Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    zen ou bouddhisme tibétain

    Partagez
    avatar
    invitée
    Invité

    zen ou bouddhisme tibétain

    Message par invitée le Jeu 28 Mai 2009 - 11:55

    Bonjour,
    Ma question va sans doute vous paraître bizarre mais je me lance.
    Pour diverses raisons, j'ai commencé à m'intéresser aux philosophies orientales (zen et bouddhisme tibétain). C'était d'abord une question de curiosité et de culture. Mais voilà, le message de compassion, d'unité... m'attire de plus en plus. Pourtant, le peu de lectures que j'ai pu faire ne m'éclaire pas beaucoup sur la voie qui me correspondrait le plus. J'entends par là que je ne comprends pas grand chose et que, si j'ai envie de commencer à pratiquer, je n'aimerais pas me disperser ou faire une sorte de syncrétisme absurde.
    Auriez-vous des conseils de lecture? Ou pensez-vous que je devrais plutôt essayer de rencontrer des pratiquants? Car ensuite, j'aimerais me laisser guider par mon intuition ou mon ressenti.
    Merci par avance de votre aide et je suis désolée si, en revanche, je vous ai ennuyé.
    avatar
    Huanshen
    Amateur
    Amateur

    Masculin Nombre de messages : 478
    Localisation : Suisse
    Date d'inscription : 15/05/2009

    Re: zen ou bouddhisme tibétain

    Message par Huanshen le Jeu 28 Mai 2009 - 12:41

    Bonjour,

    Je pense qu'il faut commencer par lire des ouvrages généraux sur le bouddhisme, puis rendre visite à divers centres. Voir si vous êtes plutôt attirée par une tradition ou une autre. Il me semble qu’il est préférable de prendre son temps avant de s'engager dans un groupe particulier, pour ne pas regretter plus tard d’avoir fait le mauvais choix. Suivre un maître est une décision aussi importante que le mariage. Il ne faut pas se jeter dans les bras du premier venu si vous voyez ce que je veux dire.

    Le Zen est une école bouddhiste parmi d’autres qui peut convenir à certains et non à d’autres. Elle s’apparente à la tradition du Mahamudra tibétain. Les écoles tibétaines ont une approche généralement plus graduelle, plus pédagogique et plus douce. Le Zen est traditionnellement plus abrupt, plus direct et souvent plus rude. Chacun vous dira que son école est la meilleure, mais au fond la voie du Bouddha est vaste et s'accorde à tous les tempéraments.
    avatar
    steffzen
    Amateur
    Amateur

    Masculin Nombre de messages : 359
    Age : 48
    Localisation : France Lyon 69
    Emploi/loisirs : Musicien (batteur/chanteur)
    Humeur : Calme
    Date d'inscription : 25/05/2009

    Re: zen ou bouddhisme tibétain

    Message par steffzen le Jeu 28 Mai 2009 - 22:48

    zen ou Tibétain, cela reste la Voie du Bouddha du toute façon.
    Il est vrai que le bouddhisme tibétain offre un cursus pouvant être long et se base autant sur les enseignements que sur la méditation.
    Le zen ne s'attache guère à la lettre et propose plutot zazen, méditation assise comme l'enseignement originel. Cela semble plus austère mais il n'y a pas de cursus particulier à suivre en dehors de cette pratique fondamentale.
    Je dirais également qu'il faut lire des ouvrages, ensuite visiter des centres et y faire des séjours jusqu'à ressentir ses affinités et choisir ensuite. Pratiquer avec des anciens pour etre encadrer et ne pas trop se disperser puis se détacher de l'école pour aller à l'essence, l'éveil
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2924
    Age : 69
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: zen ou bouddhisme tibétain

    Message par Yudo, maître zen le Ven 6 Aoû 2010 - 14:38

    steffzen a écrit:(...)
    Il est vrai que le bouddhisme tibétain offre un cursus pouvant être long et se base autant sur les enseignements que sur la méditation.
    Je pense que ceci n'est pas tout à fait vrai. Ce qui est vrai, c'est que la majorité des groupes présentant du "zen" en France affirme cela.
    Il n'en reste pas moins que, déjà du temps de Dôgen, une école japonaise prétendait la même chose. Elle a fait l'objet d'attaques particulièrement virulentes de sa part, et même le Sûtra du Lanka (qu'enseignait Bodhidharma) dénonce cette attitude, ce qui montre que ses racines sont lointaines.

    Le Zen ne propose pas, c'est vrai, un cursus structuré, organisé et à étapes obligatoires. Cela ne veut pas dire qu'il rejette l'étude. Au contraire, celle-ci est absolument nécessaire pour qui veut que sa pratique ait un terreau suffisant pour sa maturation.

    Le zen ne s'attache guère à la lettre et propose plutot zazen, méditation assise comme l'enseignement originel. Cela semble plus austère mais il n'y a pas de cursus particulier à suivre en dehors de cette pratique fondamentale.
    (...)

    Si l'on n'a pas au préalable intériorisé l'enseignement bouddhique de base, comme c'est le cas généralement dans les pays de tradition zen antique, et qu'on transpose tout de go cette attitude dans nos pays où les éléments du Bouddhisme sont, au mieux, méconnus, on court le risque (avéré avec l'expérience) d'avoir des pratiquants de "zazen" fossilisés dans une pratique qui ne les aura jamais rendu que rigides, et même parfois mesquins et méchants.

    Sur le blog de Brad Warner, une dame se plaignait en ces termes:
    Vous plaisantez, mais je me rappelle que, lors de ma première sesshin, j'étais assise près de ce type qui fit la remarque; "Vous avez vu comme la plupart des poulettes qui assistent aux sesshins et pratiquent le zen en général son vraiment moches?"La plupart des autres mecs a ri. Pour ma part, j'étais un peu surprise. On m'avait dit que ce type pratiquait zazen depuis de nombreuses années et allait fréquemment aux sesshins, plusieurs fois par année.

    J'ai plus tard posé la question aux personnes présentes pour savoir ce qu'ils en pensaient. J'ai dit que cet homme se mettait à part et jugeait plutôt durement les femmes. Je m'étonnai de ce qu'autant de zazen ne lui ait pas permis de voir à quel point sa remarque était superficielle et mesquine. (J'étais nouvelle dans le Zen et je ne pratiquais que depuis deux ans environ) Plusieurs de ces hommes ont pris la défense du type et m'ont dit que c'est moi qui le jugeait. Personne n'a émis la moindre critique de son affirmation. Par contre moi, je me suis lourdement fait critiquer pour avoir soulevé ce point. Bref, c'est moi qui me suis fait attaquer.

    Je crois que ce genre d'attitude est assez classique pour qu'on en prenne note et tente d'y remédier.
    avatar
    TARA
    Amateur
    Amateur

    Féminin Nombre de messages : 203
    Localisation : Bretagne sud
    Emploi/loisirs : artiste
    Humeur : Tenace
    Date d'inscription : 15/06/2010

    Re: zen ou bouddhisme tibétain

    Message par TARA le Ven 6 Aoû 2010 - 22:35

    Bonsoir à tous et à toutes,
    Comme il est étonnant que dans le zen nos mauvaises expériences soient si similaires dans ce que nous voyons de non respect, de non amour, de non attention à croire que la posture zazen sans les fondations des enseignements du Bouddha et surtout de ses enseignements d'AMOUR pour l'autre conduisent à des etres stéréotypés de méchanceté.
    Les Maitres réalisés comme on les nomme, je n'en ai rencontré que dans le bouddhisme tibétain et dans l'indouisme et pas encore dans le zen, peut etre qu'un jour..............
    Je voudrai répondre à notre invité:
    Ma propre expérience d'abord dans le bouddhisme tibétain et dans le zen en parrallèle et retour au bouddhisme tibétain permet de mieux comprendre ce pour quoi on est fait dans ses affinités.
    Le zen m'a permis d'apprendre la posture zazen, la concentration et allié au bouddhisme tibétain le zen m'a permis une meilleure visualisation des bouddhas lors des méditations, ressentir de par la posture zazen en médition tantrique les énergies de toute la sangha et surtout de capter toute l'énergie de mon Maitre spitituel, les mantras que je récite, je les récite avec une telle concentration que toute la puissance du mantra s'en dégage, cela c'est le zen qui me l'a appris , alors me diras tu pourquoi j'ai quitter le zen? je ne ressentais dans ses pratiquants et dans ces Maitres aucun amour et aucune compassion pour personne et beaucoup trop d'égoisme dans le dojo et dans les sesshin Le TOUT EST UN je ne l'ai jamais vu dans le zen, alors pratique les deux si tu peux et regarde tout ce que tu ressens comme si tu étais un spectateur qui évolue dans un film et ton choix ce fera de lui meme par rapport à ce que tu es.
    Bonne route
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: zen ou bouddhisme tibétain

    Message par fonzie le Ven 6 Aoû 2010 - 23:13

    Vous plaisantez, mais je me rappelle que, lors de ma première sesshin, j'étais assise près de ce type qui fit la remarque; "Vous avez vu comme la plupart des poulettes qui assistent aux sesshins et pratiquent le zen en général son vraiment moches?"La plupart des autres mecs a ri. Pour ma part, j'étais un peu surprise. On m'avait dit que ce type pratiquait zazen depuis de nombreuses années et allait fréquemment aux sesshins, plusieurs fois par année.
    lol, si ce monsieur venait depuis de "nombreuses années" et a observé que les "poulettes" étaient "moches", depuis le temps, c'est sûr qu'il ne venait pas pour draguer au prétexte de zazen.

    "a/ observation relative:
    Elle-même revêt deux aspects.
    - L'observation des impuretés, des souillures.
    Fujokan en japonais. Le sutra du Hannya Shingyo dit qu'il n'y a ni pureté ni impureté, ni beauté ni laideur, ni mal ni bien.
    cette phrase situe la nature des phénomènes dans l'unité absolue indifférenciée, et définit de la sorte la perception unitaire, non dualiste.
    A l'époque du Bouddha Shakyamuni, il était courant de pratiquer la méditation à proximité de cadavres. Le but de cette pratique était de ramener la conscience à des vues plus justes sur la nature des existences, que définit mujo, l'impermanence. Cette notion d'impermanence est de prime importance car elle définit implicitement la nature non substantielle de toute chose. Toutes les existences, sensibles et non sensibles, subissent le transformations engendrées par le temps. Aussi doit-on se garder de considérer les phénomènes sous leur seul aspect actuel et momentané de beauté, de bien, ou de pureté, mais considérer aussi leur aspect contraire, potentiellement contenu dans l'aspect actuel.(...) "
    Zen et vie quotidienne, Deshimaru.

      La date/heure actuelle est Dim 19 Nov 2017 - 22:38