Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Qu'est-ce qu'un dojo? article trouvé sur un très intéressant blog

    Partagez
    avatar
    lausm
    無為 - mui -

    Nombre de messages : 1500
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Qu'est-ce qu'un dojo? article trouvé sur un très intéressant blog

    Message par lausm le Dim 7 Avr 2013 - 22:14

    Bonjour.
    Voici un article que j'ai trouvé ici :

    http://zendofolarcoat.blogspot.fr/2013/03/quest-ce-quun-dojo-1.html

    Que j'ai trouvé fort pertinent.
    Je vous laisse le lire.





    Qu'est-ce qu'un dojo ? 1
    Ambiguïtés

    Pour celui qui est porté par un idéal spirituel, ou une soif de libération, ou le besoin de se soulager du poids de la souffrance existentielle, le dojo est souvent le refuge, la première étape de la sécession d'avec le monde et ses illusions. Un rapport au temps différent s'instaure : face au mur, dans le silence, les repères sont (théoriquement) annulés ; le lieu lui-même, coupé de l'environnement par son refus de toute utilité productive, par la pauvreté de son décor et par son ascétisme revendiqué, est aussitôt perçu comme un espace différent au point d'être un autre monde. Le débutant tente de le comprendre en se rattachant à des catégories de pensée préétablies, et se trompe alors en prenant le dojo pour un lieu sacré. Le responsable le détrompe, "rien de sacré dans le zen", mais ne peut empêcher le retour de l'ambiguïté quand il affirme que le dojo est le lieu de la pratique et de l'apprentissage du Dharma du Bouddha, voire pour certains qui répètent à l'envi des propos dont ils n'ont pas expérimenté la pertinence, le lieu où l'on devient Bouddha.

    Mais la confusion ne règne pas seulement dans l'esprit du débutant : faire sécession est la première étape de la vie du Bouddha, qui quitta son palais, sa famille, sa vie aisée, son statut social, et se déshabilla, et mourut au monde de l'illusion en coupant ses cheveux et en s'affirmant symboliquement nu, parce qu'il voulait expérimenter une renaissance dans la vérité et l'absolu. Le moine zen suit son exemple, d'ailleurs, et on le montre en exemple ; mais le moine zen n'est qu'un pratiquant parmi d'autres, affirme-t-on, il n'est qu'un être qui voue sa vie au Dharma. Les jours de lucidité, certains responsables iront jusqu'à affirmer que la véritable ordination, le véritable état supérieur est celui de bodhisattva, de héros pour l'Eveil, stade premier des ordinations, et non celui de moine ... tout aussitôt, ils se réinstallent dans leur position centrale, car dans le même temps qu'ils ont dénoncé l'importance de leur statut ils ont agi en usant de l'argument d'autorité, et ont dénié à tout autre qu'eux la possibilité d'avancer une telle affirmation. Le débutant ne retient que l'existence d'une hiérarchie installée avant sa venue, et l'antidote d'une contestation de pure forme, par coquetterie pourrait-on dire. Il se plie, jusqu'à ce qu'il comprenne qu'ici aussi un théâtre social est en cours de représentation, un théâtre différent de celui du dehors, un théâtre qui refuse celui du dehors, et le pratiquant peut s'en contenter, mais un théâtre d'illusions.

    Le dojo est ainsi, souvent, non pas le lieu de la vérité, de la mise à nu, de la pauvreté en l'esprit, mais le lieu des ambiguïtés, unifié par le seul souci de refuser le monde de l'extérieur de la porte. Dès lors peuvent se développer toutes les erreurs qui guettent le chercheur spirituel : l'ascétisme n'est pas prôné dans le bouddhisme, mais la sécession affirmée d'avec le monde extérieur pousse l'ego à valoriser un engagement sans cesse plus manifeste, plus présent, voire plus spectaculaire : ne juge-t-on pas, dans beaucoup de dojos, la progression spirituelle à la présence constante, voire à l'activisme dans la prise de responsabilité ? Le dojo peut aussi devenir un espace de repli, un lieu d'oubli du monde, alors qu'il faudrait être constamment vigilant et dans la présence au monde. Pire encore : de la désappropriation du monde certains pensent que peuvent naître la découverte et la libération de l'ego.

    Mais il n'y a pas d'autre monde, il n'y a pas d'outre-monde.
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5836
    Age : 71
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Qu'est-ce qu'un dojo? article trouvé sur un très intéressant blog

    Message par Kaïkan le Dim 7 Avr 2013 - 22:38


    Bonsoir,

    Ce résumé est de très grande importance. C'est seulement après de longues années de pratique assidue que cet aspect de l'enseignement dans les dojos, temples et sesshins m'a frappé.

    Deux questions me sont apparues comme incontournables :

    • - Pourquoi faire une telle différence entre la vie sociale et le zen du dojo ?
    • - Pourquoi les responsables au plus haut niveau transféraient dans leur "vie zen" les mêmes comportements que ceux des gens ordinaires ?


    Finalement ne changeait-on pas des chaînes en fer pour des chaînes dorées... Shocked

    Pour résoudre ces deux questions fondamentales il fallait couper le cordon ombilical créé avec la soumission au Sangha... tongue

    N'oublions pas que cet effort est indispensable... sunny






    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    lausm
    無為 - mui -

    Nombre de messages : 1500
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Re: Qu'est-ce qu'un dojo? article trouvé sur un très intéressant blog

    Message par lausm le Lun 8 Avr 2013 - 17:06

    Eh oui, merci du constat, qui a été le meme pour moi : pourquoi ramener a l'intérieur de ce qui est censé nous en libérer les memes tendances qu'on cherche a corriger qu'il y a a l'extérieur?
    Tu appelles cela des chaines dorées, moi j'appelais ça construire un ego dharmique.
    J'ai eu en fait la chance que ça n'a jamais trop marché pour moi a chaque fois que j'ai essayé : ça se cassait la gueule tout de suite.
    En fait oui, la chose qui m'interpelle, c'est pourquoi ce rapport de soumission, qui souvent est induit par les pratiquants eux-memes? Oui, c'est rassurant, la soumission : on sait où sont le haut et le bas, ce qui est bien et qui ne l'est pas, mais on nage toujours en plein dualisme.
    En ce qui me concerne, la réponse était déja en moi, mon corps ne supportait pas ce mensonge...et la chose qui me terrifie le plus, c'est de voir comment ce genre de mensonge ou mensonges sont mis en place, en toute inconscience, ou pas, dans un milieu censé appeler a voir la vérité en face. Et comment on s'y englue, et comment il est difficile de communiquer avec ceux qui croient qu'ils ont trouvé la vérité, alors qu'ils sont en fait dans une logique clanique, avec ceux qui savent d'un coté, et les autres de l'autre...qui ne savent pas, mais comme nous sommes compatissants on les regarde avec un brin de condescendance.
    Et quelqu'un qui connait la vérité, ou surtout croit la connaitre, n'entend plus ce qu'on lui dit.

    Alors couper le cordon, oui, pour recréer des liens authentiques.de personne a personne, pas pour se noyer dans un groupe et perdre son individualité en croyant que c'est ça abandonner son ego.
    Mais doit-on encore laisser des gens souffrir de ça comme on l'a fait??
    Il y a une suite a ce texte que je posterai plus tard.
    A plus tard.

    Contenu sponsorisé

    Re: Qu'est-ce qu'un dojo? article trouvé sur un très intéressant blog

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 15 Aoû 2018 - 14:26