Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Faut-il souffrir pour se libérer de la souffrance ?

    Partagez
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2833
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: Faut-il souffrir pour se libérer de la souffrance ?

    Message par tangolinos le Sam 13 Mai 2017 - 19:26

    @zanshin
    Je te remercie pour ce LIEN qui évoque les différents niveaux de discours qu’ a manifestés Bouddha.
    Tel que tu me connais, je ne suis pas du genre à lire n’importe quoi… et à emmagasiner des connaissances sans en avoir compris  le sens de l’intention préliminaire.
    Disons, que ma comprenure est plutôt du style géométrique, et ces trois tours de roues me semblent fondamentaux pour choisir la manière d’ orienter notre attention.

    Ces trois tours de roue, montrent bien que:
    1/ le premier s’ adresse à tous.
    (à tout ceux qui doutent de l’ existence de la montagne)
    2/ le deuxième s’ adresse aux élèves convaincus.
    (le doigt tendu évoque la non-existence de la montagne)
    3/ le troisième s’ adresse aux Bouddhas.
    (une tentative de décrire la montagne)

    Il est, en effet, bien compréhensible, que selon les oreilles qui écoutent, on ne dise pas les mêmes choses.

    Je te remercie encore pour ce lien, puisque souvent je m’insurge pour certains propos, sans vraiment avoir vu de quel tour de roue il s’agissait.

    Ce qui est marrant, c’est qu’il est possible de dire en apparence n’importe quoi.
    En toute compassion, on pourrait dire:
    1/ dans un premier tour de roue: la montagne qu’est-ce que c’est ?
    2/ dans le deuxième tour de roue: il n’ y a pas de montagne !
    3/ dans le troisième: c’est ça la montagne !

    en conclusion , on pourrait dire que les farfelus moyens habiles des maîtres sont dérivés de ces trois tours de roue.
    avatar
    zanshin
    Modérateur
    Modérateur

    Féminin Nombre de messages : 786
    Age : 68
    Localisation : Suisse
    Emploi/loisirs : retraitée du corps médical (ordonnée nonne zen en 1984)
    Humeur : attentive
    Date d'inscription : 01/06/2013

    Re: Faut-il souffrir pour se libérer de la souffrance ?

    Message par zanshin le Dim 14 Mai 2017 - 5:35

    L'enseignement qui provient du troisième tour de roue est le plus subtil et le plus délicat à comprendre.
    Mais déjà pour le deuxième tour de roue ce n'est pas si facile... Wink


    _________________
    «Il faut deux ans pour apprendre à parler et toute une vie pour apprendre à se taire...»
    avatar
    Lumpinee
    petit fleuron
    petit fleuron

    Nombre de messages : 588
    Date d'inscription : 03/10/2010

    Re: Faut-il souffrir pour se libérer de la souffrance ?

    Message par Lumpinee le Dim 14 Mai 2017 - 9:24

    Mon frère a passé quelques jours dans un temple, en Corée. Je ne peux vous dire le courant philosophique de ce temple.

    Les moines avait une vie plutot pénible, avec très peu de temps libre. Ils méditaient jusque tard le soir, et à 3h du matin, hop, nouvelle session! Ils chantaient aussi, faisait des sutras tout ça. Mon frère a trouvé ça très fatiguant.

    Une vie bien austère que ces hommes ont choisi! Y a t il quelquechose d'extreme dans leur pratique? Je le pense.

    Après, c'est vrai que parfois, il faut passer par des moments intenses et pénibles pour se libérer de certaines choses.
    avatar
    Fred
    Animateur
    Animateur

    Nombre de messages : 3251
    Date d'inscription : 17/11/2008

    Re: Faut-il souffrir pour se libérer de la souffrance ?

    Message par Fred le Mer 17 Mai 2017 - 10:12

    Peut-être devons-nous souffrir au travers de grands efforts pour connaître les implications de ces efforts.
    avatar
    Fenrir
    Amateur
    Amateur

    Masculin Nombre de messages : 113
    Date d'inscription : 01/05/2014

    Re: Faut-il souffrir pour se libérer de la souffrance ?

    Message par Fenrir le Mer 17 Mai 2017 - 21:14

    Sans construction mentale, peut-on encore trouver de la souffrance ?

    C'est une vraie question dans le sens où, n'ayant pas (encore) vécu de très grandes douleurs physiques, je n'oserai prétendre que tout est liée à la construction mentale. Pourtant, il me semble qu'un message du corps est toujours un message du corps, fusse-t-il de confort, d'inconfort, de douleur. C'est lorsqu'on interprète ce message que celui-ci peut, de manière plus ou moins complexe, devenir souffrance. Dans un certain contexte, l'inconfort est vécu avec plaisir (sensation de se dépasser soi-même, lors d'une épreuve sportive, par exemple) tandis que dans un autre contexte un message corporel similaire engendrera de la souffrance.

    Il en irait de même, selon moi, des souffrances morales, la différence étant qu'elles impliquent des processus de construction mentale plus importants, plus complexes, plus indirects.

    Sinon, d'un point de vue très pragmatique, il faut être "enfermé" pour pouvoir se libérer. Donc, s'il n'y a pas de souffrance, l'idée de "se libérer de la souffrance" n'a aucun sens. S'il y a une libération de la souffrance, c'est nécessairement qu'il y a une souffrance. Dans ce cas, il faut forcément "souffrir" pour ensuite se libérer de la souffrance.

      La date/heure actuelle est Dim 20 Aoû 2017 - 0:27