Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu

-24%
Le deal à ne pas rater :
Apple AirPods Pro
212 € 279 €
Voir le deal

    Les gestes "inutiles" dans le zen, le sont-ils vraiment ?

    Kaïkan
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 6066
    Age : 73
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Les gestes "inutiles" dans le zen, le sont-ils vraiment ? Empty Les gestes "inutiles" dans le zen, le sont-ils vraiment ?

    Message par Kaïkan le Mar 25 Déc 2018 - 9:26


    Beaucoup pensent qu’il est dans l’esprit du zen que les gestes du cérémonial soient naturels. Or, ce n’est pas le naturel qui prévaut , mais la simplicité, et même une « noble simplicité ». Et ce n’est pas la même chose.
    Porter la main au front pour s’éponger est un geste naturel. Porter la main à son front pour le toucher avec du shoko n’est pas un geste naturel, mais un geste rituel, c’est-à-dire codé, inutile (au sens de non utilitaire), gratuit et pour tout dire symbolique.

    L’engagement religieux d’ailleurs, n’a pas la propriété des gestes rituels. Dans le domaine profane, la vie de relation en est remplie (trinquer, faire le salut militaire, offrir des fleurs...). On parle même de codes de politesse.

    Codé
    Le geste codé est celui dont la signification ne peut être perçue que par des initiés. Comme par exemple, le geste nommé "Gassho" consistant à joindre la main gauche et la main droite placées devant le cœur puis s'incliner doucement vers l'avant pour saluer avec un esprit de modestie. Lorsqu'on pratique ce geste, tout l’être est touché, on n'est pas dans un esprit guerrier ou violent. C'est un geste d'humilité et de respect envers l'autre, les autres, le monde entier. Ainsi, en pratiquant ce geste à de très nombreuses reprises, l'esprit de ce geste nous éduquera inconsciemment, automatiquement et peu à peu nous pourrons développer un esprit de compassion libre des tricheries du mental.

    Le code ici n’est pas une « chasse gardée », mais la marque spécifique d’un groupe particulier ou d’une relation particulière. Dans la vie profane, les embrassades, par exemple, sont aussi complètement codées. Suivant les régions c'est deux ou trois fois.

    Inutile (non utilitaire)

    Que le geste rituel soit non utilitaire ne signifie pas qu’il ne sert a rien, mais que l’on peut s’en passer. On ne peut pas se passer de manger, mais on peut parfaitement se passer de s'incliner en gassho. C’est seulement au plan spirituel que le croyant estime que faire gassho est indispensable à sa vie de foi, même s’il ne le pratique que dans un dojo.

    Gratuit
    Le geste rituel n’est pas matériellement rentable il peut même être considéré par certains comme une perte de temps. Pourquoi se balancer de gauche et de droite au début de zazen alors qu'on a une sensation concrète de verticalité sitôt qu'on est assis ?
    Le geste rituel n’a sa raison d’être ni dans l’utilité, ni dans la rentabilité, mais dans la gratuité de ce que signifie sa mise en acte. Faire une procession d’entrée amplifie gratuitement un déplacement et lui donne une signification qui dépasse le fait de se rendre d’un endroit à un autre. Faire une procession pour se diriger vers un l’autel : il est le signe de la participation des fidèles à l’action commune ici et maintenant.

    Symbolique
    On sait que le terme qui signifie symbole implique toujours le rassemblement de deux moitiés.
    Un geste utilitaire a sa signification en lui-même : on allume une bougie parce qu’il y a une panne d’électricité. Un geste symbolique a sa signification ailleurs qu’en lui-même : on allume les bougies sur l'autel qui est très bien éclairé pour évoquer la vraie lumière qui est en nous pendant zazen.
    Tel est le travail qu’accomplit le symbole : il met en jeu une partie du corps (la vue, l’ouïe, les gestes...) pour rassembler (c’est le sens du verbe grec sumbolon) l’esprit de l’homme (sa foi) et ce qui échappe à ses sens.

    Conséquences pratiques
    Le geste rituel n’est donc pas un geste spontané comme ceux que l’on a constamment dans la vie courante. En tant qu’il est symbolique, il est chargé de sens. Il faut lui laisser le temps d’être signe, c’est-à-dire de faire un travail de rassemblement en suscitant chez ceux qui le font ou le voient faire, le sens qu’il porte. Il n’a pas à être cérémonieux, mais une certaine lenteur lui va bien et lui est nécessaire, à condition qu’elle ne soit ni maniérée ni onctueuse. Si le geste est trop empressé, il élimine la distance indispensable pour que son sens advienne.

    Le geste rituel fonctionne toujours au second degré. Son but n’est pas dans l’efficacité immédiate. Outre qu’il doit prendre son temps, il doit être beau : simple, mais noble.
    Mais qu’est-ce que la beauté d’un geste ? On le sait chez le danseur, chez l’instrumentiste, chez la mère qui berce son enfant... Mais le prêtre, le lecteur et l’animateur de chants ne sont rien de tout cela !

    Pourrait-on dire que ce qui définit le mieux la beauté d’un geste rituel, c’est la justesse et l’harmonie ? N'est-ce pas ce que fait un prêtre zen (ou un bonze) qui lève les mains en gassho, ou qui fait une prosternation, ne manifeste-t-il pas le geste harmonieux, fait avec calme (sans tension ni précipitation), dans une bonne posture de tout le corps et avec une bonne position des bras et des mains ?
    Le geste rituel réclame que ceux qui l'accomplissent le contrôlent régulièrement.

    Les gestes "inutiles" dans le zen, le sont-ils vraiment ? Img_bo10


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    Yudo, maître zen
    Yudo, maître zen
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 3333
    Age : 72
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Les gestes "inutiles" dans le zen, le sont-ils vraiment ? Empty Re: Les gestes "inutiles" dans le zen, le sont-ils vraiment ?

    Message par Yudo, maître zen le Ven 17 Avr 2020 - 15:43

    Tous les gestes "inutiles" sont importants, parce qu'ils ont un sens.
    Pour un musicien, certes, il y a des gestes inutiles à éviter: trop bouger peut finir par être dérangeant, sauf s'il s'agit de danser (il y a aussi le contexte).
    Mais dans le zen, les gestes sont de "l'agir", ils sont une concrétisation de symboles, et c'est pourquoi il importe de leur donner un sens et une attention.

    Quelqu'un me demandait de lui expliquer les formes de la prosternation. Un de mes anciens co-locataires sortait avec une Thaïlandaise. Lorsqu'il est parti la rejoindre, je lui ai fait observer de faire attention à ses pieds, et en particulier à la plante de ses pieds. En Inde et dans tous les pays influencés par elle, la plante des pieds est la partie du corps la plus indécente. Il vaudrait mieux montrer son cul, dans ces pays, que montrer la plante de ses pieds. Que ce soit dans un quelconque endroit public ou privé, s'asseoir en dirigeant la plante de ses pieds vers quelqu'un est la chose la plus offensante qui soit.
    Or, dans la prosternation, on se met à quatre pattes devant le Bouddha (en imagination, évidemment), un Bouddha qui serait assis sur une chaise, et, avec les 5 parties du corps touchant par terre (les coudes, les genoux et le front), on lui prend les pieds, et on les met sur sa propre tête.
    Cela signifie donc la forme la plus complète d'humilité devant le Patriarche fondateur de cette méthode qu'il nous a léguée pour apprendre à être (un peu) moins malheureux.
    Fenrir
    Fenrir
    Amateur
    Amateur

    Masculin Nombre de messages : 151
    Age : 32
    Localisation : Nord-est de la France.
    Emploi/loisirs : Shikantaza au milieu de quelques errances.
    Date d'inscription : 01/05/2014

    Les gestes "inutiles" dans le zen, le sont-ils vraiment ? Empty Re: Les gestes "inutiles" dans le zen, le sont-ils vraiment ?

    Message par Fenrir le Sam 18 Avr 2020 - 0:35

    J'ai parfois entendu des versions visant à atténuer cette portée symbolique d'humilité. Qui présentent la chose plutôt comme "soutenir le Bouddha, le Dharma, la Sangha", ou qui expliquent que c'est "face à soi-même que l'on se prosterne puisqu'on est Bouddha, qu'on a la nature-de-Bouddha".

    Je me demande suite aux explications de Yudo dans quelle mesure cela proviendrait d'une ignorance de la symbolique (erreur excusable somme toutes), ou d'une "stratégie" pour rendre plus acceptable la prosternation à des occidentaux peut-être (pour caricaturer) d'un tempérament plus fier...
    zanshin
    zanshin
    Modératrice
    Modératrice

    Féminin Nombre de messages : 1058
    Age : 71
    Localisation : Suisse
    Emploi/loisirs : retraitée du corps médical (ordonnée nonne zen en 1984)
    Humeur : attentive
    Date d'inscription : 01/06/2013

    Les gestes "inutiles" dans le zen, le sont-ils vraiment ? Empty Re: Les gestes "inutiles" dans le zen, le sont-ils vraiment ?

    Message par zanshin le Sam 18 Avr 2020 - 5:18

    La fierté nous amène à beaucoup de gestes vraiment inutiles. Tout le monde est plus ou moins atteint par des impulsions de fierté et cela sur toute la planète. C'est une sorte de virus mental qui affecte toute l'humanité.
    On s'aperçoit finalement de son inutilité dans la démarche spirituelle, mais il faut bien des efforts pour la surmonter. Les prosternations ça peut être un moyen, si ce n'est pas devant seulement une personne, mais devant tout un enseignement et son incidence universelle qu'on se prosterne. Smile


    _________________
    «Il faut deux ans pour apprendre à parler et toute une vie pour apprendre à se taire...»
    Yudo, maître zen
    Yudo, maître zen
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 3333
    Age : 72
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Les gestes "inutiles" dans le zen, le sont-ils vraiment ? Empty Re: Les gestes "inutiles" dans le zen, le sont-ils vraiment ?

    Message par Yudo, maître zen le Sam 18 Avr 2020 - 8:32

    zanshin a écrit:(...) si ce n'est pas devant seulement une personne, mais devant tout un enseignement et son incidence universelle qu'on se prosterne. Smile

    Bien vu.

    D'autre part, je me rappelle toujours cette phrase dans une BD de Lauzier (le titre, en fait): "L'amour propre ne le reste jamais bien longtemps"...

    Contenu sponsorisé

    Les gestes "inutiles" dans le zen, le sont-ils vraiment ? Empty Re: Les gestes "inutiles" dans le zen, le sont-ils vraiment ?

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 25 Jan 2021 - 22:08