu ais une vision "super lucide"... albino
    avatar
    Franck Barron
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 103
    Date d'inscription : 11/12/2008

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par Franck Barron le Ven 8 Avr 2011 - 12:03

    Vous êtes tous qu'une bande d'ignorant. C'est une tragedie de lire sur votre forum toutes les réflexions stupides que vous faites, je ne risque pas d'aller voir Kosen ou un autre d'ailleurs ils sont tous imbus de leur savoir rance.
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2923
    Localisation : en bas à gauche
    Humeur : quantique
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par tangolinos le Ven 8 Avr 2011 - 17:14

    Franck Barron a écrit:Vous êtes tous qu'une bande d'ignorant. C'est une tragedie de lire sur votre forum toutes les réflexions stupides que vous faites, je ne risque pas d'aller voir Kosen ou un autre d'ailleurs ils sont tous imbus de leur savoir rance.
    Tous les grands mystiques après avoir vu la lumière, ne trouvent pas les mots pour la décrire, aussi quand ils voient que leurs tentatives sont infructueuses, ils se retrouvent isolés...
    Ils ont alors deux attitudes possibles, la première est de se révolter contre l'incompréhensibilité de ses auditeurs, et, la deuxième est de reconnaître l'incompréhensibilité de sa vision mystique.

    Mais si tu viens ici, peut-être aurais-tu quelque chose à dire, mais ce n'est pas en te comportant de la sorte que tu trouveras des auditeurs.
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3321
    Date d'inscription : 17/11/2008

    La mousse !

    Message par Fred le Ven 8 Avr 2011 - 19:46

    Vous êtes tous qu'une bande d'ignorant. C'est une tragedie de lire sur votre forum toutes les réflexions stupides que vous faites.

    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par fonzie le Ven 8 Avr 2011 - 19:53

    Bonsoir Fred,

    C'est quoi cette douceur ? de la mousse au chocolat ? Shocked
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3321
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par Fred le Ven 8 Avr 2011 - 20:14

    Oui Fonzie,c'est bien cela, et comme chacun sait, un pécher aussi peut être dit mignon. afro
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5567
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par Kaïkan le Ven 8 Avr 2011 - 20:38

    Mousse d'avocats crumble basilic






    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2923
    Localisation : en bas à gauche
    Humeur : quantique
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par tangolinos le Ven 8 Avr 2011 - 21:57





    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5567
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par Kaïkan le Ven 8 Avr 2011 - 22:00



    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2923
    Localisation : en bas à gauche
    Humeur : quantique
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par tangolinos le Ven 8 Avr 2011 - 22:10

    kaïkan a écrit:
    Kaïkan... vraiment superbe, celui-là... merci

    résonance infinie...
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5567
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par Kaïkan le Sam 9 Avr 2011 - 9:05

    Though nothing can bring back the hour
    Of splendour in the grass, of glory in the flower;
    We will grieve not, rather find Strength in what remains behind


    Bien que rien ne puisse ramener le temps
    De l'éclat de l'herbe, de la splendeur des fleurs ;
    Nous ne nous lamenterons pas, mais puiserons des forces dans ce qui en subsistera.



    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2923
    Localisation : en bas à gauche
    Humeur : quantique
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par tangolinos le Sam 9 Avr 2011 - 15:22

    Curieusement dans ce vide infini, un souvenir peut refaire surface, et, si nous le laissons se déployer, il peut alors devenir presque plus réel et présent que ce qu'il aurait voulu nous rappeler... et curieusement ensuite, il se redécompose pour disparaître, comme un dauphin qui jaillirait de l'eau...

    Comme un clin d'oeil que nous ferait ce passé... comme si notre présent en était la puissance qui en résulterait...

    Oui, Kaïkan, il y a bien dans cette lamentation le signe d'une émotion perdue mais qui s'est transformée.
    Cette lamentation montre bien que nous serions plus apte aujourd'hui à vivre ce moment qui nous aurait échappé.
    avatar
    lausm
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1472
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par lausm le Dim 10 Avr 2011 - 2:01

    Ah, Frank, faut se détendre, l'éveil c'est un truc cool!
    Eh oui, il n'y a pas d'arahant ici!
    Ici il n'y a que de fonciers bavards qui aiment prendre un pot en tchatchant de trucs un peu zen!
    Parfois, ils d'avère qu'ils ont lu des trucs intéressants, et même qu'ils s'asseoient sur un coussin!

    Mais si en plus fallait croire en son propre éveil, et faire son kéké, mon dieu qu'on se ferait chier!

    Un forum, c'est fait pour prendre un peu de bon temps avec d'autres...après, le thème, c'est un bon prétexte!

    ....j'aurais dit une bétise??
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par Invité le Dim 10 Avr 2011 - 16:53

    lausm a écrit:
    ....j'aurais dit une bétise??

    presque... pirat
    avatar
    lausm
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1472
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Re: LA MOUSSE VERTE …

    Message par lausm le Dim 10 Avr 2011 - 22:48

    Bon, bah tant que c'est presque!!! Basketball

      La date/heure actuelle est Sam 18 Nov 2017 - 20:34