Zen et nous

Le zen, sa pratique, ses textes, la méditation, le bouddhisme, zazen, mu


    Les dérives du Zen

    Partagez
    avatar
    shakhyam
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 169
    Localisation : Midi-Pyrénées
    Emploi/loisirs : Enseignant en Arts Martiaux énergétiques chinois
    Humeur : Conscience - Volonté - Impatience - Détermination
    Date d'inscription : 09/04/2010

    Re: Les dérives du Zen

    Message par shakhyam le Lun 28 Fév 2011 - 22:02

    Citation :

    Gudo Wafu Nishijima le maître de Yudo sur ce forum, écrit : IMMO
    Mon livre reçu de Mokusho Zeissler The Shobo-genzo By Yuho Yokoi, Professor of English Aichigakuin University Tokyo (1986): IMMO (Suchness or something indescribable).

    De nombreux autres, la liste serait longue, écrivent IMMO. 恁麼

    Tous mes amis moines zen comme moi écrivent IMMO
    Toutes mes traductions ont aussi été écrites avec IMMO.

    Tes parenthèses sur la citation ci-dessous pourraient bien être une forme d'attachement ?


    C'est l'hopital qui se fout de la Charité... et la forme d'attachement pourrait bien être partagée quand on lit avec quel acharnement tu t'accroches aux autres, ton livre, tes amis, tes traductions. Pas de pot, notre ami Yudo ne nous dit-il pas ? : il est correct d'écrire "inmo", mais le mot sera de toute façon prononcé « immo »

    Je ne faisais que mentionner le fait sans pour autant que ce rappel soit polémique. ÇÀ C'EST TON APPRÉCIATION et à toi seul.

    A ce propos et malgré tes protestations contraires, tu me sembles être un spécialiste. Il ne suffit pas de prétendre « ne pas faire de polémiques qui ne servent à personnes » pour ne pas les générer. Quand je lis les récents échanges avec Yudo et vos messages 67 à 71 et 87, je constate que la polémique battait son plein pour une liste de noms dont nous n'avons que foutre...

    Quant au reste :...je n'ai pas souvenance d'avoir écrit sur une "survenance" de l'Ainséité... je te rappelle cette phrase issu du message 104 «"Pourquoi et comment survient l’ainsité (c'est moi qui souligne) ? On ne peut répondre à cette question. Elle surpasse toute compréhension, cela revient à demander comment les choses existent-elles.... etc etc …. sans polémique bien entendu.

    Pour ce qui me concerne, je suspend ma participation aux débats et irai « dériver » ailleurs, avec IMMO ou INMO ou IN-MO.

    Sereinement bien entendu
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2833
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: Les dérives du Zen

    Message par tangolinos le Lun 28 Fév 2011 - 22:17

    chakyam a écrit:
    Pour ce qui me concerne, je suspend ma participation aux débats et irai « dériver » ailleurs, avec IMMO ou INMO ou IN-MO.


    Cette "dérive" pourrait bien ressembler à de l' "IMMObilisme".
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: Les dérives du Zen

    Message par fonzie le Lun 28 Fév 2011 - 22:42

    Bonsoir Chakyam,

    chakyam a écrit:...
    Quant au reste :...je n'ai pas souvenance d'avoir écrit sur une "survenance" de l'Ainséité... je te rappelle cette phrase issu du message 104 «"Pourquoi et comment survient l’ainsité (c'est moi qui souligne) ? On ne peut répondre à cette question. Elle surpasse toute compréhension, cela revient à demander comment les choses existent-elles.... etc etc …. sans polémique bien entendu.

    Pour ce qui me concerne, je suspend ma participation aux débats et irai « dériver » ailleurs, avec IMMO ou INMO ou IN-MO.

    Sereinement bien entendu
    Qu'est-ce qu'il a le message 104 ? j'ai participé pour essayer de "comprendre", comme t'as dit dans le message 82:
    ...Ce qui m'importe par contre c'est la compréhension (Sylvie) de la parenté identitaire entre Kairos, Fukatoku, UJI, INMO et leur antériorité non pas en termes de temps mais en termes de possibilités latentes que chacun d'entre nous réalisent ou pas.
    Y'a pas de "polémique".
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5445
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Les dérives du Zen

    Message par Kaïkan le Lun 28 Fév 2011 - 23:20

    fonzie a écrit:Bonsoir Chakyam,

    chakyam a écrit:...
    Quant au reste :...je n'ai pas souvenance d'avoir écrit sur une "survenance" de l'Ainséité... je te rappelle cette phrase issu du message 104 «"Pourquoi et comment survient l’ainsité (c'est moi qui souligne) ? On ne peut répondre à cette question. Elle surpasse toute compréhension, cela revient à demander comment les choses existent-elles.... etc etc …. sans polémique bien entendu.

    Pour ce qui me concerne, je suspend ma participation aux débats et irai « dériver » ailleurs, avec IMMO ou INMO ou IN-MO.

    Sereinement bien entendu
    Qu'est-ce qu'il a le message 104 ? j'ai participé pour essayer de "comprendre", comme t'as dit dans le message 82:
    ...Ce qui m'importe par contre c'est la compréhension (Sylvie) de la parenté identitaire entre Kairos, Fukatoku, UJI, INMO et leur antériorité non pas en termes de temps mais en termes de possibilités latentes que chacun d'entre nous réalisent ou pas.
    Y'a pas de "polémique".

    Je me fais incendier à cause de ton message 104.
    ça à l'air sérieux tout le monde aux abris.
    certains confondent zen et zenga:




    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5445
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Les dérives du Zen

    Message par Kaïkan le Lun 28 Fév 2011 - 23:40

    chakyam a écrit:Citation :

    Gudo Wafu Nishijima le maître de Yudo sur ce forum, écrit : IMMO
    Mon livre reçu de Mokusho Zeissler The Shobo-genzo By Yuho Yokoi, Professor of English Aichigakuin University Tokyo (1986): IMMO (Suchness or something indescribable).

    De nombreux autres, la liste serait longue, écrivent IMMO. 恁麼

    Tous mes amis moines zen comme moi écrivent IMMO
    Toutes mes traductions ont aussi été écrites avec IMMO.

    Tes parenthèses sur la citation ci-dessous pourraient bien être une forme d'attachement ?


    C'est l'hopital qui se fout de la Charité... et la forme d'attachement pourrait bien être partagée quand on lit avec quel acharnement tu t'accroches aux autres, ton livre, tes amis, tes traductions. Pas de pot, notre ami Yudo ne nous dit-il pas ? : il est correct d'écrire "inmo", mais le mot sera de toute façon prononcé « immo »

    Je ne faisais que mentionner le fait sans pour autant que ce rappel soit polémique. ÇÀ C'EST TON APPRÉCIATION et à toi seul.

    A ce propos et malgré tes protestations contraires, tu me sembles être un spécialiste. Il ne suffit pas de prétendre « ne pas faire de polémiques qui ne servent à personnes » pour ne pas les générer. Quand je lis les récents échanges avec Yudo et vos messages 67 à 71 et 87, je constate que la polémique battait son plein pour une liste de noms dont nous n'avons que foutre...

    Quant au reste :...je n'ai pas souvenance d'avoir écrit sur une "survenance" de l'Ainséité... je te rappelle cette phrase issu du message 104 «"Pourquoi et comment survient l’ainsité (c'est moi qui souligne) ? On ne peut répondre à cette question. Elle surpasse toute compréhension, cela revient à demander comment les choses existent-elles.... etc etc …. sans polémique bien entendu.

    Pour ce qui me concerne, je suspend ma participation aux débats et irai « dériver » ailleurs, avec IMMO ou INMO ou IN-MO.

    Sereinement bien entendu

    Ton message est le produit d'un esprit enflammé.
    Tu commets beaucoup d'erreurs d'interprétation et tu prends la mouche sans raison.
    Personne ne te fais ou ne te veux aucun mal.
    Expire lentement et essaie de garder le sens de l'humour.
    Il faut que tu apprennes à te concentrer sans t'énerver.
    Les moines anciens ont l'habitude car ils ont une longue pratique.
    Inutile de les agresser, tu ne moleste que toi-même...

    Ta sérénité ne doit pas rester superficielle mais s'installer profondément.
    Tout ceci pour ton bien, même si c'est dur à avaler...
    Bon courage et ne me déteste pas trop... Je ne suis pas si important...

    Bon zazen.


    Smile


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    fonzie
    無為 - mui -

    Féminin Nombre de messages : 2498
    Date d'inscription : 13/11/2009

    Re: Les dérives du Zen

    Message par fonzie le Lun 28 Fév 2011 - 23:46

    kaïkan a écrit:Je me fais incendier à cause de ton message 104.
    de toute façon, j'ai l"habitude, je suis soit disant souvent la cause des polémiques sur les forums bouddhistes; si ça vous fait plaisir, j'en prends la responsabilité Smile

    Synonyme "incendier":
    feu
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5445
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Les dérives du Zen

    Message par Kaïkan le Mar 1 Mar 2011 - 6:45

    fonzie a écrit:
    kaïkan a écrit:Je me fais incendier à cause de ton message 104.
    de toute façon, j'ai l"habitude, je suis soit disant souvent la cause des polémiques sur les forums bouddhistes; si ça vous fait plaisir, j'en prends la responsabilité Smile

    Synonyme "incendier":
    feu

    Tu n'as rien dit de mal dans ton message 104, c'est ça le plus drôle.
    Tu as seulement essayé de participer pour essayer de comprendre et sans polémiques.
    Je trouve cela comique d’être accusé pour ton message 104 qui est d’ailleurs complètement anodin.
    La colère c’est comme l’alcool, ça monte à la tête soudainement et ça fait dire et faire bien des bêtises…

    Synonyme de incendier : bouter le feu.
    Very Happy


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5445
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Les dérives du Zen

    Message par Kaïkan le Mar 1 Mar 2011 - 7:15

    Yudo, maître zen a écrit:
    kaïkan a écrit:

    Doit-on dire : quadripilosection, ou bien : quadricapillosection. (poils ou cheveux), les deux peut-être ?

    Very Happy
    Oui, les deux, absolument!
    Pilus est générique (tous les types de poils) capillus fait référence aux poils de tête (caput, pilus).

    Bonjour Yudo,
    Peux-tu me dire si nos messages 67 à 71 et 87 reflètaient une polémique entre nous deux? Je crains d'être passé à côté sans m'en rendre compte, vu la citation ci-dessous:

    Quand je lis les récents échanges avec Yudo et vos messages 67 à 71 et 87, je constate que la polémique battait son plein pour une liste de noms dont nous n'avons que foutre...
    J'espère ne pas avoir été inattentif au point de ne pas me rendre compte que nous étions en conflit. Tu vas m'éclairer sur ce point j'espère…

    Merci !
    Smile


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Sylvie
    Amateur
    Amateur

    Nombre de messages : 332
    Date d'inscription : 12/09/2010

    Re: Les dérives du Zen

    Message par Sylvie le Mar 1 Mar 2011 - 9:26

    Bonjour Kaïkan,

    Même si je ne comprends pas toute la teneur de ses messages, je pense que Chakyam est un chercheur sincère.
    Je l'ai vu plusieurs fois se faire rembarrer ou être l'objet de sarcasmes sur d'autres forums bouddhistes, il réagit et c'est naturel, car comme dit Lausm, "si l’émetteur est responsable de ses actes, le récepteur est responsable de se laisser détruire ou pas", cf.fil: la désinformation (à ce propos, si j'avais sous la main celui ou celle qui a pris le pseudo "darksyl" sur bouddhisme xoiit ou "sylve" sur le forum bouddhisme tibétain, à des "moments propices", je lui expliquerais sa mauvaise compréhension du Kaïros).
    En conséquences, Chakyam, peut-être habitué à une mauvaise interprétation de ses messages, a peut-être cru que ce message 104 était un sarcasme de plus; car comme dit G-Ni "chat échaudé craint l'eau froide".

    Je n'ai pas vu de polémiques entre Yudo et toi, quelques plaisanteries de vieux routards tout au plus au milieu d'échanges sincères aussi.
    Mais Chakyam aura peut-être fait le lien concernant d'autres polémiques par ailleurs, par raccourci.
    Je dis "peut-être", car je ne suis pas dans la tête de Chakyam, ce sont des suppositions, hypothèses, qui peuvent être confirmées comme infirmées, lui seul pourrait nous dire ce qui motiverait sa décision de ne plus vouloir échanger ici.

    Personne "ne prend la mouche sans raison", il y a toujours une cause, que cette cause soit de notre responsabilité ou de celle d'autres.
    C'est pourquoi le même mot "colère" peut signifier des choses très différentes voire opposées (comme par exemple les mots "amour" ou "metta", ça dépend de beaucoup de choses).
    Ce n'est pas la même "colère" qui cherche à protéger une image BCBG, de la "colère" qui cherche à protéger des injustices.
    La colère c’est comme l’alcool, ça monte à la tête soudainement et ça fait dire et faire bien des bêtises…
    je vais te répondre comme dans le conte dans le fil "la chance": "peut-être, je ne sais pas".
    http://zen-et-nous.1fr1.net/t518-la-chance#8794

    Tu n'es peut-être pas "si important", Kaïkan, mais Chakyam avait trouvé chez toi quelqu'un avec qui partager ses idées, il s'en était fait une joie, disant que ce n'était pas arrivé depuis des mois et c'était ça l'important, pouvoir partager, communier (c'est moi qui souligne), même pour parler de quelque chose sur lequel il n'y a rien à dire, parce que ça ne peut pas s'expliquer. Si ton "je" est illusion et le "je" de Chakyam aussi, l'interaction de vos échanges sont réels et font que vous existez (même si c'est virtuellement pour un forum).
    Elle surpasse toute compréhension, cela revient à demander comment les choses existent-elles. , extrait du message 104 !!!
    C'est comme si Chakyam essayait d'expliquer le gout ou l'odeur des fraises à ceux qui n'y ont jamais goûté, il n'y a rien à dire, ça ne leur donnera pas le gout de la fraise. Par contre, le fait qu'il décrive dans tous les sens le gout de la fraise et que d'autres décrivent dans tous les sens le gout des cerises, même à ceux qu'en ont jamais vu, c'est bien parce que les fraises et les cerises existent.
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2854
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Les dérives du Zen

    Message par Yudo, maître zen le Mar 1 Mar 2011 - 9:28

    kaïkan a écrit:(...)Bonjour Yudo,
    Peux-tu me dire si nos messages 67 à 71 et 87 reflètaient une polémique entre nous deux? Je crains d'être passé à côté sans m'en rendre compte, (...)

    Polémique, non, pas vraiment. Il s'agissait plutôt d'une discussion dont, pour ma part, le but, sans cesse renouvelé, est de faire valoir que le Zen est le premier à pâtir des secrets de famille, des cachotteries, de la prééminence des histoires de hiérarchie par rapport à la simplicité de ce que doit être l'enseignement, et que chaque fois que des personnes comme moi, Lausm, ou d'autres (Franzus Magnus, par exemple) font valoir que le fonctionnement actuel des dojos tend plus à chasser ceux qui viennent y chercher quelque chose qu'à les accueillir, les observations sont le plus souvent rejetées.

    Le simple fait, par exemple, que tu parles de

    De nombreux élèves de M° Deshimaru ont créé leur propre Sangha et volent de leur propres ailes.
    ,
    qui est une expression que j'ai souvent entendue et qui laisse entendre qu'il y a, non pas UN sangha, mais plusieurs, chacun étant attaché à un enseignant particulier, je ne puis m'empêcher de penser qu'il n'y a rien à faire.

    Ne fut-ce que la réponse de G-ni qui n'a pu s'empêcher de tourner en dérision un maître qui se félicite d'avoir pu enseigner en compagnie d'une autre enseignante dont il fait l'éloge vibrant, et qui est typique de cette mentalité: chacun dans son coin, et Ligne Maginot pour tous.
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2833
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: Les dérives du Zen

    Message par tangolinos le Mar 1 Mar 2011 - 9:42

    kaïkan a écrit:
    J'espère ne pas avoir été inattentif au point de ne pas me rendre compte que nous étions en conflit. Tu vas m'éclairer sur ce point j'espère…

    Merci !
    Smile
    Bonjour Kaïkan
    L' excès de sincérité peut-être périlleux, mais le chemin spirituel l'impose.
    Effectivement, on peut parfois avoir cette sensation de s'égarer, et, d'éprouver un sentiment de solitude. Mais le chemin ne se fait-il pas solitairement, pour enfin pouvoir partager ce qu'il y a de plus précieux ?

    S' il y a eu chamailleries entre vous, j' y ai vu surtout des révélations qui clarifient la voie. Et il me semble que seule la voie doit retenir notre attention.

    D'autre part, si nous avions tous la même vision, nous n'aurions aucun prétexte à l' expression. Et il me semble que chacun détienne un fragment de vérité, à révéler comme à partager.

    Oui, Chakyam s'est lancé dans un énorme jeu de mikado... on peut y trouver un manque de détachement, mais peut-être a-t-il besoin d'un koan à sa mesure...
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5445
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Les dérives du Zen

    Message par Kaïkan le Mar 1 Mar 2011 - 9:55

    Bonjour Sylvie,

    C' est très simple pour chakyam, il peut lâcher sa susceptibilité passagère et reprendre le débat…
    Personne ne l'a condamné ni agressé. Certaines petites piques sur ses habitudes scripturales ne sont pas vraiment à prendre d'une façon aussi tragique.
    Un peu plus de sens de l'humour est une excellente thérapie.

    Mon message 111 était sans intention blessante. Il a été interprété comme une accusation (déduction après analyse).
    J'essayais de faire comprendre que je cherchais à clarifier sans tomber dans la polémique.
    Manifestement j'ai été mal compris.

    Il est toujours utile de faire gassho et de lâcher griefs et rancœurs.
    "Zurück zum Nullpunkt " est une excellente stratégie pour aller de l'avant.

    J'ai aussi mes côtés agaçants (c'est peut-être ce qui fait mon charme?)

    Bon dhyana.



    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5445
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Les dérives du Zen

    Message par Kaïkan le Mar 1 Mar 2011 - 10:02

    Yudo, maître zen a écrit:
    kaïkan a écrit:(...)Bonjour Yudo,
    Peux-tu me dire si nos messages 67 à 71 et 87 reflètaient une polémique entre nous deux? Je crains d'être passé à côté sans m'en rendre compte, (...)

    Polémique, non, pas vraiment. Il s'agissait plutôt d'une discussion dont, pour ma part, le but, sans cesse renouvelé, est de faire valoir que le Zen est le premier à pâtir des secrets de famille, des cachotteries, de la prééminence des histoires de hiérarchie par rapport à la simplicité de ce que doit être l'enseignement, et que chaque fois que des personnes comme moi, Lausm, ou d'autres (Franzus Magnus, par exemple) font valoir que le fonctionnement actuel des dojos tend plus à chasser ceux qui viennent y chercher quelque chose qu'à les accueillir, les observations sont le plus souvent rejetées.

    Le simple fait, par exemple, que tu parles de

    De nombreux élèves de M° Deshimaru ont créé leur propre Sangha et volent de leur propres ailes.
    ,
    qui est une expression que j'ai souvent entendue et qui laisse entendre qu'il y a, non pas UN sangha, mais plusieurs, chacun étant attaché à un enseignant particulier, je ne puis m'empêcher de penser qu'il n'y a rien à faire.

    Ne fut-ce que la réponse de G-ni qui n'a pu s'empêcher de tourner en dérision un maître qui se félicite d'avoir pu enseigner en compagnie d'une autre enseignante dont il fait l'éloge vibrant, et qui est typique de cette mentalité: chacun dans son coin, et Ligne Maginot pour tous.

    J'ai essayé d'en parler à Yuno Rech en lui disant : "le Sangha c'est beaucoup plus grand" (j'incluais tous les pratiquants du Bouddhisme).

    Finalement je me suis fais influencer dans cette vision que tu cites :"Chacun son Sangha et ligne Maginot"
    Mais je vais me soigner !!!
    Smile


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2833
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: Les dérives du Zen

    Message par tangolinos le Mar 1 Mar 2011 - 10:51

    kaïkan a écrit:J'ai essayé d'en parler à Yuno Rech en lui disant : "le Sangha c'est beaucoup plus grand" (j'incluais tous les pratiquants du Bouddhisme).

    Finalement je me suis fais influencer dans cette vision que tu cites :"Chacun son Sangha et ligne Maginot"
    Mais je vais me soigner !!![/font][/color] Smile
    Kaïkan, tu n'es pas malade Very Happy
    le sangha est universel, la voie est une, mais ses manifestations sont multiples.
    Tu as pratiqué une manifestation de la voie, et ton isolement en aura permis l'approfondissement.
    On peut trouver dans chaque manifestation de la voie une profondeur qui permet le retournement sur la compréhension de la voie universelle.
    Il serait absurde de se croire isolé, et de ne considérer sa pratique que comme la seule authentique, mais d'autre part il serait périlleux de s'éparpiller.

    Je reste de plus en plus persuadé que tout un chacun cherche consciemment ou inconsciemment la voie, et que chacun participe à l'une de ses manifestations.

    La permanence ne peut se manifester que dans l'impermanence.

    avatar
    lausm
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1465
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Re: Les dérives du Zen

    Message par lausm le Mar 1 Mar 2011 - 13:24

    Yudo, maître zen a écrit:
    kaïkan a écrit:(...)Bonjour Yudo,
    Peux-tu me dire si nos messages 67 à 71 et 87 reflètaient une polémique entre nous deux? Je crains d'être passé à côté sans m'en rendre compte, (...)

    Polémique, non, pas vraiment. Il s'agissait plutôt d'une discussion dont, pour ma part, le but, sans cesse renouvelé, est de faire valoir que le Zen est le premier à pâtir des secrets de famille, des cachotteries, de la prééminence des histoires de hiérarchie par rapport à la simplicité de ce que doit être l'enseignement, et que chaque fois que des personnes comme moi, Lausm, ou d'autres (Franzus Magnus, par exemple) font valoir que le fonctionnement actuel des dojos tend plus à chasser ceux qui viennent y chercher quelque chose qu'à les accueillir, les observations sont le plus souvent rejetées.

    Le simple fait, par exemple, que tu parles de

    De nombreux élèves de M° Deshimaru ont créé leur propre Sangha et volent de leur propres ailes.
    ,
    qui est une expression que j'ai souvent entendue et qui laisse entendre qu'il y a, non pas UN sangha, mais plusieurs, chacun étant attaché à un enseignant particulier, je ne puis m'empêcher de penser qu'il n'y a rien à faire.

    Ne fut-ce que la réponse de G-ni qui n'a pu s'empêcher de tourner en dérision un maître qui se félicite d'avoir pu enseigner en compagnie d'une autre enseignante dont il fait l'éloge vibrant, et qui est typique de cette mentalité: chacun dans son coin, et Ligne Maginot pour tous.

    Salut la compagnie.
    Juste en passant : je pense que la réaction de Chakyam veut dire qu'en fait toutes ces histoires, si elles ont une importance historique pour ceux qui ont eu affaire à toute cette structure et ces phénomènes dans notre vie de pratiquant, lui ça le sépare de nous et c'est bien là tout le le problème de toute cette affaire.
    En fait ça le dérange, car ces évènements sont perturbants, et notre objectif est de les comprendre, mais dans un but de pouvoir éviter que se reproduisent les dérives que je dirais sectaires auxquels ces problèmes aboutissent.
    Pour ma part, cette histoire de liste, je la trouve fort intéressante, mais la nature de Bouddha je ne la place pas que là dedans : c'est un phénomène parmi d'autre, et reposer sur rien, là est pour moi l'assurance dharma.
    Après, ceux qui jouent l'attachement à un enseignant à l'exclusion des autres, vont se rétamer.
    Quand j'ai commencé, dans l'AZI, ce que je trouvais génial, c'est justement la possibilité de pratiquer avec différents godos.
    Pour moi clairement les choses ont commencé à mal aller, les enseignants à s'éloigner des pratiquants, quand ils ont fait appel au Japon, quand ils ont voulu s'investir dans leur projet perso en vidant le centre (la Gendronnière en particulier) de son énergie, au profit de leur sangha, accentuant le fait de choisir de façon explicite ou implicite, un enseignant.
    Moi, quand j'ai choisi, c'était pour suivre une personne, pas pour ne suivre qu'un personne et ne pas écouter ce qu'il se faisait ailleurs. Je n'ai pas choisi, mais j'ai choisi kanno doko, ce truc qui fait que les deux flèches s'interceptent.
    Et puis, les godos ont cessé de se confronter à passer face au mur avec leurs codisciples. Cela créait une régulation, et au moins, ils étaient face au mur, physiquement. Et je sens que ceux qui n,e sont plus face au mur, mais face aux autres, s'ils n'y reviennent pas de temps en temps, ne font plus face à ce qu'ils sont : ils croient qu'ils ont un truc à enseigner.
    Virés d'un groupe, nous étant retrouvés de fait à pratiquer de fait avec d'autres, et responsables de la pratique de par le fait que nous sommes les plus anciens et expérimentés, avec alors le lachage total de celui qu'on croyait être notre maître qui voulait qu'on crée un groupe et cinq ans apèrs le refuse quand on se retrouve dans la position de fait de le faire, le mur est redevenu, ou est vraiment devenu comme je ne l'avais jamais vraiment ressenti, mon maître.
    et là, je comprends vraiment dans le corps esprit ce qu'a vécu Bodhidharma, Dogen, Nyojo, etc.........
    Deshimaru, Nishijima, ils parlent du même truc. A la fin, même ceux qui se tirent dans les pattes, ils font le même truc.

    Mais que ne le voit-on, bordel de merde??????

    Faire face à un mur, ce n'est pas pour dire que les autres sont des nases et des moins que rien.
    C'est pour voir que la vraie grandeur c'est de pouvoir s'incliner et se prosterner face à ce qui est.

    Et moi, ça, ça me fait du bien, et ça fait aussi du bien autour de moi, un truc que je ne peux pas saisir, et Dieu que j'en suis content, car si j'arrivais à le saisir et le manipuler, je deviendrais un vrai connard prétentieux, et je ne veux pas de ça!
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5445
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Les dérives du Zen

    Message par Kaïkan le Mar 1 Mar 2011 - 15:40

    Bonjour lausm,
    Bien sûr, ce que tu expliques touche davantage ceux qui ont participé à ce que j'ose appeler "cette pièce de thèâtre".
    Mais je suis sûr que tous ceux qui te lisent comprennent très bien, même si cela les dérange.
    Personnellement, j'ai bien aimé…

    Bon zazen face au mur






    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5445
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Les dérives du Zen

    Message par Kaïkan le Mar 1 Mar 2011 - 15:59

    fonzie a écrit:
    kaïkan a écrit:Je me fais incendier à cause de ton message 104.
    de toute façon, j'ai l"habitude, je suis soit disant souvent la cause des polémiques sur les forums bouddhistes; si ça vous fait plaisir, j'en prends la responsabilité Smile

    Synonyme "incendier":
    feu

    Bonjour Sylvie,

    En regardant attentivement ton message 104, à la fin tu as écris Kaikan, et ça fait comme une signature.
    C'est pour ça que chakyam a cru que j'étais l'auteur. cyclops

    Tout est clair, pas de soucis... Very Happy
    Bon zazen...
    Very Happy


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5445
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Les dérives du Zen

    Message par Kaïkan le Mar 1 Mar 2011 - 21:15




    Shiho avec Maître Niwa Zenji

    Bouddha a dit : "ne pratiquez que ce qui vous parait juste. Ne vous laissez pas convaincre sans avoir utilisé le doute."

    http://www.darkzen.com/Articles/AZI_fr.html


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Les dérives du Zen

    Message par Invité le Mar 1 Mar 2011 - 22:18

    Yudo, maître zen a écrit:Ne fut-ce que la réponse de G-ni qui n'a pu s'empêcher de tourner en dérision un maître qui se félicite d'avoir pu enseigner en compagnie d'une autre enseignante dont il fait l'éloge vibrant, et qui est typique de cette mentalité: chacun dans son coin, et Ligne Maginot pour tous.

    - Wouaw that's so nice

    - Non non, là il se fout de toi et essaie de te faire passer pour un rat séparatiste

    - A rat? Oh waouw, i like rats so much... "séparatist" what's that? that's sounds really cool, yunno, like during that old war i can't remember the name anymore

    - arrête, il va penser que tu veux te friter

    - Noooo, you're so rude and negative... he likes to talk and exchange ideas, that's why he comes into a forum... and he's a zen master, don't worry

    - ... laisse béton...

    - that's it! Waouw you're so right, let's go to Venice and ride big waves


    afro
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2833
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: Les dérives du Zen

    Message par tangolinos le Mar 1 Mar 2011 - 23:23

    Kaïkan bonsoir

    Oui, les effets de groupes sont incontrôlables, comment le zen pourrait-il en être exclu ?

    Qui est: Ralf Halfmann ?
    Tu le connais ?

    Que dire ?... Les vagues nous dévient du cap, faut-il en oublier le cap ?...

    Je retiens bien:
    Bouddha a dit : "ne pratiquez que ce qui vous parait juste. Ne vous laissez pas convaincre sans avoir utilisé le doute."

    avatar
    Kaïkan
    Admin
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 5445
    Age : 70
    Localisation : Jura-alsacien
    Emploi/loisirs : Moine zen enseignant, disciple de T. Deshimaru depuis -1978 -
    Humeur : insaisissable
    Date d'inscription : 19/11/2009

    Re: Les dérives du Zen

    Message par Kaïkan le Mar 1 Mar 2011 - 23:37

    Bonsoir tangolinos,

    Ralf Halfmann m'est complètement inconnu.
    Par contre il a écrit ce que tu peux lire en cliquant sur le lien du shiho de M° Niwa Zenji. (un peu plus haut).


    Une autre approche très fouillée...

    http://www.zen-occidental.net/articles1/kone1.html


    _________________
    - - Kaïkan - -
    - étoile - Kyo gyo sho itto - étoile -
    L’enseignement, la pratique et le satori sont unité.

    " L 'univers entier est l'éternel présent "
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2833
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: Les dérives du Zen

    Message par tangolinos le Mer 2 Mar 2011 - 11:09

    Bonjour Kaïkan

    Il me semble que nous ayons le même soucis que de rendre la voie limpide...

    Je vois dans les liens que tu as mis en avant, une révolte en toi qui t'aurait incité à le faire...
    Je ne veux pas rentrer dans vos histoires de famille, aussi je n'ai lu que superficiellement... mais je voudrais te dire que dans toutes les familles il y a ce genre de discordes... Ce n'est pas pour cela qu'il faut oublier que c'est dans cette famille que tu as pu te développer en cheminant...
    Par mes expériences j'ai remarqué que c'était dans les familles les plus pourvues qu'il y avait le plus de discordes... Aussi, tu comprendras que le trésor enfoui dans cette vacuité puisse déboussoler ceux qui l'auraient reniflé.

    Ce que je vois dans ta révolte, ce n'est pas un reniement de ton chemin, mais un souhait de passer une marche... Ce serait comme si tu voulais tuer le Bouddha en toi, comme si après avoir utilisé le radeau tu t'en séparais... oui, cette marche est difficile à franchir, la dernière bouée que tu lâcherais pour enfin nager...

    Que te dire d'autre, Kaïkan?... sautes du radeau, tu verras dans l'eau, il y a plein de poissons exotiques, mais pour sauter, fais le tout seul, évites de faire couler le radeau, beaucoup en ont encore besoin.

    En espérant avoir pu ici, te permettre de mieux distinguer la cible...
    avatar
    Yudo, maître zen
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2854
    Age : 68
    Localisation : Montpellier
    Emploi/loisirs : Artisan/ Maître zen
    Humeur : Colérique, lourd, égoïste, antipathique.Ou sympa, équanime, altruiste et sympathique. C selon
    Date d'inscription : 13/04/2008

    Re: Les dérives du Zen

    Message par Yudo, maître zen le Mer 2 Mar 2011 - 11:17

    Ralf Halfmann, si je me souviens bien, était un pratiquant zen et le dirigeant du dojo AZI de Bonn, en Allemagne. Je ne me souviens plus ce qui l'a fait décrocher, d'un coup, mais je crois que c'est un conflit avec Roland. Mais il est possible que l'aventure du fondateur et dirigeant du dojo de Heidelberg, mis brutalement à la porte à la demande du Grand Maître Strasbourgeois, pour crime de refus de le reconnaître comme seul et unique maître a pu contribuer.

    Lorsqu'il a "décroché", avec en plus la parution du livre de Brian Victoria, il a publié un rapport sur l'AZI dont la teneur était assez dévastatrice.

    En effet, je suis en désaccord avec Lausm sur le fait que l'AZI ait commencé à partir en c******e avec le rapprochement avec la Sotoshu. Je pense qu'il y a concommitance, mais pas nécessairement relation de causalité. Les germes de ces problèmes étaient déjà là, en ce que M° Deshimaru (tout comme Nishijima, d'ailleurs) pensait que Zazen se suffit à lui-même. Mais ils oubliaient qu'eux, nés et grandis dans un environnement où l'on respire le Bouddhisme à plein nez, même si on ne le pratique pas, voire, même si on est, par exemple, chrétien, la pratique de Zazen peut donner vie à ce Bouddhisme de façon assez naturelle.
    Mais ce dans quoi nous avons baigné, ici, c'est cette forme du Catholicisme la plus perverse et bâtarde, c'est à dire le respect bête et méchant de l'autorité. Cela peut paraître bizarre aujourd'hui, mais avant 1968, c'était exactement ce qui se vivait de la façon la plus concentrée. Ma mère n'a consenti que six mois avant de mourir à me dire pourquoi elle et mon père ne réagissait pas lorsque les bonnes soeurs nous maltraitaient au pensionnat: "Tu comprends, les Soeurs, c'était l'Eglise, et l'Eglise, c'était l'Autorité. Et on ne se rebelle pas contre l'autorité". Dans mon village, mon père n'avait pas voulu que nous allions à l'école du village, parce que tout le monde savait bien que les Frères tripotaient les garçons. Tout le monde le savait, mais personne ne disait rien.

    Or, à l'époque, (tournant des années '70) j'observais que les plus révoltés, les plus "révolutionnaires" étaient aussi les plus autoritaires. Les tenants de gourous étaient ceux qui voulaient le moins apprendre la liberté, mais se cherchaient une autre autorité pour remplacer celle qu'ils honnissaient.

    Encore aujourd'hui, j'ai pu constater que les soi-disant "anarchistes" sont les personnes les plus autoritaires que je connaisse. Et lorsqu'on donne à ce genre de personne un pouvoir, quel qu'il soit, il est inévitable qu'ils en abusent, parce que leur apprentissage de la liberté n'a pas été mené à son terme, si ce n'est même jamais entamé. Le strasbourgeois est réputé pour être le fils d'un militaire avec lequel il était en conflit, ce qui fait que son absolutisme est totalement logique.
    avatar
    tangolinos
    grand fleuron
    grand fleuron

    Masculin Nombre de messages : 2833
    Date d'inscription : 04/05/2010

    Re: Les dérives du Zen

    Message par tangolinos le Mer 2 Mar 2011 - 11:36

    Yudo, maître zen a écrit: Tout le monde le savait, mais personne ne disait rien.
    ça me fait penser à Albert Einstein qui entre autre a écrit:

    "Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire."


    Pas si nul que ça ce scienteux à la c.... Very Happy
    avatar
    lausm
    vrai fleuron
    vrai fleuron

    Nombre de messages : 1465
    Date d'inscription : 08/02/2010

    Re: Les dérives du Zen

    Message par lausm le Mer 2 Mar 2011 - 12:48

    Yudo, maître zen a écrit:Ralf Halfmann, si je me souviens bien, était un pratiquant zen et le dirigeant du dojo AZI de Bonn, en Allemagne. Je ne me souviens plus ce qui l'a fait décrocher, d'un coup, mais je crois que c'est un conflit avec Roland. Mais il est possible que l'aventure du fondateur et dirigeant du dojo de Heidelberg, mis brutalement à la porte à la demande du Grand Maître Strasbourgeois, pour crime de refus de le reconnaître comme seul et unique maître a pu contribuer.

    Lorsqu'il a "décroché", avec en plus la parution du livre de Brian Victoria, il a publié un rapport sur l'AZI dont la teneur était assez dévastatrice.

    En effet, je suis en désaccord avec Lausm sur le fait que l'AZI ait commencé à partir en c******e avec le rapprochement avec la Sotoshu. Je pense qu'il y a concommitance, mais pas nécessairement relation de causalité. Les germes de ces problèmes étaient déjà là, en ce que M° Deshimaru (tout comme Nishijima, d'ailleurs) pensait que Zazen se suffit à lui-même. Mais ils oubliaient qu'eux, nés et grandis dans un environnement où l'on respire le Bouddhisme à plein nez, même si on ne le pratique pas, voire, même si on est, par exemple, chrétien, la pratique de Zazen peut donner vie à ce Bouddhisme de façon assez naturelle.
    Mais ce dans quoi nous avons baigné, ici, c'est cette forme du Catholicisme la plus perverse et bâtarde, c'est à dire le respect bête et méchant de l'autorité. Cela peut paraître bizarre aujourd'hui, mais avant 1968, c'était exactement ce qui se vivait de la façon la plus concentrée. Ma mère n'a consenti que six mois avant de mourir à me dire pourquoi elle et mon père ne réagissait pas lorsque les bonnes soeurs nous maltraitaient au pensionnat: "Tu comprends, les Soeurs, c'était l'Eglise, et l'Eglise, c'était l'Autorité. Et on ne se rebelle pas contre l'autorité". Dans mon village, mon père n'avait pas voulu que nous allions à l'école du village, parce que tout le monde savait bien que les Frères tripotaient les garçons. Tout le monde le savait, mais personne ne disait rien.

    Or, à l'époque, (tournant des années '70) j'observais que les plus révoltés, les plus "révolutionnaires" étaient aussi les plus autoritaires. Les tenants de gourous étaient ceux qui voulaient le moins apprendre la liberté, mais se cherchaient une autre autorité pour remplacer celle qu'ils honnissaient.

    Encore aujourd'hui, j'ai pu constater que les soi-disant "anarchistes" sont les personnes les plus autoritaires que je connaisse. Et lorsqu'on donne à ce genre de personne un pouvoir, quel qu'il soit, il est inévitable qu'ils en abusent, parce que leur apprentissage de la liberté n'a pas été mené à son terme, si ce n'est même jamais entamé. Le strasbourgeois est réputé pour être le fils d'un militaire avec lequel il était en conflit, ce qui fait que son absolutisme est totalement logique.


    Ah, ça y va!

    Je comprends ton point de vue, Michel. Je ne fais que dire ce que j'ai vu et perçu étant alors dans le milieu.
    De toutes façons, avant le retour fulgurant (et dévastateur quoi que les responsables en disent) vers la soto shu, il y a eu en amont justement la publication de ce rapport, les histoires du dojo de Bruxelles et la publication de toutes ces réflexions dans Bustudo Darkzen, le tout au sein de la polémique du livre de Brain Victoria qui remettait en cause Kodo Sawaki, lui prètant des intentions bellicistes et hypernationalistes.
    Cela dit, pour moi, je réitère, lorsqu'on a rouvert la porte à la soto shu, les choses ont vraiment empiré partout, les préoccupations des godos sont devenues très politiciennes, et la distance s'est accrue avec les pratiquants. L'accent s'est porté sur les règles, l'enseignement théorique, et l'énergie s'est portée vers le cortex frontal, par contre tout ce qui concernait la relation au corps, le samu, tout ce qui est concret, s'est fortement délité et affaibli.

    Mais comme tu disais, c'était en germe, car tout ça c'est le karma de Deshimaru, et c'est son ombre.

    D'ailleurs, à ce propos, autour des 40 ans de la mission de Deshimaru, qui s'est passée à grand renfort de falbalas avec les représentants de la soto shu, la mise à l'écart de Kosen pourtant disciple de Deshimaru, quoiqu'on pense sur le personnage, ce qui n'était pas juste, il y a eu un texte très intéressant qui racontait une autre histoire que l'AZI, qui disait qu'après la mort de Deshimaru il ne s'est plus rien passé avec le Japon.
    C'est un ancien, je l'ai connu à mon premier zazen à Paris, qui l'a écrit. Il est très discret, il a de toutes évidences pris du recul alors.

    http://www.deuxversants.com/denis.symp.1.html

    http://www.deuxversants.com/denis.symp.2.html

    En fait, oui, Dehimaru a sous estimé je pense la puissance d'inertie de notre culture, cependant je pense qu'il avait misé tout sur la confiance en zazen. je pense aussi que ses propres disciples ont douté de cela et notamment autour de zen at war et bustudo.
    J'ai retrouvé l'autre jour un bulletin zen de 2000, qui mettait en garde contre les dangers d'internet qui accusait l'AZI! Marrant, ce n'était que de la peur, pas de la confrontation d'opinion.
    Après, des gens comme Ralf Halfmann, ou Pelayo, je pense étaient frustrés d'un certain pouvoir...moi aussi, je pourrais dire, mais par chance, je n'y ai jamais accèdé. Par contre aux responsbilités pratiques oui, donc je différencie clairement les enjeux spirituels, et gestionnaires.
    Or l'AZI veut faire passer ses enjeux gestionnaires pour des enjeux spirituels.
    Après, que penser des gens qui rejettent en bloc un truc auquel ils ont adhéré sans réserve??
    DIfficile problème, qui est le mien aujourd'hui.

    Or je pense que rejeter ou critiquer pour la critique, est une impasse : il s'agit d'une réalité qui fait partie de ce monde.

    Cela dit, ils ont posé de vrais questions qu'on a voulu rejeter pour éviter d'affronter des réalités dérangeantes.
    Donc à mon sens la seule issue est la réflexion sur les faits, ce qui permet de les amener dans une dimension d'observation, où là on pratique la Voie avec ces phénomènes aussi difficiles soient-ils pour nous voire perturbants et adverses. CHacun a à se faire sa propre opinion, et est responsable de se laisser dicter sa pensée par d'autres.
    Denis Boureau, dans un autre article des deux versants, met bien en garde contre le danger d'utiliser en slogan le fait de ne pas s'attacher à ses pensées, comme risque de ne pas penser, devenir dogmatique, point de vue que je partage et que j'ai adopté plus par les difficultés que la facilité. Quand on est au chaud dans un système, rien de plus facile que de ne pas penser, quand tout l'est à notre place.
    Or le vrai bouddhisme est l'insécurité totale, non pas être exposé au danger majeur sans cesse, mais accepter d'avancer sans armure.

    Et là est le défi de notre temps : accepter de remettre en cause une formulation passée. Cela veut dire vivre dans le présent, et pas la mémoire d'un maître mort et manquant, car il y aura éternellement un maître mort et manquant, et il faudra éternellement reformuler le réel car il change sans cesse.

    Et les problèmes d'aujourd'hui, même si Deshimaru avait vu et posé des choses, ils sont là, et à règler.
    C'est : comment vivre le zen dans notre culture non pas comme une pratique étrangère mais une pratique qui nous est intime.
    Ce qui implique d'identifier les éléments importés culturellement, et ceux qui sont intangibles.
    Autrement dit, qu'est-ce qui est japonais, et qu'est-ce qui est zen.
    Qu'est-ce qui est zen, qu'est-ce qui est bouddhisme.
    Et qui sommes-nous dans toutes ces questions, qui est à mon sens le vrai problème.

    Car à la fin, le zen, pour moi, c'est simple, je m'assieds, et je regarde ce qu'il se passe.
    Le Bouddha a montré ça, puis ça a traversé les àges et les nations.
    Cette racine est simple.
    Et il faut distinguer ce qui est racine et ce qui est fleur.

    Après on peut faire de super cultures.
    MAis pour moi, sans engrais, sans pesticides.
    C'est plus long, mais le résultat est plus durable.

      La date/heure actuelle est Dim 20 Aoû 2017 - 0:20