Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Lankavâtara sûtra

    Partagez
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5596
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Annonce Lankavâtara sûtra

    Message par Kaïkan le Ven 19 Sep 2014 - 18:07


    Lankavâtara sûtra



    Un texte complet en suivant les liens ci-dessous.
    Excellente offre de M° Nishijima Gudô traduit en français sous la bienveillance de M° Yudo de Montpellier.

    http://zenmontpellier.voila.net/fr/sutras/lanka.html
    http://zenmontpellier.voila.net/fr/sutras/lanka2.html
    http://zenmontpellier.voila.net/fr/sutras/lanka3.html
    http://zenmontpellier.voila.net/fr/sutras/lanka4.html





    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Fa
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Masculin Nombre de messages : 1452
    Date d'inscription : 10/08/2008

    Annonce Re: Lankavâtara sûtra

    Message par Fa le Ven 19 Sep 2014 - 22:18

    Bonsoir,

    Le Lankavatara décrit la perception des tenants de l'esprit seulement de l'école Cittamatra, (Yogācāra )


    L'enseignement du Cittamātra est dit « idéaliste » : tous les phénomènes sont de la nature de l'esprit. Les phénomènes extérieurs (la matière) n'existent pas. Seule la conscience libérée de la dualité sujet/objet existe en vérité absolue. Une telle position philosophique est très rare dans l'histoire de la philosophie occidentale. Elle a été proposée par George Berkeley (12 mars 1685 - 14 janvier 1753).
    Une graine ne produit pas une pousse, mais à la perception d'une graine suit la perception d'une pousse. Le monde est compris selon les images du rêve et de l'illusion d'optique.

    Le Cittamātra s'opposa très rapidement à l'autre grande école du bouddhisme mahāyāna, le Madhyamaka qui était plus ancienne. Le Madhyamaka professe la vacuité (Śūnyatā) de tous les phénomènes sans exception et donc refusait catégoriquement le fait que le Cittamātra considère que la conscience libérée de la dualité sujet/objet ait une existence absolue. L'opposition entre les deux écoles eut pour principal lieu l'université de Nālanda elle-même où de très grands maîtres Madhyamaka « tardifs» allaient y enseigner: Candrakîrti (VIIe siècle), Shantideva (vers 685-763). Un très long débat public fut même organisé dans l'université entre Candrakîrti et Candragomin (en), un représentant du Cittamatra, sans qu'aucun des deux adversaires ne l'emporte.

    Au VIIIe siècle, c'est-à-dire juste avant que le Vajrayana prenne la place du mahāyāna en Inde, même dans les grandes universités du nord du pays, Shantarakshita et son disciple Kamalashila fondent l'école Madhyamaka svatantrika Yogācāra. Celle-ci est une synthèse « hiérarchisée » des écoles Madhyamaka et Cittamātra: le Cittamatra sert pour décrire la réalité conventionnelle. Le Madhyamaka est déclaré supérieur mais sert surtout pour décrire la réalité ultime.

    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5596
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Annonce Re: Lankavâtara sûtra

    Message par Kaïkan le Sam 20 Sep 2014 - 23:59

    « l'Idéalisme [c'est-à-dire l'école Cittamātra], en tant que théorie de l'auto-production de la série psychique, fait profondément corps avec l'affirmation éthique fondamentale du bouddhisme, celle du karma, selon laquelle chacun est l'auteur des biens et des maux qui lui sont échus. C'est, en effet, la seule manière de comprendre que rien n'arrive qui ne soit le fruit de mes actes antérieurs. »

    Si on revient en arriére : Les premières briques du vivant, ce sont des molécules organiques simples comme les acides aminés. Comment sont ils apparus, ces acides aminés ? C'est encore un mystère bien que l'expérience de Miller permet de produire des acides aminés à partir des gaz supposés de l'atmosphère primitive. Problème : la véritable atmosphère n'avait sans doute pas cette composition.

    Tout ça pour dire que à l'origine il n'y a pas de karma ou bien que vie=karma et karma=vie.

    C'est comme pour la matière on ne peut expliquer son existence ni par les atomes ni par les quarks. Il faut prendre en compte le vide qui se trouve entre les particules et qui n'est peut-être pas si vide qu'on le prétend ou le croit.

    Donc le  Cittamātra amène incontestablement une avancée sans résoudre tout. Le Madhyamaka reste une base solide même imparfaite et c'est en prenant un peu des deux qu'on arrive à des "solutions" acceptables bien que rien ne soit vraiment tranché fort heureusement. Les philosophes peuvent continuer à étudier...


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Fa
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Masculin Nombre de messages : 1452
    Date d'inscription : 10/08/2008

    Annonce Re: Lankavâtara sûtra

    Message par Fa le Dim 21 Sep 2014 - 1:07

    ...celle du karma, selon laquelle chacun est l'auteur des biens et des maux qui lui sont échus. C'est, en effet, la seule manière de comprendre que rien n'arrive qui ne soit le fruit de mes actes antérieurs.

    La conception fataliste d'un karma individualisé qui est évoquée ici ressemble plus à celle de l'Hindouisme qu'à celle exprimée par le Bouddha Gautama.
    Il n'y a pas plus de karma en soi, qu'il n'y a d'individu en soi, qu'il n'y a de transmigration de quoique-ce-soit, ni de ré-incarnation de quoique-ce-fut ... :-)




    Le mérite du Madhyamaka est de viser directement la réalisation au delà des concepts. Tout en étant conforme au concept de co-production conditionné du Bouddha Gautama.

    "Le Cittamātra considère que la conscience libérée de la dualité sujet/objet a une existence absolue"
    ---> J'y vois le retour de l'Atman.
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2949
    Age : 69
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Annonce Re: Lankavâtara sûtra

    Message par Yudo, maître zen le Dim 21 Sep 2014 - 8:42

    Kaïkan a écrit:

    Lankavâtara sûtra



    Un texte complet en suivant les liens ci-dessous.
    Excellente offre de M° Nishijima Gudô traduit en français sous la bienveillance de M° Yudo de Montpellier.



    Rectification: Gudo rôshi n'a rien à voir avec cette traduction. J'ai traduit de l'anglais la version de Daisetz Teitarô Suzuki.

    Mon opinion sur les sûtras Mahâyana est que ce sont pour la plupart des manifestes idéologiques de chaque école. Ils ont leurs vertus, et souvent ils reprennent des éléments des sûtras agamas (équivalents sanscrits des suttas pâlis), mais je ne crois pas que nous devions leur accorder une trop grande importance.

    A titre personnel, en plus, je suis assez réticent devant l'approche "esprit seulement", ne fut-ce que parce que, dans le cadre de la pensée que m'a transmise le Vieux Gudo, cela serait totalement hémiplégique.
    (je rappelle que cette pensée, c'est ni l'esprit/concept, ni le corps/matière, mais ce qui est leur interface obligatoire: l'action. Et que, de toute façon, le résultat est toujours suffisamment complexe pour se situer au de là de la simple addition de matière et esprit.)
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5596
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Annonce Re: Lankavâtara sûtra

    Message par Kaïkan le Dim 21 Sep 2014 - 11:29


    Bonjour,

    Merci pour avoir signalé cette erreur et rectifié le tir.

    En échange je signale une erreur dans → http://zenmontpellier.voila.net/fr/sutras/lanka4.html
    Chapitre VI - L'Intelligence transcendantale - On voit apparaître le code &emdash à la 3ème ligne.
    Il faut reprendre le code et écrire : & mdash; ou bien & #8212; (sans l'intervalle entre le & et la reste du code)
    On voit ainsi apparaître : — un tiret long horizontal. Very Happy

    En espérant que cela serve à clarifier pour les lecteurs, c'était comme on dit : "Un prêté pour un rendu".  Laughing


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Fa
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Masculin Nombre de messages : 1452
    Date d'inscription : 10/08/2008

    Annonce Re: Lankavâtara sûtra

    Message par Fa le Dim 21 Sep 2014 - 11:37

    Bonjour,

     Du reste il faut sans doute se garder d'une interprétation métaphysique de ces textes qui en leur temps étaient d'avantage des Upayas.
    Cela apporte une explication aux évolutions épistémologiques qui ont eu cours pendant les 3 tours de roue. Le Bouddhisme n'a cessé de s'adapter
    aux besoins des peuples où il s'est implanté.

     Le Maddhyamaka comporte aussi un risque important de "réification" de la vacuité,
    De même la pratique de Zazen comporte le risque de "polir" le miroir, etc...
    (Voir le fil : sur les pièges de la voie )

    Bref comme on dit : Le risque Zéro n'existe pas.
    Ne rien faire : comporte aussi d'autres risques....
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5596
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Annonce Re: Lankavâtara sûtra

    Message par Kaïkan le Dim 21 Sep 2014 - 11:49


    Le plus judicieux serait de se servir de ce qu'il faut quand il faut sans s'y attacher.



    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Annonce Re: Lankavâtara sûtra

    Message par fonzie le Dim 21 Sep 2014 - 14:05

    j'ai pas trouvé emdash, mais "dash" serait le tiret ou le signe moins.
    Sacré Kaïkan !
    Kaïkan a écrit:
    Le plus judicieux serait de se servir de ce qu'il faut quand il faut sans s'y attacher.

    Bien vu ! ou ++

    Contenu sponsorisé

    Annonce Re: Lankavâtara sûtra

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 13 Déc 2017 - 19:41