Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Vivre l'Unicité de la Réalité et de la Vacuité

    Partagez
    avatar
    gigi
    Amateur
    Amateur

    Féminin Nombre de messages : 448
    Localisation : Quebec
    Humeur : metta
    Date d'inscription : 26/06/2010

    Vivre l'Unicité de la Réalité et de la Vacuité

    Message par gigi le Sam 21 Aoû 2010 - 23:08

    Vivre l'Unicité de la Réalité et de la Vacuité

    Sandôkai

    (Maître Shi-tou Xi-qian [Sekitô Kisen] , Chine, 700-790)

    Traduit du Sino-japonais par le maître-zen Kengan D. Robert


    L' esprit du Grand sage indien
    S’est transmis mutuellement,
    Intimement, de l’est à l’ouest.
    Dans sa nature originelle,
    L’être humain est parfois
    Ou sagace ou stupide.
    Mais dans l’Eveil, n’existe pas
    De patriarche du midi
    Non plus du septentrion.
    Au sein de la lumière
    La source de l’esprit est pure.
    Mais des branches sectaires
    Eclosent et vont se perdre
    Dans l’obscurantisme sans fond.
    Depuis l’origine des temps,
    Vouloir saisir quoi que ce soit,
    Est illusoire et vain.
    Ce n’est pas l’éveil non plus,
    Que de suivre la raison.
    Les sens et leurs champs propres,
    A la fois interagissent
    Et n’interagissent pas.
    S’ils le font, ils fusionnent,
    Sinon, ils restent en l’état.
    Dans leur essence première,
    Les formes visibles
    Diffèrent pour chacune,
    En qualités et en aspects.
    Le son de la voix varie,
    Selon qu’il exprime d’abord
    La joie ou la souffrance.
    « Obscurité » fond en un mot,
    Et le haut et le milieu.
    « Clarté » distingue la notion
    D’immaculé de souillé.
    La nature des quatre éléments
    Les renvoie à eux-mêmes
    Comme l’enfant à sa mère.
    Le feu brûle, le vent bouge,
    L’eau mouille, la terre est dure.
    L’œil voit les couleurs,
    L’oreille entend les sons,
    La langue goûte les saveurs.
    Mais pour toute existence,
    De l’origine à sa fin,
    Elle doit nécessairement
    Retourner à sa vraie source,
    Comme le feuillage d’un arbre
    Qui dépend de sa racine.
    On peut, ici, substituer
    Les mots : « sacré » et « profane ».
    L’obscurité existe
    Au sein de la lumière ;
    Ne la voyez pas obscure.
    La lumière existe Au sein de l’obscurité ;
    Ne la voyez pas lumineuse.
    S’opposant l’une à l’autre,
    Lumière, obscurité,
    Alternent et se dépendent
    Comme les jambes en marche.
    Toutes les choses du cosmos
    Ont une fonction propre.
    Je vous le dis ici tout net :
    Employez-les comme il faut,
    Ayez l’attitude juste.
    Pour exister comme chose,
    La boîte et son couvercle
    S’unissent hermétiquement.
    Conforme à sa raison d’être,
    La pointe de la flèche transperce.
    En entendant ces paroles,
    Pénétrez-en sans faute
    L’essence religieuse.
    Sans laisser surtout y poindre
    Aucun critère personnel.
    Si vous ne comprenez pas
    La voie qui saute aux yeux,
    Comment savoir où vous marchez
    Quand vous bougez vos pieds ?
    Dans votre progression,
    De proche ni de lointain,
    Il ne doit être question.
    Si vous vous illusionnez,
    Des montagnes et des fleuves
    Vous barreront la route.
    A ceux qui cherchent un secret,
    Je me permets de le dire :
    Ne passez pas le temps en vain !

    http://www.denshinji.fr/sandokai.html


    avec metta
    gigi

      La date/heure actuelle est Mer 13 Déc 2017 - 19:49