Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Le moteur de la sagesse

    Partagez
    avatar
    Fa
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Masculin Nombre de messages : 1452
    Date d'inscription : 10/08/2008

    Le moteur de la sagesse

    Message par Fa le Sam 23 Oct 2010 - 7:22

    Bonjour à tous,

    Le vrai moteur de la sagesse, son carburant c'est la souffrance.
    La souffrance, est une condition universelle.
    L'humain comme toute créature vivante,
    Rencontre la souffrance, et éprouve le désir d'y mettre fin.
    Quand on parvient à trouver un chemin,
    permettant de mettre fin à ses propres souffrances,
    Et que l'on réalise, que nous ne vivons pas séparés
    les uns des autres, que notre souffrance est aussi celle des autres,
    on désire communiquer sa sagesse ,
    Une porte s'ouvre alors sur la bienveillance et la compassion.
    Ainsi les conditions de souffrance,de karma, d'éveil, de sagesse, de bienveillance et de compassion,
    se manifestent conformément au principe d'interdépendance, et de vacuité.
    Le vrai moteur de la sagesse , c'est Dukkha.
    Dukkha et le moyen de mettre un terme à Dukkha,
    Pour soi et autrui,
    conformément au principe d'interdépendance,
    Voilà l'alfa et l'omega,
    Du Bouddhisme.

    Fa
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: Le moteur de la sagesse

    Message par fonzie le Dim 24 Oct 2010 - 11:21

    Bonjour Fa,

    héhé, je sens que je vais bientôt être accusée d'omniprésence à la Mokta... nempêche grâce à lui, j'ai trouvé un lien entre les "Muppets" et "Lost, les disparus"!

    Cool
    Le vrai moteur de la sagesse , c'est Dukkha. Dukkha et le moyen de mettre un terme à Dukkha,
    Pour soi et autrui, conformément au principe d'interdépendance,
    Voilà l'alfa et l'omega
    Du Bouddhisme.
    "Dukkha est le moyen de mettre un terme à Dukkha"
    je crois qu'il manquait un "s", nan ? Wink
    Par observation, je suis d'accord avec ce que tu dis.
    Les guérisseurs peuvent faire le mal parce qu'ils le connaissent, mais ils ne le font pas parce qu'ils sont guérisseurs alors ils soignent et ils font le bien.
    Je sais qui faut pas dire "bien" et "mal" (pour les bouddhistes qui sont anti concept d'âme) mais quand quelqu'un est malade et que quelqu'un le soigne, celui qui souffrait voit ça comme un bienfait.

    Il est logique aussi qu'on ne peut vraiment comprendre la souffrance de l'autre que quand on a soi-même vécu cette même souffrance, sinon on peut l'imaginer et faire aussi preuve d'empathie, mais ce n'est pas tout à fait pareil.
    En principe, la souffrance connue permet d'éviter les grosses gaffes, les maladresses car il suffit de peu pour mettre les pieds dans le plat quand on n'a pas été réellement à la place de l'autre; "l'enfer est pavé de bonnes intentions".
    Il est plus facile de connaitre les affections liées à telle ou telle souffrance par le vécu que par l'imagination.
    etc.
    Donc soit ! la souffrance est le moteur de la sagesse.

    Ceci dit, je pense qu'il y a beaucoup de bugs de compréhension de ce "moteur".

    D'abord, il n'est pas incertain que l'auto-flagellation dans des monastères (du passé j'espère) soit une déviance de cet apprentissage par incompréhension.

    Comment expliquer que des enfants maltraités reproduisent adultes les maltraitances sur leurs enfants ? pas tous, mais ça arrive.

    De cette observation de dukkha, il y a aussi des gens qui ne font pas d'enfants, rien que parce qu'ils se disent qu'ils vont souffrir (les enfants), demande à koan/ardjopa de nangpa, ce qu'il en pense.

    Il y a d'autres exemples, mais je vais parler de l'exemple qui à mes yeux est le plus pervers (dans le sens d'inversion de la compréhension) et que j'ai vu sur les forums bouddhistes.
    C'est le bouddhiste, qui au prétexte de moyens habiles (parce qu'il se croit assez avancé sur la voie pour se le permettre), fait volontairement souffrir un autre, pour selon lui (celui qui se croit), enseigner quelque chose à cet autre.
    J'insiste sur le "volontairement", parce que la question s'est posée de savoir si "ces gens qui se croient" agissaient inconsciemment, sans se rende compte de leurs maladresses;
    mais après multiples observations, il est évident qu'ils imposent cette souffrance en toute conscience croyant donner une "bonne leçon" à celui qu'ils font souffrir.
    Là est la frontière entre la "baffe du maitre" expliquée dans le non agir et la maltraitance.

    J'en déduis que très peu de ceux qui sont sur les forums bouddhsites savent donner une baffe comme un maitre, mais que se prenant pour des maitres, ils infligent maltraitance en toute ignorance (des conséquences).

    Et ce n'est pas parce que je parle de 'maitre", qu'il faut penser à Yudo, car ce n'est pas de lui que je parle.
    Yudo quand il mange un champignon qu'est pas bon pour la santé, il sait que ce champignon il n'en mangera plus, mais, lui, il ne met pas ce champignon dans l'assiette des autres.

    bonne journée.
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3293
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: Le moteur de la sagesse

    Message par Fred le Dim 24 Oct 2010 - 18:04

    Oui, c'est clair, le moteur de la sagesse est la souffrance, ils sont tous deux absolument inséparables, on veut ou du moins, on devrait vouloir la sagesse pour ne plus souffrir.
    C'est assez révélateur que de devoir confirmer ce fait, révélateur que la sagesse idéalisée prenne si souvent le visage d'un pouvoir qui en tant que tel serait désirable, comme si ce pouvoir était une chose que l'on pouvait observer séparément de la paix naturelle qui en résulte, paix qui va de paire avec précisément l'absence de désir qui ne peut par définition être "ressenti" puisque pour ressentir il faut transmigrer, il faut se désirer soi-même en tant qu'être idéalement paisible en locurence.
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2880
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: Le moteur de la sagesse

    Message par tangolinos le Jeu 28 Oct 2010 - 17:47

    à la douleur et la souffrance, peut-être faudrait-il rajouter la notion de sensibilité...

    Fred,
    le pouvoir accordé à la sagesse, lui est justement accordé pour son manque d'avidité.
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3293
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: Le moteur de la sagesse

    Message par Fred le Jeu 28 Oct 2010 - 19:26

    Fred,
    le pouvoir accordé à la sagesse, lui est justement accordé pour son manque d'avidité.

    Very Happy
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3293
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: Le moteur de la sagesse

    Message par Fred le Mar 16 Nov 2010 - 18:01

    Comme le disais un ami...

    Pouvoir et s'abstenir, c'est pouvoir deux fois.
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: Le moteur de la sagesse

    Message par fonzie le Jeu 18 Nov 2010 - 11:55

    Fred a écrit:Pouvoir et s'abstenir, c'est pouvoir deux fois.
    Merci à ton ami de m'avoir inspiré ce "moyen habile"... Cool
    http://zen-et-nous.1fr1.net/causeries-philosophiques-f20/la-desinformation-t452-30.htm#7014


      La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct 2017 - 0:16